Margaret CAMPBELL (1883-1939)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4679

Margaret CAMPBELL (1883-1939)

Messagepar DEMERVAL » 21 oct. 2017 12:58

Née à St. Louis, Missouri, le 24 avril 1883, Margaret Campbell avait été l’actrice principale des Bramhall Players et apparut à Broadway dans des reprises de Hamlet et Le marchand de Venise, au début des années 1910. Plus tard, elle suivit son mari, l’acteur d’origine allemande Josef Swickard, dans sa carrière cinématographique et fut souvent castée dans des rôles de grandes dames. Elle se retira des écrans à l’avènement du parlant.
Le 27 juin 1939, la directrice de la pension de famille d’Hollywood, située au 7058 Hawthorne Avenue où l’ex actrice vivait avec son fils de 25 ans, Campbell McDonald, s’inquiéta quand, après ne l’avoir pas vue pendant deux jours, elle se rendit compte qu’une clé pendait au-dessus de la porte de la chambre de Margaret Campbell. Ayant décidé d’entrer, elle trouva le corps de Margaret à demi-nu étendu à travers le lit non fait, sa tête couvertes de coups assénés apparemment avec un marteau arrache-clou ensanglanté qui se trouvait près de l’oreiller. Les vêtements de nuit de Margaret Campbell étaient en désordre et deux empreintes sanglantes se trouvaient sur ses cuisses. Placé soigneusement près du corps se trouvait une chandelle, un sifflet, une clé et une Bible. Une équipe médico-légale détermina que Margaret était morte depuis deux jours. Une chasse à l’homme nationale fut organisée pour retrouver son fils, un ex agent de la circulation, étudiant en spiritisme, qui avait été vu pour la dernière fois, la nuit précédant le meurtre. Campbell McDonald fut arrêté deux jours plus tard à Santa Monica. McDonald, qui avait passé les jours après la mort de sa mère à dormir sur des bancs publics, admit immédiatement le meurtre. Cependant, alors que la police continuait à interroger le calme suspect aux bonnes manières, ils commencèrent à douter de sa santé mentale. Ceux qui connaissaient Margaret Campbell et McDonald décrivirent une relation compliquée entre la mère et le fils. Enfant maladif, McDonald ne passa que trois semaines à l’école avant que sa mère hyper protectrice ne s’occupe elle-même de son éducation.
Emmené sur la scène du crime encore ensanglantée, un McDonald sans émotions informa la police, "je me sens sale. Je veux me raser et mettre une chemise propre, si je peux." Après avoir été autorisé à la faire, il raconta comment, la nuit du meurtre, sa mère était revenue tardivement d’une réunion religieuse. Elle l’avisa que trop de lecture pouvait lui amener une nouvelle crise de nerfs (il en avait eu une deux ans plus tôt) et le menaça de le faire enfermer dans un asile psychiatrique s’il ne lui obéissait pas. Plus tard la même nuit, après être allés se coucher, McDonald ne parvint pas à dormir. En regardant le lit du meurtre, il dit alors calmement à la police : "Je me tenais debout ici...je suis gaucher. Je me rappelle que la luminosité lunaire était suffisante, aussi je n’ai allumé la lumière. Tout me semble être un rêve. C‘est comme maintenant, tout me semble brumeux mais je me rappelle qu’elle ne cria pas. Je l’ai d’abord frappée au front. Puis encore et encore. Je sais que mes mains étaient ensanglantées aussi je les ai lavées. Puis j’ai trouvé son portefeuille. Il y avait au total 10 000 dollars. L’aurore pointait quand j’ai quitté la maison." McDonald se rappela vaguement avoir placé la chandelle, la clé, le sifflet et la Bible près du corps mais insista que cela n’avait aucune signification symbolique. Bien que McDonald fut inculpé du meurtre et insista qu’il était sain d’esprit pour être jugé, trois psychiatres mandatés par la cour affirmèrent le contraire. Le juge, affirmant qu’aucun homme sain d’esprit ne pouvait occulter de verser une larme lors de la mort sa propre mère, déclara le 5 septembre 1939, que McDonald n’était pas sain d’esprit et le condamna à être enfermé au Mendocino State Hospital jusqu’à ce qu’il soit déclaré apte à être jugé. McDonald fut brièvement considéré comme étant suspect dans le matraquage à mort de la danseuse russe Anya Sosoyeva sur le campus de l’Université de Los Angeles, le 24 février 1939 et du tabassage presque fatal de l’actrice de 17 ans, Delia Bogard à Hollywood, le 28 mars 1939 mais DeWitt Clinton Cook, un imprimeur de 20 ans, fut finalement déclaré coupable des meurtres.
Sa contribution au western ne comporte qu’un film, « The Lady from Hell » de Stuart Paton (1926) avec Roy Stewart et Blanche Sweet dans lequel elle était Lady Darnely.

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4679

Re: Margaret CAMPBELL (1883-1939)

Messagepar DEMERVAL » 26 oct. 2017 10:23

ImageImageImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité