La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6950
Localisation : Albuquerque
Contact :

La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Cole Armin » 02 déc. 2008 18:13

Pour ceux qui ne connaissent pas le film, par ICI

Attention, les SPOILERS sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.


Tous les documents sont à poster dans ce topic:
viewtopic.php?f=20&t=7595

Que le débat commence!
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5359
Localisation : Paris/Touraine

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Vin » 02 déc. 2008 18:39

Pas avant une dizaine de jours pour moi, je veux le revoir avant de me lancer, même si mes souvenirs sont bons. :wink:
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 02 déc. 2008 18:57

Un mot sur les sources du scénario, à commencer par le roman d'A.B. Guthrie, publié en 1947, 5 ans avant le film...Roman magnifique, superbe étude de caractères complétée d'une véritable plongée temporelle dans les hautes plaines et les Rocheuses au début et jusqu'à la moitié des années 1830. Hawks reprend les personnages principaux, presque tous, et ne tente pas de trop les transformer/édulcorer pour Hollywood...Ce qui n'est déjà pas rien. La fin du texte est néammoins plus sinistre, violente et désespérée...D'une façon générale, le film est moins noir, mais compense par cette dimension inénarrable d'hymne tranquille à la nature, grâce à son rythme, aussi, qui parait épouser les méandres de la rivière. Cette dimension presque panthéiste, qui ne néglige pas l'humour truculent, qui finit par s'y inscrire à son tour (on sent le fleuve noir qui coule, la nuit et le silence étoilés quand on chante en bibinant), est finalement rare chez Hawks, tous genres confondus...On ne la retrouve pas dans ses autres westerns, au bout du compte plus fabriqués que ce petit miracle de poésie en noir et blanc... :sm32:
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6374

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Longway » 03 déc. 2008 0:35

musselshell a écrit : ce petit miracle de poésie en noir et blanc... :sm32:


D'accord pour le petit miracle de poésie, mais pas le noir et blanc.
Et voila où ça coince ! Ce film tourné dans des décors naturels sublimes, perd une bonne partie de son crédit visuel. La couleur était une nécessité pour rendre une image moins sombre et plus vivante de cette expédition au coeur des Rocheuses.
Pourquoi Hawk a t-il voulu réaliser ce film en noir et blanc ? Si quelqu'un peut me répondre ?
En ce début des années 50 les autres réalisateurs exploitaient au maximum les différents procédés couleurs, surtout le technicolor qui n'a jamais autant été mis en valeur que dans des westerns tournés, à quelque chose près, à la même période que " The Big Sky ", je pense plus principalement à " Au dela du Missouri " qui l'année précédente avait ébloui les écrans avec ses couleurs chatoyantes, où les acteurs se fondaient au milieu d'une nature qui n'a jamais parut aussi proche des protagonistes de l'histoire. Egalement " L'homme des vallées perdues " où George Stevens n'a jamais autant magnifié le parc des " Grand Tètons ", insistant plus d'une fois les travelling d'accompagement sur ces montagnes majestueuses.
Rien de tout ça avec " La captive aux yeux clairs ", les " Tètons " apparaissant bien loin et sombres du fait de l'utilisation du noir et blanc ! Quelle tristesse !
Toutes ces montagnes, ces forêts, ce fleuve impétueux qu'est le " Missouri " où le bateau se débat pour ne pas être entrainé par le courant, le ciel bien sur, et les Blackfeet dans leur camp... Tout cela manque cruellement de couleurs qui auraient sans doute donné un autre ton au film, moins noir, mais peut être était ce le désir de Hawk de vouloir faire ressortir ce côté là ? Pourtant rien ne le justifiait car l'optimiste et l'humour ( bien aidé par la saoulardise ) règnent en maitre dans ce qui est quand même un petit chef d'oeuvre, le principal défaut restant pour moi l'utilisation du noir et blanc.
Autre chose, si " The big sky " avait été tourné en couleur d'origine, nous n'aurions pas eu droit à cet infame procédé de colorisation qui au final fait plus de mal au film qu'il ne fait de bien, l'artificiel ne remplaçant jamais le naturel.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 03 déc. 2008 6:29

"La poussière ressemble plus à de la poussière en noir et blanc. Si vous filmez un film comme le mien en couleurs, vous vous attendez à voir quelqu'un se mettre soudain à pousser la chansonnette".
C'est l'explication...En fait, Hawks n'y croyait pas, en la couleur. Comme si elle détournait de quelque chose qui, paradoxalement, serait le réalisme ou l'authenticité, comme on voudra...ou au contraire la poésie, en fait l'adroite conjugaison des deux...le noir et blanc introduisant à la fois une distance et un investissement dans la dimension psychologique, et même dans le graphisme du paysage. Je ne suis pas loin, en tous cas pour ce film, de penser la même chose. Au même moment (Aout 52), George Stevens filme Shane à 50 km (les deux films sont tournés dans le Grand Teton Nat. Park, la Snake servant de Missouri chez Howard)...Shane est en couleurs, et rien que ça (plus des tas d'autres raisons évidemment) en fait quelque chose de radicalement différent...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2682
Localisation : Aquaverde

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Pike BISHOP » 03 déc. 2008 8:29

Eh ben voilà !
Le film est beau
L'histoire est jolie
Les acteurs charismatiques
Les Français sont folkloriques
Le noir et blanc sied à leur teint
C'était notre rubrique "LES WESTERNS POT-AU-FEU" !!!!!! :D
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5359
Localisation : Paris/Touraine

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Vin » 03 déc. 2008 8:39

Vite fait en passant, et sans avoir besoin de revoir le film, le charisme de Dewey Martin ne me semble pas évident..Et c'est une remarque mesurée.
Son haut fait principal demeure un beau mariage (hors film.)
:mrgreen:
Image

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7159

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar chip » 03 déc. 2008 8:45

"Les français sont folkloriques"...et grotesques comme les dialogues dans notre langue.
A un moment un français reçoit une flèche dans le cou, réaction de son compatriote" ben, alors qu'es-ce qui t'arrives ?..."
Je me souviens encore des rires dans la salle lors de la projection du film par un cercle de cinéphiles; :lol:

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 03 déc. 2008 10:38

Vin a écrit :Vite fait en passant, et sans avoir besoin de revoir le film, le charisme de Dewey Martin ne me semble pas évident..Et c'est une remarque mesurée.
Son haut fait principal demeure un beau mariage (hors film.)
:mrgreen:


Boone Caudill consomme effectivement en cachette du spectateur ( Teal Eye coupe le ruban devant le tipi, ça doit lui suffire pour comprendre, au spectateur...).
Hors film et pdt le tournage, c'est Deakins qui a droit aux faveurs de la créature...
Encore un peu plus loin du film...ben Peggy Lee, of course. :sm32:
Le charisme de Dewey Martin...pas pire que celui de Ricky Nelson, James Caan ou Jorge Rivero. Tres en deçà de Clift, évidemment. Hawks colle systematiquement un jeunot pâlot ds tous ses westerns...Il le fait pour ainsi dire consciemment.
Ceci dit, Martin colle au côté un peu niais et à tout le moins obtus du personnage...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2682
Localisation : Aquaverde

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Pike BISHOP » 03 déc. 2008 11:29

Bon, on ne plaisante plus...
Le Noir et Blanc ; Hawks, jusqu'à plus ample informé, ne s'est pas encore frotté à la couleur.
De plus ce n'est pas, malgré des scènes très réussies, un cinéaste d'espace, de grands tableaux
comme l'est un MANN, Un FORD, ni un virtuose des mouvements de caméra comme un DAVES
HAWKS filme au ras des personnages à hauteur d'yeux, comme il l'a toujours dit..; ici quand il
filme au ras de l'eau c'est que ses héros nagent, quand on voit une plongée et l'ampleur des "Tetons"
la rivière en dessous d'eux, c'est qu'ils sont sur une colline...Malgrè l'impression qu'il donne d'un
film entièrement tourné en extérieurs BIG SKY est au moins à moitié un film de studio et Hawks
est un metteur en scène de studio, de dialogues, de situations, un narratif plus qu'un actif...
Même très bien intégrées, les scènes de studio se démarquent de la "vraie" nature.. Je suppose
qu'en couleurs cela se serait encore plus vu, jusqu'à ridiculiser le film... En ce sens, avec ce choix
Hawks a été judicieux...

Le film fait 2 H 02 en version normale, 2 H 14 en version longue.. Ce qui est étonnant sur les scènes
ôtées est que les plus longues sont très bonnes et en extérieurs... Le film ayant été assez mal reçu
Hawks et les producteurs ont taillé à la demande des exploitants de salles qui le trouvaient invendable.

Distribution; On sait, il l'a dit toute sa vie, que HAWKS a détesté DOUGLAS et a regretté de ne pas avoir
eu WAYNE. WAYNE aurait écrasé le film, n'aurait certainement pas supporté d'être l'éconduit, aurait
ravalé le rôle de HUNNICUTT à un faire-valoir comique, alors qu'il est le narrateur et le centre du film.
Ne parlons pas de DEWEY MARTIN, mignon protégé de HAWKS qui n'est pas à la hauteur, mais comme le
dit MUSSELSHELL, il colle sans doute au personnage du roman, plutôt borné...
DOUGLAS ne devait pas être, en début de starisation aussi inflexible que par la suite, je trouve qu'il
s'intègre magnifiquement à une aventure collective, et si ce ne sont 2 ou 3 cabotinages (La taverne, le
doigt coupé) qui seront sa marque de fabrique comique, il est tout à fait rigoureux en amoureux transi
partagé entre désir et amitié.
Pour la petite histoire, en effet, il y a prescription, DOUGLAS l'a raconté, c'est lui qui a ravi l'Indienne
au grand dam de HAWKS (pas de Dewey MARTIN) ce qui a du lui attirer la hire du réalisateur, coutumier
du fait (la même chose lui était arrivé sur RED RIVER, avec Joanne DRU ravie par John IRELAND, que HAWKS
a poursuivi de sa haine !!! Et oui Mr HAWKS la promotion canapé, n'a pas toujours fonctionné à Hollywood)
La "très"(trop) jolie Elizabeth THREAT n'a rien à dire, mais bouge comme une déesse.. (un mannequin
d'origine Cherokee paraît-il) elle a disparu du cinéma après ce film, on aurait aimé la revoir ou lire
ses mémoires là-dessus.
Le geste royal par lequel elle coupe le cordon qui ferme son tepee est une des plus belles métaphores
pour une perte de virginité, le hurlement de "IRON EYES CODY" qui suit (le Pied-Noir danseur) est par
contre plutôt lourdaud...
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 03 déc. 2008 18:36

Il y avait deux secondes équipes sur le film, justement chargées des extérieurs. Hawks ne s’en est pas désintéressé, mais le fait est que Art Rosson et Christian Nyby ont plus fait que contribuer. Plus de la moitié des plans avec le Mandan sont de Rosson…Nyby, avant tout monteur (et avec une sacrée liberté), s’est aventuré dans le Montana pour une chasse aux bisons foireuse, non retenue…Parmi les scènes coupées, il y a effectivement des extérieurs, tous de Rosson…mais le principal était de Hawks, et visait à expliciter les liens entre les protagonistes…
- une longue conversation près d’un feu de camp où Douglas parvient à dérider Martin (quasiment filmée comme une scène de séduction)…
- une bagarre contre les Indiens où Poor Devil finit par en scalper un…
- une conversation entre Zeb et Deakins, ds laquelle le premier raconte comment une indienne abandonnée par un blanc s’était suicidée…

Hawks prétendait que les scènes supprimées concernaient la relation naissante entre Caudill et Teal Eye…Pas vraiment le cas en fait.
Ce que Hawks réussit le mieux sont les temps morts où se jouent les relations entre les personnages…avant Saint Louis entre Deakins et Caudill, à Saint Louis avec la rencontre de Zeb, puis tout au long du parcours au rythme des camps…Les Indiens, il faut bien le reconnaître, n’existent pas vraiment…Poor Devil, qui porte bien son nom, ayant finalement plus de présence que Teal Eye, essentiellement enjeu d’une problématique qui concerne avant tout Deakins et Caudill…la voix off de Zeb explique ça très bien.
C’est en fait le narrateur qui pourrait être le personnage central…Zeb tient là le rôle qu’avait Dick Summers dans le roman de Guthrie…nettement plus noir (l’équipage du Mandan est massacré…et Caudill tuera Deakins : on mesure la distance…)

Les Français…ah les Français…Il faudra attendre Jeremiah Johnson pour assister à un début d’hommage, via un cadavre gelé, ou les Têtes Plates qui croient que tous les Blancs en sont, puis Pasquinel pour la téloche…Sûr que le film reste à faire sur George Drouillard, le meilleur chasseur de l’expédition L&C…Bon… Hawks montre des « engagés », pas des chasseurs ou des trappeurs…et ces derniers, francophones, rigolaient eux-mêmes pas mal des premiers...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2682
Localisation : Aquaverde

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Pike BISHOP » 04 déc. 2008 13:54

Un des grand plus, aussi dans la filmographie de HAWKS et particulièrement dans le western
est l'apport de la musique de Dimitri TIOMKIN...Quand il se sépare de TIOMKIN il descend d'un cran
comme un HITCHCOCK sans Bernard HERMANN...
L'Ouverture, le panoramique sur les nuages accompagné de la balade de Tiomkin, fait place à une
musique guillerette qui suit le chariot de Deakins... et souligne le commentaire de Zeb...
Pourquoi avoir déjà sacrifié la première séquence..; Deakins sur son chariot transporte un cadavre
dans son cercueil... Il ne veut pas payer un péage (montre qu'il est à sec et va se retrouver mouillé)
passe un gué un peu trop haut en eau et le cercueil manque de flotter comme le "Mandan" !!!
Il y a ensuite pas mal de réflexions comiques sur la vie du mort !!! l'avenir qui attend les 2 futurs compères...

Bien qu'un peu ridicules, les chansons "françaises" de Tiomkin sont assez sympathiques et variées..
La Taverne, Les haltes, la danse avant la flèche fatale..Plus les thèmes indiens..UNe vaste partition.

L'équipage français nous fait sourire, bien sûr, c'est la vision d'un yankee fidèle à Lafayette et à l'esprit
de la WW 1.. Le Chef petit gros volontaire, le nain rondouillard au béret basque, le géant débonnaire
l'obsédé sexuel, les buveurs auquels les américains en démontrent avalant forts cruchons..
Tout cela est infiniment sympathique et renvoie à ses groupes d'aventuriers dont HAWKS raffole
"SEULS LES ANGES ONT DES AILES" la communauté de paysans de "SERGENT HAWKS" les Cow-boys
de "RED RIVER".
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar musselshell » 04 déc. 2008 18:59

C'est son truc, les "professionnels"...Dans tous ses films d'aventures, westerns et guerre compris, Hawks montre des gens soudés par des compétences, un intérêt commun...un boulot à effectuer. Le tout contre-balancé par le thème de l'absurde, qui pervertit un peu le truc de l'intérieur (Wayne hyper compétent au feu, nul devant les femmes...les "inversions" assez systématiques dans les comédies, mais qui sont souvent là aussi dans les autres registres)...D'une façon générale, son cinéma est un cinéma d'individus, aussi professionnels soient-ils, on ne sent pas le poids du social, d'une collectivité...Sacrée différence avec Ford, qui va plus loin des deux côtés: héros plus viscéralement solitaires, mais inscrits dans le poids, la densité d'une tradition et d'un milieu...Sergeant York est peut-être l'exemple ou le groupe hawksien serait le plus proche d'une communauté autre que strictement professionnelle...
Pour en revenir à nos compatriotes bateliers...je ne les trouve après tout pas si ridicules que çà...le beau rôle est pour les yanks, bien sûr...En réalité, de 1790 aux années 1830, les trappeurs des Rocheuses étaient à plus de 70% francophones! Et les lascars se débrouillaient pas mal...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2851

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Jean-Louis » 04 déc. 2008 19:05

Je viens de regarder la version courte (en VO STF of course, je la recommande à ceux qui voudraient le regarder
de ne surtout pas hésiter, même si ce n'est pas leur habitude, vous passeriez à côté de beaucoup de choses, de plus beaucoup des dialogues sont en Français.)

Dans la foulée je vais regarder la version de 136 minutes (+ 16 minutes) d'autant plus que c'est le montage original.
Il est dit sur le DVD que la version raccourcie l'a été pour pouvoir passer une séance supplémentaire par jour afin de satisfaire
l'engoument du public, c'est vrai ça ?
D'habitude, enfin c'est ce que je croyais, la distribution demandant une version plus nerveuse afin d'épargner aux charmantes ouvreuses (elles étaient toujours charmantes dans mes cinémas de quartier...) d'avoir à réveiller à la fin de la séance une partie de la salle.

A propos de charmante, autant j'aime beaucoup Kirk Douglas le rôle lui va parfaitement, je ne comprends pas bien les réticences de Hawks à son endroit (sauf peut-être à cause de la rivalité de séducteurs qui les a opposé).
Dewey Martin je ne vois pas ce que l'on peut réellement lui reprocher.
Arthur Hunnicutt est parfait dans son rôle de Zeb.
Par contre la catastrophe est pour moi Elizabeth Threatt cette fille n'a rien d'une indienne, elle a parait-il était mannequin, peut-être parfaite pour mettre en valeur des vêtements de créateurs, mais ici habillée comme l'as de pitre elle bouge avec la souplesse d'un verre de lampe, il n'y a qu'un seul plan où, allongée dans l'herbe, en elle pointe un peu de féminité ( :wink: vous voyez ce que je veux dire).

Au fait le N&B ne me gêne absolument pas (tout les goûts sont dans la mature) .
La qualité de la copie de Montparnasse est par contre bien dommageable, celle de la version longue nous montre que l'on a échappé au pire...

Avatar du membre
Vixare
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1561
Localisation : Valenciennes
Contact :

Re: La captive aux yeux clairs - The Big Sky - 1952 - Howard Hawks

Messagepar Vixare » 04 déc. 2008 23:43

Pour Elizabeth Threatt je vous rejoins totalement, seul le fait qu'elle s'exprime du début à la fin en langue Indienne entretient l'illusion.

Arthur Hunnicutt ... "AH SI J'MATTENDAIS" à ce qu'il soit si puissant fort dans ce rôle ! Il est bluffant de A à Z, la peau de castor du la tête, la barbe et surtout l'esprit, depuis que j'ai vu ce film pour la première fois il y a quelques temps, dés qu'on me parle de trappeur voilà la tête d'Arthur qui arrive ! Quelle mauvaise foi mais quelle sympathique personnage, il faut absolument l'entendre raconter comment il a recousu à l'envers l'oreille de son ami suite à un accroc avec un grizzly ! :lol:

Le noir et blanc, aucun problème pour moi j'en ferais presque un atout tant l'esprit de dame nature est présent dans l'atmosphère ... on se laisse guider au fil de l'eau ( bien qu'à contre-courant ), le temps passe et chaque événement même "courant" qui atteint l'équipage est un petit épisode truculent, puis on repart sans que jamais ça ne devienne saoulant, dans le fond l'histoire n'est pas bien compliquée ... et ça rend tellement bien !

Apportons la cruche ! :beer1:
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité