The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Chaque mois, Western Movies vous fait (re)découvrir des films rares qui valent largement le détour.
Informations sur le site & Liste des "trésors"
Règles du forum
Liste des "trésors"
lodieu didier
Cowboy
Messages : 279
Localisation : elbeuf
Contact :

The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Messagepar lodieu didier » 02 juin 2008 0:13

«The White Outlaw» - 1929 - est le surnom attribué à Art Acord. Lorsque celui-ci attaque les diligences, il cache toujours son visage d’une écharpe en soie blanche. C’est un pauvre gars qui a été quitté ses parents, pauvre comme c’était pas permis, puis le père s’est éteint et sa maman est tombée malade. Pour l’aider, Art fait quelques emprunts à la wells Fargo avec son copain aussi dangereux qu’un rattlesnake. Vous le connaissez tous, peut-être pas son nom, mais son visage oui. C’est Lew Mehan, le badman Lew Mehan des thirties, le henchman des Harry woods, Karl Hackett et Earl Dwire. Ah bon Dieu, quel plaisir de voir cette fripouille dans un western muet !
Lorsque les deux outlaws se retrouvent dans leur cachette, une cabanne abandonnée près d’une mine, Art annonce à Lew que c’en est fini de sa carrière de voleur. Sa mère a besoin de lui. Sa santé est critique. Le révérend qui connaît bien sa mère vient de lui envoyer une lettre pour l’informer de sa situation alarmante. Mehan n’apprécie pas, une bagarre s’ensuit et le Sheriff et sa Posse arrive dans le secteur. Mehan est alpagué, mais Art parvient à s’enfuir. Mehan dénonce Art en disant qu’il est parti avec le fric pour le remettre à sa mère. Le Sheriff organise un guet-apens, mais il avorte.
Plus tard, Art déboule dans un ranch où il se fait employer. Il a renoncé à son passé et n’aspire plus qu’aller dans le droit chemin. Il devient ami avec le contremaître, Al Hoxie (mais si, le fameux westerner des twenties) qui est amoureux de la fille de son Boss. Hélas, celui-ci doit beaucoup d’argent à un banquier qui est amoureux de sa fille. Quel cirque !
En deux mots, si le ranchman ne s’acquitte pas de ses dettes, c’est le banquier qui rafle tout. Le contremaître décide de braquer la diligence et de remettre le pognon au banquier. Entre-temps, la fille s’engage auprès du banquier de se marier avec lui s’il renonce aux dettes de son père.
Le contremaître s’empare du butin de la diligence, mais il est repéré par un voyageur. Il est dénoncé au sheriff qui l’arrête. Pour le disculper, Art Acord reprend du service pour le disculper. Il vide le coffre du banquier et se sauve avec… Une poursuite s’engage aussitôt. Art a réussi la première manche, il vient de disculper le contremaître qui fait maintenant partie de la Posse du Sheriff.
Soudain, Lew Mehan surgit. Il arrête Art et le menace de le dénoncer s’il ne lui donne pas d’argent. Une bagarre s’ensuit. Mehan rate son coup et le voilà parti dans les airs pour rejoindre 20 mètres plus les broussailles, les cactus et les Prairies Dogs.
Le Sheriff et ses hommes arrivent. Astucieusement Acord a tout juste eu le temps d’empocher une liasse de dollars et d’échanger ses vêtements avec ceux de Mehan qui porte autour du cou l’écharpe blanche.
The White Outlaw est mort cette fois, affirme Art. Tout rentre dans l’ordre.
Tristement, Art souhaite beaucoup de bonheur à la jeune fille et au contremaître. Art s’en va seul, sur son cheval comme l’ont fait tant de fois nos westerners des fifties.
Malgré quelques maladresses du script et parfois la mise en scène, the white outlaw est bien ficelé et se laisse regarder sans s’ennuyer une seule seconde. Nous retrouvons des thématiques du western des années cinquante, l’amitié, le sacrifice, l’amour rendu impossible pour obéir aux codes de l’honneur et au respect d’autrui, le rachat de son âme etc.
Les paysages sont superbes, les costumes réalistes ainsi que la petite ville dans laquelle une partie du film est réalisée.
Art Acord se présente plutôt comme une personnalité qu’un acteur à part entière. Il a un charisme, une allure imposante. Il est taillé comme un athlète et son visage s’il n’est pas beau affiche un charme étrange. Art Acord était un dur, un bagarreur. Parfois, il organisait des combats de boxe où il se battait contre un kangaroo. Il n’y avait pas une partie de son corps qui ne présentait pas une cicatrice, a affirmait un gars qui le connaissait bien.
Le premier acteur de Western est broncho Billy Anderson et non Art Acord comme le clame Charles Ford. Toutefois, Art Acord était le premier cowboy du cinéma car il savait monté, dresser un cheval et grimper sur un taureau. Il a commencé dans le métier comme cascadeur.
Au début des années vingt, il a commencé à picoler puis lorsque le parlant est survenu, les studios l’ont remercié car il ne savait pas jouer la comédie et sa voix ne pouvait convenir.
Revoyant son passé exaltant à travers quelques bouteilles de Jack Daniels, il brûlé toutes ses économies au jeu puis un sale jour, il a ressorti son 45, non pas pour tirer sur un autre comme il l’avait fait des dizaines de fois, mais pour se loger une balle dans la tête. Il avait alors 41 ans.
C’était un Tough Hombre qui avait connu les champs de bataille de la Marne en 1917 dans un bataillon d’infanterie avec deux camarades de combats qui s’appelaient Hoot Gibson et Wheeler Oakman. Le Western est encore à l’honneur ce soir.
Don’t forget them please.
Didier
didier

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7699
Localisation : nord-est

Re: The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Messagepar Jicarilla » 05 juin 2008 14:41

:applaudis_6: :applaudis_6: Toujours parfait amigo :applaudis_6: :applaudis_6: Western et acteur méconnus. :twisted: :twisted:
Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6439

Re: The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Messagepar Longway » 05 juin 2008 17:50

Au début des années vingt, il a commencé à picoler puis lorsque le parlant est survenu, les studios l’ont remercié car il ne savait pas jouer la comédie et sa voix ne pouvait convenir.
Revoyant son passé exaltant à travers quelques bouteilles de Jack Daniels, il brûlé toutes ses économies au jeu puis un sale jour, il a ressorti son 45, non pas pour tirer sur un autre comme il l’avait fait des dizaines de fois, mais pour se loger une balle dans la tête. Il avait alors 41 ans.


C'est triste !
Combien d'acteurs du muet ont complètement disparus à l'arrivée du parlant !
Certe, tous ne se sont pas suicidés, mais l'alcool a été trop souvent le seul remède pour eux ! :(

Merci Didier pour ce résumé, on découvre petit à petit une période du western qui nous est complètement inconnue.

lodieu didier
Cowboy
Messages : 279
Localisation : elbeuf
Contact :

Re: The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Messagepar lodieu didier » 05 juin 2008 18:08

La fin d'Art Acord est la plus tragique de tous les acteurs de Westerns. Il est le seul à s'être suicidé. Ses films sont extrêment difficiles à trouver, même aux Eats Unis.
Ken Maynard picolait pas mal non plus. C'est la raison pour laquelle, il a été viré de plusieurs firmes comme la Columbia par exmple ou encore la Mascot. Ken n'a jamais retrouvé une firme aussi valable que la Columbia qui a permis de tourner ses meilleurs westerns des thirties.
Amicalement
Didier
didier

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2170
Contact :

Re: The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Messagepar tepepa » 23 juil. 2010 22:55

J'ai lu partout qu'Art Acord s'était suicidé avec du cyanure et non d'une balle dans la tête. En outre sa mort est suspecte, il est en effet possible qu'il fut assassiné par un politicien mexicain dont il aurait trompé la femme. :|

Avatar du membre
laurent
Buckaroo
Messages : 4225

Re: The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Messagepar laurent » 24 juil. 2010 0:57

tepepa a écrit :J'ai lu partout qu'Art Acord s'était suicidé avec du cyanure et non d'une balle dans la tête. En outre sa mort est suspecte, il est en effet possible qu'il fut assassiné par un politicien mexicain dont il aurait trompé la femme. :|


C'est effectivement la version "officielle".
Pourquoi d'ailleurs la remettre en cause ?

De même, art était le grand ami de hoot Gibson c'est exact.
Ils se sont affrontés aussi lors de plusieurs championnats du monde de rodéo (Acord à gagné face à Gibson le titre de champion du monde de Bulldogging en 1916).
Mais ils n'ont pas pu combattre côte à côte en 1917, car si Acord était soldat dans l'infanterie, Gibson lui était affecté dans le corps des blindés.

Une sacré personnalité en tout cas, que ce Art Acord.
ImageImageImage
ken Maynard

Avatar du membre
laurent
Buckaroo
Messages : 4225

Re: The White Outlaw - 1929 - Art Acord

Messagepar laurent » 24 juil. 2010 14:56

Voici néanmoins l'avis de hoot Gibson sur les causes du décès de Acord (mario DeMarco "Hoot Gibson, the photostory of the Dean of Cowboy Stars" page 33) :
-"It wasn't suicide - he was found dead in a bed with knife wounds about his stomach !".

Une seule chose est sûre...avec Acord on nage décidemment en eaux troubles.
ImageImageImage
ken Maynard



Retourner vers « Les trésors du Western »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités