Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Chaque mois, Western Movies vous fait (re)découvrir des films rares qui valent largement le détour.
Informations sur le site & Liste des "trésors"
Règles du forum
Liste des "trésors"
Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 23 mars 2013 9:47

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 18 mai 2013 11:47

Image
Image

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4517
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar Yosemite » 29 mai 2013 23:10

Petit budget et donc, peu de caméras.
A cet instant Santiago (Arthur Kennedy) contemple Maria (Betta St. John) qui ne s'est pas rendue compte de sa présence...
Image

Plan suivant, les deux personnages sont dans le champ et Santiago entre... par le côté opposé qu'il était supposé observer sur le plan précédent...
Image

Petit budget, petits moyens mais grand western (grand film tout au moins car, la question est posée sur le fil : est-ce un western ?).
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4517
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar Yosemite » 30 mai 2013 23:20

Quel film, et comme la question est posée sur le fil, doit-on parler d'un western ?, quel beau film que voila.
Distribution affichée sus imdb : 7 acteurs !
Le scénario : y en a-t-il un ? Il y a un passage. Celui d'un bandit, il est passé par ici et ne repassera pas...
Finalement, aucune des actions qu'il entreprend n'aboutira.
- Du vol du train, on retiendra la perte d'un ami.
- De l'expédition en ville de Santiago et Manuel, on retiendra un simulacre de pendaison, un peu de pognon qui ne servira à rien, une cuite et une bagarre...
- De la fuite de Maria avec le même Santiago, on retiendra... qu'ils reviennent à la ferme pour que ce dernier se fasse dégommer.
- Du passage de Santiago on retiendra qu'il a perdu à peu près tout ce qu'il a tenté de conquérir : l'argent, l'amitié, l'amour... et la vie au final.

Et pourtant, il y a quelque chose d'important qui est raconté ici. Cela paraît assez incroyable en fait mais il y a une force superbe qui se dégage de ce western (allez, c'en est un), décalé dans le temps comme en témoigne la présence de véhicules à moteurs et cette fameuse fontaine avec bouteille en plastique qu'on voit en arrière-plan lors du simulacre de pendaison. Décalé également en termes de moyen et d'actions. Il est évident qu'avec moins de dix acteurs et deux caméras (voire trois allez... :roll: ) on ne va pas se lancer dans de grands travellings pour filmer des poursuites en diligence...
Décalé enfin en terme de construction. Le thème du film est porté par quelques longues séquences qui donne le ton général et fixent le fond du propos.
Il y a l'accompagnement quasi amoureux de Santiago à l'égard de son mourant ami Vicente.
Image
Il y a la séquence de la chanteuse qui danse érotiquement dans le saloon, une scène très investie en termes de durée et qui s'achève dans la plus pure dérision avec une série de baisers enflammés et une bagarre insolite.
Il y a, bien sûr, la séquence entre Maria et Santiago où elle lui évoque sa vie de femme battue...

Sans se prêter à une mesure chronométrée, il est difficile de dire quelle proportion temporelle représentent ces grandes séquences, en revanche, il ne semble faire aucun doute qu'elles sont l'armature du film. Elles sont la structure de sa réussite (et ceci n'est pas sans devoir au talent d'Arthur Kennedy).
Toutefois, tout ce qu'il y a autour, ces scènes de rigolades, ces parties légères, ces futilités ne dessert en rien l'essentiel. Il n'y a aucune déconstruction en somme.
le nombre si réduit de personnages y est forcément pour quelque chose. Il n'offre prise à aucune dilution, aucun égarement. Toutefois, la beauté de ce film, pardon de ce western, a quelque chose d'unique et d'infiniment étonnant.
Yo.

Avatar du membre
Mackenna
Marshall
Marshall
Messages : 224
Localisation : on the trail again

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar Mackenna » 12 juin 2013 22:56

Enfin le dvd, quel grand plaisir de revoir ce film :D :D :D , dommage la restauration de la VF et de l'image ne sont pas à la hauteur :( il méritait beaucoup beaucoup mieux.

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 22 sept. 2013 6:47

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 23 sept. 2013 20:39

Image
Image

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6193
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lafayette » 25 sept. 2013 14:36

Cette photo est une bonne douche de rappel pouvant figurer dans celles à primer au topic des bains...!

Rajout Usmc : ici => viewtopic.php?f=1&t=11715&p=162625&hilit=The+Naked+Dawn#p162625 :wink:
Je suis un nouvel abonné.

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 26 sept. 2013 19:32

Image
Image

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6193
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lafayette » 26 sept. 2013 22:41

Merci Marshall!
La photo un peu différente du topic bain est en couleur ou colorisée!
Quant à ces deux là ils n'auront pas droit à la séance coupe-choux!
[ Posté depuis mon mobile ] Image
Je suis un nouvel abonné.

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 27 sept. 2013 12:56

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 03 nov. 2013 18:18

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10810
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar lasbugas » 11 nov. 2013 12:09

Image
Image

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3575
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Le bandit - The Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 12 mai 2014 15:48

Acheté l'été dernier en juillet...
Je ne sais pas si du coup il doit encore figurer dans cette catégorie... Ah la rage jadis comme je ne l'avais pas pris dans LA DERNIERE SEANCE vers 1997...
J'avais acheté de suite et vu malheureusement plus tard en août...

Le plus surprenant: peu d'acteurs, des décors assez restreints... Mais une belle histoire malgré tout !
Concernant l'époque j'ai en effet l'impression que c'est un contemporain (voire dans les années 30-40)(la fontaine à eau dans le bureau du personnage de Roy ENGEL (ça date de quand ?), le camion, la voiture...).
Même si parfois j'avais envie de baffer le paysan ("Le fait de dépenser ainsi autant d'argent est honteux...") tant il paraissait naïf (sans doute un peu le cas).
Le personnage d'Arthur KENNEDY: j'ai toujours apprécié cet acteur depuis L'ANGE DES MAUDITS (ARTE VOST vers 2001)... Ici je en savais pas trop comment le voir... Oui il semble mauvais au début mais en ce qui me concerne je en peux m'empêcher d'avoir de la sympathie, de la compassion envers lui... C'est quelqu'un qui n'a pas eu de chances, qui ne veut pas grand chose: une maison, une femme... Quand il prend l'argent se pose un peu le dilemme "une fois le rêve réalisé que faire ensuite ? Comment concrétiser ?"... On voit aussi qu'il a un bon fond quand il offre de payer les tortillas du vieux gardien de la gare (Francis Mc Donald) pour la semaine (si je me souviens bien) et c'est aussi parce qu'il l'a assommé en début de film...

Jusqu'au bout j'ai ressenti de la sympathie pour Santiago (Kennedy)... Et à la fin... :sad:
Les beaux westerns n'ont pas nécessairement besoin de longues chevauchées, d'Indiens et scénarios à rebondissements multiples... John Sturges disait que ce qui comptait c'était la vue, les images... "Si votre histoire a besoin de mots pour être racontée vous êtes dans de sales draps" (interview de John STURGES dans un documentaire sur le Western).
Image

Avatar du membre
Trane
Comanche
Comanche
Messages : 778
Localisation : Région Parisienne

Re: Le Bandit - Naked Dawn - 1955 - Edgar G. Ulmer - Arthur Kennedy

Messagepar Trane » 20 janv. 2015 11:48

Alec Longmire a écrit :Je l'ai revu la semaine dernière, ce fameux Bandit... La première fois, il ne m'avait certes pas déplu, mais je ne voyais pas ce qui pouvait le classer comme "culte", si ce n'est sa grande rareté.
La seconde vision ne m'a pas du tout produit le même effet ! Peut-être que j'avais été troublé auparavant par l'approche western "moderne" à laquelle je ne m'attendais pas ; ou peut-être autre chose (quién sabe ?, comme dirait Santiago... :num1 ) En tout cas j'ai vraiment beaucoup apprécié cette fois la sensibilité et la chaleur qui se dégage de ce Santiago, anti-héros pathétique et humain, comme cela a justement été dit.
---
Un bien beau film en tout cas...


Tecumseh a écrit :Découvert hier soir, un film à la limite du genre western par son contexte contemporain, avec une performance d'acteur magnifique d'Arthur Kennedy ( Je l'adorais dans "Les affameurs" de Mann, mais là il est fantastique ). Il est d'ailleurs marrant de noter la représentation de l'acteur sur l'affiche originale qui ne correspond en rien à son personnage dans le film, l'affiche belge est beaucoup plus représentative, peut-être par peur que le public ne le reconnaisse pas et se détourne du film ?

Comme déjà dit au-dessus, film fauché mais film magnifique auquel je vais offrir une nouvelle vision rien que pour certaines scènes et dialogues, telle la description de Vera Cruz par Santiago à Maria, qu'il réfute aussitôt quand il s'aperçoit des conséquences qu'elle entraîne.



De l'intérêt des commentaires WM et des Bonus (Brion et Tavernier) : je viens de regarder, et découvrir, ce film (qui vient de passer en dessous de mon seuil de 15 euros) et je n'étais pas enthousiaste, et je suis devenu de + en + favorable en écoutant/lisant les commentaires.

Je suis étonné que nos pros de la capture d'écran n'aient pas montré ce que dis Tavernier (suivre une goutte d'eau de la douche de Betta St John)...
demande de prestation de serment faite par un sheriff à un adjoint :"J'ai oublié ce que l'on dit, mais dites "je le jure"."



Retourner vers « Les trésors du Western »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité