Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2559

Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Messagepar Hombre » 16 mai 2017 18:08

Image



Alice Guy est la première femme réalisatrice, scénariste et productrice de l'histoire du cinéma.
C’est très probablement son enfance mouvementée et ses grands voyages qui ont forgé l’imaginaire
d’Alice , qu’elle mettra à contribution plus tard dans ses films
Ses parents installés au Chili étaient propriétaires d' une chaîne de librairies. Sa mère rentre en
1873 en France pour accoucher d’Alice. Elle est le fruit d’une aventure que sa mère a eu avec
un indien Mapuche. Née à Saint-Mandé, Alice est confiée à ses grands parents en Suisse.
Puis, âgée seulement de 4 ans elle rejoint ses parents installés au Chili et à six ans, elle est de
retour en France et mise en pension dans un couvent où ses deux sœurs aînées ont déjà étudié,
situé en Suisse près de la frontière Française .
Pour diverses raisons : séismes, incendies, vols, son père est ruiné . Alice et sa sœur cadette
doivent quitter leur pensionnat pour une école moins onéreuse.

Le frère d'Alice meurt, suivi peu après par son père, sa sœur aînée devient institutrice, des
mariages sont très vite arrangés pour ses deux autres sœurs. Alice, contre toute attente,
opte pour une formation de sténographe, métier alors réservé aux hommes et obtient son
diplôme haut la main. Celui-ci lui permet de trouver un poste de secrétaire auprès de Léon
Gaumont, alors ingénieur au Comptoir Général de la Photographie à Paris, qu'il rachète,
après son dépôt de bilan,avec 2 associés.

Léon Gaumont étant l'inventeur que l'on connaît ne tardera pas à créer et innover de nouveaux
appareils de projection et des caméras.
Le photographe avant-gardiste Frederic Dillaye apprend gracieusement à Alice les rudiments et
le fonctionnement du matériel photographique.
Pour Alice c'est un bouleversement inouï et l'origine de sa vocation. Elle côtoiera les grands
noms qui se rattachent à cette nouvelle expression appelée cinéma : les frères Lumière,
Marey, Demeny...
Alice assiste le 22 mars 1895, à la première projection privée des Frères Lumière, à Paris
La sortie de l'usine Lumière à Lyon, subjuguée, elle demande et obtient finalement l'accord
de Léon Gaumont de faire un essai « à condition que ce soit en dehors de ses heures de travail ».
Elle tourne La Fée aux choux, en 1896, son premier film - devenant ainsi la première cinéaste
de l'histoire du cinéma. Malgré les réticences et le machisme ambiant, Léon Gaumont la nomme
directrice du service des prises de vue. En 1905 elle tourne deux films situés en Espagne : Boléro
et Tango.
Elle fait débuter Ferdinand Zecca et un certain Louis Feuillade en tant que réalisateur, mais
aussi Henri Ménessier comme décorateur.
Elle réalise une centaine des « phonoscènes » (des films couplés à un « phonographe » appelé
« chronophone », procédé développé par Georges Demeny). Elle réalise grâce à ce nouveau
procédé une vie du Christ, La Passion, en 1906, ce film est considéré comme le premier
péplum du cinéma, il comprenait 300 figurants (du jamais vu), 25 tableaux illustrés d'après
un exemplaire de la Bible de James Tissot, qu'Alice avait déjà en sa possession. Pour cette
production à gros budget, elle reçoit la médaille de la ville de Milan ainsi que les félicitations
de son patron.

En 1907, après une grande activité chez Gaumont, Alice épouse et suit Herbert Blaché
(un caméraman) aux Etats-Unis. Ce dernier est mandaté par Léon Gaumont pour y vendre
les chronophones, ce qui s'avèrera un échec.

Alice, mère de 2 enfants nés en 1908 et 1912, elle retourne à la réalisation tout en menant
de front sa vie de famille et sa carrière. En 1910, elle crée la Solax Film Co, et tourne son
premier film, A Child's Sacrifice et devient alors la première femme réalisatrice des États-Unis.


En 1912, Alice Guy Blaché fait construire des locaux de la Solax à Fort Lee :
Image


En 1912, des nouveaux locaux sont construits à Fort Lee (New Jersey) sur les propres deniers
d'Alice. Henri Ménessier, ses décors parisiens et son assistant Ben Carré l'ont suivi. La Solax
produit un film par semaine et Alice installe un grand panneau sur le plateau avec cette
inscription "Be Natural", soyez naturel, qui était sa devise. Elle ne donnait pas de script à
ses acteurs leur expliquant au jour le jour ce qu'ils devaient faire dans la journée.


La Solax au travail, on aperçoit la devise "Be Natural" :
Image


La Solax produit essentiellement des mélodrames, (Falling leaves, 1912) des westerns Greater
Love Hath no Man
( 1911) et des films sur la guerre civile, For the Love of the Flag (1912).
Ses films parlent aussi des problèmes ethniques : Across the Mexican Line (1911), A Man is a
Man
(1912), Making of an American Citizen (1913), ainsi que A Fool and His Money (1912),
premier film dont le casting ne comprend que des acteurs afro-américains, et de la situation
des femmes. Elle innove avec son film The Lure (1914) qui aborde la traite des blanches.
Les Stars de la Solax ont pour nom : Olga Petrova, Bessie Love, Blanche Cornwall, Darwin Carr,
Vinnie Burns, Claire Whitney, Doris Kenyon, Romaine Fielding...
Alice écrit presque la totalité des films et dirige toute la production de la Solax, qui égale
celle de D.W.Griffith.
Rien ne l'arrête, elle tourne avec des animaux sauvages : tigres, éléphants... fait exploser
un bateau à la dynamite, fait jouer la comédie aux soldats de l'armée Américaine, dans
Dick Whittington and his cat (1913) on voit plus de 200 rats.


Alice la femme la plus riche des Etats-Unis :
Image


Elle est la femme la plus riche des E.U. La presse américaine ne parle plus que d'elle.
En 1913 Alice nomme Herbert Blaché président de la Solax. Trois mois plus tard ce dernier
crée Blaché Features et par la suite absorbe la Solax.
Alice Guy, travaille pour d'autres compagnies et n'est plus indépendante dans son travail.

En 1917 les Etats-Unis entrent en guerre . Alice s'engage à la Croix Rouge, Blaché gère les
affaires à Fort Lee
Suite à la mauvaise gestion d'Herbert Blanché les studios de Fort lee doivent être vendus.
Son dernier film Une âme à la dérive sort en 1920.
En 1922, elle rentre en France après son divorce , avec l'espoir de retrouver une place soit
à la Gaumont, ou dans d'autres firmes, sans succès.
En 1927, retour aux États-Unis pour y rechercher ses films dans l'intention de publier ses
mémoires mais elle n'en retrouvera aucun.

Image

Elle devient financièrement dépendante de sa fille , écrit des contes pour enfants, et donne
des conférences sur le cinéma.
En 1955 elle reçoit la Légion d'Honneur
En 1957 un hommage de la Cinémathèque française lui est rendu à l'initiative de Louis Gaumont,
fils de Léon Gaumont
Elle meurt en 1968 aux États-Unis.
En 2011, la Directors Guild of America, lui attribue un prix spécial pour l'ensemble de son oeuvre.

Bien qu'Alice Guy Blaché ait réalisé son premier film avant Georges Méliès, qu'elle ait très tôt
traficote ses pellicules inventant ainsi les effets spéciaux, qu'elle ait été pionnière dans
plusieurs aspects, elle a été nommément oubliée dans les livres d'histoire du cinéma.


L'intérieur des studios Solax Film Co. :
Image


Source : Site, Alice Guy Blaché. The Research & Books of Alison McMahan.
Emmanuelle Gaume : Alice Guy, la première femme cinéaste de l'histoire. Plon.
Modifié en dernier par Hombre le 22 mai 2017 15:30, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2559

Re: Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Messagepar Hombre » 16 mai 2017 21:04

Image



Image.Image

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4808
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Messagepar yves 120 » 16 mai 2017 21:16

Très beau travail Hombre ! merci :beer1:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Tecumseh
Westerner
Westerner
Messages : 2204
Localisation : 48°0'N / 0°12'E

Re: Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Messagepar Tecumseh » 18 mai 2017 15:17

Une découverte pour moi :o , je ne connaissais pas du tout cette immense pionnière du cinéma.

Par contre, pourquoi l'avoir positionnée sur l'année 1916 dans ton parcours sur le cinéma muet ?
ImageImageImage

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2559

Re: Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Messagepar Hombre » 18 mai 2017 16:46

Tecumseh a écrit :Une découverte pour moi :o , je ne connaissais pas du tout cette immense pionnière du cinéma.

Par contre, pourquoi l'avoir positionnée sur l'année 1916 dans ton parcours sur le cinéma muet ?



Tout simplement parce que je viens aussi de la découvrir. Et pensant peut-être à tort que vous ne
reviendriez pas en arrière dans la chronologie, c'est à dire l'année 1911 date de ses premiers westerns ( connus),
j'ai choisi de la laisser en 1916 , quitte à la déplacer par la suite.

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2436
Contact :

Re: Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Messagepar L.. » 19 juin 2017 16:24

Image

L'autobiograhie d'Alice Guy est sortie en ... 1976 chez Denoël, comme j'ai vendu et donné quasiment toute ma bibliothèque de cinéma, je ne l'ai plus et donc ne peut reproduire la photographie de couverture. (Je me souviens de très belles descriptions de sa découverte de New-York).

Visiblement, le développement des études sur les femmes cinéastes a fait que beaucoup d'ouvrages plus récents sont sortis sur elle (je n'en n'ai lu aucun):


Image

Image

Image

Image

On doit trouver d'autres renseignements de première main dans le Sadoul et le Deslandes (elle fut surtout associée, au début de sa carrière, au tournage des premiers phonoscènes de chez Gaumont), là encore, je ne les ai plus, et ses films Gaumont doivent être disponibles dans les coffrets Gaumont, cinéma des premiers temps, avec les Joe Hamman. (J'ai ces magnifiques coffrets depuis longtemps, un temps soldés par amazon.fr, mais comme beaucoup de films sur vidéo DVD , pas encore vus sur ce support. Par contre, ils étaient montrés pour certains à la Cinémathèque, Chaillot, dans le temps....comme les premiers films couleurs Lumière des années 1910 app. )

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2436
Contact :

Re: Alice Guy Blaché (1873 – 1968)

Messagepar L.. » 19 juin 2017 16:35

Après courtes recherches, les mémoires éditées par Denoël sont introuvables , elles sont par contre encore disponibles aux USA :

https://www.amazon.com/Memoirs-Alice-Bl ... lach%C3%A9


Image



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités