Inna GEST (1921-1964)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4285

Inna GEST (1921-1964)

Messagepar DEMERVAL » 10 mai 2017 16:50

Inna Gest essaya de vivre le rêve hollywoodien – une immigrée russe réussissant bien dans la métier d’actrice. Bien sûr, elle devint jamais une star mais fit beaucoup mieux que d’autres filles dans cette position, en interprétant les premiers rôles et en travaillant régulièrement pendant plusieurs années.
Inna Gest naquit le 11 février 1921, à Odessa, Ukraine, de Arseny Gest et Maria Kaminina. La famille déménagea souvent durant sa prime jeunesse et vécut en Tchécoslovaquie et en Pologne pendant une brève période. Son frère Vladimir (appelé Walter) naquit en 1928. Son père décéda durant les années 1930 et sa mère trouva un boulot en tant que cravatière. Inna obtint son baccalauréat en 1939 et décida de s’orienter vers une carrière dans le divertissement. Le facteur décisif de cette prise de position fut son oncle, Morris Gest, un producteur de théâtre bien connu qui lui donna son premier coup de pouce en l’introduisant auprès de toutes les personnes importantes. Avec Margaret Roach, fille d’Hal Roach, elle signa un contrat la même année.
Inna débuta sa carrière en 1939 avec « Place au rythme ». Son film suivant fut un des meilleurs films (et le premier) de Harry Aldich, « What a Life ». « Mon mari court encore » fut un médiocre film policier, seulement rehaussé par la géniale paire d’acteurs, Franchot Tone et Ann Southern en mari et femme.
Inna fut remarquée par le studio et sa carrière décolla. Elle décrocha son premier rôle crédité et de surcroît un premier rôle pour le western à petit budget mais néanmoins potable, « The Golden Trail », y jouant face à Tex Ritter. Elle continua la tendance, en interprétant des rôles féminins principaux dans des films d’hommes (dans lesquels le personnage féminin est plutôt décoratif et beaucoup moins important pour le scénario que les machinations masculines). Son film suivant fut « Boys of the City », dans lequel elle interpréta les seconds rôles au côté des East Side Kids. Elle atteignit le sommet de sa carrière avec Gun Code, de nouveau dans le rôle féminin principal. Un western bien rythmé avec une distribution bien équilibrée, une histoire et de l’action, certainement un des meilleurs films de Tim McCoy.
« Histoire de fous » fut une comédie loufoque de peu de mérite et « Hard Guy » fut probablement l’un de ses films les plus connus pour la simple raison que ce fut son seul film de gangster, genre très populaire à l’époque, film dont la vedette était Jack LaRue.
Juste au moment où les choses tournaient en sa faveur, Inna abandonna le cinéma pour devenir une épouse. Malheureusement, sa chance de devenir une actrice de premier plan s’était évanouie au moment où elle revint devant les caméras en 1943, alors que son mari participait à la seconde guerre mondiale.
En 1943 elle fit « You Can’t Beat the Law », un thriller à tout petit budget et deux films de guerre bien ficelés, « Les bourreaux meurent aussi » et « L’étoile du nord ». Ces deux films sont toujours programmés à la télévision de nos jours.
Elle eut un rôle en vedette dans « Six Gun Gospel », un western de Johnny Mack Brown totalement oublié. Malheureusement, Inna ne devait plus décrocher d’autres premiers rôles après ce film et glissa totalement dans les rôles non crédités.
« Up in Arms » fut la chance d’Inna d’apparaître finalement en Goldwyn girl. « Quatre du music-hall » fut un vulgaire pastiche des courts métrages vaudevillesques et des tournages musicaux de la RKO avec quelques blagues très osées. « Ladies of Washington » fut un film intéressant au sujet des pénuries de logements à Washington durant la seconde guerre mondiale et de la manière dont les gens s’en arrangeaient, un film malheureusement pas assez connu de nos jours.
Le seul film d’Inna en 1945 fut « L’or et les femmes », une comédie étincelante et vivace avec Eddie Bracken et Veronica Lake. La carrière de Veronica était déjà sur la pente descendante et excepté « Le dahlia bleu », ne devait jamais retrouvé son faste du début des années 1940.
Une fois que le tournage fut terminé, Inna décida de passer plus de temps avec sa fille et son mari et quitta donc pendant un moment Hollywood.
Inna fit deux apparitions supplémentaires non créditées, une en 1947 dans « Poste avancé », un des derniers films de Nelson Eddy et « La vérité nue », une comédie intéressante qui reçut de bonnes critiques, en plus d’une bonne distribution (Dana Andrews, Lili Palmer, Louis Jourdan).
Inna débuta sa carrière en starlette typique avec de fortes connexions familiales, mais elle s’épanouit en actrice de films de série B et fut rarement présente dans les journaux et les magazines. En dehors d’un bref regain d’intérêt qui la concerna quand elle fit son entrée à Hollywood en 1939, elle ne fut publicisée qu’en 1944 pour sa participation à l’effort de guerre. Elle prit la pose avec Malinki, un chat trouvé par un officier de la Navy durant la bataille de Guadalcanal alors qu’il flottait dans un seau.
Inna épousa Clarence H. Peterson au début des années 1940. Leur fille, Victoria Inna Peterson naquit le 6 novembre 1944. Ils divorcèrent aux alentours de 1947/1948.
Inna épousa Alex Grobenko à San Francisco à la fin des années 1940. Il était né le 6 novembre 1895 en Russie, déménagea aux Etats-Unis et devint citoyen américain en 1932. Ils divorcèrent quelques années plus tard. Grobenko demeura en Californie et y décéda à l’âge très avancé de 93 ans, le 31 janvier 1989.
Inna épousa son troisième et dernier mari, Alexander Istomin. Istomin était né le 12 juin 1923, ce qui en fit le seul mari qui fut plus jeune qu’elle. Comme Grobenko, il était né en Russie et devint un citoyen américain (juste en 1953 et non pas en 1932).
Inna Gest Istomin décéda le 31 décembre 1964 des suites d’une hépatite B, à seulement 43 ans.
Son mari, Alexander Istomin, épousa Irina Thompson en 1968. Pour ajouter au malheur, le seul enfant d’Inna, sa fille Victoria, décéda en 1969 à Eldridge, California, à seulement 24 ans.
Sa contribution au western fut la suivante :
The Golden Trail de Albert Herman (1940), Chita Rawls
Gun Code de San Newfield (1940), Betty Garrett
Six Gun Gospel de Lambert Hillyer (1943), Jane Simms
Poste avancé de Allan Dwan (1947),

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4285

Re: Inna GEST (1921-1964)

Messagepar DEMERVAL » 11 mai 2017 13:28

ImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités