La Bataille de Yellow House Canyon

DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6833

La Bataille de Yellow House Canyon

Messagepar DEMERVAL » 15 mai 2019 10:04

La Bataille de Yellow House Canyon fut une bataille qui opposa une force composée de Comanches et d’Apaches contre un groupe de chasseurs Américains de bisons, le 18 mars 1877 près d’un site se situant aujourd’hui aux environs de Lubbock, Texas. Ce fut la dernière bataille de la Guerre des Buffalo Hunters, et fut le combat majeur impliquant les Etats-Unis et les Indiens des Hautes Plaines du Texas.
Le Traité de Medicine Lodge de 1877 réserva la zone située entre la Rivière Arkansas et la Rivière Canadian comme terres de chasse des Indiens. Pourtant, depuis 1873, plusieurs groupes de chasseurs de bisons opérèrent dans la Texas Panhandle, approvisionnés à Adobe Walls, Texas par Charlie Mayer et Charlie Rath. Ces incursions avaient déjà conduit à la Seconde Bataille d’Adobe Walls en 1874.
En décembre 1876, un groupe de Comanches sous le commandement de Black Horse reçut un permis, grâce à l’Agent Indien de Fort Sill, leur permettant de chasser au Texas. Mais Black Horse avait d’autres intérêts en tête ; il était en colère que la chasse à outrance pratiquée par des colons avaient radicalement décimé les troupeaux de bisons et il avait donc planifié de camper dans Yellow House Canyon et attaquer tous les chasseurs qu’il y rencontrerait. Plus tôt à l’hiver 1876, le chasseur de bisons Marshall Sewell avait, avec un groupe de dépeceurs, installé un campement en-dessous de Caprock dans le Comté de Garza, près de la tête de la Rivière de Salt Fork Brazos. Le 1er février 1877, Sewell découvrit un troupeau de bisons et après avoir pris position, commença à abattre les animaux un par un avec sa carabine avant de tomber en rade de munitions. Black Horse fut le témoin de la boucherie et avec ses guerriers, il entoura le chasseur sur le chemin de retour au campement. Ils le torturèrent et le scalpèrent à deux reprises avant de lui ouvrir l’estomac et de placer des pièces du trépied de sa carabine dans la blessure. L’action fut entrevue par trois dépeceurs qui accompagnaient Sewell et par un autre chasseur, tous n’étant pas plus loin qu’un kilomètre. Ils se précipitèrent à Rath City, le plus proche campement d’une certaine taille pour rapporter le meurtre.
Sewell était très populaire auprès des chasseurs de bisons locaux et la réaction ne fut longue à survenir; environ 40 hommes chevauchèrent vers le site du meurtre et enterrèrent le chasseur, avant d’enfourcher la piste des Comanches. Les deux parties se rencontrèrent au cours d’un bref échange au cours duquel un chasseur métis appelé Spotted Jack fut blessé par les Texans qui retournèrent ensuite à Rath City. Black Horse réunit près de 170 guerriers, parmi lesquels se trouvait le captif Herman Lehmann, et ils commencèrent à piller les campements de chasseurs de la région. Parmi les cibles figuraient ceux de Pat Garrett et Willis Glenn. Il n’est pas besoin de dire que l’affaire causa une grande consternation parmi les chasseurs de bisons et ils demandèrent qu’une action soit entreprise.
Un groupe de 46 hommes quitta Rath City le 4 mars, avec la ferme intention de trouver Black Horse et ses hommes. Jim White fut élu capitaine, un ex comanchero du Nouveau Mexique, appelé José, servit de guide. 26 de ces hommes étaient à cheval; les autres arrivèrent en chariots. Deux nuits après le début du voyage, Jim White commença à souffrir de ses poumons, et il fut requis de le ramener à Rath City; un de ses lieutenants, Jim Smith, élévé au grade de capitaine. La bande trouva le site où Sewell avait été capturé et là ils suivirent la trace des Comanches, en la remontant vers l’ouest juste aujourd’hui près de la ville de Post; là, le guide prédit que Black Horse et ses Comanches pouvaient se trouver dans le Yellow House Canyon. Cela s’avéra vrai et ils entrèrent dans le site de Buffalo Springs Lake, où ils tuèrent une sentinelle. Les éclaireurs repérèrent le campement Comanche plus tard le même jour et la bande commença une marche de nuit pour l’atteindre, laissant dans l’intervalle leurs provisions et les chariots à la source.
Les Texans atteignirent la fourche du canyon, aujourd’hui Mackenzie State Recreation Area, aux premières heures du 18 mars ; pendant un moment, ils suivirent à tort la fourche nord avant de tourner vers le sud. Se réorientant vers l’ouest, ils trouvèrent un campement commun de Comanches et d’Apaches dans Hidden Canyon, un site maintenant marqué par Lubbock Lake. Une grande partie de la journée était alors passé mais les chasseurs de bisons décidèrent néanmoins de monter à l’attaque. Ils se divisèrent en trois groupes, deux à cheval et un à pied; les hommes à cheval se rendirent sur les côtés du canyon, sur la plaine, alors que les chasseurs à pied suivaient la crique au centre. Quand ils parvinrent à une distance de tir, une charge fut ordonnée. Cela épouvanta les Indiens pendant un moment, et ils commencèrent à courir vers leurs chevaux avant de découvrir la faiblesse de la force les attaquant. En conséquence, ils se rassemblèrent- les femmes coururent vers les cavaliers en déchargeant leurs pistolets pendant que les guerriers se mettaient en défense. La défense improvisée surprit les Texans, qui reculèrent. One Joe Jackson fut touché à l’abdomen ; quelques deux mois plus tard la blessure se révéla fatale, ce qui en fit un des 12 morts du côté texan. Plusieurs autres, dont le guide, furent blessés ainsi qu’un certain nombre d’Indiens ; le plus connu, parmi ceux-ci, Herman Lehmann fut touché à la cuisse et son compagnon fut tué.
A un moment de la fusillade, un groupe de chasseurs, dont John R. Cook, parvinrent à repousser un mouvement de flanc des Indiens ; même ainsi, les Texans en sous-nombre furent obligés de se retirer dans le canyon. Les Comanches mirent alors le feu à l’herbe grasse pour faire un écran de fumée. Au milieu de l’après-midi, la retraite fut ordonnée et les chasseurs s’enfuirent vers Buffalo Springs. Les Indiens les chassèrent brièvement avant de rompre le combat. Les Texans utilisèrent un feu de joie comme leurre avant de déguerpir durant la nuit; ils mirent le feu derrière eux afin d’obscurcir leur piste. Ils retournèrent finalement à Rath City le 27 mars.
Bien que la bataille en elle-même fut un échec , elle marqua le début de la fin de la guerre. Des échos de la bataille atteignirent Fort Griffin, et le Capitaine P. L. Lee répondit en se lançant à la poursuite des Indiens avec 72 soldats du 10ème de Cavalerie. A Lubbock Lake, ils versèrent vers le Nord et le 4 mai prirent contact avec les Indiens à Quemodo Lake dans le Comté de Cochran. Un bref engagement suivit au cours duquel un Ekawakane et son épouse furent tués. En résultat, les Indiens restants se rendirent et retournèrent à Fort Sill.
A l’hiver 1878-1879, le troupeau principal de bisons sur les Plaines du Sud avait été complètement détruit mettant ainsi fin à la chasse organisée.
Plusieurs rapports de la bataille existent, et ce de différents points de vue. Deux des participants texans, , John Cook et Willis Glenn, laissèrent des descriptions de l’action dans leurs mémoires. Herman Lehmann, également, donna un récit de l’affaire dans son autobiographie, et ce naturellement du point de vue Indien.
Le site de la bataille est aujourd’hui localisé dans le Canyon Lake Project à Lubbock. Des monuments marquent un certain nombre de sites associés avec la bataille. Quelques rapports placent sur le site de la bataille, le pionnier Charles "Buffalo" Jones, cofondateur de Garden City, Kansas, qui fut un leader dans les efforts entrepris pour prévenir l’extinction des bisons.

Retourner vers « Western et histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité