Farley Granger (1925 - 2011)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15465
Localisation : Canada
Contact :

Farley Granger (1925 - 2011)

Messagepar metek » 10 août 2019 21:04

Farley Granger - Roseanna McCoy (1949) pas beaucoup de western mais, un bon acteur dont je conserve de bons souvenirs de ses films noir! :beer1:

Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23388
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Farley Granger (1925 - 2011)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 11 août 2019 9:29

je l'ai vu la première fois dans La corde en 1948, puis L'inconnu du Nord-Express (1951) d'Hitchcock

a joué en westerns dans On l'appelle Trinita (Lo chiamavano Trinità / They Call Me Trinity) 1970
Les colts au soleil / Un pistolero cherche son nom (Un Hombre llamado Noon) 1973


ImageImage

metek a écrit :Farley Granger - Roseanna McCoy (1949)

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7123

Re: Farley Granger (1925 - 2011)

Messagepar DEMERVAL » 12 août 2019 12:14

Farley Granger naquit le 1er juillet 1925 à San Jose, Californie, d’Eva (née Hopkins) et Farley Earle Granger, Sr. Il vivait au 1185 Hanchett Avenue dans le voisinage du Hanchett Residence Park.
Son riche père possédait une licence de distribution de l’automobile Willys-Overland, et la famille passait fréquemment du temps dans leur résidence balnéaire de Capitola. Suite au crash boursier de 1929, les Grangers furent obligés de vendre leurs deux maisons et de la plupart de leurs biens et emménagèrent dans un appartement au-dessus de l’affaire familiale, où ils demeurèrent pendant deux ans. Le résultat de ce revers financier et de la perte de leur statut social fut que ses deux parents commencèrent à boire lourdement. Finalement, le reste de leurs biens fut vendu aux enchères pour payer leurs dettes et le père Granger utilisa la dernière voiture pour emmener la famille à Los Angeles, au milieu de la nuit.
La famille s’installa dans un petit appartement dans une sordide partie d’Hollywood et les parents de Farley endossèrent divers boulots temporaires. Leur recours à la boisson s’intensifia et le couple se disputait souvent. Espérant devenir un danseur de claquettes, Farley fut inscrit par sa mère à l’Ethel Meglin's, le studio de danse et d’art dramatique où Judy Garland et Shirley Temple firent leurs classes.
Le père de Farley trouva du travail comme employé à la branche de Nord-Hollywood du California Department of Unemployment, et son salaire lui permit de mettre un petit acompte initial pour une maison dans Studio City, où leur voisin était l’acteur/danseur Donald O'Connor. A son bureau, le père de Farley s’acoquina avec l’allocataire de chômage Harry Langdon, qui lui conseilla d’emmener son fils dans un petit théâtre local où l’on passait des auditions libres pour The Wookie, une pièce britannique au sujet de londoniens luttant pour survivre durant la seconde guerre mondiale. L’utilisation par Farley de l’accent gallois impressionna le directeur et il fut casté dans de multiples rôles. La soirée inaugurale comprenait l’agent de talent Phil Gersh et le directeur de casting de Samuel Goldwyn, Bob McIntyre, et le matin suivant Phil Gersh contacta les parents de Farley pour leur demander d’amener le jeune homme dans son bureau dans l’après-midi pour discuter du rôle de Damian, un adolescent russe dans le film L’étoile du nord.
Farley Granger auditionna pour le producteur Samuel Goldwyn, le scénariste Lillian Hellman et le réalisateur Lewis Milestone. Lillian Hellman essayait de convaincre Montgomery Clift de quitter la pièce dans laquelle il apparaissait à Broadway et quand ses efforts parurent vains, le rôle échut à Farley Granger. Samuel Goldwyn lui fit signer un contrat de sept ans à 100 dollars la semaine.
Le département publicitaire du studio craignit que l’on confondit Farley avec l’acteur britannique Stewart Granger, aussi il suggéra que Farley change de nom et lui adressa une liste de patronymes pour qu’il puisse choisir. "Les noms étaient tous interchangeables, comme Gordon Gregory et Gregory Gordon. Je ne voulais pas changer mon nom," se rappellera plus tard Farley Granger. "J’aimais Farley Granger. C’était le nom de mon père et celui de son grand-père. Ils continuèrent à m’apporter de nouvelles combinaisons et finalement j’ai offert de le changer en Kent Clark. Je fus le seul à trouver cela marrant." Finalement le studio publia un communiqué de presse annonçant que Farley Granger, un terminale du lycée de North Hollywood, avait été casté dans L’étoile du nord après avoir répondu à une publicité parue dans le journal local. "J’ai pensé que c’était réellement une histoire idiote," dit Farley Granger. "La vérité était beaucoup plus intéressante."
De faire le film se révéla être un bon début pour la carrière de Farley Granger. Il adora travailler avec le réalisateur Lewis Milestone et les acteurs Dana Andrews, Anne Baxter, Walter Brennan et Jane Withers, et durant le tournage il rencontra le compositeur Aaron Copland, qui demeura un ami pour toujours. Quand il fut diffusé, le film fut éreinté par les critiques travaillant pour les journaux appartenant à William Randolph Hearst, un anticommuniste acharné qui trouva le film prosoviétique.
Pour son film suivant Farley fut prêté à la 20th Century Fox et Darryl F. Zanuck le casta dans Prisonniers de Satan, pour lequel il fut dirigé par Lewis Milestone avec de nouveau Dana Andrews. Farley devint un proche ami de Sam Levene, un acteur de second rôle de New York City qui le prit sous son aile. Il devint aussi un ami de Roddy McDowall et se retrouva associé romantiquement avec June Haver dans les journaux à scandales et les magazines d’admirateurs.
Après le tournage de Prisonniers de Satan, Farley Granger s’engagea dans la Marine des Etats-Unis. Après ses classes à Farragut, Idaho, il navigua de Treasure Island à San Francisco vers Honolulu. Durant les 17 jours de traversée, il souffrit d’un mal de mer chronique et perdit 10 kilos et après son arrivée à Hawaii, il fut admis à l’hôpital pour plusieurs jours pour se réhydrater. En conséquence, le reste de sa carrière militaire se passa à terre, où il fut d’abord assigné au nettoyage d’un club militaire situé à la fin de Waikiki Beach, puis à une unité d’ Honolulu qui travaillait avec les Services Spéciaux de l’Armée, unité sous les ordres de l’acteur classique Maurice Evans chargée du divertissement des troupes dans le Pacifique. C’est là qu’il eut l’opportunité de rencontrer et de se mêler aux intervenants comme Bob Hope, Bing Crosby, Betty Grable, Rita Hayworth, Hedy Lamarr, Gertrude Lawrence et nombre d’autres.
C’est durant son passage à Honolulu que Farley eut ses premières expériences sexuelles, avec une hôtesse d’un club privé et avec un officier de la Marine, toutes deux la même nuit. Il commença à découvrir qu’il était attiré aussi bien par les hommes que par les femmes et dans ses mémoires il l’observa :
‘’J’en suis finalement arrivé à la conclusion que pour moi, tout ce que j’avais fait cette nuit-là était aussi naturel et aussi bon que je l’avais ressenti ... Je n’avais jamais ressenti le besoin d’appartenir à un groupe exclusif, autodéterminé ou spécial ... je n’avais jamais été honteux et je n’avais jamais ressenti le besoin de m’expliquer ou de m’excuser à qui que ce soit pour mes relations.... j’ai aimé les hommes. J’ai aimé les femmes.’’
Farley Granger retourna à la vie civile et fut enchanté de découvrir que ses parents avaient renoncé à leurs beuveries et étaient plus civils l’un envers l’autre. Samuel Goldwyn augmenta son salaire hebdomadaire à 200 dollars et le présenta avec un Coupé Ford de 1940 . L’acteur fut introduit auprès de Saul Chaplin et son épouse Ethel, qui devint son mentor à vie, sa confidente et sa meilleure amie. Grâce à ce couple, Farley Granger rencontra Betty Comden, Adolph Green, Jerome Robbins, Leonard Bernstein et Gene Kelly, qui l’invitèrent à rejoindre leurs soirées festives qui comprenaient aussi Lena Horne, Frank Sinatra, Betty Garrett, Johnny Mercer, Harold Arlen et Stanley Donen. Le plus influent parmi ses relations ce fut le réalisateur Nicholas Ray, qui le casta dans son film noir Thieves Like Us. Le film approchait de la fin de son tournage en octobre 1947 quand Howard Hughes acquit RKO Radio Pictures, et le nouveau chef du studio mit le film au rancart pendant deux années avant de le diffuser sous le titre Les amants de la nuit dans une seule salle de cinéma à Londres. Des critiques enthousiastes amenèrent la RKO à finalement diffuser le film aux Etats-Unis à la fin 1949. Durant les deux années qu’il resta au rancart, le film avait été de nombreuses fois projeté en privé et une des personnes qui eurent l’occasion de le voir fut Alfred Hitchcock, qui préparait La corde.
Farley Granger était à New York quand on lui ordonna de revenir à Hollywood pour discuter de La corde avec Hitchcock. La nuit précédant leur première rencontre, Farley avait par coïncidence rencontré Arthur Laurents, qui avait écrit le scénario du film qui était basé sur la pièce Rope's End, un rapport fictif d’un cas de meurtre de Leopold and Loeb. Il fallut attendre qu’il ait commencé à lire le scénario pour qu’il relie l’auteur avec l’homme qu’il avait rencontré la nuit précédente. Granger et Laurents se rencontrèrent de nouveau et Laurents invita l’acteur à passer la nuit. Il déclina l’offre mais quand celle-ci fut reformulée plusieurs jours plus tard, il accepta. Ce fut le départ d’une relation romantique qui dura environ une année et d’une ralation amicale tempétueuse qui dura des décennies après leur rupture.
Dans La corde, Farley Granger et John Dall incarnaient deux intellectuels qui commettent un simple meurtre pour prouver qu’ils pouvaient s’en sortir. Les deux personnages et leur ex professeur, interprété par Jimmy Stewart, étaient supposés être homosexuels et Farley et John discutèrent des sous-entendus de leurs scènes. Cependant, Le Hays Office gardant ses yeux rivés sur le projet, le script final fut si discret que Laurents ne sut réellement jamais si Jimmy Stewart avait jamais réalisé que son propre personnage était homosexuel. Hitchcock tourna le film en continu, en prises ininterrompues de 10 minutes, la durée totale d’une bobine de film en Techniclolor et, en résultat, des problèmes techniques interrompirent fréquemment l’action pendant la moitié des 21 jours de tournage prévus. Le film reçut finalement des critiques mitigées, bien que la plupart des critiques furent impressionnés par Farley Granger, qui dira plus tard qu’il avait été enchanté de partager l’expérience mais réfléchissait à "ce que le film aurait ressemblé si [Hitchcock] l’avait tourné normalement" et "n’avait pas été inquiété par la censure."
Après le tournage de La corde, Samuel Goldwyn le casta avec Teresa Wright, David Niven et Evelyn Keyes dans Vous qui avez vingt ans, film qui fut desservi par un faible scénario et une réalisation indifférente d’Irving Reis. Ce fut un échec au box-office comme son film suivant Roseanna McCoy, durant lequel Farley et Laurents se séparèrent. Alors qu’il tournait La rue de la mort en extérieurs à Manhattan pour Anthony Mann, Farley Granger fut brièvement impliqué romantiquement avec Leonard Bernstein, qui l’invita à le rejoindre dans sa tournée sud-américaine. Avant que le film soit terminé, le compositeur avait épousé une pianiste et actrice costaricaine Felicia Montealegre. Les deux hommes demeurèrent amis jusqu’à la mort de Bernstein.
Les deux films suivants de Farley pour Samuel Goldwyn, Celle de nulle part et La marche à l’enfer, furent des expériences professionnelles déplaisantes et l’acteur refusa de permettre au producteur de le prêter à Universal Pictures pour une saga inférieure sur un tapis magique. Suspendu, il décida d’accompagner Ethel Chaplin, qui était séparée de son mari, et sa fille pour un voyage à Paris. Au dernier moment, ils furent rejoints par Arthur Laurents, qui resta derrière quand le groupe prit la route de Londres pour assister à la soirée inaugurale du New York City Ballet, qui avait été chorégraphiée par Jerome Robbins. Ce dernier et Farley s’engagèrent dans une passade jusqu’au moment où l’acteur fut obligé de rentrer à New York pour aider à la publicisation de Celle de nulle part et de La marche à l’enfer, qui tous deux reçurent de terribles critiques. Samuel Goldwyn annula la sortie nationale de La marche à l’enfer, espérant sauver le film en lui ajoutant des scènes supplémentaires qui auraient changer la focalisation du film mais Farley refusa de le promouvoir davantage. De nouveau suspendu, il partit pour l’Europe où il passa du temps en Italie, en Autriche et en Allemagne avec Arthur Laurents avant d’être contacté pour un film par Alfred Hitchcock.
Le projet était L’inconnu du Nord-Express, dans lequel Farley incarnait le joueur de tennis et politicien en devenir Guy Haines. Il est introduit auprès du psychotique Bruno Anthony, interprété par Robert Walker, qui lui suggère d’échanger leurs meurtres, Bruno tuant l’épouse de Guy et ce dernier disposant du père de Bruno. Comme pour La corde, il y avait un sous-entendu homosexuel dans la relation entre les deux hommes, bien le film fut atténué par rapport au roman original de Patricia Highsmith. Farley Granger er Robert Walker, que son épouse Jennifer Jones avait récemment quitté pour David O. Selznick, devinrent de proches amis et confidents durant le tournage et Farley fut dévasté quand Robert décéda suite à une absorption combinée d’alcool et de barbituriques peu de temps avant la sortie du film. Ce fut un succès au box-office, le premier succès majeur de la carrière de Farley et sa "plus heureuse expérience de tournage".
Le 31 décembre 1950, Farley Granger ramassa sa proche amie, Shelley Winters, pour l’escorter au traditionnel gala de nouvelle année de Sam Spiegel. L’actrice le fit attendre près de deux heures et ils se disputèrent en chemin vers le gala. Une fois sur place, ils suivirent chacun des chemins différents et Farley rencontra Ava Gardner. Ils quittèrent ensemble les lieux pour aller écouter Nat King Cole qui se produisait dans une boîte de nuit à proximité puis ils gagnèrent le domicile de Farley, où ils commencèrent une intense relation qui dura jusqu’au tournage de Show Boat, par Ava, un mois plus tard.
S’étant réconciliés, Farley Granger et Shelley Winters se rendirent à New York City, où ils auditèrent des classes de l’Actors Studio et du Neighborhood Playhouse School of the Theatre. Shelley Winters souscrivit au concept de la method acting, mais Farley sentit que l’acteur "devait être fidèle au texte, sans l’adapter à aucun sens personnel mémoriel," et leur désaccord amenèrent de nouvelles disputes. Leur idée de poursuivre des programmes d’entraînement personnels fut interrompue quand tous deux furent appelés à Hollywood. Samuel Goldwyn casta Granger dans Face à l’orage, un drame au sujet de l’impact de la Guerre de Corée sur une famille américaine essayant toujours de guérir de la seconde guerre mondiale. Farley Granger pensa que le scénario d’Irwin Shaw n’était "pas seulement mou mais semblait dater," mais il salua l’opportunité de travailler avec Dana Andrews et Dorothy McGuire. Samuel Goldwyn espérait que le film soit un succès comme Les plus belles années de notre vie mais le film se trouva être aussi "insipide et vieux jeu" que Farley Granger le craignait. De plus, la première étant programmé après que les négociations de cessez-le-feu avec la Corée aient commencé, le film était hors actualités et fut un échec au box-office. Ses projets suivants – une comédie déjantée avec Shelley Winters intitulée Symphonie en 6.35, l‘épisode Gift of the Magi du film anthologique, La sarabande des et la comédie musicale Hans Christian Andersen et la danseuse – ne furent pas plus fructueuses. Durant le tournage de ce dernier film, il apparut dans un spot commercial pour Camel.
Impatient de travailler avec Vincente Minnelli, Farley Granger accepta un rôle face à Leslie Caron et Ethel Barrymore dans Mademoiselle, un des épisodes du film de la MGM de 1953, Histoire de trois amours. Le producteur du film, Gottfried Reinhardt, réalisa aussi les deux autres épisodes, et il édita sans merci Mademoiselle pour donner plus de temps d’écran à son histoire. Insatisfait de la direction que sa carrière prenait, Granger chercha du réconfort auprès de Shelley Winters qui s’était séparée de Vittorio Gassman, et les deux amis reprirent leur relation sexuelle au point de parler de mariage. Leur relation fut compliquée mais Granger sentit que "cela marche pour nous."
Le projet suivant de Farley Granger fut Small Town Girl, une comédie musicale avec Jane Powell, Ann Miller et Bobby Van. Après le tournage, il racheta son contrat à Samuel Goldwyn, une décision coûteuse qui lui occasionna de sérieuses difficultés financières. Granger était déterminé à déménager à Manhattan pour étudier et se produire sur les planches, mais son agent le convainquit d’accepter un rôle dans Senso, réalisé par Luchino Visconti avec Alida Valli. Le tournage en Italie dura neuf mois bien que Farley soit souvent au ralenti durant cette période, ce qui lui permit d’utiliser son temps libre pour visiter l’Italie et même passer de longs week-ends à Paris où il eut une brève relation avec Jean Marais. Durant son séjour à Venise, il renouvela son amitié avec Peggy Guggenheim, qu’il avait rencontrée durant un voyage précédent en Italie avec Arthur Laurents, et il rencontra Mike Todd, qui le cajola en faisant une apparition en caméo dans un rôle de gondolier dans l’épique Around the World in 80 Days. Il retourna finalement à Hollywood, exténué mais enchanté par son expérience.
Après son retour aux Etats-Unis, Darryl F. Zanuck lui offrit un contrat pour deux films et en peu de temps il tourna La fille sur la balançoire, dans lequel il incarnait le tycoon Harry Kendall Thaw et Le roi du racket, un mélodrame que l’acteur trouva "sermonneur, banal et pédestre," bien qu’il accueillit avec plaisir l’opportunité de travailler avec Anthony Quinn et Anne Bancroft.
En 1955, Farley Granger déménagea à New York et commença à étudier avec Bob Fosse, Gloria Vanderbilt, James Kirkwood et Tom Tryon dans une classe dirigée par Sandy Meisner à la Neighborhood Playhouse. Durant cette période, il fit ses débuts sur Broadway dans The Carefree Tree, une pièce avec une musique basée sur une vieille légende chinoise. La distribution comprenait Janice Rule dans le rôle de la petite amie de Granger et Alvin Ailey, Frances Sternhagen, Jerry Stiller et Sada Thompson dans les seconds rôles. La pièce s’interrompit après 25 représentations mais peu de temps après son interruption, Janice Rule emménagea chez Farley et rapidement ils firent des projets de mariage. Ils réalisèrent petit à petit que l’amour que leurs personnages avaient ressenti sur scène, ne s’était pas transféré dans la vie réelle et ils se séparèrent tout en restant amis jusqu’à la mort de Janice en 2003.
Ses carrières théâtrales et cinématographiques sur le déclin, Farley Granger se tourna vers la télévision. Il fut la vedette de Beyond This Place, une adaptation du roman éponyme d’A.J. Cronin avec Shelley Winters et Peggy Ann Garner, er rejoignit Julie Harris pour un remake de The Heiress. Il apparut aussi dans des épisodes de Climax !, Ford Television Theatre, The 20th Century Fox Hour, Robert Montgomery Presents, Playhouse 90, La grande caravane, Kraft Television Theatre, The United States Steel Hour et The Bell Telephone Hour, et plus tard dans Max la menace, Match contre la vie, L’homme de fer, Les régles du jeu et Hawaii, police d’état, entre autres.
En 1959, Farley Granger retourna à Broadway dans le rôle de Fitzwilliam Darcy face à Polly Bergen dans celui d’Elizabeth Bennet dans First Impressions, une adaptation musicale d’Orgueil et préjugés avec un livret et une réalisation d’Abe Burrows. L’essai à New York fut un désastre et les critiques mitigées. Les choses s’améliorèrent légèrement durant la tournée à Philadelphie, mais avant que la production ne gagne New York, Polly Bergen – qui se querellait amèrement avec la costar Hermione Gingold – connut de sérieuses difficultés vocales et quelques-unes de ss chansons durent être coupées à chaque performance, créant de la confusion pour le reste de la distribution. Seuls deux des sept critiques écrivirent des revues favorables. Polly Bergen fut remplacée par la doublure Ellen Hanley, et la comédie musicale prit fin en moins de trois mois. Plus tard la même année, il fut casté dans The Warm Peninsula, une pièce de Joe Masteroff. Avec Julie Harris, June Havoc et Larry Hagman, la pièce reçut des critiques raisonnables et prit fin après 86 représentations.
Malgré ses trois tentatives infructueuses à Broadway, Farley Granger continua à se focaliser sur le théâtre au début des années 1960. Il accepta une invitation d’Eva Le Gallienne à rejoindre son National Repertory Theatre. Durant leur première saison, alors que la compagnie se trouvait à Philadelphie, John F. Kennedy fut assassiné. Le Président avait assisté à la luit inaugurale du NRT et au gala ayant suivi la représentation, aussi la nouvelle de sa mort heurta tous les membres de la compagnie. Farley Granger était devenu un proche ami du superviseur de production Robert Calhoun, et bien que les deux personnes avaient ressenti une mutuelle attraction, ils n’en avaient jamais discuté. Cette nuit-là, ils devinrent amants.
Farley Granger réussit finalement à trouver le succès à Broadway dans La mouette, Les sorcières de Salem, La ménagerie de verre et Deathtrap. Il joua face à Barbara Cook dans une reprise du Roi et moi au off-Broadway New York City Center et en 1979 fut casté dans la production de la Roundabout Theatre Company de A Month in the Country. En 1986 il remporta un Obie Award pour sa performance dans la pièce de Lanford Wilson, Talley & Son.
Au début des années 1970, Farley Granger et Robert Calhoun déménagèrent à Rome, où l’acteur fit une série de films en langue italienne, notamment On l’appelle Trinita. Il apparut aussi dans plusieurs soap operas, dont On ne vit qu’une fois, pour laquelle son interprétation de Will Vernon lui amena une nomination pour le Daytime Emmy Award du Meilleur Acteur dans une Série Dramatiqu, The Edge of Night et As the World Turns, produit par Robert Calhoun. Farley Granger joua au côté de Mario Adorf dans le thriller italien La lame infernale qui fut réalisé par Massimo Dallamano. En 1974, il apparut dans un épisode de la série policière Nakia.
Plus tard il apparut dans plusieurs documentaires sur Hollywood en général et Alfred Hitchcock en particulier. En 1995 il fut interviewé pour The Celluloid Closet pour dépeindre l’homosexualité dans le cinéma et l’utilisation de sous-entendus dans divers films dont les siens.
En 2003, Farley Granger fit sa dernière apparition dans Broadway: The Golden Age, by the Legends Who Were There. Dans celui-ci, il raconte son départ d’Hollywood alors qu’il était au sommet de sa gloire, en rachetant son contrat à Samuel Goldwyn et en déménageant à Manhattan pour travailler sur les planches de Broadway.
En 2007, Farley Granger publia le mémoire Include Me Out, coécrit avec son concubin Robert Calhoun (né le 24 novembre 1930). Dans le livre dont le titre est un hommage aux célèbres impropriétés de Goldwyn, il discourt librement sur sa carrière et sa vie personnelle. Robert Calhoun décéda d’un cancer du poumon à New York le 24 mai 2008 à 77 ans.
Farley Granger décéda de causes naturelles le 27 mars 2011 à 85 ans. Son corps fut incinéré et ses cendres rendues à la famille après un service funèbre au restaurant Riverside.
Pour sa contribution à la télévision, Farley Granger a une étoile située au 1551 Vine Street sur le Hollywood Walk of Fame.

Sa contribution au western fut la suivante :

La grande caravane, un épisode, le lieutenant Charles Avery dans « The Charles Avery Story » (1957)
Hondo, un épisode, Jack Graham dans « Hondo and the Apache Kid » (1967)
On l’appelle Trinita d’Enzo Barboni (1970), le major Harriman
Les colts au soleil de Peter Collinson (1973), le juge Niland


Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité