Judy NUGENT (1940- )

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6819

Judy NUGENT (1940- )

Messagepar DEMERVAL » 02 mai 2019 17:16

Judy Ann Nugent est née le 22 août 1940 à Los Angeles, la fille d’un chef accessoiriste Carl Nugent et son épouse Lucille, un ex agent de talents. Elle a une sœur, Carol, qui de trois ans son aînée et était également un enfant star. Leur père Carl avait débuté dans le show business à la MGM aux alentours de 1938, où son premier boulot fut de s’asseoir dans les coursives de la scène avec une canne à pêche pour tenir la queue du Lion Peureux dans Le magicien d’Oz. Judy fit ses débuts sur le grand écran en 1947; sa soeur Carol, qui apparut dans le même film, avait déjà cinq films à son actif à cette époque. Les deux sœurs incarnèrent le personnage interprété par Ginger Rogers, à 5 et 6 ans dans le film It Had To Be You.
La carrière de Judy démarra lentement. Il lui fallut attendre un an pour son rôle suivant, une petite prestation non créditée dans The Big Clock (1948), film dans lequel le futur acteur de serial des studios Disney, B. G. Norman avait un rôle. Une autre année passa, et Judy décrocha son troisième rôle, de nouveau non crédité, dans City Across the River (1949). Mais l’inexpérience dramatique de Judy ne s’avéra pas un handicap dans un nouveau médium bourgeonnant. La télévision, alors bégayante, représentait un terrain de jeu idéal pour les jeunes actrices. Personne ne pouvait prétendre avoir de l’expérience dans ce nouveau médium et les stars établies étaient souvent frisquets devant de telles caméras en direct. Pour une petite fille avec du sang-froid, c’était une énorme opportunité. Judy décrocha le rôle de la sœur cadette Donna dans The Ruggles, un rôle qu’elle devait jouer en direct, chaque semaine et lors de vacances occasionnelles, pendant trois saisons.
Son investissement dans The Ruggles n’empêcha pas Judy de continuer à jouer dans des films. Elle apparut dans des petits rôles non crédités dans Si l’on mariait Papa (1951), Angels in the Outfield (1951) et Sous le plus grand chapiteau du monde (1952). Grâce à un film de Gene Autry, Night Stage to Galveston (1952), elle décrocha son premier rôle crédité. Après la fin de sa série télévisée, Judy tourna des épisodes de The Lone Ranger et Annie Oakley, puis un autre rôle crédité dans Down Laredo Way (1953). Les Westerns s’avérèrent très bénéfiques pour Judy, qui malgré ses origines suburbaines, pouvait interpréter une campagnarde de manière convaincante.
Le dernier rôle non crédité de Judy eut lieu dans Ma and Pa Kettle at Home (1954). Le réalisateur Charles Lamont donna à Judy et à une autre future actrice de serial de la MMC, Pat Morrow, plus de scènes et de textes qu’ à quelques autres acteurs crédités dans cette comédie rurale. Ce fut aussi le seul film dans lequel Judy apparut devant la caméra en même temps que sa sœur Carol. Des apparitions en guest star dans The Adventures of Superman, The Life of Riley, et Ford Television Theatre suivirent. La carrière cinématographique de Judy atteignit son acmé avec l’interprétation d’une garçonne blagueuse qui rendait marteau le personnage incarné par Jane Wyman dans Magnificent Obsession (1954).
Un rare rôle désagréable d’une fille ingrate dans There's Always Tomorrow (tourné à la fin 1954 mais non diffusé avant janvier 1956), un rôle en troisième position sur l’affiche dans la comédie légère Navy Wife (1956), et des apparitions dans Celebrity Playhouse et Matinee Theatre furent suivis par un bref ralentissement de la carrière de Judy. Pour la première fois depuis de nombreuses années, elle n’était plus scolarisée dans des écoles de studios et au lycée Hamilton de Los Angeles. A la place, elle fréquenta la Mar-Ken School pour enfants professionnels à Sherman Oaks, où le livre de l’école lista son amour des fringues et son ambition d’aller à Hawaii. Au début 1957 elle fit ce qui devait être son dernier film pour un studio majeur, The Girl Most Likely, une faible comédie musicale avec Jane Powell.
Pourquoi la serial annoncée originellement sous le titre de Annette and Darlene fut-elle rebaptisée Annette, avec Darlene Gillespie retirée de la distribution, est un mystère qui ne sera jamais résolu. Il serait intéressant de connaître les circonstances qui amenèrent Judy à remplacer Darlene. Une des hypothèses est que le réalisateur Charles Lamont se rappela avoir travaillé avec elle sur le série Kettle et la suggéra aux producteurs de Disney. Cependant il apparut que Judy fut un choix inspiré pour le personnage de Jet Maypen. Elle était assez éclectique pour sous-jouer ses scènes avec la calme Annette, et de supplanter le personnage incarné par Roberta Shore.
Pour Judy elle-même, la serial marqua un tournant dans sa carrière. Elle n’avait jamais vécu de romance à l’écran auparavant, et pendant la dernière année avait navigué entre des rôles d’adolescentes et d’ingénues. Bien que la romance dans cette serial fut légère, cela la plaça définitivement dans la dernière catégorie. Ce qui fut aussi nouveau pour l’actrice c’est son accession au statut de variété musicale. Bien qu’elle était déjà apparue dans une comédie musicale, sa voix n’était pas adéquate pour le chant et elle fut donc doublée pour cette serial. De danser devant la caméra était aussi nouveau pour elle et cela ne se fit pas naturellement.
Dans les deux ans qui suivirent son job chez Disney, Judy apparut dans des épisodes de six séries télévisées différentes dont Playhouse 90, The Thin Man, Sugarfoot, 77 Sunset Strip et Rawhide, mais n’eut pas beaucoup de boulot pour le grand écran. Comme de nombreux enfants stars, les qualités qui agissaient en leur faveur dans leur jeunesse, travaillaient contre eux une fois adultes. Elle était mince et menue, à un âge qui favorisait les starlettes aux formes généreuses, et bien que jolie, manquait de la beauté glamour recherchée par les directeurs de castings.
Vers la fin 1959, Judy fut embauchée pour interpréter le personnage féminin principal pour un film de série B intitulé High School Caesar (1960). Quand le producteur, O' Dale Ireland, dit à Steve Stevens qu’il allait de nouveau travailler avec Judy et lui demanda son opinion sur l’actrice, il répliqua : "Grand sens de l’humour, sorte de garçonne et elle a un rire à apprivoiser un lion."
Cette production au budget étriqué, tournée en extérieurs dans le Missouri, voyait Judy faire face au méchant local et ses affidés. Bien que n’étant pas un réel navet, cela n’allait pas couvrir le film de lauriers et en fait se révélera être le dernier film de Judy pendant 14 ans.
Judy continua à bosser à la télévision en apparaissant notamment dans un rôle récurrent dans The Tall Man, et en assumant des petits rôles dans The Brothers Brannagan et dans la série de son beau-frère Nick Adams, Saints and Sinners. Mais en 1962 elle bazarda tout, laissant Hollywood derrière elle. Elle venait juste de se marier avec l’acteur Buck Taylor, qu’elle avait rencontré grâce à Nick Adams et le couple se relocalisa à Ennis, Montana, ce qui permit à Buck de se relancer au sud de la Californie dans des projets télévisuels et cinématographiques. Judy sortit brièvement de sa retraite en 1974, pour un film indépendant à petit budget intitulé Summer Run.
18 ans après avoir épousé Buck Taylor, Judy fit aussi une apparition de deux minutes en caméo dans un film intitulé Beartooth (1978), avec lui et son beau-père Dub Taylor. Créditée sous le nom de Judy Nugent Taylor dans ce qui fut un petit plus qu’un film amateur de Dub Taylor, ce fut son dernier rôle crédité. Selon des sources internet, Judy et Buck se sont séparés en 1983, après avoir élevé trois enfants ensemble. Ses parents la rejoignirent au Montana quand ils furent en retraite et elle continue apparemment d’y vivre depuis lors. Son fils aîné, Adam Taylor décéda dans un accident de la circulation en 1994, mais ses deux autres fils, Matthew et Cooper Taylor, travaillent comme cascadeurs et acteurs comme son petit-fils et sa petite-fille.

Sa contribution au western est la suivante :

Night Stage to Galveston de George Archainbaud (1952), Cathy Evans
The Lone Ranger, un épisode, Susan Rich dans « Triple Cross » (1953)
Down Laredo Way de William Witney (1953), Taffy Wells
Annie Oakley, un épisode, Donna Bishop dans « Valley of the Shadows » (1954)
Sugarfoot, un épisode, Charonne Wilkes dans « Wolf » (1959)
Rawhide, un épisode, Willie Carst dans « Incident of the Night Horse » (1960)
The Tall Man, June McBean dans cinq épisodes :
- Larceny and the Ladies (1960)
- McBean Rides Again (1960)
- The Reluctant Bridegroom (1961)
- Millionaire McBean (1961)
- Substitute Sheriff (1962)
Beartooth de Zack Belcher (1978), ????

DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6819

Re: Judy NUGENT (1940- )

Messagepar DEMERVAL » 16 mai 2019 16:05

ImageImageImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités