Julia BULETTE (1832-1867)

DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6845

Julia BULETTE (1832-1867)

Messagepar DEMERVAL » 22 mars 2019 19:01

Julia Bulette, dont le vrai prénom était Jule, naquit en 1832 dans le Mississippi de descendants français. Vers 1852 ou 1853, elle déménagea en Californie où elle vécut à différents endroits jusque son arrivée en 1859 à Virginia City, Nevada, une ville champignon minière consécutive à la découverte la même année du Comstrock Lode, le plus grand gisement minier d’argent de l’histoire des Etats-Unis. Comme elle était la seule femme dans les environs, elle devint très recherchée par les mineurs. Elle se mit rapidement à la prostitution et Jule ou Julia, fut décrite comme ayant été une grande brunette aux yeux foncés, raffinée dans ses mœurs et possédant un réel sens de l’humour.
"Jule" Bulette vécut et travailla dans un cottage loué situé au coin des rues D et Union dans le quartier du divertissement de Virginia City. Bossant en indépendante, elle concurrença les bordels chics, les péripatéticiennes et les filles des orgues de barbarie et ce , pour de maigres salaires. Avec le peu d’informations existantes sur sa vie, les chroniqueurs du 20ème siècle élevèrent la courtisane au statut d’héroIne du peuple, lui attribuant les attributs de la richesse, de la beauté et du niveau social. En réalité, Bulette était malade et endettée au moment de sa mort. La brutale agression qui mit fin à sa vie, attira l’attention sur la violence qui entourait les membres les moins fortunés de la société Victorienne.
Elle était une bonne amie des mineurs qui l’adoraient. L’un d’eux la décrivit comme ayant "caressé Sun Mountain avec une gentille touche de splendeur". Julia était présente auprès des mineurs dans les périodes de trouble et la malchance, transformant un jour son palace en hôpital après que plusieurs centaines d’hommes soient tombés malade en buvant de l’eau contaminée. Elle soigna les hommes elle-même. Une autre fois devant l’imminence d’une attaque Indienne, Julia choisit de rester derrière les mineurs au lieu de chercher un abri à Carson City. Julia réunit aussi des fonds pour l’Union durant la Guerre Civile Américaine.
Le plus grand triomphe de Julia survint quand les pompiers en firent un membre honoraire du Virginia Engine Number 1. Le 4 juillet 1861, les pompiers la nommèrent Reine de la Parade du Jour de l’Indépendance et elle conduisit le camion de l’Engine Company Number One à travers la ville en arborant un casque de pompier et en portant une trompette en cuivre remplie de roses fraîches, les pompiers marchant derrière elle.
Elle donna de grosses sommes pour un nouvel équipement et aida souvent au maniement de la pompe à eau.
Le matin du 20 janvier 1867, son corps partiellement dénudé fut retrouvé par sa femme de ménage dans sa chambre. Elle avait été étranglée et tabassée à mort.
Virginia City la pleura, les mines, les moulins et les saloons fermant leurs protes en marque de respect. Le jour de ses funérailles, le 21 janvier, des milliers de personnes formèrent une procession d’honneur derrière son corbillard vitré recouvert de plumes noires; les pompiers ouvraient la procession suivis par la milice du Nevada qui joua des hymnes funèbres. Julia fut enterrée au Flower Hill Cemetery.
Un peu plus d’une année plus tard, le meurtrier de Julia fut arrêté et pendu pour son crime. C’était un vagabond français dont le nom était John Millain; et le 24 avril 1868, il monta à la potence en jurant qu’il n’était pas coupable du meurtre de Julia mais n’était qu’un complice pour avoir volé ses maigres avoirs. L’auteur Mark Twain fut le témoin de sa pendaison.
La légende de Julia continua après sa mort. La Virginia and Truckee Railroad honora sa mémoire en donnant son nom à l’un de ses wagons richement meublé. Son portrait fut suspendu dans de nombreux saloons de Virginia City, et l’auteur Rex Beach l’immortalisa en Cherry Malotte dans son roman, Les écumeurs. Oscar Lewis dans son livre Silver Kings rapporta que Julia Bulette fit l’objet de plus d’écrits qu’aucune autre femme du Comstock Lode.
Seuls deux portraits authentiques de Julia existent; l’un est une photographie qui la montre à côté de l’ Engine Number 1 affublée d’un casque de pompier. Une troisième photographie qui lui fut attribuée, semble plutôt concerner la femme de ménage de Julia Bulette, aussi prénommée Julia.
En octobre 1959, un épisode de la série télévisée Bonanza intitulé "The Julia Bulette Story" comprenait le personnage de Julia, et montrait Little Joe tomber amoureux d’elle au grand dam de son père. Elle était incarnée par Jane Greer.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4799
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Julia BULETTE (1832-1867)

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 12 mai 2019 16:55

Image Jane GREER dans cet épisode de BONANZA, L'HISTOIRE DE JULIA (THE JULIA BULETTE STORY) (1959).
Image


Retourner vers « Western et histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités