Davy CROCKETT (1786-1836)

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4410

Davy CROCKETT (1786-1836)

Messagepar DEMERVAL » 20 févr. 2017 20:58

Les Crocketts étaient de descendances Irlandaise, Anglaise, Ecossaise et Français Huguenot. L’ancêtre le plus ancien connu fut Gabriel Gustave de Crocketagne, dont le fils, Antoine de Saussure Peronette de Crocketagne reçut une commission dans la garde royale du roi Louis XIV. Antoine épousa Louise de Saix et immigra en Irlande avec elle, en changeant son nom en Crockett. Leur fils Joseph Louis naquit en Irlande et épousa Sarah Stewart. Joseph et Sarah émigrèrent à New York, où leur fils William David naquit en 1709. Il épousa Elizabeth Boulay. David, le fils de William et Elizabeth vit le jour en Pennsylvanie et maria Elizabeth Hedge. Ils furent les parents de William, David Jr., Robert, Alexander, James, Joseph et John, le père de David Crockett qui décéda à Alamo.
John naquit vers 1753 dans le comté de Frederick, Virginie. La famille déménagea dans le comté de Tryon, Caroline du Nord vers 1768. En 1776, la famille déménagea au nord-ouest du Tennessee, dans une endroit appelé aujourd’hui, Comté de Hawkins. John fut l’un des Overmountain Men qui combattirent à la Bataille de Kings Mountain durant la guerre d’Indépendance des Etats-Unis. Alors que John était parti en campagne comme volontaire d’une milice en 1777, David et Elizabeth furent tués en leur domicile, aujourd’hui Rogersville, par des Creeks et des Chickamauga Cherokees conduits par le chef de guerre Dragging Canoe. Le frère de John, Joseph fut blessé dans l’accrochage. Son frère James resta prisonnier pendant 17 ans.
John épousa Rebecca Hawkins en 1780. Quand leur fils, David, naquit le 17 août 1786, ils lui donnèrent le prénom de son grand-père. David est né dans ce qui est aujourd’hui le comté de Greene, Tennessee ( à l’époque une partie de la Caroline du Nord), près de la rivière Nolichucky, à proximité de la communauté de Limestone. John lutta continuellement pour joindre les deux bouts et, en 1792, les Crocketts déménagèrent sur un bout de terrain de Lick Creek. Ayant vendu ce bout de terrain en 1794, John emmena sa famille à Cove Creek et construisit un moulin avec Thomas Galbraith comme partenaire. Une inondation détruisit le moulin et le domicile familial des Crocketts. En 1792, les Crocketts déménagèrent à Mossy Creek dans le comté de Jefferson. John perdit sa propriété dans une banqueroute en 1795. Les Crocketts investirent alors une propriété appartenant à un Quaker répondant au nom de John Canady. A Morristown dans le Sud-Ouest du territoire, John construisit une taverne sle long d’une route de diligences.
Quand David eut 12 ans, son père le fit travailler chez Jacob Siler pour aider la famille Crocketts à payer ses dettes. David aida Siler à s’occuper du bétail comme cowboy lors d’un voyage de 640km les conduisant près de Natural Bridge en Virginie. Il fut bien traité et payé pour ses services, mais après plusieurs semaines en Virginie, il décida de revenir chez lui au Tennesse. L’année suivante, John inscrivit ses fils à l’école. Après une altercation avec un autre écolier, David sécha les cours. Quand il apprit cette affaire, John essaya de fouetter David mais son fils courut plus vite que lui. David rejoignit un convoi de bétails que Jesse Cheek emmenait vers Front Royal, Virginie. A l’arrivée du convoi, il rejoignit le convoyeur Adam Myers pour un voyage vers Gerrardstown, Virginie Occidentale. Entre deux voyages avec Myers, il travailla pour le fermier John Gray. Après avoir quitté Myers, il voyagea à Christiansburg, où il suivit un apprentissage de quatre chez le chapelier Elijah Griffith.
En 1802, David fit le voyage retour à pied vers la taverne de son père dans le Tennessee. Son père était en dettes avec Abraham Wilson pour 36 dollars (603 dollars de 2016), aussi David fut prêté à Wilson pour payer la dette. Plus tard, Crockett effaça aussi une dette de 40 dollars due à John Canady. Une fois ses dettes réglées, John Crockett dit à son fils qu’il était libre de quitter sa maison. David retourna bosser pour Canady où il resta pendant quatre ans.
Crockett tomba amoureux de la nièce de John Canady, Amy Summer, qui était fiancée au fils de Canady, Robert. Alors qu’il servait les boissons lors du mariage, Crockett rencontra Margaret Elder. Il la persuada de l’épouser et un contrat de mariage fut établi le 21 octobre 1805. Margaret était aussi fiancée à un autre homme au même moment et l’épousa à la place.
Il rencontra Polly Finley et sa mère Jean lors de la fête des moissons. Bien qu’initialement très fraternelle ave lui, Jean Finley décida finalement que Crockett n’était pas l’homme ad hoc pour sa fille. Crockett déclara ses intentions de mariage à Polly, sans se soucier de l’endroit où la cérémonie aurait lieu, dans la maison de ses beaux-parents ou tout autre endroit. Il trouva un juge de paix et se procura un certificat de mariage le 12 août 1806. Le 16 août, il se rendit au domicile de Polly avec sa famille et ses amis, déterminé à repartir avec Polly pour se marier autre part. Le père de Polly s’arrangea avec Crockett pour que le mariage ait lieu au domicile des Finleys. Crockett n’accepta qu’une fois que Jean se fut excusée du traitement qu’elle lui avait auparavant imposé.
Les nouveaux mariés s’établirent sur un terrain près des parents de Polly et leur premier enfant, John Wesley Crockett, qui deviendra Membre du Congrés Américain, naquit le 10 juillet 1807. Leur second enfant, William Finley Crockett, naquit le 25 novembre 1808. En octobre 1811, la famille se relocalisa dans le comté de Lincoln. Leur troisième enfant, Margaret Finley (Polly) Crockett vit le jour le 25 novembre 1812. Les Crocketts déménagèrent alors dans le comté de Franklin en 1813. Il appela leur nouvelle maison sur Beans Creek, "Kentuck". Son épouse décéda en mars 1815 et Crockett demanda à son frère, John et sa belle-sœur de bien vouloir déménager chez lui pour l’aider à élever ses enfants. La même année, il épousa la veuve Elizabeth Patton, qui avait une fille, Margaret Ann et un fils, George. Le fils de David et d' Elizabeth, Robert Patton, naquit le 16 septembre 1816. Leur fille, Rebecca Elvira vit le jour le 25 décembre 1818 et Mathilda le 2 août 1821.
Andrew Jackson fut nommé major général de la milice du Tennessee en 1802. Le massacre du Fort Mims, près de Mobile, territoire du Mississippi, le 30 août 1813, devint le cri de ralliement pour faire la guerre contre les Creeks. Le 20 septembre, Crockett quitta safamille et s’engagea comme éclaireur pour une durée initiale de 90 jours avec la Compagnie de Carabiniers Montés de Francis Jones, une partie du Second Régiment de Carabiniers Montés Volontaires. Durant la guerre, ils servirent sous les ordres du Colonel John Coffee, se dirigeant vers le sud vers ce qui est maintenant l’Alabama et prenant une part active aux combats. Crockett chassa souvent du gibier sauvage pour les soldats et se trouva mieux dans sa peau avec ce rôle que dans celui de tueurs de guerriers Creeks. Il servit jusqu’au 24 décembre 1813.
La guerre de 1812 eut lieu concomitamment avec la Guerre contre les Creeks. Après le Traité du Fort Jackson en août 1814, Andrew Jackson, maintenant avec l’U.S. Army, voulait bouter les forces britanniques hors de la Floride Espagnole et demanda le soutien de la milice du Tennessee. Crockett se réengagea comme troisième sergent pour une durée de six mois avec les Tennessee Mounted Gunmen sous les ordres du Capitaine John Cowan le 28 septembre 1814. Comme ils se trouvaient à des journées de marche du reste de la troupe, l’unité de Crockett ne participa aux principales actions de guerre qu’avec parcimonie et se focalisa plut^tot sur l’approvisionnement en victuailles. Crockett retourna chez lui en décembre. Il resta sous le statut militaire de réserviste jusqu’en mars 1815, aussi il loua les services d’un jeune homme pour remplir le reste de son obligation.
En 1817, Crockett déménagea sa famille vers une nouvelle superficie dans le comté de Lawrence, où il fit connaissance avec la fonction officielle de commissaire aidant à configurer les frontières des nouveaux comtés. Le 25 novembre, la législature de l’Etat le nomma juge de paix du comté. Le 27 mars 1818, il fut élu lieutenant colonel du 57ème Régiment de la Milice du Tennessee, au détriment de son challenger, Daniel Matthews. En 1819, Crockett exploitait diverses affaires dans la région et sentit que ses responsabilités publiques lui prenaient tellement de temps et d’énergie qu’il ne lui restait plus de temps pour s’occuper de sa famille. Il démissionna de son poste de juge de paix et de son poste au sein du régiment.
En 1821, il démissionna de son poste de commissaire et se présenta avec succès pour occuper un siège à l’Assemblée Générale du Tennessee, y représentant les comtés de Lawrence et Hickman. Ce fut lors de cette élection que Crockett affûta ses talents oratoires anecdotiques. Il fut nommé au Comité des Propositions et des Plaintes le 17 septembre 1821 et fut actif durant toute la première session qui dura jusqu’au 17 novembre, ainsi que lors de la session spéciale convoquée par le Gouverneur à l’été 1822 et qui prit fin le 24 août. Il favorisa l’émergence d’une législation relachant la pression fiscale sur les pauvres. Crockett passa la totalité de sa carrière de député à lutter pour les droits des pauvres colons qu’ils savaient être au bord du précipice et sur le point de perdre leurs terres à cause d’un système étatique très compliqué. Pour le poste de gouverneur, il apporta en 1821 son soutien au candidat William Carroll contre le candidat désigné par Andrew Jackson, à savoir Edward Ward.
Moins de deux semaines après son élection à l’Assemblée Générale de 1821, une crue de la Rivière Tennessee détruisit les entreprises de Crockett. En novembre, le père d’Elizabeth, Robert Patton légua 320 hectares de sa propriété du comté de Carroll à Crockett. Crockett vendit la plupart de la superficie pour aider à payer ses dettes et déménagea sa famille vers la rivière Obion, qui demeura dans le comté de Carroll jusqu’en 1825 avant que les frontières soient reconfigurées et que cette rivière soit intégrée au comté de Gibson. En 1823, il se présenta contre le neveu par alliance d’Andrew Jackson, William Edward Butler et remporta un siège à l’Assemblée Générale pour y représenter les comtés de Carroll, Humphreys, Perry, Henderson et Madison. Il servit lors de la première session qui se déroula de septembre à fin novembre 1823 et lors de la seconde session qui eut lieu de septembre à fin novembre 1824, se faisant le champion des droits des pauvres fermiers. A l’occasion de l’élection d’Andrew Jackson au sénat des Etats-Unis en 1823, Crockett soutint son concurrent, John Williams.
Le 25 octobre 1824, Crockett notifia aux électeurs son intention de concourir pour l’élection de 1925 à la Chambre des Représentants des Etats-Unis. Il perdit cette élection face au candidat sortant, Adam Rankin Alexander. Une rencontre fortuite, en 1826, lui apporta les encouragements du maire de Memphis, Marcus Brutus Winchester à se présenter de nouveau au Congrés. La Jackson Gazette publia une lettre de Crockett, le 15 septembre 1826, annonçant son intention de défier de nouveau Rankin, affirmant son opposition à la politique menée sur les tarifs du coton par le Président John Quincy Adams, par le Secrétaire d’Etat, Henry Clay et par Rankin. Le vétéran de la Milice, William Arnold entra aussi dans la danse et Crockett défit facilement ses deux concurrents pour la mandature de deux ans s’écoulant du 4 mars 1827 au 3 mars 1829. Il arriva à Washington D.C. et prit résidence dans la pension de famille de Mrs. Ball, où un certain nombre de représentants logeaient également durant la session du Congrés. Jackson fut élu Président des Etats-Unis en 1828. Crockett continua à se focaliser sur les problèmes des colons afin que ceux-ci obtiennent des accords équitables pour leurs titres de propriété et il fut à l’origine de l’adoption de l’amendement H.R. 27 qui devint une loi déposée par James K. Polk.
Il fut réélu pour la session allant du 4 mars 1829 au 3 mars 1831, en battant de nouveau Adam Rankin Alexander. Crockett introduisit l’amendement H.R. 185 sur les terres publiques le 29 janvier 1830. L’amendement fut rejeté le 3 mai 1830. Le 25 février 1830, Crockett introduisit une résolution visant à abolir l’United States Military Academy de West Point, New York, parce qu’il pensait que c’était de l’argent public qui bénéficiait aux fils de riches. Il se prononça contre la résolution prise par le Congrès d’allouer une somme de 100 000 dollars à la veuve de Stephen Decatur, affirmant que le Congrès n’était pas habilité à faire cela. En 1830, Crockett s’opposa à l’adoption de l’Indian Removal Act de Jackson et il fut le seul membre de la délégation du Tennessee à voter contre. Le Chef Cherokee John Ross lui envoya une lettre le 13 janvier 1831, pour lui exprimer ses remerciements pour son vote. Son vote ne fut pas populaire dans son propre district et en 1831 il fut battu par William Fitzgerald.
Crockett se présenta de nouveau contre Fitzgerald pour l’élection de 1833 et il fit son retour au Congrès, y siègeant jusqu’en 1835. Le 2 janvier 1834, Crockett introduisit la résolution H.R. 126 sur les titres de propriété mais celle-ci ne fut même pas discutée. Il fut défait lors de l’élection d’août 1835 par Adam Huntsman. Durant sa dernière mandature au Congrès, Crockett collabora avec le représentant du Kentucky Thomas Chilton pour écrire son autobiographie, qui fut publiée par E. L. Carey et A. Hart en 1834 sous le titre, A Narrative of the Life of David Crockett, Written by Himself . Crockett effectua une tournée de promotion de son livre à l’Est des Etats-Unis.
En décembre 1834, Crockett avait écrit à des amis qu’il désirait déménager au Texas si le successeur au poste de gouverneur choisi par Jackson, à savoir Martin Van Buren était élu Président. L’année suivante il discuta avec son ami Benjamin McCulloch pour lever une compagnie de volontaires à emmener au Texas dans l’attente de l’imminence d’une révolution. Une fois que les résultats de l’élection furent connus en août, son départ pour le Texas fut retardé par une comparution devant le tribunal, durant la dernière semaine d’octobre, en tant que co-exécuteur testamentaire des biens de son beau-père décédé et il quitta finalement sa maison près de Rutherford dans l’Ouest du Tennessee, le 1er novembre 1835, avec trois autres hommes afin d’explorer le Texas. Son plus jeune enfant, Matilda, écrivit plus tard qu’elle se rappelait distinctement la dernière fois qu’elle vit son père:
"Il était vêtu de son habit de chasse, portait une longue carabine que des amis de Philadelphie lui avait donnée... Il semblait très confiant le matin où il est parti sur le fait que nous allions rapidement le rejoindre au Texas."
A partir de chez lui, Crockett se rendit à Jackson, arrivant sur les lieux avec 30 hommes bien armés. Il donna alors un discours sur les marches du palais de justice du comté de Madison, puis prit la direction du sud-ouest vers Bolivar, où il passa la nuit dans la résidence du Dr. Calvin Jones, attirant une nouvelle fois les foules qui fêtèrent son départ le matin suivant. Il arriva à Memphis lors de la deuxième semaine de novembre avec une compagnie quelque peu diminuée et prit le bâteau sur le Mississipi le jour suivant pour enfin continuer son périple à dos de cheval à travers l’Arkansas.
Le 12 novembre 1835, Crockett et son entourage arrivèrent à Little Rock, Arkansas. Les journaux locaux rapportèrent que des centaines de personnes déferlèrent dans la ville pour voir Crockett et un groupe de citoyens en vue organisa un dîner en son honneur au Jeffries Hotel. Crockett parla "principalement de l’indépendance du Texas," ainsi que la politique de Washington.
Crockett arriva à Nacogdoches, Texas, au début de janvier 1836. Le 14 janvier 1836, Crockett et 65 autres hommes signèrent un serment devant le juge John Forbes du Gouvernement Provisoire du Texas pour six mois: "J’ai prêté serment au government et me suis enrolé comme volontaire et entreprendrait le voyage pour le Rio Grande dans quelques jours avec les volontaires des Etats-Unis."En dédommagement, on promit à chaque homme 1,900 hectares de terres. Il vendit aussi deux fusils au Colonel O'Neal pour 60 dollars. (Après sa mort ses héritiers réclamèrent 57.50 dollars. En 1854 sa veuve reçut un certificat de paiement de 24 dollars de la part du Texas.) Le 6 février, Crockett et cinq autres hommes chevauchèrent jusqu’à San Antonio de Bexar et campèrent juste en dehors de la ville. Ils furent plus tard accueillis par James Bowie et Antonio Menchaca et emmenés au domicile de Don Erasmo Seguin.
Crockett arriva à Alamo le 8 février. Le 23 février, à la surprise des hommes de la garnison du Alamo, une armée mexicaine conduite par le Général Antonio Lopez de Santa Anna arriva. Les soldats mexicains initièrent immédiatement le siège du fort. Santa Anna ordonna à son artillerie d’entretenir un bombardement nourri. Les canons se rapprochaient du Alamo un peu plus chaque jour, accroissant ainsi leur efficacité. Le 25 février, 2 à 300 soldats mexicains traversèrent la rivière San Antonio et se mirent à couvert dans des cabanes abandonnées à approximativement 80 à 100m des murs du Alamo. Les soldats avaient l’intention d’utiliser ces cabanes pour établir un autre poste d’artillerie, bien que de nombreux Texians supposaient qu’ils préparaient un assaut contre le fort. Plusieurs hommes se protèrent volontaires pour aller incendier les huttes. Pour les couvrir, les canons du Alamo crachèrent de la mitraille sur les soldats mexicains et Crockett et ses hommes utilisèrent leurs fusils pendant que d’autres défenseurs rechargeaient des armes supplémentaires pour entretenir un feu continu. En 90 minutes, la bataille était terminée et les soldats mexicains se retirèrent. A l’intérieur du Alamo, les stocks de poudre et de munitions étaient limités. Le 26 février, le commandant du Alamo, William Barret Travis ordonna à l’artillerie d’arrêter de répliquer aux tirs mexicains afin de préserver de précieuses munitions.Crockett et ses hommes furent encouragés à cesser le feu, car étant souvent inefficient.
Le siège progressant, Travis envoya de nombreux messages pour demander l’envoi de renforts. Plusieurs messagers furent envoyés auprès de James Fannin, qui commandait le seul groupe officiel de soldats Texians. Fannin et plusieurs centaines de Texians occupaient le Presidio La Bahia à Goliad. Bien que Fannin décida finalement qu’il était trop risqué d’essayer de renforcer le Alamo, l’historien Thomas Ricks Lindley conclut que près de 50 hommes de Fannin quittèrent son commandement pour se rendre à Bexar. Ces hommes pourraient avoir atteint Cibolo Creek, à 56 km d’Alamo, dans l’après-midi du 3 mars. Là ils furent rejoints par un autre groupe d’hommes qui avaient aussi l’intention de rejojndre la garnison.
La même nuit, en dehors du Alamo, il y eut une escarmouche entre Mexicains et troupes Texianes. Plusieurs historiens, dont Walter Lord, spéculèrent sur le fait que les Texians auraient organisé une diversion pour permettre au dernier courrier, John Smith, de sortir du camp mexicain. Cependant, en 1876, la survivante d’Alamo, Susannah Dickinson affirma que Travis avait envoyé trois hommes peu après la tombée de la nuit du 3 mars, probablement en réponse à l’arrivée de renforts mexicains. Les trois hommes, dont Crockett, furent envoyés auprès de Fannin. Lindley affirma que juste avant minuit, Crockett et un de ces autres hommes trouvèrent les forces Texianes attendant le long de Cibolo Creek,à une trentaine de kms du Alamo. Juste avant le lever du jour, le 4 mars, une partie des forces Texianes parvint à percer les lignes mexicaines et à entrer dans Alamo. Un second groupe fut pourchassé à travers la prairie par la cavalerie mexicaine.
Le siège prit fin le 6 mars, quand l’armée mexicaine attaqua juste avant l’aube pendant que les défenseurs dormaient. Le bombardement journalier par l’artillerie avait été suspendu, peut-être un stratagème pour encourager la réaction naturelle humaine à cesser une contrainte constante. Mais la garnison se réveilla et la bataille finale commença. La plupart des non combattants se réunirent dans la sachristie de l’églisepour se mettre à l’abri. Selon Dickinson, avant de courir à son poste, Crockett fit brièvement une pause dans l’église pour y dire une prière. Quand les soldats mexicains eurent fait une brèche dans le mur du Nord du fort, la plupart des Texians se replièrent sur les baraques et l’église comme planifié précédemment. Crockett et ses hommes étaient trop éloignés des baraques pour se mettre à l’abri et furent le dernier groupe restant dans la mission à être en plein air. Les hommes défendirent le muret en face de l’église, utilisant leurs carabines comme matraques et en se fiant à leurs couteaux, le feu de l’action étant trop intense pour avoir le temps de recharger. Après une salve et une charge à la baïonnette, les soldats mexicains repoussèrent les derniers défenseurs vers l’église. La bataille d’Alamo dura presque 90 minutes.
Une fois que tous les défenseurs eurent été tués, Santa Anna ordonna à ses hommes de prendre les corps près d’un proche bosquet d’arbres, où ils furent empilés les uns sur les autres et du bois stocké par-dessus. Cette soirée, un brasier fut allumé et les corps des défenseurs furent transformés en cendres.
Les cendres restèrent telles quelles jusqu’en février 1837, quand Juan Seguin et sa cavalerie revinrent à Bexar pour examiner les restes. Un charpentier local fabriqua un simple cercueil, et les cendres du bûcher funéraire furent placées à l’intérieur. Les noms de Travis, Crockett et Bowie furent inscrits sur le couvercle. Le cercueil est censé avoir été enterré dans une pêcheraie, mais le lieu ne fut pas indiqué et ne peut plus être trouvé.
Ce qui est sûr au sujet du sort de David Crockett est qu’il est décédé à Alamo le matin du 6 mars 1836 à 49 ans. Selon de nombreux récits de la bataille, entre 5 et 7 Texians se rendirent durant la bataille, probablement au Général Castrillon. Révolté par le fait que son ordre de ne pas faire de prisonniers, n’avait pas été respecté, Santa Anna demanda l’immédiate exécution des survivants. Bien que Castrillon et plusieurs autres officiers refusèrent d’obtempérer, les officiers de l’Etat-Major qui n’avaient pas participé à la bataille sortirent leurs épées et tuèrent les Texians désarmés.
Des semaines après la bataille, des histoires commencèrent à circuler affirmant que Crockett figurait parmi ceux qui se rendirent et furent exécutés. Cependant, Ben, un ex esclave africain qui était le cuistot de l’un des officiers de Santa Anna, maintint que le corps de Crockett fut retrouvé dans les baraques, entouré par "pas moins de 16 cadavres de mexicains", l’un d’entre eux ayant le couteau de Crockett dans le corps. Les historiens ne sont pas d’accord sur quelle version adopter.

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1173
Localisation : depts 13 et 05

Re: Davy CROCKETT (1786-1836)

Messagepar major dundee » 20 févr. 2017 23:26

Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1173
Localisation : depts 13 et 05

Re: Davy CROCKETT (1786-1836)

Messagepar major dundee » 20 févr. 2017 23:27

Image
[img]http://www.westernmovies.fr/image/2017/2243/1abb.jpg
Image
Image

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1173
Localisation : depts 13 et 05

Re: Davy CROCKETT (1786-1836)

Messagepar major dundee » 20 févr. 2017 23:28

Image
Image



Retourner vers « Western et histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité