Syd SAYLOR (1895-1962)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5837

Syd SAYLOR (1895-1962)

Messagepar DEMERVAL » 13 sept. 2018 17:20

Syd Saylor naquit Leslie Sailor à Chicago, le 24 mars 1895. Il perdit son père (un ingénieur) lors du tremblement de terre de 1906 à San Francisco et commença une carrière d’acteur après avoir quitté le lycée afin de subvenir aux besoins de sa famille. A la fin des années 1910 et au début des années 1920, il se produisit comme comédien de théâtre dans diverses troupes du Midwestern, et fit aussi un séjour dans les Marines de 1918 à 1919. Au milieu des années 1920, son oncle (un ex membre de la compagnie de Mack Sennett) l’encouragea à tenter sa chance à Hollywood; Syd Saylor arriva sur la Côte Ouest en 1926 et décrocha rapidement le rôle principal dans une série de courts métrages comiques produits par Stern Brothers et diffusés par Universal. Ces courts métrages en deux bobines (la série des “Let George Do It!”) lui apportèrent un travail régulier tout au long des années 1920, bien qu’il trouva néanmoins le temps d’apparaître dans des seconds rôles dans des longs métrages contemporains. La série prit fin en 1929 et Syd Saylor se projeta dans une nouvelle série de courts métrages, cette fois parlants, pour Universal. Cette série, qui prit fin en 1930, se trouva être sa dernière prestation comme vedette ; il devait passer le reste de sa carrière comme acteur comique de second plan, interprétant des petits mais notables rôles dans des films de série A et B. Cependant, occasionnellement, il acceptait un rôle comme faire-valoir comique dans un film de série B ou une serial; un de ses rôles les plus importants de l’époque du parlant fut en 1934 le thriller de la Mascot, Perdus dans la Jungle.
Perdus dans la Jungle, un film coloré et agréable, a pour vedette le dresseur d’animaux Clyde Beatty dans son propre rôle et comprend Syd Saylor dans le rôle de son agent publicitaire, Larry Henderson. En route pour l’Asie pour capturer des animaux pour le cirque de Clyde Beatty, les héros ont un accident de dirigeable et se retrouvent piégés dans une île inconnue peuplée d’animaux dangereux. Beatty et Saylor rencontrent une expédition scientifique qui était atterrie sur l’île et aident le capitaine du bateau et sa fille à lutter contre la vie sauvage de l’île et l’équipage rebelle. Bien que Syd Saylor agit caricaturalement (et, bien sûr, en remuant sa pomme d’Adam) quand il est confronté à des lions, des tigres et des ours qui habitent l’île, il donne aussi à son personnage assez de bon sens pour qu’il assume, seul, de longues scènes d’action. Il assume aussi son dialogue décontracté avec aplomb, délivrant une performance animée qui contraste gentiment avec le jeu d’acteur inexpérimenté de Clyde Beatty.
Mascot utilisa Syd Saylor dans une seconde serial avant que l’année ne soit terminée. Mystery Mountain, un excitant western contemporain à chapitres, opposait la star Ken Maynard à un méchant masqué appelé le Serpent à Sonnettes, qui montait l’une contre l’autre, une compagnie de train de marchandises et une compagnie de chemins de fer afin de reprendre possession d’une mine d’or secrète. Syd Saylor y interprétait Breezy Baker, un énergique journaliste qui apportait son aide à Ken Maynard tout au long de la serial et finissait par découvrir la mine secrète du Serpent à Sonnettes avant que le héros ne le fasse. Comme Perdus dans la jungle, Mystery Mountain permet à Syd Saylor d’avoir maintes opportunités pour être héroïque tout en étant drôle, dans un film où le matériel comique est plus important que dans Perdus dans la jungle–particulièrement une scène dans laquelle il tente de découvrir un chapeau à sa taille parmi un groupe de prisonniers.

Après deux serials pour Mascot, Syd Saylor fit son retour dans les longs métrages, passant le reste des années 1930 à interpréter des petits rôles pour des grand studios comme MGM et RKO (Murder in the Fleet, The Ex-Mrs. Bradford) et en endossant occasionnellement un rôle de faire-valoir comique pour des films de série B de Republic (The Three Mesquiteers), Victory (Kelly of the Secret Service), Grand National (les westerns de Tex Ritter comme Arizona Days), et autres petites prestations. Il demeura une personne très occupée durant les années 1940, mais abandonna quasiment les rôles de faire-valoir; Brenda Starr, Reporter (Columbia, 1945), lui octroya un de ses seuls rôles en vedette durant les années 1940. Cette serial figurait Syd Saylor dans le rôle de Chuck Allen, un photographe de presse effronté, qui apportait son aide à Brenda Starr (Joan Woodbury) pour couvrir une histoire impliquant des gangsters et une sacoche d’argent volé. Brenda Starr fut une serial ennuyeuse et extrêmement enjolivée mais Syd Saylor (qui apparut dans plus de scènes que l’acteur principal patenté Kane Richmond) fit de son mieux pour injecter un peu d’énergie dans la machine, qu’il badine avec le maladroit officier de police Joe Devlin ou qu’il aide joyeusement Brenda à fouiner dans les affaires des méchants. Par moment, il interpréta des rôles plus larges et bruyants que dans les serials de la Mascot, en essayant évidemment de compenser la faiblesse du scénario–mais il fut plus subtilement comique dans d’autres scènes, particulièrement dans un registre espiègle.
Après avoir interprété les faire-valoir de Bob Steele dans une poignée de westerns de série B de la PRC des années 1940, Syd Saylor s’installa de manière permanente dans les petits rôles pendant le reste des années 1940. Les années 1950 le trouvèrent travaillant sur le grand et le petit écrans où il apparut notamment dans The Adventures of Superman, The George Burns and Gracie Allen Show, Maverick et nombre d’autres séries; il incarna aussi le célèbre Bozo le clown pendant un moment pour une chaîne locale. Sa dernière apparition eut lieu dans un film d’horreur indépendant à petit budget, The Crawling Hand, qui fut diffusé peu de temps après la mort de Syd Saylor, survenue à Hollywood le 21 décembre 1962 des suites d’une crise cardiaque. Syd Saylor avait été marié de 1920 à 1941 avec Marie Valent avec qui il eut un fils.
La plupart des comédiens à part entière furent entravés par le rythme soutenu de tournage des serials, qui minimisait leurs possibilités d’utiliser leurs attributs comiques. Trop d’entre eux essayèrent de combattre cette difficulté par une boulimie de tournages qui finit simplement par ennuyer les spectateurs. Syd Saylor, cependant, parvint à rester en phase avec ses serials, produisant des scènes comiques avec aplomb sans jamais essayer de surjouer l’aspect comique. Cette auto-restriction de sa part fit en sorte que les audiences des serials non seulement tolérèrent son comportement maladroit et excentrique, mais furent heureuses de partager son plaisir quand il parvenait à déjouer les méchants ou sauver la situation.
Sa contribution au western fut la suivante :
The Winking Idol de Francis Ford (1926), le vagabond
The Ridin’ Rascal de Clifford Smith (1926), ????
Red Hot Leather de Albert S. Rogell (1926), ‘Noisy’ Bates
The Mystery Rider de Robert J. Horner (1928), ????
Two Gun Morgan de Walter Fabian (1929), ????
The Light of Western Stars d’Otto Brower (1930), Squate Toe Boots
The Border Legion d’Otto Brower (1930), Shrimp
Men Without Law de Louis King (1930), Hank
La grande caravane d’Otto Brower (1931), Charlie
Caught d’Edward Sloman (1931), le sergent Weems
Silent Men de D. Ross Lederman (1933), Coyote Carter
The Dude Ranger d’Edward F. Cline (1934), Nebraska Kemp
When a Man Sees Red d’Alan James (1934), Ben
Mystery Mountain d’Otto Brower (1934), Breezy Baker
Wilderness Mail de Forrest Sheldon (1935), Mora
Code of the Mounted de Sam Newfield (1935), RCMP Rogers
Branded a Coward de Sam Newfield (1935), Oscar
L’appel de la forêt de William A. Wellman (1935), le joueur de piccolo
Nevada de Charles Barton (1935), Cash Burridge
Rythm on the Range de Norman Taurog (1936), Gus
The Three Mesquiteers de Ray Taylor (1936), Lullaby Joslin
Headin’ for the Rio Grande de Robert N. Bradbury (1936), Chili
Arizona Days de John English (1937), Claude ‘Grass’ Hopper
Guns in the Dark de Sam Newfield (1937), Oscar
Forlorn River de Charles Barton (1937), ‘Weary’ Pierce
Wild and Woolly d’Alfred L. Werker (1937), Lutz
Roll Along, Cowboy de Gus Meins (1937), Pinky
Born to the West de Charles Barton (1937), Dinkey Hooley
Madame et son cowboy de H.C. Potter (1938), un cowboy dans le ranch
The Law West of Tombstone de Glenn Tryon (1938), le second journaliste
The Kid from Texas de S. Sylvan Simon (1939), un rancher
Pacific Express de Cecil B. de Mille (1939), Barker
Geronimo le peau-rouge de Paul Sloane (1939), le sergent
Abraham Lincoln de John Cromwell (1940), John Johnston
Lucky Cisco Kid de H. Bruce Humberstone (1940), l’employé de l’hôtel
Arizona de Wesley Ruggles (1940), Timmins
Wyoming Wildcat de George Sherman (1941), Butch McCord
Nevada City de Joseph Kane (1941), le gars qui pose des rails en étant bourré
Le dernier des Duanes de James Tinling (1941), un villageois
Franc Jeu de Jack Conway (1941), un porteur de cercueil
Sundown Jim de James Tinling (1942), un villageois
Tennessee Johnson de William Dieterle (1942), l’homme à la face de rat
La fille et son cowboy de William A. Seiter (1943), un joueur de poker
Lucky Cowboy de Josef Berne (1944), Williams
Buffalo Bill de William A. Wellman (1944), Barker
The Singing Sheriff de Leslie Goodwins (1944), l’employé du tribunal
Frisco Sal de George Waggner (1945), le guide touristique
Bells of Rosarita de Frank McDonald (1945), Charlie
Navajo Kid de Harry L. Fraser (1945), Happy
Six-Gun Man de Harry L. Fraser (1946), Rawhide McTavish
Ambush Trail de Harry L. Fraser (1946), Sam Hawkins
Thunder Town de Harry L. Fraser (1946), Utah McGirk
Le traître du Far West de Stuart Gilmore (1946), un rancher
Les indomptés de George Sherman (1946), le tenancier de bar à Yellow Rock
Over the Santa Fé Trail de Ray Nazarro (1947), l’opérateur
Michigan Kid de Ray Taylor (1947), le cavalier
Les conquérants d’un nouveau monde de Cecil B. de Mille (1947), un danseur
Last Days of Boot Hill de Ray Nazarro (1947), Hank
Adventures of Silverado de Phil Karlson (1948), un villageois
The Arkansas Swing de Ray Nazarro (1948), le shérif Dibble
Brahma taureau sauvage de Charles Lamont (1948), le tenancier de bar
Visage Pâle de Norman Z. McLeod (1948), le cowboy conseillant ‘Stand on Toes’
Big Jack de Richard Thorpe (1949), Pokey
The Younger Brothers de Edwin L. Marin (1949), un prisonnier
Mule Train de John English (1950), Skeeter l’adjoint du shérif
Valley of Fire de John English (1951), le mineur assassiné
Red Ryder, un épisode, Mac dans « Whiplash » (1951)
The Old West de George Archainbaud (1952), Whitey
The Hawk of Wild River de Fred F. Sears (1952), Matty
Wagon Team de George Archainbaud (1952), l’adjoint du shérif
The Lone Ranger, un épisode, Sarge dans « Jeb’s Gold Mine » (1952)
Sky Full of Moon de Norman Foster (1952), un vacher
La belle rousse de Wyoming de Lee Sholem (1953), le colon ivre
Les démons du Texas de Elmo Williams (1953), Carney
Tempête sur le Texas de Ray Nazarro (1953), le tenancier de bar
Jesse James vs. The Daltons de William Castle (1954), le conducteur de diligence
Trois heures pour tuer de Alfred L. Werker (1954), un villageois
Buffalo Bill, Jr., deux épisodes :
- « Ambush at Lizard Rock » (1956)
- « Trouble Thompson » (1956)
L’or et l’amour de Jacques Tourneur (1956), le conducteur de la diligence
The Life and Legend of Wyatt Earp, deux épisodes :
- Frogface Perkins dans « A Quiet Day in Dodge City » (1956)
- Frogface dans « Bat Masterson for Sheriff » (1957)
Gun Duel in Durango de Sidney Salkow (1957), l’homme tué par Dunsten
Le vengeur de Richard L. Bare (1957), Dutchy
The Californians, un épisode, le prospecteur dans « The Vigilantes Begin » (1957)
Tales of Wells Fargo, un épisode, Howie Taylor dans « The Kid » (1957)
Sergeant Preston of the Yukon, un épisode, Zeke Gower dans « Out of the Night » (1957)
Adventures of Wild Bill Hickok, un épisode, l’ingénieur dans « Jingles on the Railroad » (1958)
Sugarfoot, deux épisodes :
- Un ivrogne dans « Price on His Head » (1958)
- Johnson dans « Mule Team » (1958)
Rintintin, Mr Pritikin dans douze épisodes :
- Rin Tin Tin and the Ancient Mariner (1954)
- The Babe in the Woods (1955)
- The Return of the Ancient Mariner (1956)
- Homer the Great (1956)
- Circle of Fire (1956)
- Hubert Goes West (1956)
- Witch of the Woods (1956)
- Sorrowful Joe (1956)
- Along Came Tubbs (1957)
- Return to Fort Apache (1957)
- Wing-Wagon McClanahan (1958)
- Ol’ Betsy (1959)
Escorte pour l’Orégon de Francis D. Lyon (1959), Elwood Fenniman
Maverick, quatre épisodes :
- Le maître du dépôt dans « The Burning Sky » (1958)
- Le premier villageois dans « Shady Deal at Sunny Acres » (1958)
- Un employé dans « Prey of the Cat » (1958)
- Menzies dans « The Saga of Waco Williams » (1959)
Fury, un épisode, Lum dans « The Big Brothers » (1959)
The Deputy, un épisode, Soapy Waters dans « Hang the Law » (1960)
Laramie, un épisode, le barbier dans « Cemetery Road » (1960)
Outlaws, un épisode, le fossoyeur dans « The Fortune Stone » (1960)

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5837

Re: Syd SAYLOR (1895-1962)

Messagepar DEMERVAL » 24 sept. 2018 9:48

ImageImageImageImageImageImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités