William QUANTRILL (1837-1865)

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4731

William QUANTRILL (1837-1865)

Messagepar DEMERVAL » 01 août 2017 17:52

William Quantrill était l’aîné d’une famille de 12 enfants, dont quatre décédèrent avant l’adolescence. Il naquit le 31 juillet 1837. Son père était Thomas Henry Quantrill, originaire de Hagerstown, Maryland. Sa mère, Caroline Cornelia Clark, était native de Chambersburg, Pennsylvanie. Ils se marièrent le 11 octobre 1886 et déménagèrent à Canal Dover au mois de décembre qui suivit.
Quantrill fut bien éduqué et suivit les pas de son père, en devenant instituteur à l’âge de 16 ans. En 1854, son père abusif décéda d’une tuberculose, laissant la famille avec une immense dette financière. La mère de Quantrill dut transformer sa maison en pension de famille afin de survivre. Quantrill aida à supporter la famille en travaillant comme instituteur mais il quitta la maison un an plus tard pour prendre la route de Mendota, Illinois. Là, Quantrill accepta un boulot dans une scierie, déchargeant du bois des wagons de chemins de fer.
Une nuit alors qu’il travaillait en équipe de nuit, il abattit un homme. Les autorités arrêtèrent brièvement Quantrill, qui clama la légitime défense. Comme il n’y avait pas de témoins oculaires et que la victime était un étranger qui ne connaissait personne dans la ville, William fut libéré. Mais la police lui recommanda fermement de quitter Mendota. Quantrill continua sa carrière d’instituteur, notamment à Fort Wayne, Indiana, en février 1856. Et bien que le district fut impressionné par les qualités d’enseignant de Quantrill, ses salaires restèrent maigres. Quantrill retourna à Canal Dover sans plus de monnaie dans ses poches que lorsqu’il était parti.
Quantrill passa l’hiver dans la cabane familiale de cette ville désargentée, qui petit à petit devenait de plus en plus agitée. Ce fut vers cette époque que de nombreux Ohioans commencèrent à migrer vers le Territoire du Kansas à la recherche de terrains bon marché et d’opportunités. Parmi eux figuraient Henry Torrey et Harmon Beeson, deux locaux qui espéraient construire une grande ferme à l’Ouest pour leurs familles. Bien qu’ils n’avaient pas confiance au jeune William de 19 ans, les plaidoiries de la mère de Bill les persuada de laisser son fils les accompagner au Kansas en espérant que sa vie y prenne un nouveau tournant.
Le trio prit le départ à la fin février 1857. Torrey et Beeson acceptèrent de payer le terrain de Quantrill en échange de quelques mois de labeur. Ils s’installèrent à Marais des Cygnes, mais les choses ne tournèrent pas comme prévues. Après environ deux mois, Quantrill commença à se relâcher quand il fut temps de travailler la terre et il passa la plupart de ses journées à déambuler sans but dans la nature sauvage avec son fusil. Une dispute éclata au sujet de la propriété du terrain et il esta en justice contre Torrey et Beeson. La cour attribua aux hommes ce qui leur revenait, mais Quantrill ne paya que la moitié de la somme que la Cour lui avait ordonné de payer. Sa relation avec Beeson ne fut jamais la même mais il restèrent amis avec Torrey.
Peu de temps après, Quantrill accompagna un groupe important d’amis de sa ville dans leur quête de commencer une colonisation sur le Lac Tuscarora. Mais rapidement des voisins commencèrent à accuser Bill de vols de marchandises, aussi ils le bannirent de la communauté en janvier 1858.
Il fut embauché par l’armée des Etats-Unis pour être cocher dans le cadre d’une expédition se rendant à Salt Lake City, Utah au printemps 1858. On ne sait pas grand-chose sur le voyage de Quantrill vers l’Ouest, excepté qu’il excella au poker. Il accumula les piles de gains en jouant au poker contre ses camarades du Fort Bridger mais perdit tout le lendemain sur une seule donne, le laissant sans le moindre sou.
Quantrill rejoignit ensuite un groupe de brutes du Missouri et devint une sorte de vagabond. Le groupe aida, contre finances, à assurer la protection des fermiers contre les Jayhawkers et ils dormaient là où ils le pouvaient. Quantrill revint en Utah puis au Colorado, mais retourna en moins d’un an à Lawrence, Kansas, en 1859. Ce fut à ce moment que ses idées politiques commencèrent à prendre forme et son attitude envers le problème de l’esclavage commença à évoluer.
Avant 1860, les idées politiques de Quantrill l’engagèrent à se mettre du côté des anti-esclavagistes. Il écrivit à son bon ami W.W. Scott en janvier 1858 que la Constitution de Lecompton était une "escroquerie" et que James H. Lane, un sympathisant nordiste, était "un homme aussi bon que ceux d’ici." Il appela aussi les Démocrates "Les pires hommes que nous avons car ce sont tous des vauriens, car personne ne peut être démocrate ici sans en être un."
Une année plus tard, en 1859, il était de retour à Lawrence, Kansas où il enseigna jusqu’à la fermeture de l’école en 1860. Il s’acocquina ensuite avec des brigands et se mit à voler du bétail et tout ce qui pouvait lui amener un dollar. Il apprit aussi la rentabilité de la capture d’esclaves en fuite et conçut des plans pour utiliser des noirs comme appâts pour les esclaves en fuite, qu’il capturait alors et renvoyait à leurs maîtres en échange d’une récompense en argent.
Son nouveau style de vie pourrait avoir été la raison de son changement d’idées politiques. En février 1860, Quantrill écrivit une lettre à sa mère lui exprimant ses vues sur les partisans de l’anti-esclavagisme. Il lui dit que le mouvement pro-esclavagiste était dans son bon droit et qu’il détestait maintenant Jim Lane. Il dit que la pendaison de John Brown avait été une mort trop douce pour lui et que, "le diable exerçait son emprise sur ce territoire, et qu’il tiendrait bon tant que nous n’aurons pas une meilleure société."
En 1861, Quantrill se rendit au Texas avec un esclavagiste appelé Marcus Gill. Là il rencontra Joel B. Mayes et rejoignit la Nation Cherokee. Mayes était à demi irlando-écossais et à demi sympathisant Cherokee de la Confédération et chef de guerre de la Nation Cherokee au Texas. Il avait quitté la Géorgie pour le vieux Territoire Indien en 1838. Mayes s’engagea et servit comme première classe dans la Compagnie A du 1er régiment Cherokee de l’Armée Confédérée. Ce fut Mayes qui enseigna la technique de la guérilla à Quantrill. Il devait apprendre les techniques d’embuscade utilisées par les Indiens ainsi que les attaques sournoises et la camouflage. Quantrill, en compagnie de Mayes et de la Nation Cherokee, rejoignirent le Général Sterling Price et combattit aux batailles de Wilson's Creek et de Lexington en août et septembre 1861.
Quantrill déserta l’armée du Général Price et se rendit à Blue Springs, Missouri pour former sa propre "Armée" d’hommes loyaux qui avaient une grande croyance en lui et la cause Confédérée. A Noël 1861, il avait 10 hommes qui pouvaient le suivre du matin au soir au sein de son organisation pro-guerilla confédérée. Ces hommes étaient: William Haller, George Todd, Joseph Gilcrist, Perry Hoy, John Little, James Little, Joseph Baughan, William H. Gregg, James A. Hendricks et John W. Koger. Plus tard en 1862, John Jarrett, John Brown, Cole Younger ainsi que William T. "Bloody Bill" Anderson et les frères James devaient rejoindre l’armée de Quantrill.
Le fait le plus significatif de la carrière de guerilla de Quantrill eut lieu le 21 août 1863. La ville de Lawrence était considérée depuis de longues années comme la place-forte des forces anti-esclavagistes au Kansas et comme la base d’opérations d’incursions au Missouri menées par les Jayhawkers et les forces pro-Unionnistes. Ce fut aussi la maison de James H. Lane, un sénateur connu au Missouri pour ses vues ardentes anti-esclavagistes et qui étaiit aussi un leader des Jayhawkers (hors-la-lois déguisés en soldats de l’Union).
Durant les semaines qui pécédèrent immédiatement le raid, le Général de l’Union, Thomas Ewing, Jr., avait ordonné la détention de tout civil apportant de l’aide aux raiders de Quantrill. Plusieurs relations féminines de la guerilla avaient été emprisonnées dans une prison de fortune de Kansas City, Missouri. Le 14 août, le batiment s’effondra, tuant quatre jeunes femmes et en en blessant d’autres. Parmi les mortes figurait Josephine Anderson, sœur d’un des hommes-clés de la guerilla de Quantrill, à savoir "Bloody Bill" Anderson. Une autre sœur d’Anderson, Mary, fut handicapée à vie dans l’incident. Les hommes de Quantrill crurent que l’effondrement avait été prémédité et l’évènement les mit en furie.
Quelques historiens ont suggéré que Quantrill avait en fait planifié de lancer un raid sur Lawrence avant que la prison ne se soit effondrée, en représailles contre des attaques antérieures des Jayhawkers ainsi que l’incendie d’Osceola, Missouri.
De bonne heure le 21 août, Quantrill descendit du Mont Oread et attaqua Lawrence à la tête d’une force combinée de 450 guerilleros. Le sénateur Lane, une cible principale du raid, parvint à s’échapper en traversant un champ de blé dans sa chemise de nuit, mais les guerilleros, sous les ordres de Quantrill, tuèrent 183 hommes et garçons "assez vieux pour porter une arme". Les âges des personnes tuées s’étalaient de 14 à 90 ans. Quand les hommes de Quantrill quittèrent la ville à 9h00, la plupart des immeubles de Lawrence étaient en feu, dont tous les commerces sauf deux.
Le 25 août, en représailles pour le raid, le Général Ewing autorisa l’Ordre Général n° 11 (à ne pas confondre avec l’ordre du Général Ulysses S. Grant du même nom). L’édit ordonnait le dépeuplement de 3 comtés et demi du Missouri situés le long de la frontière du Kansas (à l’exception de quelques villes désignées), ce qui força des dizaines de milliers de civils à abandonner leurs maisons. Les troupes de l’Union marchèrent derrière eux, brûlant les immeubles, les récoltes et en abattant tout le bétail afin de priver la guerilla de nourriture, de fourrage et d’aide. La région était tellement dévastée qu’elle fut plus tard appelée le "District Brûlé". Quantrill et ses hommes chevauchèrent vers le sud au Texas, où ils passèrent l’hiver avec les forces Confédérées. Le 18 mai 1864, les forces de Quantrill lynchèrent le shérif Texan James L. Read à Collin County, Texas.
Alors qu’il se trouvait au Texas, Quantrill et ses 400 hommes se querellèrent. Sa bande, un jour importante en nombre, se morcela en plusieurs petits groupes de guerilleros. L’un d’entre eux était conduit par son lieutenant, "Bloody Bill" Anderson. Quantrill le rejoignit brièvement à la fin de 1864 durant un combat au nord de la rivière Missouri.
Au printemps de 1865, commandant maintenant une bande d’une douzaine d’individus, Quantrill mit en scène une série de raids à l’ouest du Kentucky. Le général confédéré Robert E. Lee se rendit à Ulysses Grant le 9 avril et le Général Johnston se rendit avec le reste de l’armée confédérée au Général Sherman le 26 avril. Le 10 mai, Quantrill et sa bande tombèrent dans une embuscade à Wakefield Farm. Incapable de s’évader à cause d’un cheval nerveux, il fut touché au dos et fut paralysé à partir de la poitrine. Il fut transporté par chariot à Louisville, Kentucky et envoyé dans un hôpital/prison militaire, située au nord de Broadway, sur la 10ème rue. Il y décéda de ses blessures le 6 juin 1865, à 27 ans.
Quantrill fut enterré dans une tombe anonyme (qui fut plus tard engravée) dans ce qui allait devenir le St. John's Cemetery de Louisville. Un ami d’enfance de Quantrill, le journaliste William W. Scott, affirma avoir déterré la tombe de Louisville en 1887 et apporté les restes de Quantrill à Dover à la requête de la mère de Quantrill. Ces restes sont censés avoir été enterrés à Dover en 1889. Cependant, Scott essaya vainement de vendre ce qu’il disait être les os de Quantrill, aussi on ne sait pas si les restes qu’il ramena à Dover ou enterra à Dover étaient authentiques. Au début des années 1990, la divison du Missouri des Fils des Vétérans Confédérés convainquit la Kansas State Historical Society de négocier avec les autorités de Dover, ce qui amena à la découverte de trois os de bras, deux os de jambes et quelques cheveux, tous restes appartenant apparemment à Quantrill, qui furent enterrés en 1992 dans le Old Confederate Veteran's Home Cemetery de Higginsville, Missouri. De ce fait, des tombes au nom de Quantrill existent donc à Louisville, Dover et Higginsville.

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1227
Localisation : depts 13 et 05

Re: William QUANTRILL (1837-1865)

Messagepar major dundee » 02 août 2017 10:57

Toujours bien les bios de Demerval...ça manque un peu d'illustrations quand meme :wink:

Image

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1227
Localisation : depts 13 et 05

Re: William QUANTRILL (1837-1865)

Messagepar major dundee » 02 août 2017 11:01

Quantrill (John Ales), dans "Ride with the devil" (Ang Lee)...un super western, avec quelques scènes mythiques ("Tu m'as bien eu Dutchy..."j'adore cette scène).

Image

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1227
Localisation : depts 13 et 05

Re: William QUANTRILL (1837-1865)

Messagepar major dundee » 02 août 2017 11:05

Un affreux parmi les affreux...(Jonathan Rhys Meyers)

Image

Avatar du membre
Sitting Bull
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6121
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: William QUANTRILL (1837-1865)

Messagepar Sitting Bull » 02 août 2017 16:24

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)



Retourner vers « Western et histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité