Robert REDFORD (1936- )

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5681

Robert REDFORD (1936- )

Messagepar DEMERVAL » 21 mars 2015 22:21

Charles Robert Redford Jr est né à Santa Monica, California, le 18 août 1936. Sa mère, Martha W. Hart, était née au Texas, d’Archibald Hart et Sallie Pate Green; et son père, Charles Robert Redford, Sr. (19 novembre 1914 – 2 avril 1991) était un ex-laitier devenu comptable, natif de Pawtucket, Rhode Island, fils de Charles Elijah Redford et de Lena Taylor. Robert Redford a un demi-frère, William, né d’un remariage de son père. Ses ancêtres sont de descendances anglaise, irlandaise, écossaise et irlando-écossaise (son nom de famille est d’origine anglaise).
Sa famille déménagea à Van Nuys, Californie, alors que son père travaillait à El Segundo. Il fréquenta le lycée de Van Nuys, où il fut copain de classe avec le joueur de baseball Don Drysdale. Il s’est décrit comme étant un mauvais élève, ne trouvant de l’inspiration qu’à l’extérieur du lycée et n’étant intéressé que par les sports et les arts. Il frappa des balles de tennis en compagnie de Pancho Gonzales au club de tennis de Los Angeles afin de l’aider dans son échauffement. Après le lycée, il fréquenta l’université du Colorado pendant 18 mois et fut un membre de la Kappa Sigma Fraternity. Alors qu’il était à l’université, il travailla au bar-restaurant The Sink; une de ses peintures orne toujours un mur de l’établissement. Après avoir été renvoyé de l’université, il voyagea en Europe et notamment en France, en Espagne et en Italie. Plus tard il étudia la peinture à l’institut Pratt à Brooklyn et suivit les cours de l’American Academy of Dramatic Arts de New York City.
La carrière de Robert Redford — comme d’ailleurs celle de la majorité des stars qui émergèrent durant les années 1950 — débuta à New York, où un acteur pouvait s’exprimer à la fois à la télévision et sur les planches. Ayant commencé en 1959, il apparut en guest star dans nombre de séries dont Les incorruptibles, Whispering Smith, Perry Mason, Alfred Hitchcock Présente, Route 66, Dr. Kildare, Playhouse 90, Tate, La Quatrième Dimension et le téléfilm "Captain Brassbound's Conversion" avec le jeune Christopher Plummer, entre autres acteurs. Il fut nominé pour l’ Emmy du meilleur second rôle pour sa performance dans The Voice of Charlie Pont (ABC, 1962). Il fit l’une de ses dernières apparitions pour la télévision le 7 octobre 1963 dans Breaking Point, un mélodrame médical d’ABC au sujet de la psychiatrie.
Robert Redford fit ses débuts sur les planches à Broadway avec un petit rôle dans Tall Story (1959), rôle qui sera suivi par d’autres dans The Highest Tree (1959) et Sunday in New York (1961). Son plus grand succès sur Broadway fut celui du jeune marié vieux jeu d’Elizabeth Ashley dans la pièce de Neil Simon, Pieds Nus dans le Parc (1963).
Alors qu’il était encore complètement inconnu, Robert Redford fit ses débuts sur le grand écran dans La Guerre est aussi une Chasse (1962), aux côtés de John Saxon dans un film dont l’action se situait durant les derniers jours de la guerre de Corée. Ce film marqua aussi les débuts du réalisateur Sydney Pollack, avec lequel Robert Redford devait souvent collaborer dans un futur proche et de l’acteur Tom Skerritt. Après son succès sur Broadway, il décrocha des rôles plus importants au cinéma. Il apparut aux côtés du légendaire Alec Guinness dans le film de guerre parodique Situation désespérée ... mais pas Sérieuse, dans lequel il interprétait un soldat qui devait passer des années de sa vie tapi derrière les lignes ennemies. Dans Daisy Clover (1965), qui lui apporta le Golden Globe du meilleur espoir masculin, il incarnait une star de cinéma bisexuelle qui épousait la starlette Natalie Wood et il fut de nouveau avec elle aux côtés de Charles Bronson pour le film de Sydney Pollack, Propriété interdite (1966) — y étant de nouveau son amant, mais cette fois dans un film qui rencontra plus de succès. La même année vit sa première expérience avec Jane Fonda, dans le film d’Arthur Penn, La Poursuite Impitoyable. Ce film marqua la seule collaboration de Robert Redford avec Marlon Brando. Jane Fonda et Robert Redford devaient de nouveau être partenaires dans la populaire version cinématographique de Pieds Nus dans le Parc (1967) et bien plus tard dans Le Cavalier Electrique de Sydney Pollack (1979).
Après ces succès initiaux, Robert Redford se sentit concerné par son image stéréotypée de mâle blond et refusa des rôles dans Qui a peur de Virginia Woolf? et Le Lauréat. Robert Redford trouva ce qu’il recherchait dorénavant avec le film de George Roy Hill, Butch Cassidy et le Sundance Kid (1969), sur un scénario de William Goldman, film dans lequel il fut couplé pour la première fois à Paul Newman. Le film fut un énorme succès et en fit une star des plus rentables au box-office, établissant son image cinématographqiue de bon gars intelligent, fidèle en amitié et quelques fois sardonique.
Robert Redford souffrit à cette époque que certains de ses films ne furent pas de francs succès au box-office, comme La Descente Infernale (1969); Willie Boy (1969); L’Ultime randonnée (1970) et Les Quatre Malfrats (1972). Mais globalement sa carrière était florissante avec d’énormes succès critiques comme Jeremiah Johnson (1972); la satire politique Votez MacKay (1972); le drame Nos plus belles années (1973); et le plus grand succès de sa carrière, le blockbuster L’Arnaque (1973), qui devint l’un des 20 plus grands succès de tous les temps au box-office, si l’on tient compte de l’inflation et pour lequel il fut nominé aux Oscars.
Entre 1974 et 1976, les spectateurs l’élirent au sommet du panthéon des acteurs du box-office. Parmi ses succès figuraient Gatsby le Magnifique (1974), La Kermesse des Aigles (1975) et Les 3 jours du Condor (1975). Le populaire et acclamé Les Hommes du Président (1976), réalisé par Alan J. Pakula sur de nouveau un script de William Goldman, fut une référence pour Robert Redford. Non seulement il en était le producteur exécutif et la co-star, mais de plus le sujet du film — le scandale du Watergate — et ses tentatives de créer une image réelle du métier de journaliste montrèrent l’intérêt de l’acteur pour la politique en dehors des écrans.
Il fut aussi l’une des vedettes d’une partie du film de guerre, Un Pont trop loin (1977), du film carcéral Brubaker (1980), dans lequel il incarnait un directeur de prison qui tentait de réformer le système et la dramatique qui se passait dans l’univers du baseball, Le Meilleur (1984). Robert Redford continua son implication dans la mouvance majoritaire du cinéma américain, tout en s’impliquant avec de jeunes réalisateurs. Le premier film qu’il réalisa, Des Gens comme les autres (1980), qui traitait de la désintégration d’une famille américaine de classe supérieure confrontée à la mort d’un fils, fut l’un des films de la décennie les plus acclamés par la critique, remportant plusieurs Oscars dont celui du meilleur réalisateur. Le film suivant qu’il réalisa, Milagro (1987), n’eut pas le même retentissement. Out of Africa de Sydney Pollack (1985), avec Robert Redford dans le principal rôle masculin face à Meryl Streep, devint un énorme succès critique au box-office, remportant 7 Oscars dont celui du meilleur film tout en devenant le plus grand succès critique de la décennie pour Robert Redford et le plus grand succès critique du duo Redford-Pollack, sur les 7 films qu’ils tournèrent ensemble. Son film suivant, L’Affaire Chelsea Deardon (1986), fut un succès mineur au box-office.
Robert Redford resta une star majeure tout au long des années 1990 et 2000. Il réalisa son 3ème film, Et au milieu coule une rivière, en 1992. Ce film marqua son retour dans le courant majoritaire du cinéma américain et mettait en évidence un jeune acteur appelé à devenir une star, à savoir Brad Pitt. 199 apporta à Robert Redford l’un de ses rôles les plus célèbres, à savoir celui de l’homme d’affaires milliardaire qui testait la moralité des gens à travers la corruption dans Proposition Indécente. Il fut la co-star de Michelle Pfeiffer dans la romance de salle de rédaction, Personnel et Confidentiel (1996) et de Kristin Scott Thomas dans L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (1998), film qu’il réalisa. Robert Redford continua à travailler dans des films à contexte politique comme Havana (1990), y incarnant Jack Weil, un joueur professionnel durant la révolution cubaine de 1959, ainsi que Les Experts (1992), dans lequel il évoluait, entre autres, aux côtés de la star émergente River Phoenix.
Il apparut dans le rôle d’un général disgracié envoyé en prison dans le thriller politique, Le dernier Château (2001), film réalisé par Rod Lurie, lui aussi très concerné par les affaires politiques. La même année, Robert Redford fit de nouveau équipe avec Brad Pitt pour Spy Game, un autre succès pour le duo d’acteurs mais cette fois Redford était devant et non derrière la caméra. Robert Redford, personnalité en vue des mouvements environnementaux, fit la narration du documentaire IMAX, Sacred Planet (2004), un grand voyage autour du globe dans ses recoins les plus exotiques et les plus en danger. Dans L’Enlèvement (2004), un thriller avec Helen Mirren, Robert Redford interprétait un homme d’affaires à succès dont le kidnapping faisait resurgir des secrets et des inadéquations qui conduisaient à l’achévement du rêve américain.
Robert Redford revint à la production avec Carnets de voyage (2004), un road-movie au sujet d’un jeune étudiant en médecine qui atteignait l’âge de la majorité, à savoir Ernesto "Che" Guevera et son ami Alberto Granado. Ce film explorait aussi les questions sociales et politiques de l’Amérique du Sud qui influencèrent Che Guevara et façonnèrent son futur.
De retour devant les caméras, Robert Redford reçut de bonnes critiques pour son rôle dans le film de Lasse Hallstrom, Une Vie Inachevée (2005) dans lequel il interprétait un rancher irascible obligé d’héberger sa belle-fille, Jennifer Lopez — qu’il blâmait pour la mort de son fils— et sa petite-fille qu’il n’avait jamais vue, petite-fille issue d’une relation abusive. Le film, qui resta dans les cartons pendant plusieurs mois, alors que le distributeur Miramax était en pleine restructuration, fut majoritairement relégué comme banal et trop sentimental. Entretemps, Robert Redford revint à ses premières amours en étant réuni de nouveau avec Meryl Streep, 22 ans après Out of Africa, pour un projet personnel, Lions et Agneaux (2007), avec aussi son camarade Tom Cruise. Après un gros battage médiatique, le film reçut des critiques mitigées et déçut le box-office. Robert Redford, plus récemment, signa pour réaliser et jouer dans une reprise de Votez Mc Kay.
Robert Redford apparut en 2011 dans le documentaire Buck, dans lequel il faisait part de ses expériences avec le sujet du documentaire Buck Brannaman durant le tournage de L’homme qui parlait à l’oreille des chevaux en 1998.
Robert Redford avait toujours nourri des ambitions de travailler devant et derrière la caméra. Dès 1969, il avait été le producteur exécutif de La Descente Infernale. Sa première expérience de réalisateur eut lieu en 1980 pour Des Gens Ordinaires, un drame au sujet de la désintégration d’une famille américaine de la haute société confrontée à la mort de leur fils, film pour lequel il reçut l’Oscar du meilleur réalisateur. Robert Redford fut encensé pour avoir réussi à obtenir des performances d’une dramaturgie extrême de la part de Mary Tyler Moore, Donald Sutherland et Timothy Hutton, qui reçut aussi un Oscar, à savoir celui du meilleur second rôle masculin.
Par la suite, Robert Redford ne dirigea plus avant Milagro (1988), une version bien construite bien que commercialement sous-évaluée du roman de John Nichols. Milagro est l’histoire des habitants de Milagro, au Nouveau Mexique (ville inspirée de Truchas au nord du Nouveau Mexique), qui viennent à bout de gros exploitants qui ne cherchent qu’à ruiner leur communauté en les assommant d’augmentations fiscales importantes. Parmi ses autres réalisations l’on trouve le drame Et au milieu coule une rivière (1992), basé sur un roman de Norman Maclean et l’exposé Quiz Show (1994), au sujet du scandaleux quiz show de la fin des années 1950. Dans ce dernier film, Robert Redford travailla sur un scénario de Paul Attanasio avec le cinéaste reconnu Michael Ballhaus et une remarquable distribution emmenée par Paul Scofield, John Turturro, Rob Morrow et Ralph Fiennes. Robert Redford choisit Rob Morrow pour un rôle du film (son seul rôle d’importance depuis), parce qu’il avait aimé son travail dans Bienvenue en Alaska. Robert Redford dirigea aussi Matt Damon et Will Smith dans La Légende de Bagger Vance (2000). En 2010, il sortit La Conspiration, un drame au sujet de l’assassinat d’Abraham Lincoln. Malgré un sujet pour lequel Robert Redford avait un réel intérêt, le film reçut un accueil mitigé et fut un échec au box-office.
Le 9 août 1958, à Las Vegas, Nevada, Robert Redford maria Lola Van Wagenen, qui s’échappa du collège pour l’épouser. Ils eurent 4 enfants : Scott Anthony, David James "Jamie", Shauna et Amy Redford.
Scott — leur premier enfant — naquit le 1er septembre 1959 et décéda du syndrome de la mort subite le 17 novembre 1959, à 2 mois et demi. Ses restes furent enterrés au cimetière de Provo, Utah. Lola et Robert Redford divorcèrent en 1985. Il a 5 petits-enfants : Dylan et Lena Redford (de son fils Jamie), Mica et Conor Schlosser (de sa fille Shauna) et Eden August (de sa fille Amy).
En juillet 2009, Robert Redford épousa sa compagne de longue date, Sibylle Szaggars, au luxueux hôtel Louis C. Jacob à Hambourg, Allemagne. Elle vivait avec Robert Redford depuis les années 1990 et partageait sa maison de Sundance, Utah. En mai 2011 Alfred A Knopf publia Robert Redford: The Biography de Michael Feeney Callan, tirée des notes personnelles de l’acteur.
Sa contribution au western est la suivante :
Maverick, un épisode, Jimmy Coleman dans "Iron Hand" (1960)
The Deputy, un épisode, Burt Johnson dans "Last Gunfight" (1960)
Tate, deux épisodes :
- John Torsett dans "The Bounty Hunter" (1960)
- Tad Dundee dans "Comanche Scalps" (1960)
The Americans, un épisode, George Harrod dans "The Coward" (1961)
Whispering Smith, un épisode, Johnny Gates dans "The Grudge" (1961)
Le virginien, un épisode, Matthew Cordell dans "The Evil that Men Do" (1963)
Butch Cassidy et le Kid de George Roy Hill (1969), The Sundance Kid
Willie Boy d'Abraham Polonsky (1969), le shérif-adjoint Christopher "Coop" Cooper
Jeremiah Johnson de Sydney Pollack (1972), Jeremiah Johnson
Modifié en dernier par DEMERVAL le 22 mars 2015 10:34, modifié 1 fois.

lerebelle
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 8116
Localisation : Nice et St Laurent du Var, Alpes Maritimes
Contact :

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar lerebelle » 22 mars 2015 3:32

Encore un excellent pavé de maitre Demerval. R :applaudis_6:

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22535
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 22 mars 2015 9:38

il joue John Torsett dans 2 épisodes de la série western Tate
THE BOUNTY HUNTER:
Image

Willie Boy - 1969
U.S. Marshal Cahill a écrit :ImageImageImageImageImageImageImage



Butch Cassidy et le Kid 1969
Image

metek a écrit :Jeremiah Johnson (1972) - Robert Redford

Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5681

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar DEMERVAL » 22 mars 2015 10:40

Erreur pas juste cher USMC, il ne joue le personnage de John Torsett que dans un seul épisode de la série Tate, à savoir l'épisode intitulé "The Bounty Hunter". Dans le deuxième épisode de la série, "Comanche Scalps", il est Tad Dundee. C'est d'ailleurs le regretté Leonard Nimoy qui interprétait le Comanche, le personnage de Tate étant interprété par David McLean.

Avatar du membre
Chris
Westerner
Westerner
Messages : 2037
Localisation : ok corral
Contact :

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar Chris » 26 avr. 2015 20:09

Jeremiah Johnson
Image

Avatar du membre
major dundee
Séminole
Séminole
Messages : 1672
Localisation : depts 13 et 05

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar major dundee » 26 avr. 2015 22:02

Jeremiah Johnson, en ce moment sur Arte...

Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22535
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 13 juil. 2015 21:28

metek a écrit : Robert Redford - The Virginian TV Serie

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Bat Lash
Séminole
Séminole
Messages : 1346

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar Bat Lash » 14 mai 2016 0:02

Robert Redford va produire sur AMC ,une série docu-fiction nommé American West sur les personnage historiques de l'Ouest avec des intervenants comme Burt Reynolds ,James Caan ou Tom Selleck : http://www.denofgeek.com/us/tv/amc/255315/exclusive-first-images-from-amcs-the-american-west


Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22535
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 11 nov. 2016 18:54

Robert Redford (80 ans) annonce sa retraite après son dernier film:
The Old Man and the Gun (2017)
de David Lowery avec Casey Affleck
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Bat Lash
Séminole
Séminole
Messages : 1346

Re: Robert REDFORD (1936- )

Messagepar Bat Lash » 06 juin 2018 13:14

B.A du film The Old Man and the Gun (2017)



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités