3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar musselshell » 22 mai 2008 9:55

J'aime bien cette idée de "variation", presque au sens musical: tirer un maximum à partir d'un thème donné. Et 3:10 pour Yuma offre un thème qui, justement, est assez riche pour s'éclairer différemment selon l'époque, en l'occurence l'honneur, la dignité, le respect de soi même. La conclusion du film de Mangold est à cet égard significative...qui gagne? Quelles valeurs?
A quoi aura servi le courage d'Evans, au bout du compte? D'exemple éthique absolu, peut-être, mais sans conséquence aucune sur le cours des choses...Wade s'en sort, à tous les niveaux, au sens propre, puisqu'il s'échappe, en un sens plus symbolique, puisqu'il ne sera pas celui qui a précipité la fin d'Evans...Cynisme? Réalisme plus que désabusé? Je parle là de la tonalité finale de tte l'histoire...Pas facile à dire...Et il est vrai que le jeu de Crowe entretient jusqu'à cette ambiguité là...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
sylvsteph
Squaw
Messages : 369

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar sylvsteph » 22 mai 2008 16:40

musselshell a écrit :J'aime bien cette idée de "variation", presque au sens musical: tirer un maximum à partir d'un thème donné. Et 3:10 pour Yuma offre un thème qui, justement, est assez riche pour s'éclairer différemment selon l'époque, en l'occurence l'honneur, la dignité, le respect de soi même. La conclusion du film de Mangold est à cet égard significative...qui gagne? Quelles valeurs?
A quoi aura servi le courage d'Evans, au bout du compte? D'exemple éthique absolu, peut-être, mais sans conséquence aucune sur le cours des choses...Wade s'en sort, à tous les niveaux, au sens propre, puisqu'il s'échappe, en un sens plus symbolique, puisqu'il ne sera pas celui qui a précipité la fin d'Evans...Cynisme? Réalisme plus que désabusé? Je parle là de la tonalité finale de tte l'histoire...Pas facile à dire...Et il est vrai que le jeu de Crowe entretient jusqu'à cette ambiguité là...


Tout à fait d'accord avec toi et Pike BISHOP

Sylvie

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar musselshell » 22 mai 2008 18:29

Puisqu'il n'y a pas un monde fou sur le film...je m'autorise une disgression (en est-ce une?). Le western contemporain, petite chose perdue entre tres rares productions cinéma et séries TV hdg, suscite certaines questions, pas faciles à résumer, ni même à cerner, qui seraient les suivantes: la production télévisée est ambitieuse, montre les moyens investis (financiers, artistiques), mais reste quelque part prisonnière de l'exigence d'un concensus: plaire sans bouleversifier le langage, donc inclure, respecter de nouvelles exigences: moins de mythologie brute, plus de vie réeelle, voire de poésie issue de la nonchalance du réel (et de ses fulgurances: combattre puis... vieillir , regretter, mourir...) tout en lissant, formellement, le langage et le propos: Lonesome Dove, Comanche Moon...Au cinéma, la poésie, le sens du temps, de l'altérité, s'effacent derrière une certaine esbrouffe, même ds 3/10 to Yuma....La conjugaison des deux serait bienvenue. Comme dans The Wild Bunch, par exemple...
Des pistes se tracent...tres honorables. On attend l'oeuvre d'art...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2852

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Jean-Louis » 22 mai 2008 18:51

musselshell a écrit :Des pistes se tracent...tres honorables. On attend l'oeuvre d'art...


Ce qui pour moi est important, c'est que le genre non seulement n'est pas mort, mais est bel et bien vivant, tes remarques
sur les TVFilms et le Cinéma sont pertinantes.
L'OEuvre d'Art n'est peut-être pas là, mais il se produit et se tourne encore des Westerns dignes d'être vus.

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6641

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Longway » 22 mai 2008 19:45

On attend l'oeuvre d'art...


On peut l'attendre encore longtemps.
Comme je l'ai déja dit lors de la dissection de " Impitoyable " dernier véritable chef d'oeuvre du genre, la barre placée par Clint est maintenant très haute, pratiquement inaccessible. Il a fermé la porte à double tour, a jeté la clef on ne sait où, et bien malin celui qui la retrouvera. A moins que Clint n'ait un double du trousseau... Ce pourrait être du domaine de la possibilité.

L'OEuvre d'Art n'est peut-être pas là, mais il se produit et se tourne encore des Westerns dignes d'être vus.


Certe, mais faire des remakes comme " 3h10 pour Yuma " n'est pas la meilleure façon de procéder pour un réalisateur s'il veut réaliser une oeuvre d'art ou même une création qui lui est propre, sans que celle ci n'atteigne toutefois des sommets . Ce que je dis n'enlève bien sur rien aux qualités de ce film, le problème c'est que c'est une facheuse impression de déja vu qui prédomine, donc pas de surprise notable pour ceux qui connaissent et ont déja vu l'original. Un manque de suspense que ne rattrape pas les scènes ajoutées pour pimenter un peu plus le film. Tout est trop convenu, les clichés du combat final n'apportent rien, sinon des clins d'oeil rétro. La mort du héros ( mais en est ce un ? ) n'est pas suffisante pour faire avancer le genre et cela ressemble plus à une petite porte dérobée que le réalisateur a utilisé pour fuir une fin qu'il voulait différente de la version de Daves.

Avatar du membre
sylvsteph
Squaw
Messages : 369

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar sylvsteph » 22 mai 2008 20:47

Il arrive qu'on voie des oeuvres d'art mais qu'on s'en aperçoive plusieurs années après...

Lorque je vais au cinéma, je ne cherche pas l'oeuvre d'art, mais juste un bon film. Et il y en a encore heureusement. 3h10 pour Yuma en fait partie pour moi. J'ai vraiment passé un très bon moment et j'ai un bon souvenir de ce film.

La mort d'un des héros, c'est un peu dommage, je trouve que c'est un peu trop la mode de faire mourir les héros, mais bon, depuis que j'ai vu la version de 1957 et lu le livre, je comprends qu'il ait voulu faire une fin différente. Et puis, ça ne m'a pas gâché le film non plus, je l'achèterai volontiers quand il sortira en double dvd collector!

Sylvie

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2852

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Jean-Louis » 22 mai 2008 21:30

Longway a écrit :Certe, mais faire des remakes comme " 3h10 pour Yuma " n'est pas la meilleure façon de procéder pour un réalisateur s'il veut réaliser une oeuvre d'art ou même une création qui lui est propre,


La meilleure façon d'appréhender la manière de faire une Oeuvre d'Art n'est-elle pas justement de se mettre, dans un premier temps du moins, dans les pas de ceux qui auparavant en avaient crée.

Par ailleurs l'idée de Variations que Musselshell a évoquée est je le pense extrêmement séduisante.

Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5350
Localisation : Paris/Touraine

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Vin » 25 oct. 2008 11:12

Salut les pros! :D

En fait, j'avais fait un petit topo pour les "westerns que vous avez vu" mais je le remet ici, car j'allais au-delà du "j'aime/j'aime pas".
Désolé de me répéter ainsi.
:wink:

Revu hier soir.
La première fois, on était une demi-douzaine, et celà avait été le prétexte pour une fête, donc j'ai préféré attendre de le revoir avant de venir dire quelques mots ici.

Ce western comprend bien sûr quelques outrances destinées à le moderniser en termes d'imageries, de scénographie.
Sur ce point précis, la seule chose qui me dérange un peu est la banalisation de la violence qu'il implique, phénomène plus récent aux USA.
Le très faible nombre d'hommes morts lors de duel ou de bagarres par armes à feu lors de la conquète de l'ouest en témoigne (hormis la Guerre civile, bien sûr).

Sinon..Et bien sinon, Mangold est plus "classique" que Daves..Oh bien sûr, pas au sens de l'écriture hollywoodienne du western; là, on admet mieux un Ford ou un Van H. rasés de frais en permanence, portant des chemises au pli impeccable.

Non, je veux dire par là : dans sa perception des motivations.

On s'étonne que Bale accomplisse tout ce qu'il fait dans le film?

Mais Bale est l'exemple quasiment archétypé de l'homme honnête à la sauce "campagne" américaine.

C'est un vétéran, et comme souvent aux States, les vétérans blessés, on les ignore un peu(beaucoup). C'est un fermier qui a des difficultés financières (allez voir sur youtube, hélas non transcriptible ici, Farmer's Blues, de Marty Stuart, bonne idée de ce qui se passe et va d'ailleurs aller en s'amplifiant dans les campagnes rednecks).

Mais il est et demeurera honnête, témoin en celà de la classe sociale dont il est issu.

Crowe? Pour moi, Crowe est chrétien (enfin dans le film, le reste ne regarde que lui^^).

Lui aussi est sans doute issu de la même catégorie sociale de fermiers que Bale, comme l'étaient souvent les outlaws (cf les James).

Il pille, il tue, il vole, mais a une croix sur la crosse de son revolver.

Là, j'aime bien le fait que ce soit la vision de la relation père/fils (excellent le gamin) qui le fasse basculer. Celà nous change tellement de tous ces films où la rencontre d'une femme fait basculer le badman du bon côté.

En le revoyant, sachant quelle est la fin qui peut sembler illogique en première vision, on sent cette attitude monter en puissance chez Crowe.
Plus il revient "du bon côté" plus il dit être un animal, un tueur sanguinaire, alors que ses actes envers Bale démontrent l'inverse.
Schéma classique: je me rassure sur mon identité en ayant une grande gueule.

Il a de plus en plus de sympathie et d'égards pour Bale, alors que le destin des autres gunfighters le laisse de glace (chasseurs de prime, représentants de la loi, outlaws).

Ces deux-là pouvaient-ils être amis? Non, car si Crowe est de plus en plus compréhensif, Bale ne pourra jamais l'être > c'est "l'honnête homme"qui ne pardonne pas le crime,même si sur la fin on sent une étonnante complicité s'installer entre eux.

Les femmes, du moins leurs rôles? Et bien clairement Mangold s'en fout, c'est un film d'hommes.Est-ce criticable? Oui, si on applique des critères modernes de lecture cinématographique, non si vous vous souvenez du nombre incroyable de films américains où il n'y a carrément pas de rôle féminin.

Mangold..Je crois que c'est l'ami Pike qui parle du lien avec Copland. Oui, totalement. Itinéraire d'un homme seul, handicapé aussi, méprisé socialement, mais qui sera le seul à avoir les tripes pour aller au bout (au passage, meilleur rôle de l'étalon italien pour moi).

La musique vue par Mangold Ce gars nous fait "Walk the line", folk's, j'imagine qu'il n'avait pas envie de se concentrer sur la partie musicale de 3:10 après celà.

Allez d'ailleurs voir Identity de Mangold, bel exercice se style de mise en scène.

Alors en conclusion, et bien j'ai réellement pris du plaisir (et c'est quand même ce qui compte!).
Les petits clins d'oeil spaghettis (le pistolero à la Durango) ne m'ont pas perturbés, et j'ai trouvé les acteurs brillants et bien en place.

La comparaison avec l'original? En fait, je m'en fiche, ce sont deux films distincts, deux visions.

Pour les archi-puristes, je vous revoie aux innombrables versions de OK Corral, et pour les super-archi-méga-puristes, le Dernier des Mohicans a fait l'objet d'un film en 1912, donc pas touche ensuite?

Ceic étant, j'adore les westerns classiques!
:D
Image

Avatar du membre
CHRIS ADAMS
Barman
Messages : 84

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar CHRIS ADAMS » 29 juin 2009 22:59

Vu hier soir et pour la première fois,

J'avais un grand souvenir du premier et j'avais un peu peur, même si la distribution me permettait d'envisager sérieusement un bon film.

Oui c'est un bon film, nerveux, actuel, qui ménage un bon suspens et qui ne néglige pas l'approche psychologique des personnages.
Par contre je ne suis pas d'accord pour dire qu'il s'agit d'un autre film, non il s'agit bien d'un remake, basée sur strictement la même histoire, les apports scénaristiques ne changent rien au fond de l'histoire, il l'étoffe tout simplement.
Seule, la fin, différente me laisse perplexe, non pas dans la mort du vrai faux héros, mais plutôt dans la façon ratée dont elle est amenée.
Je développe, je ne sais pas si vous avez vu ce grand moment de bravoure cinématographique qu'est le COMMANDO avec SCHARZENEGGER, la scène ou il passe en terrain découvert avec 15 types qui lui tirent dessus à la mitraillette et lui, roulé boulé qui les flingue un par un sans prendre un seul pruneau. Ici c'est pareil... et c'est pire, BALE est handicapé, il lui manque une partie de jambe, c'est pas grave, sur 5 minutes il doit descendre une bonne dizaine de type, en sautant, rampant, courant, avec au moins au début un gars à surveiller, etc... Bref c'est long, on y croit pas et malgré une bonne mise en scène cela m'a gâché (relativement) l'appréciation du film.

Bref du pour, un gros point noir, un film a voir mais qui ne fait pas oublié son glorieux ancêtre.
jusqu'ici tout va bien!!!

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar fa » 27 juil. 2009 22:40

J'avoue que le film m'a énormément déçu. Prévisible à mourir, parfois risible dans la mise en scène... J'ai été à deux doigt de zapper avant la fin. :?

Avatar du membre
swearengen
Cavalier masqué
Messages : 169

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar swearengen » 21 août 2009 17:00

Certains ont une grande culture western, et même une grande culture cinématographique.
Alors ils sont déçus quand ils voient un film grand public, un peu facile, et qui n'a pour but que d'être détendant.
Remarque c'est bien normal car on est dans la zone "décorticage de film" du forum.
Pour ma part, j'aime bien me poser sur un canap et me laisser embarquer par un film.
Si je suis distrait c'est déjà pas mal (c'est le cas pour ce film), si je suis stimulé intellectuellement, c'est le top. Mais faut avouer, dans le western, ce qui compte c'est d'abord de prendre son pied.
Trois notes de trompette ou de guitare hispanique et on est déjà bien.
Pour moi ce film moderne ne fait aucun tort au genre et on s'y éclate bien. C'est sûrement ce que se disaient les mecs des années 50 devant james Stewart, alors on va pas en demander trop non plus ! Si on veut parler de gros navet, je vous rappelle que Transformers 2 est sorti récemment.
Et puis le côté téléphoné du film, oui sur l'ensemble (mais est ce que les western ont dans leur majorité été hitchcokiens ? un canyon, une ville en piteux état, quelques indiens, un saloon, ... on s'y attend tous et on adore ça) mais y'a quand même quelques scénettes qui surprennent.
Et quel kif quand il siffle son cheval, on l'imagine déjà rejoindre une poule dans un bastringue en se marrant.

Avatar du membre
duke henri
Convoyeur de bétail
Messages : 222

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar duke henri » 29 nov. 2011 21:39

A lire toutes vos réactions et analyses sur les personnages de Ben Wade et Dan Evans , le moins qu'on puisse dire est que les attitudes et réactions de ces 2 hommes laissent perplexe et les avis des forumeurs divergent quant à les expliquer .
Pourquoi le cynique et impitoyable Ben Wade devient-il si humain tout d'un coup à l'égard de Dan Evans et son fils et si impitoyable envers Charlie Prince et les autres membres de sa bande au point de les tuer froidement ?
Ben Wade ne s'est jamais remis d' avoir été abandonné et trahi par sa mère , il ne comprend pas et nie en son for intérieur l'agissement de sa mère car elle est sa mère . En conséquence , il fait subir sa souffrance à la société par le vol et le crime . Peut-ètre déja veut'il commencer à changer quand il propose à la fille du bar de partir ensemble au Mexique pour une nouvelle vie à laquelle elle ne croit pas d'ailleurs . Ne sont'ils pas tous les deux des paumés quelque-part ? Il change vraiment de comportement quand Dan Evans lui explique les vrais raisons de s'être établi lui et sa famille dans une ferme au milieu du désert . Son fils est atteint de tuberculose et pour sa santé il faut du soleil et de la chaleur sèche . Sa femme souffre pour ce fils . Ben Wade comprend alors , que ce n'est pas par bétise mais par amour pour sa femme et ses enfants que Dan Evans se sacrifie à un travail ardu dans une région aussi inhospitalière . Il voit en cet homme les qualités qu'il aurait tant voulu chez sa mère et en cet enfant l'amour qu'il aurait voulu vivre . En quelque-sorte Dan Evans représente l'image qu'il aurait voulu de sa mère et il s'identifie à son fils . A partir de ce moment là nait chez lui un espoir et il fait le deuil de cette souffrance intérieure . Par contre , Charly Prince et les autres membres de sa bande représentent pour lui à ce moment là le côté noir de sa personnalité et en les tuant , il fait table rase d'un passé douloureux et aussi d'un coté pratique il se débarasse de gens devenus gènants . Ben Wade ne devient un saint pour autant .
Je ne suis pas psychologue , loin s'en faut , mais voilà ma façon de voir les choses et je peux trés bien me tromper sur certains aspects .

Fabbordelais
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1252

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Fabbordelais » 28 déc. 2011 17:56

Fabbordelais a écrit :Merci :D

Une chose qui diffère est d' avoir mis Russell Crowe dans le rôle que tenait Glenn Ford, 2 Acteurs aux Jeux Totalement différents. On a plus l' impression d' un personnage malintentioné avec le jeu de Russell Crowe qu' avec celui de Glenn Ford ( que l' on était guère habitué à voir jouer le rôle du "méchant" ).

Mon "problême" est que je crains toujours un peu les Remakes car les comparaisons avec les Originaux sont inévitables, de plus Delmer Daves est l' un de mes Metteurs en Scènes favoris. Mais James Mangold est un Réalisateur assez créatif qui fait des Films de grande qualité.

Aprés avoir vu le remake, j' ai trouvé aussi que les différences avec la version de 1957 constituaient l' atout du film. Cependant même si je pense que Russel Crowe est trés bon dans le rôle, je préfère toujours le jeu de Glenn Ford que je trouve plus subtil et nuancé, plus imprévisible.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité