Vos "infidélités" au western...

Attention aux débordements!
Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5169
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 21 juil. 2021 9:20

"Nolan" pour le personnage de Richard HARRIS (je suis sur mon téléphone et je ne réussis pas à corriger ça m'agace :evil: )
Image

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2720
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 22 juil. 2021 6:25

Hier soir, en hommage à Françoise Arnoul, j'ai revu un de ses plus beaux films, où elle partageait l'affiche avec l'immense Jean Gabin: Des Gens sans importance (1956) , drame d'Henri Verneuil.

Jean Viard (Gabin) , un routier bourru lassé par sa vie familiale monotone, rencontre dans un relais la timide Clo (Arnoul) , une barmaid rejetée par sa mère et son beau-père.
D'abord simples confidents, ces deux âmes torturées deviennent amants, et la jeune fille tombe enceinte...

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
harry
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1114
Localisation : San Francisco

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar harry » 22 juil. 2021 7:43

C'est vrai , très bon film avec Pierre Mondy et Jean Gabin en chauffeurs routiers, et cette histoire d'amour qui se terminera tragiquement , le titre du film est beau , un film que je garde encore en VHS !

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2720
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 22 juil. 2021 16:58

Séance Laserdisc post-vaccin :
Superman II , L'Aventure continue (1980) , film de super-héros de Richard Donner et Richard Lester.

Quelque temps après avoir révélé ses fabuleux pouvoirs aux habitants de Métropolis, Superman (Christopher Reeve) continue de mener sa double vie de justicier valeureux et de reporter pusillanime sous les lunettes de Clark Kent, tout en essayant de tromper la curiosité maladive de Lois Lane (Margot Kidder) , sa collègue du Daily Planet, acharnée à percer sa double identité.
Lors d'un sauvetage à Paris, où des terroristes menacent de faire sauter la Tour Eiffel au moyen d'une bombe atomique, Superman envoie l'engin exploser dans l'espace.
Il remet aussitôt le cap sur la planète bleue, sans se douter que l'onde nucléaire de la déflagration a détruit la cellule spatiale où étaient emprisonnés trois renégats kryptoniens: le hiératique Général Zod (Terence Stamp) , sa vicieuse maîtresse Ursa (Sarah Douglas) , ainsi que Non (Jack O'Halloran) , une brute aussi dangereuse qu'écervelée.
Exposés au soleil jaune de notre galaxie, tous trois se découvrent une force et des pouvoirs surhumains: assoiffés de revanche et de conquête, Zod et ses sbires débarquent sur Terre pour y semer le chaos et défier l'Homme d'Acier dans un véritable combat de titans, avec l'aide du roublard Lex Luthor (Gene Hackman) , l'ennemi juré de Superman...

Découvert sur Monte-Carlo TMC en 1998, ce deuxième volet de la tétralogie reste mon préféré, ex-aequo avec Superman IV.
Plus de quarante ans après sa sortie, je trouve que cet opus n'a pas pris une ride, notamment grâce à un casting parfait et à un scénario solide, conjuguant à merveille la romance et les scènes d'action spectaculaires.

A ce titre, la bataille de Métropolis, d'une clarté et d'une lisibilité constantes malgré les effets spéciaux relativement limités de l'époque, continue de dégager une caractérisation et une puissance émotionnelle désespérément absentes du remake de Zack Snyder, bouillie numérique indigeste et épileptique, où les acteurs -plutôt leurs doublures de pixels...- ne sont plus que des silhouettes de jeu vidéo désincarné.

Pour moi, en définitive, le dernier fils de Krypton restera donc toujours associé au cinéma aux quatre films joués par Christopher Reeve: Superman est venu, il est parti et malgré l'estime que je peux porter à Brandon Routh, il n'est jamais vraiment revenu, coincé dans cette boucle temporelle proustienne courant de 1978 à 87.
Up, up and away !!

Image
Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
harry
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1114
Localisation : San Francisco

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar harry » 23 juil. 2021 8:41

Image
Ce soir Sully en blu-ray , que je vais revoir en deuxième film , la magie de Eastwood est de tourner une histoire captivante à partir d'un fait divers dont on peut se dire , quel scénario pour cet avion qui va atterrir sur l'eau en urgence ?
Merci Clint :applaudis_6:

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8649
Localisation : oregon

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar lasso » 23 juil. 2021 13:01

Image

5 ans après la suite de Leningrad Cowboys go America = Leningrad Cowboys meet Moses, film Culte

Finlande, france ...

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2720
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 24 juil. 2021 18:19

Moisson hebdomadaire à O'CD: bien content pour les deux OSS 117 des 60's cool

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
limpyChris
Trappeur
Trappeur
Messages : 3623

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar limpyChris » 24 juil. 2021 18:57

Arizona a écrit
Moisson hebdomadaire à O'CD
... eh voilà, c'est ça, la fracture territoriale ... Y en a y z'ont des O'CD, des RNAC, des noses à tire-larigot pour faire leurs moissons, y en a des autres, i'z'ont que les moissons ... quand les orages ont pas tout couché.
Ceci dit, j'ai vu "Razredni sovraznik" en VOST :mrgreen: , et c'est bien.

(Je suis infernal en ce moment, vous trouvez pas ... ? Je vais peut-être me faire une petite cure de sommeil, de quelques semaines.)
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

- You've seen too many westerns, old man.
- That doesn't exactly work in your favor.

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5159
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Yosemite » 25 juil. 2021 22:44

"We were soldiers" (Nous étions soldats) de Randall Wallace.
Quand le cinéma américain tente une pseudo-repentance répugnante pour nous expliquer que la guerre du Viêt Nam a été douloureuse. Entendez par là "douloureuse pour les familles", plus précisément '"pour les belles et bien-pensantes familles américaines". Même le napalm leur a fait mal c'est dire.
- Et les Viêts Cong, qu'est-ce qu'ils en pensent ?
- Hé, ho, on en a rien à foutre des Viêts Cong, on est là pour causer de notre beau pays et commencez pas à nous emm... avec ces détails.
Un film dégueulasse.
Yo.

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1870

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar HART » 26 juil. 2021 9:41

Complètement d'accord avec toi , Yo.
Et pourtant , j'évite autant que possible la critique sans appel.
Ici il ne s'agit pas de la forme ( c'est plutôt bien structuré et bien filmé ) , mais bien du fond.
Qu'on fasse des films aussi malhonnêtes et hypocrites me laisse pantois.
Je comprends que le Vietnam reste un traumatisme pour les Etats Unis , il est aussi difficile aujourd'hui de discuter de cette guerre avec les américains qu'il était compliqué de discuter avec les allemands de la deuxième guerre mondiale ( je le sais , j'ai pratiqué les deux exercices avec assiduité ).
Toutefois , cela n'excuse pas de telles productions qui dévalorisent , à mon sens , tous ceux qui s'y associent. On a envie de leur crier : " Réveillez-vous les gars ! Regardez à quoi ressemble ce film ! Il est insultant pour tout le monde , américains compris ."
Heureusement , la caricature laisse toujours entrevoir le ridicule.

Avatar du membre
jeune papoose
Hors-la-loi
Messages : 652

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar jeune papoose » 26 juil. 2021 11:02

>>> Hé les gars vous allez finir blacklistés :lol:
Allez dites que vous avez aimés "les bérets verts" le film le plus patriotique sur le conflit nord-vietnamien !
et profitez aussi pour déclarer combien "Alamo" est un film républicain :wink:
Vive le soft power :beer1:
Quand le dernier arbre aura été abattu,
la dernière rivière empoisonnée
et le dernier poisson péché,
alors l’ homme s’apercevra que l’argent ne se mange pas :sm80:

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8649
Localisation : oregon

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar lasso » 27 juil. 2021 9:58

DVD - Joseph Losey - 1963 - THE SERVANT - Dirk Bogarde, Sarah Miles....


Image

Avatar du membre
Moi ? Personne...
As de la gâchette
Messages : 593
Localisation : Sad Hill,mais pas enterré !

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Moi ? Personne... » 27 juil. 2021 16:19

Les Frères Pétard, Hervé Palud (1986)

En 1991, à Paris, Momo (Jacques Villeret) est jeté de chez lui par son père policier (Michel Galabru). Fauché, il retrouve son ami Manu (Gérard Lanvin) et lui propose de s'allier à lui pour un boulot bien payé : rammener d'Amsterdam de précieuses statuettes dans un train. Se rendant compte qu'elles sont bourrées de majijuana, il se rendent chez Sammy leur employeur après avoir passé la douane. Leur colère n'a aucun effet sur le trafiquant de drogue, qui les paye en quelques sacs de majijuana présents dans les statuettes. La seule solution qui s'offre à eux pour gagner leur vie est de devenir dealers. Ils enchaînent coup sur coup, mais leur grande maladresse leur fait manquer le succès à chaque fois près du but.

Ce film a été une cible des critiques à l'époque et l'est visiblement encore, mais c'est une comédie très drôle pour les amateurs du burlesque et des meilleurs jeux d'acteur des années 80 : Jacques Villeret est au sommet de sa drôlerie et Gérard Lanvin est comme on l'espère.
Image
Image
Si tu n'as pas une sale affaire à te mettre sous la dent tu t'en inventes une et après l'avoir liquidée, tu en abandonnes le mérite à un autre comme ça tu peux continuer à être toi-même. C'est à dire Personne
:bullet1:

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2720
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 28 juil. 2021 17:55

Séance de fin d'après-midi :
Battement de coeur (1940) , comédie d'Henri Decoin.

Jeune orpheline de 18 ans sans avenir, Arlette (Danielle Darrieux) s'échappe de sa maison de correction et, suite à un malentendu, intègre une école clandestine de pickpockets, tenue par le roublard Monsieur Aristide (Saturnin Fabre).
Celui-ci apprend à ses élèves l'art de siphoner les poches de leur prochain en toute discrétion.
Au cours d'une séance de travaux pratiques à bord d'un tramway bondé, Arlette se fait griller par sa première victime, un Ambassadeur guindé (André Luguet) , qui l'emmène d'autorité avec lui à une réception mondaine: il compte en effet utiliser ses talents de chapardeuse afin de récupérer une photo compromettante dans la montre d'un certain Pierre de Rougemont (Claude Dauphin) , dont s'éprend la jeune fille...

Dernière collaboration de couple entre Henri Decoin et son égérie Danielle Darrieux, alors âgée de 23 ans, Battement de coeur est un délicieux clin d'oeil à la screwball comedy américaine, qui faisait alors hurler de rire les spectateurs d'outre-Atlantique.
Tour à tour gouailleuse, minaudante et romantique, Danielle Darrieux nous offre ici un large éventail de ses talents de comédienne, encore loin cependant des rôles noirs et tourmentés qui émailleraient sa filmographie d'après-guerre.

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2720
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 01 août 2021 15:46

Mes dernières séances entre hier soir et ce dimanche:

La Gorgone (1964) , film fantastique de Terence Fisher, sympathique variation hammerienne autour d'un monstre de la mythologie grecque ;

Le Septième Juré (1962) , drame de Georges Lautner, servi par la composition magistrale d'un Bernard Blier bouffi de noirceur et de cynisme ;

Banco à Bangkok pour OSS 117 (1964) , film d'espionnage d'André Hunebelle, savoureuse série B mêlant l'aventure au dépaysement, le tout saupoudré d'un zeste d'humour -à des années-lumières de la débilité crasse de la série Dujardin ;

et enfin Les Quatre Fantastiques (2015) , navet nucléaire signé Josh Trank -et inutile " reboot " à la sauce blackwashing histoire de faire chébran- , torché par les croque-morts cravatés de la FOX après la désertion du réalisateur (heureux homme...).
J'ai payé ce truc 1€99, et c'est déjà bien trop cher à mon goût pour ce tas de guano sur pellicule :roll:

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:


Retourner vers « Hors-sujet »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité