Phyllis ADAIR (1919-1990)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4291

Phyllis ADAIR (1919-1990)

Messagepar DEMERVAL » 04 mai 2017 16:27

La belle et majestueuse Phyllis Adair montra très tôt des prédispositions en apparaissant dans de nombreux westerns à petits budgets. Cependant, lorsque le moment fut venu d’éclore et de faire un pas en avant, comme nombre de ses contemporaines, elle n’y parvint pas.
Phyllis Louise Wilsnack naquit le 1er mai 1919, à Chicago, Illinois, de George et Louise Wilsnack. Sa sœur aînée, Priscilla Mary, naquit le 5 août 1911 à Chicago.
Son père, un descendant direct du noble von Wilsnack (son arrière grand-père était le comte von Wilsnack), naquit en 1886 à Berlin, Allemagne et après avoir parachevé son éducation en Europe, il émigra en 1908 aux Etats-Unis et s’installa à Chicago, Illinois. Là il bossa comme ingénieur en chimie spécialisé dans la fabrication de ciment. Sa mère, Louise Wingertier, naquit à Buffalo, New York et venait d’une influente famille suisse.
La famille vécut à Chicago, où Phyllis et Priscilla grandirent. La famille déménagea à Easton, Pennsylvanie, au début des années 1930. Après avoir vécu à Easton pendant quelques années, ils prirent la route pour Los Angeles après que Phyllis eut décroché son baccalauréat afin qu’elle puisse s’inscrire à l’Université de Los Angeles.
Phyllis intégra l’Université de Los Angeles et elle y rencontra son premier mari. Dans l’entretemps, elle commença à se produire professionnellement, apparaissant dans plusieurs petites productions théâtrales. Elle fut remarquée par un chercheur de talents et débuta rapidement une carrière cinématographique.
Phyllis apparut dans un certain nombre de westerns de série B comme Wild Horse Valley, Billy the Kid’s Fighting Pals, Land of Hunted Men, Riders of the Dawn et Gunning for Vengeance.
Sa filmographie est néanmoins pimentée par des essais plus concluants. Son tout premier film, tourné en 1939, fut All Women Have Secrets, film dans lequel de jeunes étudiants mettaient en commun leurs ressources pour espérer une vie meilleure. Un sujet rarement abordé par Hollywood qui inoculait une touche d’air frais. Dans la distribution se cachaient des stars en devenir comme Jeanne Cagney, Janet Waldo et Veronica Lake.
Phyllis fit un autre film en 1944, Abroad with Two Yanks, au sujet de deux soldats américains et leurs aventures en Australie durant la seconde guerre mondiale. Ce film fut manifestement tourné pour remonter le moral des troupes amércaines et c’est là que réside son mérite. Toutefois William Bendix et Helen Walker (dans les rôles principaux) tirent leur épingle du jeu.
God Is My Co-Pilot est peut-être le film le plus connu de Phyllis Adair. Cependant le film au sujet de Robert Lee Scott, un natif de la Géorgie qui devint pilote de Tigre Volant et fit des choses miraculeuses durant la seconde guerre mondiale est bien fait et solide. Scott est interprété par l’un des acteurs préférés de Warner Bros, Dennis Morgan. Parmi les acteurs de second plan figuraient Dane Clark, Raymond Massey et Andrea King.
En 1945, Phyllis apparut dans Kitty, un magnifique film historique au sujet de la montée et de la chute d’une jeune londonnienne, avec Paulette Goddard et Ray Milland dans les rôles principaux. Comme à l’accoutumée Ray Milland y impose une présence indiscutable et marque le film de son empreinte alors que Paulette Goddard, bien que n’étant pas une actrice géniale, impose son côté félin et son tonus. De plus tous deux sont mainestement castés dans des rôles tout à fait de leur acabit.
To Each His Own fut un autre film important de la filmographie de Phyllis Adair et un bon exemple d’un film dont le but est de faire pleurer. Quand de plus on dispose de Paulette Goddard, Olivia de Havilland et Charles Boyer, le film ne peut pas être complètement mauvais. The Glass Alibi fut un bon thriller avec quelques bons moements. Malheureusement la distribution ne fut pas à la hauteur et le réalisateur ne parvint pas à rendre ce film mémorable. Le dernier film de Phyllis fut Of Human Bondage, le moins bon des adaptations d’un grand livre. C’est généralement le problème quand on essaye d’adapter un livre qui a déjà connu des adaptations deréférence. Paul Henreid y reprit médiocrement le rôle de Leslie Howard. Eleanor Parker sembla à son aise dans le rôle de Bette Davis mais soyons honnête, personne ne peut égaler Bette Davis !!!
Phyllis fit son retour sur les planches avant même que sa carrière cinématographique ne cesse. En 1948, le théâtre des Beaux Arts réouvrit le 25 décembre avec à l’affiche la pièce “Holiday Lady,” une nouvelle comédie dramatique de Luther Yantls, qui écrivit aussi “Killers,” “Souvenir Sadie” et “Loose Ladles.” La production était d’Irving Thorns et Jack Moser. Le scénario concernait l’histoire d’une jeune fille du début des années 1900 dont la vision de la vie était “très éloignée” de la période dans laquele elle se trouvait. Phyllis Adair et Jack Murray étaient les acteurs principaux d’une compagnie de 15 comédiens.
En 1949, Phyllis avait complètement quitté le métier pour élever sa famille.
La vie privée de Phyllis ne fit que rarement les gros titres des journaux à scandales, aussi on n’en possède que d’informations. Phyllis fut la doublure de Peggy Cummins durant le tournage de Forever Amber. Cependant, Peggy Cummins fut finalement renvoyé et c’est Linda Darnell qui récupéra le rôle.
Phyllis épousa son premier mari, l’étudiant en médecine William Fredrick Eschrich, le 14 février 1940, à Los Angeles. Tous les deux étaient à l’université et vivaient chez ses parents qui subvenaient à leurs besoins.
Eschrich était né le 19 février 1916 à Los Angeles, de Julius Eschrich et Aurelia Mountain. Il commença ses études de médecine dans sa ville natale et y rencontra Phyllis. Malheureusement, le mariage le mariage prit fin aux alentours de 1943. Après le divorce, William obtint son diplôme et devint un médecin respecté. Il épousa Marcella Phillips et eut deux fils, Gary, né le 9 mars 1948 et Tyler, né le 21 janvier 1950. William practiqua la médecine en Californie pour le reste de sa vie et décéda le 3 janvier 1990 à Los Angeles.
Phyllis épousa son second mari, Edward David Bronaugh, à Los Angeles le 27 août 1945. Bronaugh était né le 12 juillet 1918 de Ruby Rheinhart et Eugene Bronaugh, à Kansas, Missouri. Il fit des études de pilote pour finalement devenir pilote de ligne commerciale. Il servit durant la seconde guerre mondiale dans l’Armée de l’Air et passa deux ans et demi à l’étranger. Il avait été marié auparavant avec Mary Louise Boswell – ce fut une union de temps de guerre qui commença le 12 mars 1943 pour prendre fin la même année.
Le mariage de Phyllis et Edward se retrouva être aussi de courte durée– ils divorcèrent en 1946 ou 1947. Bronaugh déménagea plus tard à Glendale, Arizona et se remaria à une femme prénommée Francoise. Ils eurent deux enfants, Kelly et Stephane. Il décéda le 3 août 1987 en Arizona.
Phyllis épousa son troisième mari, un certain Mr. Stevenson, en 1948. Leur fils, Scot Bruce, naquit le 3 juillet 1949. Phyllis se retira alors du showbiz pour vouer son temps à la famille et vécut le reste de ses jours en Californie.
Phyllis Stevenson décéda le 23 février 1990 à Los Angeles, Californie.
Sa contribution au western fut la suivante :
Wild Horse Valley de Ira Webb (1940), Ann Kimball
Billy the Kid’s Fighting Pals de Sam Newfield (1941), Ann Hardy
Land of Hunted Men de S. Roy Luby (1943), Dorne Oliver
Riders of the Dawn d’Oliver Drake (1945), Penny Pringle
Gunning for Vengeance de Ray Nazarro (1946), Belle Madden

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4291

Re: Phyllis ADAIR (1919-1990)

Messagepar DEMERVAL » 10 mai 2017 13:31

ImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités