Le Vengeur - Shoot-out at Medicine Bend - 1957 - Richard L. Bare

Chaque mois, Western Movies vous fait (re)découvrir des films rares qui valent largement le détour.
Informations sur le site & Liste des "trésors"
Règles du forum
Liste des "trésors"


Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7196
Localisation : oregon

Re: Le vengeur - Shoot-Out at Medicine Bend - 1957 - Richard L. Bare - Randolph Scott

Messagepar lasso » 26 mai 2019 10:59

Revu ce bon et dynamique Western avec un Randolph Scott en pleine forme. Ce n'est pas une comédie, mais le film est doté
d'une bonne dose humoristique, ce qui ne dérange en rien au déroulement du film.

Des deux actrices je préfère la BLONDE Dani Crayne à la BRUNE Angie Dickinson, très jeune et déjà douée.

à remarquer le bon Song de Saloon interprétée par Dani Crayne, Kiss me quick, à toi Sitting Bull de l'insérer sur ces pages, merci

Image

kiemavel
Chasseur de primes
Messages : 789

Re: Le vengeur - Shoot-Out at Medicine Bend - 1957 - Richard L. Bare - Randolph Scott

Messagepar kiemavel » 27 juil. 2019 16:45

Image
Image


3 vétérans de l'armée, le capitaine Buck Devlin, le sergent Maitland et le soldat Clegg, récemment rendus à la vie civile, arrivent à proximité du ranch tenu par le frère de Devlin au moment où il subit l'attaque d'une bande d'indiens. Malgré leur intervention, de nombreux hommes sont tués notamment le frère de Devlin qui n'a pu se servir de ses carabines qui s'étaient inexplicablement enrayés. Devlin s'aperçoit que la poudre des balles vendues par un commerçant de Medicine Bend était défectueuse et décide d'obtenir des explications du commerçant qu'il juge responsable de la mort de son frère. En chemin, alors que les 3 amis se baignent dans une rivière, des inconnus leur volent tout ce qu'ils possèdent, de leurs chevaux à leurs habits. Cherchant de l'aide, ils tombent sur un convoi de Quakers qui eux aussi viennent d'être dépouillés par les mêmes hommes mais qui leur offrent tout de même des habits et des montures. C'est donc habillés en quakers que les 3 hommes arrivent à Medicine Bend. Se rendant compte que le commerçant qui avait vendu les armes tient toute la ville entre ses mains, ils décident de garder secrète leur véritable identité…

Image


Un western-comédie pas mauvais mais qui s'appuie tout de même sur un scénario assez faible qui n'exploite pas toutes les possibilités d'une histoire qui aurait pu amuser un peu plus. Si on ne s'ennuie pas, on sourit finalement assez peu en raison du manque d'imagination des scénaristes. Premier handicap, les méchants sont assez nuls. Ep Clark (James Craig) et ses employés sont soit insignifiants soit grotesques, et même pas de manière amusante. On découvre au fur et à mesure du récit qu'ils sont responsables de tous les mauvais coups perpétrés dans la région. Ep Clark est réputé vendre dans son magasin général les marchandises au meilleur prix mais c'est bien souvent de la camelote. Les armes défectueuses venaient bien de son magasin mais ce n'est pas tout, c'est également Clark et sa bande qui avaient volé les anciens soldats (pour récupérer leurs uniformes en vue d'un prochain forfait) ainsi que les quakers mais ce sont aussi tous les convois de colons passant à proximité de Medicine Bend qui sont ainsi systématiquement pillés, les empêchant de poursuivre leur route. Pour être sûr d'écouler ses marchandises, Clark tente aussi d'éliminer la concurrence, intimidant les propriétaires de l'autre magasin général de la ville tenu par Elam King (Harry Harvey) et sa fille Priscilla (Angie Dickinson). Et rien ne vient entraver ses méfaits puisque le maire de la ville (interprété par Don Beddoe) et le shérif (interprété par Trevor Bardette) sont à sa botte, tout comme la totalité des notables de la ville.

Image


Évidemment nos 3 faux quakers vont un peu ennuyer cette bande de malfaisants qui ont pour projet de s'accaparer le prochain grand convoi de marchandises secrètement commandés par Elam King qui est attendu par les caravanes de pionniers prêtes à partir pour la Californie. Tandis que les deux compères qui servaient sous ses ordres se font embaucher au magasin général dirigé par Clark où ils jouent les informateurs et les saboteurs, le capitaine Devlin agit la nuit. Masqué, il récupère progressivement ce qui avait été volé et restitue les biens ou l'argent à leurs légitimes propriétaires se permettant quelques fantaisies au passage. On retrouve un complice de Clark saucissonné avec un drap, un autre accroché à un poteau de la rue principale. ça ne va guère plus loin…Le coup des 3 anciens militaires déguisés en quakers, ça aurait pu stimuler l'imagination des scénaristes mais on en reste à quelques Running Gag rudimentaires. Devlin, de loin le plus malin du trio, a bien du mal à tenir les 2 autres. Au saloon, à plusieurs reprises il doit leur rappeler que l'on ne commande que du lait, quand bien même cela entraînerait les railleries des autres clients et qu'on ne doit pas siffler les hôtesses quand bien même elle serait aussi jolie que Nell (Dani Crayne). C'est d'autant plus difficile que l'un, le "private" Clegg est un soiffard (ça va lui jouer des tours) et l'autre, le sgt. Maitland, un jeune célibataire qui ne sait plus se tenir dès qu'il croise une jolie fille. La rencontre avec de vrais quakers aura à peine plus inspiré les scénaristes mais, allez, on sourit un peu dans une église…

Image


La dernière partie traite aussi sur un mode en partie comique la très attendue remise en cause de la corruption d'une ville tenue par un despote pas éclairé, par un ou des complices pris de remords. Mais là encore, je ne vois pas grand chose de suffisamment original pour que cela vaille la peine de le signaler. Un mot sur les interprètes. Si les méchants sont nuls, les 3 soldats font ce qu'ils peuvent ; le plus à l'aise étant le moins gradé, interprété par Gordon Jones, un sympathique alcoolique que la boisson rend trop bavard. Le quasi débutant James Garner est lui aussi convainquant dans un registre qui lui sera familier. Chez les filles, même si Angie Dickinson était en plus gros sur l'affiche, c'est la quasi inconnue Dani Crayne que l'on voit le plus. On ne voit Angie pratiquement que dans ses scènes avec Randolph Scott (qui travaille avec elle dans le magasin de son père). Elle le soupçonne de ne pas être un vrai quaker et d'avoir quelque chose à cacher. Évidemment, les secrets partagés créant des liens…Dani Crayne a un rôle bien plus intéressant. Hôtesse du saloon, chanteuse, sans doute maîtresse de Clark, le rôle avait plus de potentiel. Elle y est très bien et était de plus au moins aussi jolie que sa collègue mais elle n'aura pas fait carrière (15 films…). Bilan : un western très facultatif qui confirmerai plutôt le talent limité de Richard L. Bare qui rate la seule grande scène d'action de ce western : l'attaque des indiens au tout début du film (Elle est filmée assez maladroitement). Vu en vost (Posté juste en passant, parce qu'il est question du metteur en scène Richard L. Bare dans la section "Film noir")

Image
Image
Image


Réalisation : Richard L. Bare / Production : Richard Whorf (Warner) / Scénario : D.D. Beauchamp et John Tucker Battle / Photographie : Carl Guthrie / Musique : Roy Webb

Avec Randolph Scott (Le capitaine Buck Devlin), James Craig (Ep Clark), Angie Dickinson (Priscilla King), Dani Crayne (Nell), James Garner (Le sergent Maitland), Gordon Jones (le soldat Clegg), Trevor Bardette (Le shérif), Don Beddoe (le maire)



Retourner vers « Les trésors du Western »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité