COCHISE (vers 1805-1874)

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4560

COCHISE (vers 1805-1874)

Messagepar DEMERVAL » 19 févr. 2017 11:54

Cochise (ou "Cheis") fut l’un des chefs Apache les plus importants (avec Géronimo et Mangas Coloradas) à résister aux intrusions des Américano-Européens durant le 19ème siècle. Il fut décrit comme étant un homme de grande taille pour son époque, avec une stature musclée, des traits classiques et de longs cheveux noirs qu’il portait selon le style Apache traditionnel. Il mesurait 1m83 et pesait 78 kgs. Dans sa propre langue, son nom était Cheis ce qui voulait dire "ayant la qualité ou la force d’un chêne."
Cochise et les Chokonen-Chiricahua vivaient dans une contrée maintenant connue comme étant la partie nord de la région de Sonora, Mexique; le Nouveau Mexique et l’Arizona, où ils s’établirent un jour où l’autre avant l’arrivée des explorateurs et colons européens. Alors que l’Espagne et le Mexique tentaient de rogner leurs possessions territoriales, des groupes de Chiricahuas commencèrent à résister. Des épisodes guerriers se développèrent que les Apaches remportèrent la plupart du temps. Finalement, l’Espagne changea son fusil d’épaule et introduisit une nouvelle approche; ils essayèrent de rendre les Apaches dépendants (en les apaisant donc), en leur donnant des armes à feu démodées et des rations d’alcool fournies par le gouvernement colonial (cela s’appela la "Galvez Peace Policy"). Après que le Mexique se fut libérer du joug espagnol et prit possession de ce territoire, il fut mis fin à cette pratique, peut-être à cause du manque de matières premières (et ou par manque de volonté). Les diverses bandes de Chiricahuas reprirent leurs raids durant les années 1830 pour acquérir ce qu’ils voulaient après que les Mexicains eurent stoppés de les approvisionner.
En réaction, le gouvernement mexicain commença une série d’opérations militaires en vue de faire stopper les raids des Chiricahuas, mais ils furent combattus pas à pas par les Apaches qui les obligèrent à rester au point mort. Le père de Cochise fut tué lors de ces affrontements. Cochise renforça sa résolution et les Apaches Chiricahuas poursuivirent leur vengeance contre les Mexicains. Des forces mexicaines capturèrent Cochise un jour de 1848 durant un raid que les Apaches menaient à Fronteras, Sonora, mais il fut échangé contre une douzaine de prisonniers mexicains.
En commençant avec la première colonisation espagnole aux alentours de 1600, les Apaches connurent des tensions et des conflits avec les colons européens jusqu’à ce que la plus grande partie de leur territoire fut acquise par les Etats-Unis en 1850, suite à la guerre avec le Mexique. Pendant un moment, les deux peuples établirent des relations amicales. A la fin des années 1850, Cochise aurait même approvisionner en bois de chauffage le relais de diligences de la Butterfield Overland Mail à Apache Pass.
La fragile paix ne dura pas, les empiètements Américano-Européens dans le territoire Apache étant continuels. En 1861 l’Affaire Bascom fut un catalyseur pour une confrontation armée. Une bande d’Apaches avait chassé le bétail d’un rancher local et kidnappé son fils de 12 ans (Felix Ward, qui fut plus tard connu sous le nom de Mickey Free). Cochise et sa bande furent injustement accusés d’avoir commis ces exactions (qui avaient été commises par une autre bande d’Apaches Coyoteros). L’Officier de l’Armée, le Lieutenant George Bascom, invita Cochise à se rendre au campement militaire le croyant responsable de cet incident. Cochise maintint qu’il était innocent et offrit d’enquêter auprès des autres groupes d’Apaches, mais l’Officier tenta de l’arrêter. Cochise s’échappa en sortant un couteau et en s’ouvrant un chemin à travers la tente. Cochise pourrait avoir été la cible de tirs lors de son évasion.
Bascom captura quelques-uns des parents de Cochise, qui furent apparemment appréhendés par surprise alors que Cochise s’échappait. En réaction, Cochise prit, de son côté, des otages pour ouvrir des négociations dans le but de faire libérer les Apaches. Cependant, les négociations échouèrent parce que l’arrivée de renforts de troupes américaines fit croire à Cochise, qu’il perdait la main. Les deux partis exécutèrent finalement tous les otages restants. Cochise devait alors s’embarquer dans une implacable guerre qui devait durer près de 11 ans et qui eut pour effet de réduire de façon notable les colonies américano-mexicaines du sud de l’Arizona en terres brûlées. Dan Thrapp estima le nombre total de colons et voyageurs tués à près de 5000, mais la plupart des historiens penchent plutôt pour quelques centaines. L’arrestation intempestive de Cochise par le lieutenant Bascom est encore célébrée par les Chiricahuas d’aujourd’hui sous le nom de "Cut the Tent."
Cochise rejoignit son beau-père, Mangas Coloradas (Red Sleeves, Kan-da-zis Tlishishen), le puissant chef des Chihenne-Chiricahua, pour une longue série d’escarmouches de représailles et de raids sur les colonies et les ranches des blancs. La Bataille de Dragoon Springs fut un de ces engagements. Durant ces raids, de nombreuses personnes furent tuées, mais les Apaches avaient souvent le dessus. Les Etats-Unis étaient alors occupés par leur propre guerre civile et avaient commencé à retirer toutes leurs forces militaires de la région. Le peu qui en restait n’avait pas la possibilité de rivaliser avec les Apaches. De plus, les Apaches étaient hautement adaptés à vivre et à combattre dans les rudes contrées du Sud-Ouest. Il fallut de nombreuses années avant que l’armée des Etats-Unis, utilisant des tactiques conçues par le Général George Crook et plus tard adoptées par le Général Nelson A. Miles, soit capable de challenger effectivement les combattants Apaches sur leur propre terrain.
A Apache Pass en 1862, Cochise et Mangas Coloradas, avec environ 500 guerriers, tinrent tête à une troupe de volontaires californiens commandée par le Général James Henry Carleton jusqu’à ce qu’une pièce d’artillerie soit tractée sur les lieux pour pilonner les rochers se trouvant au-dessus des défenses indiennes. Selon l’éclaireur John C. Cremony et l’historien Dan L. Thrapp, le tir d’artillerie déclencha la retraite immédiate des Apaches. La Bataille d’Apache Pass fut l’une des rares batailles rangées que les Apaches engagèrent avec l’armée des Etats-Unis. Normalement, les Apache avaient plutôt recours à la guerrilla. Le Capitaine Thomas Roberts était persuadé que pour résoudre ce conflit, il serait préférable de trouver un chemin autour d’Apache Pass, ce qu’il fit. Le Général Carleton continua sa route sans entraves jusqu’au Nouveau Mexique et il prit finalement le commandement du territoire.
En janvier 1863, le Général Joseph R. West, sous les ordres du Général Carleton, captura Mangas Coloradas en l’attirant à une conférence sous le couvert du drapeau blanc. Durant ce qui aurait dû être une séance de pourparlers pour la paix, les Américains firent Mangas Coloradas prisonnier et plus tard l’assassinèrent. Ceci jeta de l’huile sur le feu sur l’animosité existant entre les envahisseurs américains et les Apaches. Cochise estima que les Américains avaient violé les régles de la guerre en capturant et en exécutant Mangas Coloradas durant une séance de pourparlers de paix. Cochise et les Apaches continuèrent leurs raids contre les colonies américaines et mexicaines et toutes positions militaires tout au long des années 1860.
Suite à diverses escarmouches, Cochise et ses hommes furent graduellement rejetés vers les Monts Dragoon de l’Arizona mais ils utilisèrent les montagnes comme base de départ d’attaques continuelles contre les colonies blanches. Cochise échappa à la capture et continua ses raids contre les colonies blanches et les voyageurs jusqu’en 1872. En 1871, le Général Oliver O. Howard reçut l’ordre de trouver Cochise, et en 1872 Howard, accompagné par son aide de camp, le Premier Lieutenant Joseph Alton Sladen et le Capitaine Samuel S. Sumner, arriva en Arizona pour négocier un traité de paix avec Cochise. Tom Jeffords, le seul ami blanc du chef Apache, était aussi présent et un traité fut finalement signé le 12 octobre 1872. Grâce aux déclarations de Sumner et aux descriptions de Sladen, les historiens contemporains tel que Robert M. Utley affirment que l’interprète en espagnol de Cochise était Géronimo.
Après la signature du traité de paix, Cochise se retira dans sa nouvelle réserve, l’éphémère Réserve Chiricahua (1872-1876), avec son ami Jeffords comme agent. Cochise décéda de mort naturelle (probablement un cancer abdominal) le 8 juin 1874. Il fut enterré dans les rochers au-dessus de son campement préféré dans les Monts Dragoon de l’Arizona, maintenant appelé Cochise Stronghold. Seuls son peuple et Tom Jeffords connurent le lieu exact de sa sépulture et ils emmenèrent leur secret dans leurs tombes.
De nombreux descendants de Cochise résident dans la Réserve Apache Mescalero, près de Ruidoso, Nouveau-Mexique, ainsi que dans la Tribu Apache Chiricahua de Fort Sill en Oklahoma.
L’on ne sait pas s’il existe un portrait de Cochise; le portrait censé être celui de Cochise est en fait le portrait d’un Indien Puebelo Isleta résidant à Juan Rey Abetia, pris en 1903.
Cochise épousa Dos-teh-seh (Dos-tes-ey, Doh-teh-seh – "Quelque chose-au-feu-de-camp-déjà-cuit", née en 1838), la fille de Mangas Coloradas, le leader Chihenne des groupes locaux de Warm Springs et Mimbreño. Leurs enfants furent Taza (1842–1876) et Naiche (1856–1919).

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5574
Localisation : oregon

Re: COCHISE (vers 1805-1874)

Messagepar lasso » 19 févr. 2017 16:37

Image



Retourner vers « Western et histoire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité