Stella STEVENS (1938- )

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6011

Stella STEVENS (1938- )

Messagepar DEMERVAL » 01 oct. 2015 12:32

Stella Stevens est née Estelle Caro Eggleston le 1er octobre 1938 à Yazoo City, Mississippi. Elle était le seul enfant d’Estelle Caro et Thomas Ellett Eggleston. Son arrière grand-père était Henry Clay Tyler, un des premiers colons de Boston, qui, joaillier, alloua son horloge à la coupole du tribunal de Yazoo City.
Quand Stella Stevens eut quatre ans, elle déménagea avec ses parents à Memphis, Tennessee, où la famille vécut au 3528 Carrington Road près de Highland Street. Son père travailla comme courtier en assurances avec ses bureaux situés dans l’Immeuble Sterick et sa mère travailla comme infirmière. La jeune Estelle suivit les cours de l’école catholique St. Anne sur Highland Street et du Sacré Coeur sur Jefferson Avenue. Elle finit sa dernière année de lycée en 1955 à la Memphis Evening School de la Memphis Tech High School.
A 16 ans, le 1er décembre 1954, elle épousa, probablement à Memphis, un électricien, Noble Herman Stephens. Ils eurent un enfant (son seul enfant), l’acteur/producteur Andrew Stevens. Bien que le couple divorça en 1957, Estelle et son fils choisirent comme noms de scène, une variation du nom de son ex-mari. Alors qu’elle suivait des études de médecine au Memphis State College, elle s’intéressa à l’art dramatique et au modelling. C’est alors qu’elle se produisait dans une version montée par l’université de Bus Stop qu’elle fut découverte par un agent de la 20th Century Fox qui lui fit signer un contrat.
Stella Stevens fit ses débuts sur le grand écran dans L’habit ne fait pas le moine (1959), une modeste comédie musicale de et avec Bing Crosby, dans laquelle elle était une chorus girl. Après 6 mois, son contrat avec la 20th Century-Fox fut cassé. Après avoir décroché le rôle d’Appassionata Von Climax dans la comédie musicale Li'l Abner (1959), elle signa a contrat avec Paramount Pictures (1959-1963). En 1960, elle remporta le Golden Globe Award de la Nouvelle Star de l’année, pour sa performance dans Say One for Me, partageant la distinction avec Tuesday Weld, Angie Dickinson et Janet Muro.
De la fin des années 1950 et tout au long des années 1960, Stella Stevens rencontra le succès comme modèle. Quand la pellicule à grande vitesse Ektachrome fut introduite en 1959, Stella Stevens fut la première personne à être photographiée pour un portrait officiel à destination d’un magazine, devant la simple lumière d’une chandelle complétée de quelques réflecteurs. En janvier 1960 elle fut la playmate du mois du magazine Playboy et fut aussi photographiée dans des illustrés de Playboy en 1965 et 1968. Elle fut incluse par le magazine Playboy parmi les 100 stars les plus sexy de la 20th Century Fox, figurant notamment à la 27ème place. Durant les années 1960, elle fut l’une des femmes la plus photographiée au monde.
En 1962, Stella Stevens fut la vedette face à Elvis Presley de Des filles… encore des filles. L’année suivante, elle apparut dans deux comédies à succès : Docteur Jerry et Mister Love de Jerry Lewis (1963) et Il faut marier papa de Vincente Minnelli (1963), y interprétant la future Miss Montana. En 1964, elle signa a contrat avec Columbia Pictures (1964–1968). Après des apparitions dans Synanon (1965) et The Secret of My Success (1965), Stella Stevens fut la vedette face à Dean Martin de la parodie de film d’espionnage mettant en scène Matt Helm, à savoir Matt Helm, agent très spécial (1966). Son ultime film avec la Columbia fut le populaire Where Angels Go, Trouble Follows (1968) dans lequel elle interprétait "Soeur George".
En 1970, Stella Stevens fut la vedette face à Jason Robards du western de Sam Peckinpah, La Ballade de Cable Hogue, pour lequel elle reçut des critiques favorables. Dans sa rubrique du New York Times, Roger Greenspun écrivit, "Mais il y a Stella Stevens, enfin dans un bon rôle pour elle, qui soutient magnifiquement et illumine le scénario." En 1972 elle fut l’une des vedettes du célèbre blockbuster d’ Irwin Allen, L’aventure du Poséidon avec Gene Hackman, Ernest Borgnine, Roddy McDowell et Shelley Winters. Stella Stevens y incarnait le personnage de Linda Rogo, la rafraîchissante et exhubérante ex-prostituée, épouse du personnage incarné par Ernest Borgnine. Bien qu’elle continua à apparaître sur le grand écran pendant les 4 décennies qui suivirent, elle recentra le principal de sa carrière sur la télévision, y apparaissant dans nombre de séries, miniséries et téléfilms.
Stella Stevens apparut dans plusieurs des séries télévisées les plus en vue des années 1960 dont Alfred Hitchcock présente (1960), General Electric Theater (1960, 1961) et Ben Casey (1964). L’une de ses premières apparition sur le petit écran eut lieu en 1960 dans un épisode de Bonanza, "Silent Thunder", y interprétant une sourde et muette. Au début des années 1970, elle commença à travailler régulièrement pour la télévision. Elle apparut notamment dans des épisodes de séries populaires comme Banacek (1973) et Police Story (1975) ainsi que dans des téléfilms, pilots de séries, comme La croisière s’amuse (1977) et Pour l’amour du risque (1979). En 1979 elle apparut aux côtés de son fils Andrew dans un épisode de The Oregon Trail (1977) intitulé "Hannah's Girl".
Durant les années 1980, elle continua à travailler régulièrement dans des séries télévisées populaires comme Newhart (1983), La croisière s’amuse (1983), L’île fantastique (1983), Les routes du paradis (1984), Arabesque (1985), Magnum (1986) et Father Dowling Mysteries (1987). Stella Stevens apparut dans 34 épisodes du soap opera, Flamingo Road (1981–82), dans le rôle de Lute-Mae Sanders, l’ex tenancière d’un bordel. De 1989 à 1990, elle fut Phyllis Blake dans Santa Barbara. Sa suite d’apparitions dans des séries populaires continua durant les années 1990 avec L’as de la crime (1993), L’homme à la rolls (1994), Highlander (1995), Les dessous de Palm Beach (1996) et General Hospital (1996, 1999). Elle apparut aussi dans la minisérie In Cold Blood (1996). Sa carrière télévisuelle continua durant les années 2000 avec notamment une apparition dans un épisode de la série Twenty Good Years (2006).
Stella Stevens apparut à plusieurs reprises sur les planches, dont à l’occasion d’une tournée de la version entièrement féminine de la pièce de Neil Simon, The Odd Couple face à Sandy Dennis. Elle y interprétait le rôle d’Oscar Madison. Elle produisit et réalisa deux films, The Ranch (1989) et The American Heroine (1979). En 1999, elle co-écrivit un roman intitulé Razzle Dazzle, au sujet d’un chanteur de Memphis appelé Johnny Gault.
Au début des années 1960, Stella Stevens fut, selon la presse, romantiquement impliquée avec l’acteur Michael Dante, le comédien Allan Drake, le cadre de la Paramount Pictures Gant Gaither et l’exploitant de salles de cinéma Mert Shapiro. En avril 1965 Stella Stevens acquit une maison de pierre grise avec 4 chambres dans le district de Coldwater Canyon à Beverly Hills. A la fin des années 1960, elle eut une relation intime avec l’acteur Skip Ward qu’elle appela "mon réel amour" dans une interview de 1970. Ils vécurent ensemble dans la maison de Stella à Beverly Hills. A la fin de 1976, elle acheta un ranch dans la vallée de Methow près de Carlton, Washington, à la frontière orientale des Cascade Mountains. Elle ouvrit aussi une galerie d’arts et une boulangerie aux alentours de la petite ville de Twisp, Washington. Elle vendit son ranch en 1988.
En 1983 Stella Stevens commença une longue relation intime avec le guitariste de rock Bob Kulick; il partagèrent la maison de Stella Stevens. En 2005 Stella Stevens reçut un Reel Cowboys Sliver Spur Award pour sa notable contribution au western.
Sa contribution au western est la suivante :
Johnny Ringo, un épisode, Suzanne Crale dans “Uncertain Vengeance” (1960)
Bonanza, un épisode, Ann ‘Annie’ Croft dans “Silent Thunder” (1960)
Riverboat, un épisode, Lisa Walters dans “Zigzag” (1960)
Frontier Circus, un épisode, Katy Cogswell dans “The Balloon Girl” (1962)
Le bataillon des lâches de George Marshall (1964), Martha Lou Williams
Un nommé Cable Hogue de Sam Peckinpah (1970), Hildy
Les brutes dans la ville de Robert Parrish (1971), Alvira
Hec Ramsey, un épisode, Ivy Turnwright dans “Hangman’s Wages” (1972)
Honky Tonk, téléfilm de Don Taylor (1974), Gold Dust
Wanted : The Sundance Woman, téléfilm de Lee Philips (1976), Lola Wilkins
Charlie Cobb : Nice Night for a Hanging, téléfilm de Richard Michaels (1977), Martha McVea
The Oregon Trail, un épisode, Hannah Morgan dans “Hannah’s Girls” (1977)
No Man’s Land, téléfilm de Rod Holcomb (1984), Nellie Wilder
The Long Ride Home de Robert Marcarelli (2003), Fiona Champyon
Hell to Pay de Chris McIntyre (2005), Mary Potter

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22718
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Stella STEVENS (1938- )

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 01 oct. 2015 21:02

Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
metek
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 14751
Contact :

Re: Stella STEVENS (1938- )

Messagepar metek » 28 juin 2018 3:42

Stella Stevens - Hummm!!

Image

Avatar du membre
Winchester73
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3021
Localisation : Apache Junction

Re: Stella STEVENS (1938- )

Messagepar Winchester73 » 21 oct. 2018 14:47

Aussi dans TV-Western Noman's Land (1984). Il y a des images agréables de ce Western (de sheriff Nellie Wilder par example) ?
Image



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités