Lonesome - Yves Swolfs

pale rider
Cowboy
Messages : 53

Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar pale rider » 04 oct. 2017 20:41

Yves Swolfs, créateur de la série Durango, revient au western avec une nouvelle série : Lonesome.
Le tome 1, intitulé "la piste du prêcheur" sort en édition noir & blanc le 3 novembre et la version couleurs en janvier.
L'action se passe en 1861, entre le Kansas et le Missouri... :gun:
Quelques planches de cet album à paraître....
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
Le Gaucher83
Apache
Messages : 46

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar Le Gaucher83 » 04 oct. 2017 21:54

Hâte de le lire !! icongc1

pale rider
Cowboy
Messages : 53

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar pale rider » 11 oct. 2017 21:47

deux nouvelles illustrations couleurs de cette nouvelle série à paraître ainsi que deux planches couleurs icongc1 :gun:

Image

Image

Image

Image

Avatar du membre
HART
Séminole
Séminole
Messages : 1019

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar HART » 12 oct. 2017 9:03

Swolfs a été marqué pour la vie par " Le grand silence " : Après le Mauser 98 trimballé par Durango dans la quasi-totalité de la série , les premières planches de Lonesome reproduisent le générique du film de Corbucci ( magnifique , il est vrai , avec l'une des plus belles musiques de Morricone).
Quant à ses gunfights , même si ils sont superbement dessinés , ils sont toujours aussi improbables que si ils avaient été tournés en Italie il y a déjà 50 ans.
Mais ne boudons pas notre plaisir.

Avatar du membre
Le Gaucher83
Apache
Messages : 46

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar Le Gaucher83 » 11 nov. 2017 15:55

Lu et le scénario est classique mais touffu dans un contexte pré guerre de sécession avec un personnage charismatique qui en plus de me faire penser à Durango m'a également fait penser à Nero dans Degli Orsi.
Il y a des personnages secondaires bien travaillés comme le shériff, Clayton et Marcus par exemple.
Graphiquement ça tiens merveilleusement la route et il y a des planches de toutes beautés avec une mise en scène très soignées. En noir et blanc, je trouve que cela renforce le très beau trait réaliste d'Yves Swolfs.
Bref j'ai aimé.

Avatar du membre
pak
Westerner
Westerner
Messages : 2896
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar pak » 11 nov. 2017 16:41

Pas encore lu, mais je me demande quel intérêt il y a d'avoir laissé tomber Durango, pour apparemment refaire quasi la même chose...
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

Avatar du membre
Le Gaucher83
Apache
Messages : 46

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar Le Gaucher83 » 11 nov. 2017 18:29

Il n'a pas laisser tomber Durango étant donné qu'il scénarise la série.
Quant à Lonesome à part l'ambiance neigeuse et le look du personnage ça n'a rien n'a voir avec Durango. Certes graphiquement il peu y avoir des ressemblances mais étant donné que c'est son style de dessin il y a forcément des similitudes. :wink:

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3636
Contact :

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar L.. » 12 nov. 2017 10:10

Le charme de Durango, sorti vers 1980, c'est que Swolfs reprenait décors et silhouettes des spaghetti westerns, qu'on s'amusait à identifier et reconnaître, les films passant encore en salles ou disponibles , déjà, sur les premières vidéocassettes sorties. Comme le remarquait Laurence Staig, le "genre" tire sa force de la répétition des mêmes décors, des mêmes lieux, d'une bande à l'autre, des mêmes acteurs.... (Le Western Italien, Un opéra de violence, 1977 pour l'édition en français).

Ce principe de plaisir semble reposer ici sur la nostalgie de ... la nostalgie. Le personnage principal a la tête contemporaine de Franco Nero, soit le retour de Django 40 à 50 ans plus tard.

(Personnellement , une série que je ne suivrais pas, je préfère ce qui a été fait il y a 40 ans et plus, notamment les Manos Kelly et premiers Mc Coy de Palacios, qui sont les séries réfléchissant le mieux l'univers du western spaghetti. )

limpyChris
Westerner
Westerner
Messages : 2226

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar limpyChris » 12 nov. 2017 21:56

Ce principe de plaisir semble reposer ici sur la nostalgie de ... la nostalgie.

Tout à fait d'accord. Swolfs semble tourner en rond et se complaire, se confire dans la nostalgie ... (qui n'est pas la mienne ; raison pour laquelle
Personnellement , une série que je ne suivrais pas, je préfère ce qui a été fait il y a 40 ans et plus, notamment les Manos Kelly et premiers Mc Coy de Palacios

...
qui sont les séries réfléchissant le mieux l'univers du western spaghetti.

mais là, plus d'accord ... de Manos Kelly à McCoy, je pourrais 'citer', preuves à l'appui, quasiment toutes les deux pages, les nombreux documents américains, tant les photos d'époque/historiques (Edward S. Curtis et d'autres) que les photos de films, comme "Le Massacre de Fort Apache", et autres John Ford, et les références à ses films dans les scénarios, caractérisations de certains personnages, utilisation de trognes de certains acteurs de westerns américains, et l'utilisation récurrente de Monument Valley en décors.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3636
Contact :

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar L.. » 12 nov. 2017 22:32

Certes, c 'est tout à fait visible, mais les couleurs saturées dégradées ou en aplats violents, sonores , la stylisation, l'outrance parfois caricaturale, cela ramène au visuel du western spaghetti. "La caméra", chez Palacios, n'est jamais à hauteur d'homme tranquille, tout est toujours sophistiqué, tarabiscoté, plutôt que le répertoire, il faudrait interroger le traitement graphique et la perception des images qui en découle.

limpyChris
Westerner
Westerner
Messages : 2226

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar limpyChris » 12 nov. 2017 22:58

Ah, bien sûr, si i' faudrait plutôt interroger le traitement graphique, alors là, naturellement ... :mrgreen:
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
pak
Westerner
Westerner
Messages : 2896
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar pak » 12 nov. 2017 23:33

Mouais... Vous êtes en train de dire ce que je pense depuis longtemps, sans crèmerie préférentielle, à savoir que l'un et l'autre se sont, un temps, mutuellement nourris, le western américain et le spaghetti.

Après tout le western italien a débuté en singeant l'américain. Puis Leone est apparu tel le messie (ou presque), et c'est lui qui a été singé. En fait on est en présence alors de deux cinémas qui se sont rejoints dans une même logique, copier ce qui marche. Le cinéma américain a toujours recyclé les recette vendeuses, d'où moult remakes depuis les débuts du cinéma.

L'italien des années 1960 à 80 n'a fait que la même chose (quitte à en perdre son âme), recyclant à outrance des succès en salles : westerns, films de guerre, de pirates, péplums, espionnage, cape et épée... Avec bien-sûr un regard et une approches, certes plus latine, plus européenne même aussi, et aussi en allant plus loin dans certains aspects comme la violence, le sexe, la crasse, pour se démarquer. Mais quand l'un de ces recyclages fonctionnait (c'est-à-dire rapportait de l'argent), les américains recyclaient à leur tour en utilisant les mêmes outrances : ça n'a pas donné que des réussites, mais ça a nourri le cinéma d'Hollywood, comme depuis toujours d'ailleurs, car après tout, Hollywood s'est construit ainsi et continue de le faire.

D'où cette profusion (confusion ? ) de références dans la BD western européenne. Blueberry, classique des classiques, s'est inspiré des deux. Peut-être pas Charlier au début qui a créé la BD en revenant de voyages aux USA, mais il n'aurait pas fallu grand chose pour pousser Jean Giraud vers les excès du spaghetti...
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3636
Contact :

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar L.. » 13 nov. 2017 8:07

Les générations, les parcours et les intentions ne sont pas les mêmes, du tout.

Yves Swolfs naît en 1955. Durango prolonge ce qui disparaît des salles, le western spaghetti. En 1980 on ne voit plus guère en exclusivité que les Leone et les Terence Hill/Bud Spencer (Les Quatre de l'Ave Maria ressort encore en exclusivité l'été 1981). Le reste est discrètement visible dans quelques salles de quartier parisiennes, un peu en province. Les dernières sorties ou ressorties (retitrages et ressorties Audi Film par ex.) datent des années 76/77. Je suppose l'exploitation belge identique, sauf que le cable RTL diffuse beaucoup de western spaghettis en Belgique (voir les programmes TV RTL des années 70,publiés en France par Télérama, pour les téléspectateurs du Nord et de l'Est. )

Swolfs travaille Le Grand Silence (Les chiens meurent en hiver) avec un décalage d'environ 10 ans (Le Grand Silence est diffusé sur Antenne 2 en août 1979).
Il s'est rendu à Almeria en 1979 (je l'avais rencontré quelques années après pour lui donner des tuyaux sur ce qu'il n'avait pas trouvé, je ne l'ai jamais revu.) Graphiquement, son trait est très influencé par les incontournables Giraud et Herman, dont il est difficile de se défaire en 1980 pour un jeune auteur de western.

Giraud atteint sa maturité graphique en même temps qu'éclate le western spaghetti sur les écrans. Il précise dans une intéressante interview parue dans Phenix vers 1971/1972 les influences de Leone sur lui (l'auteur travaille sur Chihuaha Pearl lors de la rencontre). Ballade pour un cercueil , c'est du vrai spaghetti western dans le traitement visuel. Giraud a bénéficié du style Leone pour libérer quelque chose en lui de virtuose.

Palacios a une carrière très longue dans la publicité avant d'entamer la bande dessinée. Il reste beaucoup de traces de l'affiche dans son style. Dans ses cases, les éléments les plus réalistes voisinent avec des graphismes complètement abstraits, ce qui était le plus frappant avec les couleurs très particulières , quand les premiers Mc Coy sont sortis dans Lucky Luke (les planches étaient en couleurs directes). Manos Kelly avait été publié dans des albums Mon Journal, à faible tirage, avec des couleurs moins bien imprimées, mais là aussi la recherche de l'effet visuel , les contrastes entre réalisme intensif (la diligence sous la pluie) et abstraction étaient très appuyés. Si vous prenez l'entrée de Manos Kelly dans Nogales, on a l'impression nette de voir un film de Romero Marchent ou Sergio Leone (le cadre), le village mexicain spaghetti étant devenu comme le prototype du décor de western. Habitant Madrid, il est fort probable que Palacios ait vu les Poblados del Oeste construits à quelques kilomètres à l'entour, peut-être même les tournages.... on va dire qu'il était dans un environnement propice à digérer le style spaghetti.

Avatar du membre
Winchester73
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3021
Localisation : Apache Junction

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar Winchester73 » 26 déc. 2017 7:03

Image

Image

Scénario (bref) : Kansas, janvier 1861, à quelques mois du début de la Guerre de Sécession, le prêcheur Markham et sa horde de fanatiques font régner la terreur tout au long de la frontière avec l'état voisin du Missouri... Un cavalier sans nom les suit à la trace. Des plaines enneigées du Middle West jusqu'aux ruelles sombres de New York, la quête de vengeance et d'identité entraînera le cavalier dans un affrontement dantesque, aux confins du surnaturel.

Image

Image

Image

Image
Modifié en dernier par Winchester73 le 26 déc. 2017 13:23, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Winchester73
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3021
Localisation : Apache Junction

Re: Lonesome - Yves Swolfs

Messagepar Winchester73 » 26 déc. 2017 13:14

Image



Retourner vers « Bandes dessinées et dessins animés »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités