Myrna LOY (1905-1993)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4679

Myrna LOY (1905-1993)

Messagepar DEMERVAL » 02 oct. 2017 19:51

Myrna Loy naquit Myrna Adele Williams, le 2 août 1905 à Helena, Montana, la fille d’Adelle Mae (née Johnson) et du rancher David Franklin Williams et fut élevée à Radersburg. Elle avait un frère cadet, David Williams (décédé en 1982). Les grands-parents paternels de Loy étaient gallois et ses grands-parents maternels étaient écossais et suédois. Son premier prénom était dérivé d’un arrêt de bus près de Broken Bow, Nebraska, dont son père aimait le nom. Son père était aussi banquier et agent immobilier et fut le plus jeune homme à avoir jamais été élu comme député du Montana. Sa mère étudia la musique au Conservatoire Américain de Musique de Chicago.
Durant l’hiver 1912, la mère de Myrna Loy décéda presque des suites d’une pneumonie et son père l’envoya avec sa fille à La Jolla, Californie. La mère de Myrna Loy s’aperçut du grand potentiel du sud de la Califonie et durant une des visites de son mari, elle l’encouragea à y acheter une propriété. Parmi les propriétés qu’il acheta se trouvait un terrain qu’il revendit plus tard avec un considérable profit à Charlie Chaplin pour que le réalisateur puisse y construire son studio. Bien que sa mère essaya de persuader son mari de déménager définitivement en Californie, il préféra la vie du ranch et les trois retournèrent au Montana. Peu de temps après, la mère de Loy nécessita une hystérectomie et insista pour se faire opérer à Los Angeles qui, à ses yeux, était un endroit plus sûr, aussi, elle, Myrna et son frère David déménagèrent à Ocean Park, où Myrna commença à prendre des leçons de danse. Après le retour de la famille au Montana, Loy continua ses leçons de danse et à 12 ans, Myrna Williams fit ses débuts sur les planches comme danseuse sur une choréographie basée sur "The Blue Bird" de l’opérette Rose Dream au Helena's Marlow Theater.
Après la mort de son père en novembre 1918 des suites de l’épidémie de grippe, la mère de Myrna relocalisa la famille de manière permanente en Californie, où ils s’installèrent à Culver City. Myrna Loy fréquenta la Westlake School for Girls à Los Angeles tout en continuant des cours de danse en ville. Quand les professeurs refusèrent sa participation extrascolaire à des cours théâtraux, sa mère l’inscrivit au lycée de Venice, et à 15 ans, elle commença à apparaître dans des productions théâtrales locales.
En 1921, Loy posa pour le professeur de sculpture du lycée de Venice, Harry Fielding Winebrenner pour incarner le personnage central d’ "Inspiration", une sculpture allégorique appartenant à l’ensemble Fountain of Education. Terminée en 1922, la sculpture fut érigée devant la porte extérieure de la piscine du en mai 1923 où elle resta pendant des décennies. Le corps élancé de Myrna Loy avec le visage levé et un bras tendu vers le ciel présentait une "vision de pureté, de grâce, de vigueur juvénile et une aspiration" qui fut mise en valeur dans une histoire du Los Angeles Times qui comprenait une photo de l’"Inspiration" avec le nom du modèle—la première fois que son nom apparaissait dans un journal. Quelques mois plus tard, la sculpture de Loy dans "Inspiration" fut temporairement retirée de l’ensemble de la sculpture et transportée à bord du navire de guerre Nevada pour un concours du Jour du Souvenir auquel "Miss Myrna Williams" participait. Fountain of Education peut être entrevue dans la scène inaugurale du film Grease en 1978. Après des décennies d’exposition aux éléments et au vandalisme, la statue originale en béton fut enlevée en 2002 et remplacée par un double en bronze financé par une campagne de demande de fonds organisée par des anciens élèves du lycée.
Loy quitta l’école à 18 ans pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle trouva du travail au Grauman's Egyptian Theatre, où elle se produisit dans des numéros musicaux élaborés qui étaient en relation et servirent de prologues pour le film. Durant cette période, elle vit Eleonora Duse dans la pièce Thy Will Be Done et les simples techniques dramatiques qu’elle utilisait provoquèrent un réel impact sur Myrna Loy qui essaya de les mettre en œuvre tout au long de sa carrière.
Le photographe Henry Waxman avait pris plusieurs clichés de Myrna Loy et ils furent remarqués par Rudolph Valentino quand l’acteur se rendit au studio Waxman pour une séance. Il recherchait une actrice principale pour Cobra, le premier projet indépendant que son épouse, Natacha Rambova, et lui-même produisirent. Loy fit un bout d’essai pour le rôle, qui, à la place, échut à Gertrude Olmstead, mais peu de temps après, elle fut louée comme figurante pour Pretty Ladies (1925), dans lequel elle et son nouveau venu de partenaire, Joan Crawford figuraient parmi une troupe de chorus girls pendant à un chandelier.
Rambova recommanda Loy pour un petit mais voyant rôle face à Nita Naldi dans What Price Beauty? (1925). Bien que le film ne fut pas diffusé pendant trois ans, des images de Loy dans son costume et maquillage exotiques apparurent dans un magazine d’admirateurs et lui amenèrent un contrat avec Warner Bros., où son nom de scène fut changé de Williams en Loy.
Les rôles muets de Loy furent essentiellement des rôles de vamp ou de femmes fatales et elle interpréta souvent des personnages asiatiques ou européens dans des films comme Across the Pacific (1926), Une fille dans chaque port (1928), The Crimson City (1928), The Black Watch (1929) et Le chant du désert (1929). En 1930 elle apparut dans The Great Divide. Il lui fallut des années pour passer outre ce stéréotype et aussi tard que 1932, elle fut castée dans un rôle de méchante eurasienne dans Hypnose (1932). Elle joua aussi face à Boris Karloff, la fille du sadique dépravé dans Le masque d’or (1932).
Avant cela, Loy apparut dans des petits rôles dans Le chanteur de jazz et un certain nombre de comédies musicales fastueuses dont The Show of Shows, The Bride of the Regiment et Sous le ciel du Texas. En résultat, elle devint assimilée aux rôles musicaux et quand elle commença à perdre la faveur du public, sa carrière se trouva dans une impasse. En 1934, Loy apparut dans L’ennemi public n°1 avec Clark Gable et William Powell. Quand le gangster John Dillinger fut tué après avoir vu un film au Biograph Theater de Chicago, le film reçut une publicité inattendue, quelques journalistes affirmant que Loy avait été l’actrice favorite de Dillinger.
Après être apparue avec Ramón Novarro dans Le chant du Nil (1933), Loy endossa le rôle de Nora Charles dans le film de 1934, L’introuvable. Le réalisateur W. S. Van Dyke choisit Loy après avoir décelé chez elle une femme d’esprit et un sens de l’humour que ses films précédents avaient révélés. Lors d’une soirée hollywoodienne, il la poussa dans une piscine pour tester sa réaction et sentit son aplomb dans l’appréhension de la situation, comme il le recherchait exactement pour le role de Nora. Louis B. Mayer refusa d’abord d’autoriser Loy à jouer le rôle parce qu’il pensait qu’elle était une actrice dramatique mais Van Dyke insista. Mayer accepta finalement à la condition que le film soit terminé au bout de trois semaines car Loy était censée commencer le tournage de L’espionne Fraülein Doktor. L’introuvable devint l’un des plus gros succès de l’année et fut nominé pour l’Oscar du meilleur film. Loy reçut d’excellentes critiques et fut acclamée pour ses prédispositions comiques. Sa costar William Powell et elle devinrent un populaire couple de l’écran et ils apparurent ensemble dans 14 films, une des plus prolifiques associations de l’histoire hollywoodienne. Loy se référa plus tard à L’introuvable comme étant le film "qui me fit finalement... après plus de 80 films".
Ses succès dans L’ennemi public n°1 et L’introuvable marquèrent un tournant décisif dans sa carrière et elle fut castée dans des films plus importants. Des films tels Sa femme et sa secrétaire (1936) avec Clark Gable et Jean Harlow et Une femme qui tombe du ciel (1936) avec Robert Montgomery lui donnèrent l’opportunité de développer ses prédispositions comiques. Elle fit quatre films en peu de temps avec William Powell: Une fine mouche (1936), dans lequel figurait aussi Jean Harlow et Spencer Tracy, Le grand Ziegfeld (1936), dans lequel elle était Billie Burke face à Powell dans le rôle de Florenz Ziegfeld, le second film de L’Introuvable, Nick, gentleman détective avec Powell et James Stewart, et la comédie romantique Mariage Double (1937). Elle fit aussi trois films supplémentaires avec Gable.
La vie privée du tribun (1937) fut un drame historique et un des films les plus mal reçus des carrières de Loy et Gable, mais leurs autres associations dans Pilote d’essai et Un envoyé très spécial…(tous deux de 1938) furent des succès. Durant cette période, Loy était l’une des actrices d’Hollywood les plus occupées et les mieux rémunérées et en 1937 et 1938, elle fut apparut dans la liste de l’annuel "Quigley Poll of the Top Ten Money Making Stars", qui compilait les votes des directeurs de salles de cinéma à travers tous les Etats-Unis, pour désigner les stars ayant généré le plus d’entrées et donc d’argent dans les cinémas l’année précédente.
A cette époque, Loy était surtout considérée pour ses performances dans des comédies romantiques et elle était impatiente de montrer ses capacités dramatiques et elle fut donc retenue pour le rôle féminin principal dans La mousson (1939) face à Tyrone Power. Elle tourna ensuite Third Finger, Left Hand (1940) avec Melvyn Douglas et apparut dans Monsieur Wilson perd la tête (1940), Folie douce (1941) et L’ombre de l’introuvable (1941), tous avec William Powell.
Avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale, Loy abandonna complètement sa carrière pour se focaliser dans l’effort de guerre et elle travailla étroitement avec la Croix Rouge. Elle fut tellement véhémente contre Adolf Hitler que son nom apparut sur la liste noire du dictateur. Elle participa à l’organisation d’une cantine pour les auxiliaires navals et fit fréquemment des tournées pour lever des fonds. Elle revint devant les caméras avec L’introuvable rentre chez lui (1945). En 1946, elle incarna l’épouse d’un militaire revenant du front incarné par Fredric March dans Les plus belles années de notre vie (1946). Loy fut associée à Cary Grant dans le film de David O. Selznick, Deux sœurs vivaient en paix (1947). Le film avait en costar une adolescente, Shirley Temple. Suite à ce succès, elle apparut avec Cary Grant dans Un million cléfs en main (1948) et avec Clifton Webb dans Treize à la douzaine (1950). Tout au long de sa carrière, elle défendit les droits des acteurs noirs et des personnages à être dépeints avec dignité dans les films.
Après 1950, la carrière cinématographique de Myrna Loy continua sporadiquement. En 1952, elle fut la vedette de la suite de Treize à la douzaine, Six filles cherchent un mari. En 1956, elle apparut dans La fille de l’ambassadeur avec John Forsythe et Olivia de Haviland. Elle joua face à Montgomery Clift et Robert Ryan dans Lonelyhearts (1958), l’adaptation par Dore Schary du roman de Nathanael West, Miss Lonelyhearts. En 1960, elle apparut dans Piège à minuit et Du haut de la terrasse, mais n’apparut plus dans un autre film avant 1969 et Folies d’avril. En 1965, Loy remporta le Sarah Siddons Award pour son travail au théâtre de Chicago. En 1967, elle apparut dans la série télévisée Le Virginien dans un épisode intitulé "Lady of the House". En 1972, elle apparut dans le rôle de la belle-mère suspecte dans la série télévisée Columbo pour un épisode intitulé "Etude in Black". En 1974, elle eut un second role dans 747 en péril. Loy incarna Mrs. Devane, une femme éprise de boissons, ingurgitant de la Jim Beam et de l’Olympia Beer mélangés ensemble. Elle interpréta la partenaire de Sid Caesar. Le film comprenait aussi Gloria Swanson. En 1978, elle apparut dans le film Suicidez-moi, docteur, dans le rôle de la mère du personnage principal incarné par Burt Reynolds. Son dernier rôle sur le grand écran eut lieu en 1980 dans le film de Sidney Lumet, Just Tell Me What You Want. Elle retourna aussi sur les planches, faisant ses débuts à Broadway en 1973 dans une éphémère reprise de la pièce de Clare Boothe Luce, The Women. En 1978 elle fit une tournée avec la pièce d’Alan Ayckbourn, Relatively Speaking, dirigée par David Clayton.
En 1981, elle apparut dans le drame télévisé Summer Solstice, qui fut la dernière performance d’Henry Fonda. Son dernier rôle fut une brève apparition dans la sitcom Love, Sidney, en 1982.
Plus tard dans sa vie, elle assuma un rôle influent comme vice-présidente de l’Advisory Council of the National Committee Against Discrimination in Housing. En 1948, elle devint un membre de l’U.S. National Commission pour l’UNESCO, la première célébrité d’Hollywood à assumer cette charge. Loy subit deux mastectomies, en 1975 et 1979, pour le cancer du sein.
Son autobiographie, Myrna Loy: Being and Becoming, fut publiée en 1987. L’année suivante, elle reçut un Lifetime Achievement Award du Kennedy Center. Bien qu’elle ne fut jamais nominée pour un Oscar, elle reçut un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en 1991 et ce, grâce au lobbying d’amis comme Roddy McDowall, Sidney Sheldon et Harold Russell. Elle l’accepta via une caméra de sa maison de New York, en affirmant simplement, ‘’Vous m’avez rendue très heureuse. Merci beaucoup." Ce fut sa dernière apparition publique dans un medium.
Myrna Loy se maria et divorça à quatre reprises:
• 1936–1942 avec Arthur Hornblow, Jr., producteur
• 1942–1944 avec John Hertz, Jr. de la famille de location de voitures Hertz
• 1946–1950 avec Gene Markey, producteur et scénariste
• 1951–1960 avec Howland H. Sargeant, délégué à l’UNESCO
Loy n’eut pas d’enfants par elle-même mais fut très proche de sa belle-fille issue du premier mariage de son premier mari. Après que son dernier mariage eut pris fin, elle déménagea au 23 East 74th Street dans Manhattan's Upper East Side. Elle vécut ensuite au 425 East 63rd Street.
Il y eut des rumeurs affirmant que Myrna Loy aurait eu des aventures avec:
• Spencer Tracy durant le tournage de On a volé les perles Koronoff en 1935 et Une fine mouche en 1936.
• Leslie Howard durant le tournage de The Animal Kingdom en 1932.
• Le joueur Titanic Thompson affirma qu’il avait eu une aventure avec elle.
Même avant de devenir une Démocrate acharnée, un de ses plus grands admirateurs était Franklin D. Roosevelt, qui l’invita à la Maison Blanche peu de temps après son élection et elle devint rapidement une amie d’Eleanor Roosevelt.
A propos de sa foi, Loy affirma en 1970 dans une interview qu’elle était méthodiste et très fière de ses racines galloises du côté de son père.
Myrna Loy décéda le 14 décembre 1993 au Lenox Hill Hospital de Manhattan durant une opération chirurgicale non spécifiée après une longue maladie. Elle avait 88 ans. Elle avait été fragile et en mauvaise santé depuis quelques temps. Elle fut incinérée à New York et ses cendres enterrées au Forestvale Cemetery dans sa ville natale de Helena, Montana.
Pour sa contribution à l’industrie du film, Myrna Loy a une étoile sur le Hollywood Walk of Fame au 6685 Hollywood Boulevard.
Sa contribution au western fut la suivante :
The Great Divide de Reginald Barker (1929), Manuella
Sous le ciel du Texas de Michael Curtiz (1930), Lolita Romero
Le dernier des Duane de Alfred L. Werker (1930), Lola Bland
The Bad Man de Clarence G. Badger (1930), ????
Rogue of the Rio Grande de Spencer Gordon Bennet (1930), Carmita
Scarlet River de Otto Brower (1933), Myrna Loy
Le poney rouge de Lewis Milestone (1949), Alice Tiflin
Le virginien, un épisode, Mme Miles dans « Lady of the House » (1967)

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4679

Re: Myrna LOY (1905-1993)

Messagepar DEMERVAL » 04 oct. 2017 8:25

ImageImageImageImageImageImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités