Jason Robards Jr (1922-2000)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7208

Jason Robards Jr (1922-2000)

Messagepar DEMERVAL » 09 févr. 2013 15:42

Jason Nelson Robards, Jr. était un acteur américain de cinema, de théâtre et de télévision. Durant sa carrière il remporta un Tony Award, deux oscars et un Emmy Award. Il était aussi un vétéran de l’US Navy durant la seonde guerre mondiale.
Il devint célébre en interprétant des oeuvres d‘ Eugene O'Neill, un auteur américain , et jouera régulièrement des œuvres d’O’Neill tout au long de sa carrière. Jason Robards interpréta aussi bien les hommes ordinaires que les grandes figures historiques.
Jason Robards Jr, né le 26 juillet 1922 et élevé à Chicago était le fils de Hope Maxine Glanville et de Jason Robards, Sr., un acteur qui apparut régulièrement sur les planches et très tôt dans des films comme The Gamblers (1929). Jason Robards était de descendance anglaise, galloise, irlandaise et suédoise.
La famille déménagea à New York City, New York, quand Jason Jr. était encore tout petit puis à Los Angeles, Californie quand il eut six ans. Plus tard lors d’interviews, il ressortit que Jason Robards avait beaucoup souffert du divorce de ses parents et que celui-ci, intervenu alors qu’il était dans ses années scolaires les plus primordiales, avait pravement affecté sa personnalité et son regard sur le monde.
Jeune, Jason Robards fut aussi le témoin du déclin de la carrière de son père. Jason Robards Sr avait goûté un immense succès durant l’époque du cinéma muet, mais il tomba dans l’oubli à l’avénement du parlant, laissant Jason Jr s’aigrir au contact de l’industrie cinématographique hollywoodienne.
L’adolescent Jason Robards excellait en athlétisme, courant le mile en 4’18” en junior au lycée d’ Hollywood à Los Angeles. Bien que ses aptitudes sportives attira la convoitise de nombreuses universités, Jason Robards décida de rejoindre la Navy.
En tant que radio de 3ème classe, Jason Robards servit à bord du croiseur lourd, l’ USS Northampton (CA-26) en 1941. Le 7 décembre 1941, il était à bord du Northampton dans l’Océan Pacifique, à environ 160 km d’Hawaii. Contrairement à certaines histoires, il ne fut le témoin des dégâts de l’attaque japonaise sur Pearl Harbour qu’au retour du Northampton à ladite base, deux jours plus tard. Le Northampton fut plus tard engagé dans la campagne de Guadalcanal sur le théâtre d’opérations du Pacifique, où il participa à la bataille des îles Santa Cruz.
Durant la bataille de Tassafaronga à Guadalcanal, dans la nuit du 30 novembre 1942, le Northampton fut coulé par deux torpilles japonaises. Robards se maintint debout dans l’eau jusqu’au lever du jour, où il fut secouru par un destroyer américain. Pour son service durant la guerre, le Northampton se vit récompenser de 5 étoiles.
Deux ans plus tard, en novembre 1944, Jason Robards était radio sur l’USS Nashville (CL-43), le navire amiral pour l’invasion de Mindoro aux Philippines. Le 13 décembre, le navire fut heurté par un avion kamikaze au large des Îles Négres. L’avion toucha l’une des 5 bouches de canon de 125, alors que ses deux bombes faisaient exploser le milieu du navire. Il y eut 223 morts et le Nashville fut forcé de retourner à Pearl Harbor, puis au Puget Sound Naval Shipyard de Bremerton, Washington, pour réparations.
Jason Robards servit honorablement duraunt la guerre, mais ne fut pas récompensé par l’U.S. Navy Cross pour bravoure, comme beaucoup de sources l’affirment. Cette histoire imprécise qui lui accorde l’US Navy Cross, découle d’un article de presse d’Hy Gardner de 1979 qui affirmait que Jason Robards était titulaire de cette médaille. Suite à cet article, de nombreuses uatres soruces reprirent l’information. Mais le nom de Robards n’apparait dans aucun document officiel ou semi-officiel conecrnant les récipiendaires de la Navy Cross.
Ce fut alors qu’il était sur le Nashville que Jason découvrit pour la première fois une pièce d’ Eugene O’Neill, Strange Interlude dans la bibliothèque du navire. Ce fut aussi dans ce navire qu’il pensa sérieusement à devenir acteur. Il fut le maître de cérémonie d’un spectacle dispensé à Pearl Harbour, et réussit à provoquer quelques rires et cela lui plût. Son père lui suggéra d’entrer à l’American Academy of Dramatic Arts de New York City.
Jason Robards décida donc de devenir un acteur après la guerre et sa carrière démarra doucement. Il déménagea à New York City et dégota quelques petites prestations — d’abord à la radio puis sur les planches. Il fit sa percée grâce à son interprétation du marin philosophe Hickey, qu’il décrocha pour la pièce d’Eugene O’Neill, The Iceman Cometh, mise en scène en 1956, en dehors de Broadway par José Quintero et son adaptation à la télévision en 1960 ; il remporta un Obie Award pour sa performance théâtrale. Il reprendra plus tard ce rôle en 1985 à Broadway, encore dans une mise en scène de José Quintero, qui dirigera aussi Jason Robards à Broadway pour d’autres pièces d’O'Neill: Long Voyage vers la Nuit (1956, dans le rôle de Jamie Tyrone, et en 1988, dans le rôle de Tyrone, Sr.), Hughie (1964), A Touch of the Poet (1977) et A Moon for the Misbegotten (1973). Il reprendra son rôle du repeated his role in Long Voyage vers la Nuit au cinéma en 1962 et à la télévision ses rôles dans A Moon for the Misbegotten (1975) and Hughie (1984).
Jason Robards apparut aussi sur les planches dans des reprises des pièces d’O'Neill : Ah, Wilderness! (1988) dirigé par Arvin Brown, de Lillian Hellman, Toys in the Attic (1960),d’Arthur Miller, After the Fall (1964), Clifford Odets, The Country Girl (1972) et Harold Pinter, No Man's Land (1994).
Il avait fait ses débuts au cinéma dans une comédie en deux bobines : Follow That Music (1946), mais suite à ses succès sur Broadway, fut inviter à faire ses débuts dans un long métrage en 1959 dans Le Voyage, aux côtés de Yul Brynner et Deborah Kerr. Il devint un visage familier du cinéma des années 1960, particulièrement remarqué pour ses performances dans A Thousand Clowns (1965) (reprenant à l’occasion sa performance théâtrale), The Night They Raided Minsky's (1968) et Il était une fois dans l’Ouest (1968).
Il apparut dans des séries d’anthologie à la télévision, dont deux épisodes au milieu des années 1950, de Appointment with Adventure.
Jason Robards portraya trois présidents des Etats-Unis différents. Il interpréta Abraham Lincoln dans le TV film, The Perfect Tribute (1991) et en fit la voix dans deux autres émissions télévisées, la première étant : "The Presidency: A Splendid Misery" en 1964, et la deuxième en 1992 étant une mini-série documentaire intitulée, Lincoln. Il incarna aussi Ulysses S. Grant dans Le Justicier Solitaire (1981) et pourvut à sa voix dans la minisérie The Civil War (1990). Il incarna aussi Franklin D. Roosevelt dans FDR: The Final Years (1980).
Jason Robards apparut dans deux dramatiques basées sur le scandale du Watergate.En 1976 il incarna le rédacteur en chef du Washington Post, Ben Bradlee dans le film : Les Hommes du President basé sur le livre de Carl Bernstein et Bob Woodward. L’année suivante, il incarna le président de fiction Richard Monckton (dérive de Richard Nixon) dans la minisérie télévisée de 1977, Washington: Behind Closed Doors basée sur le roman à clef de John Ehrlichman, The Company.
Jason Robards fut la voix off de nombreux documentaires, dont celui de Ken Burns, Empire of the Air: The Men Who Made Radio (1991).
Dans Magnolia (1999), son dernier long métrage, un vieillissant Jason Robards incarnait un homme mourant qui se raccommodait avec son étrange fils.
Jason Robards fut nominé 8 fois aux Tony Awards,— ce qui fut le record jusqu’en octobre 2009. Il remporta le Tony Award du meilleur acteur dans une pièce de théâtre pour, The Disenchanted, (1959); ce fut aussi sa seule appartition avec son père dans une pièce.
Il reçut l’Osacr du meilleur second rôle deux années de suite pour Les Hommes du Président (1976) et Julia (1977) où il prêtait ses traits à l’écrivain Dashiell Hammett (1977). Il fut aussi nominé pour un autre Oscar pour son interpretation d’Howard Hughes dans Melvin et Howard (1980).
Jason Robards reçut un Emmy Award du meilleur acteur dans une minisérie ou un film dans Procès de Singe (1988).
En 1997, Robards reçut l’U.S. National Medal of Arts, la plus haute reconnaissance conférée à un artiste de la part du public. Les candidats sont sélectionnés par l’U.S. National Endowment for the Arts et la médaille remise au nom du président des Etats-Unis.
En 1999, il fut parmi les candidats à l’attribution des Kennedy Center Honors, une récompense annuelle pour ceux qui ont largement contribué à la renommée de la culture américaine.
Jason Robards eut six enfants de quatre mariages, dont l’acteur Jason Robards III (né en 1949) de sa première femme, Eleanor Pittman; et l’acteur Sam Robards de sa troisième femme, l’actrice Lauren Bacall qu’il avait épousée en 1961: ils divorcèrent en 1969, en grosse partie à cause de son alcoolisme.
En 1972 il fut sérieusement blessé dans un accident de voiture alors qu’il conduisait son véhicule sur une route de montagne de Californie, accident qui nécessita une grosse intervention chirurgicale et une chirurgies réparatrice de la face. Cet accident pourrait avoir pour cause sa longue accoutumance à l’alcool.
Un résident de la section portuaire sud de Fairfield, Connecticut , Jason Robards décéda d’un cancer des poumons à Bridgeport, Connecticut, le 26 décembre 2000 à l’âge de 78 ans. Il fut incinéré.
Sa mort fut regrettée par ses fans et les acteurs. "Il était le dernier d’une race d’acteurs qui vouèrent leur vie au théâtre. Sans l’avoir jamais demandé, il était notre plus ancien homme d’état" dit l’acteur Kevin Spacey.
Ses Westerns :
Gros coup à Dodge City de Fielder Cook (1966), rôle de Henry Drummond
Sept secondes en Enfer de John Sturges (1967), rôle de Doc Holliday
Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone (1968), rôle du Cheyenne
Un nommé Cable Hogue de Sam Peckinpah (1970), rôle de Cable Hogue
Pat Garrett et Billy le Kid de Sam Peckinpah (1973), rôle du gouverneur Wallace
Le souffle de la tempête d’Alan J. Pakula (1978), rôle de Jacob ‘’J.W.’’ Ewing
Le justicier solitaire de William A. Fraker (1981), rôle de Ulysses Grant

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23471
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Jason Robards Jr (1922-2000)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 11 févr. 2013 21:19

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
7 secondes en enfer :
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité