Teresa WRIGHT (1918-2005)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4746

Teresa WRIGHT (1918-2005)

Messagepar DEMERVAL » 16 juil. 2016 14:32

Muriel Teresa Wright naquit le 27 octobre 1918 à Harlem, New York City, de Martha Espy et Arthur Wright, un agent d’assurances. Ses parents se séparèrent alors qu’elle était encore dans sa prime jeunesse. Elle grandit à Maplewood, New Jersey, où elle fréquenta le lycée de Columbia. Après avoir vu Helen Hayes jouer dans la pièce Victoria Regina au Broadhurst Theatre de New York City en 1936, Teresa Wright se prit de passion pour l’art dramatique et commença à se produire en vedette dans des pièces scolaires. Elle décrocha une bourse de scolarité au Wharf Theater de Provincetown, Massachusetts, où elle fut apprentie pendant deux étés. Après avoir réussi son baccalauréat en 1938, elle se rendit à New York, changea son nom en « Teresa Wright » et fut embaûchée comme doublure de Dorothy McGuire et Martha Scott pour le rôle d’Emily dans la production théâtrale de la pièce de Thornton Wilder, Our Town au Henry Miller's Theatre. Elle assuma le rôle quand Martha Scott quitta la pièce pour Hollywood pour y tourner la version cinématographique de ladite pièce.
A l’automne 1939, Teresa Wright commença à se produire dans la pièce Life with Father, dans le rôle de Mary Skinner. La pièce resta à l’affiche pendant deux ans et c’est là qu’elle fut découverte par Samuel Goldwyn, qui vint la voir alors que cela faisait déjà plus d’un an qu’elle se produisait dans la pièce.
En 1941, Samuel Goldwyn loua immédiatement les services de la jeune actrice pour interpréter la fille de Bette Davis dans l’adaptation cinématographique de la pièce de Lillian Hellman, La vipère, lui faisant signer un contrat de cinq ans avec Goldwyn Studios.
En 1941, Teresa Wright fut nominée pour l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son premier film, La vipère. L’année suivante, elle fut de nouveau nominée, mais cette fois pour l’Oscar de la meilleure actrice pour Vainqueur du destin, film dans lequel elle jouait face à Gary Cooper et interprétait l’épouse de Lou Gehrig. La même année, elle remporta l’Oscar de la meileure actrice dans un second rôle pour son interprétation de la fille Greer Garson dans Madame Miniver. Teresa Wright est l’un des neufs acteurs/actrices à avoir été nominé la même année pôur l’Oscar du meileur acteur/actrice et celui du meilleure acteur/actrice dans un second rôle. Ses trois nominations à l’Oscar et son Oscar pour ses trois premiers films restent une réussite rare. Elle reste la seule actrice à avoir été nominée à l’Oscar pour ses trois premiers films.
En 1943, Teresa Wright apparut dans le très bon film d’Universal, L’ombre d’un doute, réalisé par Alfred Hitchcock, y incarnant une innocente jeune fille qui découvre que son oncle bienaimé (interprété par Joseph Cotten) est un tueur en série. Alfred Hitchcock pensa que Teresa Wright avait été l’une des actrices les plus intelligentes avec qui il eut l’occasion de travailler et que, sous sa direction, elle amena vivacité, chaleur et idéalisem juvénile —caractéristique rare chez les héroines d’Hitchcock. En 1946, Teresa Wright delivra une autre performance notable dans le film de William Wyler, Les plus belles années de notre vie, film oscarisé traitant de la réadaptation des militaires de retour chez eux après la seconde guerre mondiale.
Quatre ans plus tard, elle devait apparaître dans une autre histoire mettant en scène des vétérans de la seconde guerre mondiale, à savoir le film de Fred Zinnemann, C’étaient des hommes (1950), avec Marlon Brando dans son premier film.
En 1947, Teresa Wright apparut dans le western La vallée de la peur face à Robert Mitchum. Ce western freudien fut écrit par son premier mari, Niven Busch. L’année suivante, elle fut la vedette avec David Niven, Farley Granger, et Evelyn Keyes de Vous qui avez vingt ans, une histoire s’étendant sur deux générations d’amants évoluant dans des romances parallèles. Teresa Wright reçut des critiques dithyrambiques pour sa performance. La magazine Newsweek commenta, "Mademoiselle Wright, une des actrices les plus fines du cinéma, brille dan le rôle de la Cendrillon qui captive trois hommes." Et le New York Times conclut, "Teresa Wright joue avec ce ravissement époustouflant et enthousiaste qu’elle domine si remarquablement."
En décembre 1948, après s’être rebellée contre le système des studios qui lui apporta la gloire, Teresa Wright eut une dispute publique avec Samuel Goldwyn, qui résulta à la résiliation de son contrat avec le studio. Dans une déclaration publiée dans The New York Times, Samuel Goldwyn cita comme motifs de sa résiliation, son refus de publiciser le film Vous qui avez vingt ans, son manque de “coopération” et son refus de “suivre des instructions raisonnables”. Dans sa réponse écrite, Teresa Wright dénia les allégations de Samuel Goldwyn et n’exprima aucun regret sur la perte de son contrat de 5000 dollars la semaine.
Des années plus tard, dans une interview donnée au The New York Post, Teresa Wright se remémora, "J’allais incarner Jeanne d’Arc et tout ce que j’ai prouvé est que j’étais prête à jouer pour moins de salaire." Pour son film suivant, C’étaient des hommes (1950), au lieu des 125,000 dollars annoncés, elle ne reçut que 20 000 dollars.
Durant les années 1950, Teresa Wright apparut dans plusieurs films infructueux, dont La Capture (1950), L’ivresse et l’amour (1952), Californie en flammes (1952), The Steel Trap (1952), Count the Hours (1953), The Actress (1953) et Track of the Cat (1954) face de nouveau à Robert Mitchum. Malgré les échecs commerciaux de ces films, les performances de Teresa Wright furent néanmoins encensées. Vers la fin de la décennie, Teresa Wright commença à travailler fréquemment à la télévision et sur les planches. Elle fut nominée pour un Emmy Award pour ses performances dans la version originale de la série Playhouse 90 de The Miracle Worker (1957) et pour The Margaret Bourke-White Story (1960) de la série Sunday Showcase. En 1955 elle incarna le personnage de Doris Walker dans le remake du film classique de 1947, Miracle sur la 34ème rue de la série The 20th Century-Fox Hour face à MacDonald Carey et Thomas Mitchell.
Le 6 février 1960, Teresa Wright fut intronisée au Hollywood Walk of Fame avec deux étoiles: une pour l’industrie du film au 1658 Vine Street et une autre pour la télévision au 6405 Hollywood Boulevard.
Durant les années 1960, Teresa Wright retourna sur les planches de New York pour trois pièces de théâtre: Mary, Mary (1962) au Helen Hayes Theatre dans le rôle de Mary McKellaway, I Never Sang for My Father (1968) au Longacre Theatre avec le rôle d’Alice et Who's Happy Now? (1969) au Village South Theatre dans le rôle de Mary Hallen. Durant cette période, elle effectua aussi des tournées à travers les Etats-Unis avec des pièces comme Mary, Mary (1962), Tchin-Tchin (1963) idans le rôle de Pamela Pew-Picket et The Locksmith (1965) dans le rôle de Katherine Butler Hathaway. En plus de son boulot sur les planches, Teresa Wright fit de nombreuses apparitions dans des épisodes de séries dont The Alfred Hitchcock Hour (1964) sur CBS, Bonanza (1964) sur NBC, Les accusés (1964, 1965) sur CBS et CBS Playhouse (1969).
En 1975, Teresa Wright apparut sur Broadway dans la reprise de Mort d’un commis voyageur et en 1980, dans la reprise de Morning's at Seven, pièce pour laquelle elle remporta un Drama Desk Award. En 1989, elle fut nominée pour son 3ème Emmy Award pour sa performance dans la série dramatique de CBS, Dolphin Cove.
Parmi ses dernières apparitions figurent un rôle majeur dans Quelque part dans le temps (1980), le rôle de la grand-mère dans Le prix de la passion (1988) avec Diane Keaton, et le rôle de Miss Birdie dans L’idéaliste (1997) de John Grisham, réalisé par Francis Ford Coppola.
Durant la dernière décennie de sa vie, Teresa Wright vécut tranquillement dans sa maison de style Nouvelle Angleterre, dans la ville de Bridgewater, Connecticut dans le comté de Lichtfield, apparaissant occasionnellement dans des festivals de cinéma et des événements associés avec les New York Yankees. En 1996, elle évoqua ses souvenirs d’Alfred Hitchcock au festival international du film d’Edimbourg et en 2003, elle apparut à la cérémonie des Oscars au cours d’une séquence évoquant les lauréats de l’Oscar.
Teresa Wright décéda le 6 mars 2005 d’une crise cardiaque à l’hôpital de Yale-New Haven du Connecticut à 86 ans. Elle est enterrée à l’Evergreen Cemetery de New Haven.
Teresa Wright fut mariée à l’auteur Niven Busch de 1942 à 1952. Ils eurent deux enfants : un fils, Niven Terence Busch né le 2 décembre 1944 et une fille, Mary Kelly Busch née le 12 septembre 1947. Elle épousa en secondes noces l’auteur de pièces Robert Anderson en 1959. Ils divorcèrent en 1978 mais conservèrent une proche relation jusqu’à la fin de la vie de l’actrice. Elle avait deux petits-enfants, dont l’un, Jonah Smith, aida à la production des films de Darren Aronofsky, Pi (1998) et Requiem for a Dream (2000). En 1998, Jonah Smith accompagna sa grand-mère au Yankee Stadium quand elle fut invitée à lancer la première balle de la finale de baseball. Ce fut sa première visite dans ce stade et cela éveilla son intérêt pour le baseball.
Après le décès de Teresa Wright le 6 mars 2005 et en honneur de sa sincère performance dans Vainqueur du destin (1942), son nom fut cité parmi ceux des membres des Yankees décédés dans l’année.
Sa contribution au western fut la suivante :
La vallée de la peur de Raoul Walsh (1947), Thor Callum
Californie en flammes de Lew Landers (1952), Julia Lawrence
Track of the Cat de William A. Wellman (1954), Grace Bridges
Bonanza, un épisode, Katherine Saunders dans “My Son, My Son” (1964)
Le ranch L, un épisode, Ellen Haney dans “Yesterday’s Vendetta” (1969)

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4746

Re: Teresa WRIGHT (1918-2005)

Messagepar DEMERVAL » 18 juil. 2016 20:55

ImageImageImageImageImageImageImageImageImage

Avatar du membre
Winchester73
Westerner
Westerner
Messages : 2907
Localisation : Apache Junction

Re: Teresa WRIGHT (1918-2005)

Messagepar Winchester73 » 22 nov. 2017 7:21

Image

Robert Mitchum et Teresa Wright dans Pursued (1947) :

Image


Image
Image



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités