Sugar DAWN (1931- )

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6812

Sugar DAWN (1931- )

Messagepar DEMERVAL » 15 avr. 2019 15:52

Biographie de Sugar Dawn sous forme d’une interview donnée à Western Clippings.
Sugar Dawn est née Mervelyn Sugar Steinberg, le 14 novembre 1931 à San Francisco, Californie. “J’ai été élevée dans la péninsule, à 45 kilomètres au sud de San Francisco. Ce n’était pas réellement rural, mais il y avait des espaces ouverts et des chevaux. A cette époque, j’allais même à l’école sur mon poney.”
Interrogée sur l’origine de son nom de scène Sugar Dawn, elle dit : “C’est une longue histoire. Quand le Dr Bone accoucha ma mère, elle commença à pleurer. Le Dr. Bone dut lui dire ‘Elle n’est pas en verre; elle ne va pas casser. Elle n’est pas en beurre, elle ne va pas fondre. Elle est en sucre, elle est mignonne.’” Au sujet du nom Dawn, “Mon père travaillait dans l’industrie du néon qui était nouvelle à l’époque , à San Francisco. Le terme “dawning” est associé aux tubes à néon et c’est de là que vient mon second nom Dawn. On m’appelle encore Sugar aujourd’hui.”
Comme Sugar commença à monter à cheval à un très jeune âge, il était important de savoir comment cela lui était venu. “J’ai commencé sur une mule au zoo de San Francisco. Mon père me mettait sur son dos sans arrêt—J’ai pu chevaucher très tôt, mais avant que je marche! Nous avons déménagé dans la péninsule aussi j’ai pu avoir un poney et mon père put avoir un cheval. Son cheval mesurait 1m75 au garrot—et je l’ai aussi monté. J’ai monté mon poney Chiquita dans des spectacles équestres à 4 ou 5 ans, faisant des exhibitions et des tours. J’ai mis Chiquita à l’épreuve. Lui ai appris plein de tours.”
Au sujet de son arrivée dans le cinéma, “J’étais à la Foire Mondiale de San Francisco de 1939—à Treasure Island. Je me produisais avec Chiquita dans l’obscurité. C’était passionnant. Billy Rose était là , aussi avec son aquacade. Il y avait beaucoup de spectateurs, aussi on m’a demandé d’incarner Bonnie Blue Butler dans ‘Autant en emporte le vent’. Je me rappelle de David O. Selznick, Clark Gable et Vivien Leigh. On m’avait mis des lentilles de contact et mes cheveux teints pour coller au rôle. J’ai encore quelques bouts de scènes de 35mm en couleurs pris à cette époque. Puis, un politicien du sud survint, disant que le film ne pouvait pas être diffusé dans le Sud à moins que sa nièce ne joue le rôle. Aussi, j’ai été renvoyée, mais ils me voulait pour servir de double pour ses scènes équestres, mais j’ai refusé! Des années plus tard, alors que je passais un bout d’essai pour le rôle de Velvet Brown, rôle qui échut à Elizabeth Taylor, ils me voulurent pour doubler Elizabeth sur Pi, mais j’ai encore refusé. J’en avais déjà trop fait à l’époque pour être une doublure non créditée!”
Comme pour Monogram, “Universal devait écrire un rôle pour moi dans ‘Destry Rides Again’, mais j’avais un poney dans les écuries dirigé par Victor McLaglen. Je suis tombée du poney et ai chopé une sorte d’empoisonnement. Cela m’empêcha d’être dans ‘Destry’. Mais, Robert Tansey chez Monogram contacta mon père au sujet de westerns et ce fut comme cela que ça arriva.”
Au sujet de mes cours d’art dramatique, “Non, jouer est inné chez moi, aussi je n’ai jamais pris de cours d’art dramatique—je me suis produite depuis que j’étais toute petite aussi cela vint tout naturellement pour moi.”
Au sujet de ses partenaires, “Tom Keene était vraiment, vraiment, un gentleman, un bon cavalier et on se marrait beaucoup. Je peux dire la même chose de Tex Ritter, qui chantait aussi super bien. On s’amusait bien sur ces films. Ca ne ressemblait pas à du travail, c’était comme du jeu, de l’illusion. C’était magnifique!” Au sujet de ses partenaires féminines, “Je me rappelle bien de Betty Miles. C’était une belle femme, mais elle étaient toutes belles et très très jolies.’’
Au sujet de ses lieux de tournage, je me rappelle être allée à Prescott, Arizona, et au Tejon Ranch (près de Los Angeles).”
Des accidents? “Il n’y en avait pas dans les films—oh, je suis peut-être tombée de cheval, mais je n’avais pas mal. Je n’avais pas d’accidents quand je chevauchais près de chez moi. Je suis tombée; ai cassé mon nez, un bras, une jambe. Une fois, je me suis ouvert le crane—mais de nouveau, rien n’arriva durant le tournage des films. Bien sûr, ma mère n’aimait pas ça—les rodéos et les spectacles équestres et tout le reste, parce que c’était dangereux, mais c’était excitant!”
Durant et après sa carrière cinématographique, Sugar participa à de nombreuses œuvres caritatives. “J’ai fait des rassemblements organisés et ai voyagé avec un sous-marin japonais capturé, suis apparue dans des hôpitaux, ai fait des exhibitions et des compétitions de rodéos et ai chevauché lors de Rose Parade en 1941. Les visites hospitalières étaient très particulières. J’emmenais mon poney à l’hôpital, mettais des bottes en caoutchouc à Chiquita, et me rendais dans les chambres où se trouvaient les enfants dans les situations les plus critiques. On se produisait pour eux et dehors on pouvait en faire plus, des tours et des tas de choses, pour les enfants qui pouvaient y venir. Je ne chevauchais pas à l’intérieur—bien sûr, mais je faisais des tours avec Chiquita même quand je fus trop grande pour le monter.” Durant la guerre, Sugar continua à se produire. “J’ai fait un rodéo avec Jane Withers; j’ai fait des spectacles avec Mickey Rooney et Judy Garland; Bonita Granville et Bob Hope. Je n’ai plus eu de relations avec qui que ce soit après ma carrière. C’était fini mais j’ai aimé tout ce que j’ai fait. J’ai continué à chevaucher jusqu’à la mort du poney et du cheval de mon mère. Je ne me rappele plus lequel des deux partit le premier.”
En se remémorant son éducation, “Je faisais tellement de films que je n’ai jamais appris l’orthographe ! J’ai passé deux années à la FAC. J’ai eu un programme radio à San Jose, juste au moment de l’avènement de la télévision. Après mon premier mari, j’ai épousé Loren Tower en 1965, et nous avons eu une fille, Dawn. Avec Loren, on était dans l’industrie du carnaval—il était directeur général du plus grand spectacle de ce côté des Rocheuses et ensemble on possédait de nombreux centres équestres et des attractions spéciales. On voyageait intensément en dehors des saisons quand on ne travaillait pas. Avant le décès de Loren en 1997, il me dit de continuer à voyager et c’est ce que j’ai fait—Je joue au golf, je nage et je visite le monde. J’ai fait une croisière dans les îles de la seconde guerre mondiale comme Iwo Jima et Midway. Comme Loren décéda d’une maladie apparentée à la guerre, j’étais intéressée pour voir où il avait servi. J’ai été interviewée par des représentants de la Librairie du Congrès, après qu’ils aient eu connaissance de mes efforts de guerre et cela devint une partie d’un documentaire sur la seconde guerre mondiale, diffusé sur History Channel. Je suis aussi allé en Antarctique. On était sur un briseur de glace, on fit des débarquements mouillés et on marcha parmi les pingouins, les phoques et les icebergs, qui avaient des couleurs magnifiques. C’est comme un pays enchanté là-bas.”

Sa contribution au western est la suivante :

Pals of the Silver Sage de Albert Herman (1940), Sugar Grey
Wanderers of the West de Robert F. Hill (1941), Sugar Dean
Dynamite Canyon de Robert Emmett Tansey (1941), Sugar Gray
Riding the Sunset Trail de Robert Emmett Tansey (1941), Sugar Dawson
Lone Star Law Men de Robert Emmette Tansey (1941), Sugar Grey
Arizona Roundup de Robert Emmett Tansey (1942), Sugar O’Day

DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6812

Re: Sugar DAWN (1931- )

Messagepar DEMERVAL » 19 avr. 2019 15:13

ImageImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité