Cleo MADISON (1883-1964)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5824

Cleo MADISON (1883-1964)

Messagepar DEMERVAL » 22 sept. 2018 17:18

Cleo Madison naquit Lulu Bailey à Bloomington, Illinois le 26 mars 1883. Elle fréquenta l’Illinois State Normal University (qui devint l’Université de l’Etat de l’Illinois en 1965) à Normal, Illinois. Après avoir terminé ses études, elle déménagea en Californie afin de poursuivre son rêve de se produire en professionnelle.
Elle débuta sa carrière d’actrice sur les planches avec la Santa Barbara Stock Company. Elle fit ses premières apparitions en tant que professionnelle sur les planches du Burbank Theatre et du Belasco en 1911. Elle incarna le rôle de la mère dans Captain Swift. En mars 1912 elle débuta avec le principal rôle féminin dans la compagnie d’Ernest Shipman à Phoenix, Arizona; sa première production fut When We Were Twenty-One. Elle fit brièvement une tournée dans le circuit du vaudeville.
En 1913 Cleo Madison signa avec Universal Pictures et atteignit le statut de star l’année suivante avec The Trey o' Hearts (1914), une serial en 15 épisodes pour Universal. Cleo Madison interpréta trois rôles dans la serial : la protagoniste Judith Trine et la méchante, sa diabolique sœur jumelle Rose, ainsi que la mère des jumelles.
Les performances de Cleo Madison étaient basées sur un style de jeu qu’elle avait développé durant le temps qu’elle avait passé dans le vaudeville, se reposant sur de larges gestes et des expressions faciales mélodramatiques. Elle n’évita pas les efforts physiques pour rendre son interprétation plus convaincante comme elle le montra dans The Trey of Hearts (1914) dans lequel son personnage endurait un certain nombre de challenges physiques tels que d’apparaître dans un accident de voiture, de se voir tirer dessus et d’échapper à un incendie de forêt. Ses personnages défiaient souvent les rôles stéréotypés des femmes dans le cinéma et des héroïnes qu’elles soient libres pensantes, méchantes, femmes fatales ou aventurières. Le style de jeu de Cleo Madison utilisait son implication complète et sa passions pour chaque rôle et ses performances étaient souvent acclamées comme telles. Le journaliste William M. Henry, écrivant pour Photoplay, souligna son habileté pour contraster ses performances émotionnelles avec sa personnalité calculatrice et professionnelle de la vie réelle: "... de voir Madison dans des films ne vous dit absolument rien sur son personnage. Devant la caméra, elle sourit et pleure avec l’excellente sympathie dont seule une femme est capable."
En 1915, Cleo Madison était connue comme une des femmes les plus importantes travaillant à Hollywood et elle commença à rechercher de nouveaux challenges au sein de l’industrie tels que la scénarisation, la production et la réalisation.
En 1915, Cleo Madison devint une des rares femmes d’Hollywood à commencer à réaliser ses propres courts et longs métrages. Cleo Madison fit partie de la vague sans précédent de réalisatrices employées par Universal qui comportait Grace Cunard, Jeanie MacPherson et Lois Weber. Cléo Madison, connue pour ses idées progressistes, était pressée de commencer le travail et confiante en ses propres possibilités. Elle affirma dans le magazine Photoplay :
« Un de ces jours, les hommes abandonneront la folle idée que les femmes n’ont pas de cerveaux et finiront de se sentir insultés à l’idée qu’une porteuse de jupes peut aussi bien le travail qu’ils le font. Et je ne crois pas que ce jour soit si loin. »
Cleo Madison dirigea seize courts métrages et deux longs métrages durant sa carrière de réalisatrice qui, en fait, ne dura qu’une année. Ses crédits les plus notables comprenaient des courts métrages comme Her Defiance (1916), Eleanor's Catch (1916) et Triumph of Truth (1916). Eleanor's Catch fut notable du point de vue directorial car ce fut l’un des premiers films à utiliser le dénouement inattendu. Dans celui-ci, Cleo Madison dans le rôle principal, se révèle être un agent gouvernemental infiltré.
Les deux pans de l’implication de Cleo Madison dans les longs métrages ont été récemment loués par les historiens du cinéma. Her Bitter Cup (1916) raconte l’histoire de travailleurs syndiqués entraînés par le personnage incarné par Cleo Madison à participer à une grève pour protester contre leur oppressant patron. A Soul Enslaved (1916) met en scène une héroïne désespérée devenant la maîtresse d’un homme riche pour échapper à la pauvreté et souffrant par la suite des conséquences de ses actions avec, plus tard, une relation conventionnelle.
Le rôle de Cleo Madison en tant que réalisatrice lui permit d’incorporer des thèmes antérieurement ignorés du courant majeur d’Hollywood tels que l’oppression, la sexualité et la puissance du point de vue féminin. Elle croyait que le fait d’être une femme l’avait influencée positivement dans son style de réalisation. Elle remarqua un jour que les pièces qu’elle dirigea devaient avoir une certaine "touche féminine".
La carrière de réalisatrice de Cleo Madison prit fin après 1916 pour des raisons inconnues, bien que les historiens du cinéma aient spéculé que son statut et sa charge de travail l’avaient amené à une dépression nerveuse qui la força à un retrait précoce.
Des rapports de 1916-1917 indiquèrent qu’elle avait l’intention de former une compagnie de production avec Isadore Bernstein qui finalement ne sortit pas de terre. En 1919 on rapporta de nouveau qu’elle voulait créer sa propre compagnie. Durant ces années, elle continua à apparaître dans des films tels que Black Orchids (1917), Le Roman de Tarzan (1918), The Girl From Nowhere (1919) et The Great Radium Mystery (1919).
Au début des années 1920, la carrière de Cleo était inéluctablement sur le déclin. Bien qu’elle resta active dans des seconds rôles dans plusieurs courts métrages d’Universal, elle ne possédait plus la flamme nécessaire pour incarner les premiers rôles. De nombreux historiens du cinéma affirment que son énorme investissement tout au long des années 1910 causa son épuisement et son exaspération. Des rumeurs circulèrent au sujet d’une dépression nerveuse qui l’aurait frappée en 1922. Elle tenta un retour sur le devant de la scène en 1923 et en 1924 elle avait définitivement quitté l’industrie du film.
Elle adorait les voitures et aimer les conduire. Cleo acheta une auto de 1915 fabriquée par la Haynes Automobile Company en décembre 1914. Dans le cadre de son travail pour l’ Universal Gold Seal Company elle conduisait occasionnellement une voiture.
De nombreuses contributions sur les détails de la vie de Cleo Madison ne mentionnent pas son mariage en novembre 1916 avec Don Peake de San Francisco, Californie. Il était le responsable des ventes de Briscoe Motor Corporation pour l’ouest des Etats-Unis. Le certificat de mariage mentionne que l’épouse était Lulu Bailey, ce qui est à l’évidence le nom de baptême de Cleo Madison. Le nom de sa sœur était Helen Bailey et le certificat de divorce nous apprend qu’elle était actrice. Avant son mariage, Cleo résidait avec sa sœur, Helen, dans un bungalow à Hollywood. Helen, surnommée "Sunshine" pour son éclat, était handicapée et utilisait une chaise roulante. En 1916 elle était déjà invalide depuis 8 ans. Cleo Madison fut spécialement attentive à son bien-être.
Après avoir quitté l’industrie cinématographique, Cleo Madison vécut ses dernières années en Californie avec son mari, Don Peake. En 1964, elle souffrit d’une crise cardiaque et décéda à 80 ans, le 11 mars 1964. Elle est enterrée au Glendale's Grand View Memorial Park Cemetery.
Sa contribution au western fut la suivante :
The Mexican’s Last Raid de Frank Lloyd (1914), la fille du commerçant
The Mystery Woman d’Edward Sloman (1915), Berta Macklin
The Ring of Destiny de Cleo Madison (1915), Dolly
The Flame of the West de William V. Wong (1918), Jane

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5824

Re: Cleo MADISON (1883-1964)

Messagepar DEMERVAL » 24 sept. 2018 11:43

ImageImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités