Lule WARRENTON (1862-1932)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6008

Lule WARRENTON (1862-1932)

Messagepar DEMERVAL » 12 oct. 2018 15:02

Lule Warrenton naquit le 22 juillet 1862 à Flint, Michigan, d’un père directeur de production. Sous la houlette de son oncle, Sheridan Corbyn, elle décrocha des rôles d’enfants et continuera toute sa vie à se mouvoir dans le théâtre et l’industrie du cinéma.
Lule Warrenton fréquenta le Couvent St. Rose et étudia plus tard à l’Université du Michigan. Après l’université, Lule commença sa carrière sur les planches comme « élocutionniste » à l’université de Notre Dame. Elle devint plus tard lectrice shakespearienne et se produisit dans son premier spectacle au Victoria Rifle's Armory de Montréal, Québec, Canada.
Lule Warrenton apparut dans un total de 81 films durant sa carrière. Bien qu’elle revendiqua quelques rôles principaux, elle incarnait généralement des rôles de soutien. Lule Warrenton, apparut plus particulièrement dans les genres comédies et westerns. Elle avait la réputation d’être une actrice éclectique et interpréta une large palette de personnages dont celui d’une noire dans The Queen of Jungleland et celui d’un Mandarin chinois portant la moustache sous la réalisation de Henry McRae.
Dans une critique d’une de ses performances parue dans le Pittsburgh Press, Lule Warrenton fut décrite comme "interpréter des rôles différents, plus difficiles les uns que les autres, est le travail et le passe-temps de Lule Warrenton".
Mieux connue pour sa carrière de réalisatrice, Lule Warrenton devint la première réalisatrice de l’époque au monde à posséder son propre studio alors qu’elle était chez Universal. Elle écrivit quelques-uns des scenarii de ses films mais son assistant Allen Watt prit la responsabilité de la majorité des écritures. Le fils de Lule Warrenton, Gilbert Warrenton, était souvent en charge de la photographie dans nombre des films de sa mère.
Lule Warrenton commença sa carrière de réalisatrice en filmant d’abord des comédies, mais plus tard enclencha le tournant encore jamais expérimenté de faire des films pour les enfants, qui furent appelés "Film pour les petits". Calling Linda fut son premier film pour les petits en 1916. Lule Warrenton réalisa et produisit A Bit o'Heaven en 1917, dans lequel figurait le prodige de 4 ans, Mary Louise; ce film était une adaptation du roman de Kate Douglas Wiggin, The Birds' Christmas Carol qui se vendit à plis d’1,5 million d’exemplaires. Lule Warrenton et Mary Louise firent de multiples films ensemble.
A cause de sa réputation de grande gestionnaire des "acteurs enfants," Lule Warrenton devint connue dans les cercles hollywoodiens comme "la mère," et il a été prouvé qu’elle "n’avait pas d’homologues dans la gestion des enfants acteurs."
Lule Warrenton fut en quelque sorte une pionnière pour la progression du féminisme et l’inclusion des femmes dans le monde du travail, spécialement à Hollywood.
En plus d’être la seule femme réalisatrice dans le monde à posséder son propre studio, Lule Warrenton se fit aussi un nom en convertissant notamment sa propre maison en centre social pour les femmes à Hollywood. Elle fut connue pour être la contributrice principale de la Hollywood Film Company à l’établissement un domicile permanent pour ces innombrables figurantes travaillant à Hollywood.
Lule Warrenton fut aussi une des quatre fondatrices du Hollywood Studio Club, une organisation réservée uniquement à toute femme désireuse de rejoindre l’industrie du cinéma. Ce club dramatique émergea dans le sous-sol de la Hollywood Public Library. Finalement, la Young Women Christian Association s’y impliqua et le groupe connut le succès, pour comprendre 175 membres en 1917.
Lule Warrenton commença sa carrière chez Universal Studios en 1912, mais rompit les liens avec le géant du cinéma en 1917 et continua à produire des films indépendants juvéniles.
Après sa rupture avec Universal, Lule Warrenton quitta finalement Hollywood et rejoignit le Conservatoire de Musique de San Diego tout en devenant simultanément la patronne d’une compagnie de production entièrement féminine, également localisée à San Diego.
Lule Warrenton eut deux enfants, bien que la majorité des gens ne connaissaient que son fils, Gilbert. Elle avait aussi une fille, Mme Virginia Zimmerman, qui épousa un docteur à Los Angeles.
Alors qu’elle était encore sous contrat avec Universal, Lule Warrenton contracta une pneumonie en 1915, ce qui l’obligea à rester alitée pendant six semaines. Après son retour au boulot, elle dut être de nouveau alitée un jour plus tard, ce qui l’obligea cette fois à garder le lit encore plus longtemps et donc lui fit manquer des opportunités de tournage.
Lule Warrenton mesurait 1m68, pesait 68 kgs et avait de longs cheveux bruns et des yeux bleus. Elle décéda le 14 mai 1932 au Laguna Hospital, Californie.
Sa contribution au western fut la suivante :
The White Squaw de Henry MacRae (1913), ????
The Brand of His Tribe de Henry MacRae (1914), Wauteka
The Law of the Range de Henry MacRae (1914), ????
Ridgeway of Montana de Henry MacRae (1915), Mme Edwards
Heart of the Sunset de Frank Powell (1918), ????
When a Man Rides Alone de Henry King (1919), Guadalupe Moreno
The Wilderness Trail de Edward LeSaint (1919), la vieille Mary

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6008

Re: Lule WARRENTON (1862-1932)

Messagepar DEMERVAL » 25 oct. 2018 9:30

ImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités