3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Fabbordelais
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1192

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Fabbordelais » 04 mai 2008 22:26

sylvsteph a écrit :
Fabbordelais a écrit :Bonjour a Tous les Forumeurs, Je m' appelle Fabrice et suis nouveau ici :D

Je n' ai pas encore vu 3H10 pour Yuma, mais espère le voir bientôt Je suis un peu partagé car j' ai adoré l' Original de Delmer Daves avec Glenn Ford et Van Heflin Impériaux, et Je suis assez exigeants au niveau des Remakes. Mais j' aime également beaucoup le Style de James Mangold, qui est l' un des Meilleurs Metteurs en Scènes Hollywoodiens d' aujourd' hui.


Bonjour Fabrice et bienvenue sur le forum,

Pour ma part, j'ai adoré les deux versions (j'ai vu le "remake" avant l'original) ainsi que la nouvelle d'Elmore Leonard. Les deux films sont très différents, chacun dans un style que j'ai apprécié. L'intérêt, je trouve, est qu'ils soient différents. Ce n'est pas tout à fait un remake, il y a plein de nouveautés dans le film de James Mangold.

Sylvie


Merci :D

Une chose qui diffère est d' avoir mis Russell Crowe dans le rôle que tenait Glenn Ford, 2 Acteurs aux Jeux Totalement différents. On a plus l' impression d' un personnage malintentioné avec le jeu de Russell Crowe qu' avec celui de Glenn Ford ( que l' on était guère habitué à voir jouer le rôle du "méchant" ).

Mon "problême" est que je crains toujours un peu les Remakes car les comparaisons avec les Originaux sont inévitables, de plus Delmer Daves est l' un de mes Metteurs en Scènes favoris. Mais James Mangold est un Réalisateur assez créatif qui fait des Films de grande qualité.

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2851

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Jean-Louis » 05 mai 2008 11:30

"La fin ( je ne parle pas du final en lui même ) m'a déçu et m'est apparut totalement invraisemblable,
exagéré au possible, cette déambulation des deux héros à travers les ruelles de la ville, sans une égratignure,
alors que ça canarde de tout côté, tient du cliché des meilleurs nanars
."

Cette phrase de l'ami Longway m'a poussé à re-visionner une fois de plus la fin du film.

Etonnant ! Je ne suis pas du tout d'accord avec lui :

certes Dan Evans se déplace avec beaucoup d'agilité (contrairement au tout début du film).
Il a une sacré baraka, mais là on est en pleine convention du genre (pas uniquement des "nanars").

Le tir nourri qu'il essuie lui et Ben Wade dans un premier temps est principalement le fait des "villageois"
apâtés par les 200$ de récompense, ils sont tellement maladroits que Prince préfère les descendre craignant
pour la vie du boss !

Et surtout, bien sûr au delà du côté spectaculaire (qui est une totale réussite, quelle maestria de la part
de James Mangold !) je reste persuadé que de passer quasi indemne, rends encore plus puissante
la fin.

D'autre part j'ai regardé très attentivement la séquence où Prince rend ses Colts à Wade, son regard appuyé
sur le crucifix est loin d'être anodin, tout au contraire.
Il y a bel et bien de la "bondieuserie" la dedans.

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6372

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Longway » 05 mai 2008 19:03

certes Dan Evans se déplace avec beaucoup d'agilité (contrairement au tout début du film).
Il a une sacré baraka, mais là on est en pleine convention du genre (pas uniquement des "nanars").


J'ai dit < les meilleurs nanars > pas les plus mauvais, ce qui n'est donc pas un terme totalement péjoratif.
C'est ce que je reproche justement, cette < pleine convention > scène d'action trop exagérée, à la limite de l'absurde. Le réalisateur aurait eu tout à y gagner en évitant cette tonne de clichés qui nuit grandement à la crédibilité de la fin, ça flingue de tout côté outrancieusement sur des héros apparement invincibles. Sans doute les balles avaient elles une consigne, faire un détour, en se disant que ce n'était pas encore le moment d'atteindre leur cible... A la sortie on fait... Ouf ! C'est enfin terminé.
On est loin ici des exercices de style, modèles de perfection, de " La Horde Sauvage " et de " Impitoyable ". Le réalisateur aurait pu s"en inspirer, mais tout le monde n'est pas Sam Peckinpah ou Clint Eastwood.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2554

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar musselshell » 05 mai 2008 20:59

Longway a écrit
On est loin ici des exercices de style, modèles de perfection, de " La Horde Sauvage " et de " Impitoyable ". Le réalisateur aurait pu s"en inspirer, mais tout le monde n'est pas Sam Peckinpah ou Clint Eastwood.


Dit comme çà...je suis d'accord.
Mais la scène est impressionnante...Belle utilisation du bois du corral. Pas très réaliste, mais bien filmé. Et puis, si çà paraissait plus réaliste dans the Wild Bunch ou Unforgiven, c'est juste parce que c'était encore mieux filmé, et surtout conclusion de quelque chose de plus puissant/profond encore...Comme le dit justement JL, çà sert le final proprement dit. De ttes façons, 3:10 to Yuma ne vise pas à la vraisemblance absolue, c'est un film qui continue de jouer, en les mettant à l'heure de l'époque, avec certains archétypes. Un western, quoi... :sm32:
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2682
Localisation : Aquaverde

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Pike BISHOP » 05 mai 2008 21:48

Je l'ai déjà écrit à la sortie en salles, le film de MANGOLD n'est jamais aussi bon que quand il s'éloigne du DAVES...
Les péripéties et les fusillades (rares) du DAVES étaient sèches et précises... Au passage, le final en ce qui concerne
Charly PRINCE est le même. Glenn FORD aurait très bien pu détourner l'arme de HEFLIN quand il flingue son second
à l'admiration un peu trop flagrante et embarrassante pour son "Boss"...
Le MANGOLD utilise donc l'arsenal pyrotechnique cher à notre époque et au cinéma hollywoodien actuel...J'ai goûté
sans déplaisir à l'attaque du "WAR WAGON" et à l'explosion de la sacoche bourrée de dynamite, deux clins d'oeil
cinéphiles pour dire " voyez je suis fidèle à tous genres de westerns, classique, parodique et bouffon"...
Le drame n'est pas encore installé.. Il commence avec Charly PRINCE et sa façon de liquider tout ce qui bouge encore...
Les scènes surprises.. Attaque indienne.. fuite dans le tunnel ,sont encore bienvenues...Les adjoints grillés dans la diligence
font grincer les dents.. et après le grand duo psychologique à l'hôtel calqué sur le DAVES, MANGOLD ne pouvait que
finir son suspense en apothéose de feu d'artifice... J'avoue que c'est bien filmé (Pas du PECKINPAH c'est sûr) qu'on
est pris par le rythme et les rebondissements .. Je ne me suis trouvé au milieu d'une fusillade qu'au cinéma,heureusement.,
mais je suppose que l'impression que ça pète et saute dans tous les coins est juste.. Les héros passent à travers les balles
convention, certes, quoique là aussi MANGOLD nous fait un clin d'oeil.. EVANS (BALE) reçoit un pruneau dans son pied
prothèse !!! et là franchement ça commence à me gêner pas mal...Tant que ce type allait à cheval et arrivait à
dépasser son handicap tant bien que mal, j'y croyais.. Quand il se met à cavaler comme un cabri, à escalader des toits
à sauter et se rétablir comme un athlète , je n'y crois plus et c'est justement MANGOLD qui vient me dire "je me fous
un peu de vous, non ?"... De même Charly PRINCE qui veille sur la vie de son "Boss" chéri et qui tue tous les péquenots
qui risquent de le blesser.. On applaudirait presque quand CROWE (WADE) le tue !! et que nous montre MANGOLD
un acte de justice ? WADE flingue CHARLY le plus dangereux, bien qu'il puisse penser que son "lover" de second ne
tirerait jamais sur lui. Puis il liquide le reste de la bande, revient vers CHARLY qui a déjà 2 pruneaux dans le buffet
et il l'achève les yeux dans les yeux.. Il faut voir le dernier regard éperdu d'amour de l'autre à son bourreau...
Tout cela après avoir caressé les crosses à croix de ses colts..Si il y a de la religion là-dedans, elle est dans une
nouvelle transgression totale de la part de WADE... Qu'il se constitue en ange exterminateur, vengeur de la mort de celui
qu'il a apprit à estimer, ou à qui il est reconnaissant de lui avoir sauvé la vie dans le tunnel, ou qu'il en profite pour se
débarrasser d'un psychopathe amoureux et de trois crapules avec qui il ne veux plus rien partager...je ne crois pas
que l'aventure changera Ben WADE ou le rendra meilleur... Un dernier sourire cynique et un sifflet à son cheval
(la brave bête fidèle !!).. Fin brutale.. Il fallait à tout prix que MANGOLD se démarque de son écrasant prédécesseur
DAVES !...
If they move, kill'em !!

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2851

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Jean-Louis » 14 mai 2008 21:36

J'avais il y a quelques jours fait ce petit travail :
confronter la nouvelle d'Elmore Leonard, le déroulement de l'histoire retravaillée pour le film de Delmer Daves et le retravail du Mangold, j'y ai passé beaucoup de temps (je ne suis pas doué) et je vous l'avoue j'ai la désagréable impression que très peu de gens l'ont consulté donc persuadé m'être trompé d'endroit je verse ici, ce document au débat !

Avant d'avoir lu la nouvelle de Elmore Leonard, naïvement je pensais que les différences entre la version de Delmer Daves et celle de James Mangold provenaient d'un re-travail partant de la nouvelle originale.

Il faut bien nous rendre à l'évidence les scénaristes du Mangold sont partis du travail de Halsted Welles qui déjà pour le Daves avait
considérablement étoffé l'intrigue.
Alors faut-il du coup forcement, avec ce que ça induit de péjoratif, parler de remake ? Je ne le crois pas : il y a un tel enrichissement de la psychologies des personnages, de leurs motivations que je pense que l'on peut parler d'oeuvre nouvelle.


Image
Modifié en dernier par Jean-Louis le 15 mai 2008 8:29, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2682
Localisation : Aquaverde

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Pike BISHOP » 14 mai 2008 22:33

Désolé de n'avoir pas réagi plus tôt à ton beau boulot, Jean-Louis.
Je savais la nouvelle de LEONARD courte, mais je pensais que l'un ou l'autre film
utilisaient ou rejetaient des éléments.
Il s'avère que les deux enrichissent le texte de tout un contexte.
Que le film de MANGOLD en rajoute peut-être plus qu'il n'en faudrait pour qu'un public
avide de rebondissements, de "boum-boum" ne sorte pas déçu...
Mais ces prolongements, digressions ou relectures ne sont pas pour me déplaire...
Il faut peut-être aussi chercher ce qu'il reste en commun dans les trois oeuvres.
A un moment donné EVANS sauve la vie de son prisonnier WADE.
WADE lui en est redevable, c'est pour cela qu'il prend le 3H 10 quelque soit la fin.
A la lecture aussi de l'interview de RUSSEL CROWE, il envisage, lui aussi, que WADE
n'en est pas à sa première liquidation de bande... Il profite de l'occasion pour un
nouveau départ..Dans les trois cas c'est Charly PRINCE, de plus en plus amoureux
du "boss" et de plus en plus psycopathe au fil des adaptations, qui trinque.
If they move, kill'em !!

jesse james
Tunique bleue
Messages : 335

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar jesse james » 20 mai 2008 11:02

Jean-Louis a écrit :Je trouve dommage que certain de nos amis qui ont vu ce film de James Mangold
aient été arrêté par les très meurtrières fusillades, certes beaucoup plus dures que celles d'il y a 50 ans.

Mais n'aient pas été séduit par les caractères des personnages beaucoup plus fouillés que ceux des années 50. Car les motivations de chacun des protagonistes sont ici justifiées.

Si ce film est dans le fond respectueux des conventions du Western, il est moderne (je veux dire par là
de son époque) dans sa forme, ce qui est, quoique certain en pense heureux pour espérer le genre pérenne.



Certes, il y a des fusillades mais de là à en être choqué, on est quand même loin de la violence ostensiblement affichée de films (tels que "la horde sauvage") infiniment plus crus. D'autre part, c'est le genre de scènes auxquelles il faut s'attendre en visionnant un western même si celà n'est pas une constante en soi.
Pour ma part, je trouve qu'en faisant un "remake", James MANGOLD a fait un superbe travail au point de nous faire oublier que c'est un remake justement !
Les westerns sont si rares aujourd'hui au cinéma, alors ne boudons pas notre plaisir, surtout quand ils sont aussi bien interprétés.
.... quand les hommes de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent!

Avatar du membre
sylvsteph
Squaw
Messages : 370

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar sylvsteph » 21 mai 2008 7:20

jesse james a écrit :
Jean-Louis a écrit :Je trouve dommage que certain de nos amis qui ont vu ce film de James Mangold
aient été arrêté par les très meurtrières fusillades, certes beaucoup plus dures que celles d'il y a 50 ans.

Mais n'aient pas été séduit par les caractères des personnages beaucoup plus fouillés que ceux des années 50. Car les motivations de chacun des protagonistes sont ici justifiées.

Si ce film est dans le fond respectueux des conventions du Western, il est moderne (je veux dire par là
de son époque) dans sa forme, ce qui est, quoique certain en pense heureux pour espérer le genre pérenne.



Certes, il y a des fusillades mais de là à en être choqué, on est quand même loin de la violence ostensiblement affichée de films (tels que "la horde sauvage") infiniment plus crus. D'autre part, c'est le genre de scènes auxquelles il faut s'attendre en visionnant un western même si celà n'est pas une constante en soi.
Pour ma part, je trouve qu'en faisant un "remake", James MANGOLD a fait un superbe travail au point de nous faire oublier que c'est un remake justement !
Les westerns sont si rares aujourd'hui au cinéma, alors ne boudons pas notre plaisir, surtout quand ils sont aussi bien interprétés.


Tout à fait d'accord avec toit Jesse James. Je ne trouve pas que le film soit violent. Il y a quelques scènes d'action mais en aucun cas de violence gratuite. C'est un remake avec une grande part de création, le film de 1957 ajoutait lui aussi une histoire au héro alors que la nouvelle d'Elmore Léonard est très courte.
Bravo à Jean-Louis pour le tableau!

Sylvie

Avatar du membre
Darksatin
Chanteuse de saloon
Messages : 93
Localisation : Paris 11°
Contact :

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Darksatin » 21 mai 2008 18:40

Je suis en désaccord avec vous. Il y a un surajout inutile de scènes violentes dans la nouvelle version, alors qu'au départ le scénario est plutôt celui d'un western psychologique...

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2554

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar musselshell » 21 mai 2008 19:10

Darksatin a écrit :Je suis en désaccord avec vous. Il y a un surajout inutile de scènes violentes dans la nouvelle version, alors qu'au départ le scénario est plutôt celui d'un western psychologique...


En quoi "inutile"? Pourquoi "inutile"? Pourquoi "surajout"? Il s'agit d'un autre film, d'une autre variation sur une nouvelle d'Elmore Leonard. Et çà reste psychologique, pas moins ni plus, mais différemment.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Darksatin
Chanteuse de saloon
Messages : 93
Localisation : Paris 11°
Contact :

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Darksatin » 21 mai 2008 19:40

Dans la nouvelle version, il y a tout un tas de scènes rajoutées, ou dont la violence est amplifiée. Le personnage de Charlie Prince est trop caricatural, et donc non crédible. Tout cela n'est pas justifié par rapport au scénario d'origine, sauf par volonté de faire plus commercial...

L'intérêt du film devrait être l'affrontement psychologique entre le hors la loi, qui en a assez de sa vie de tueries et de braquages (mais qui ne peut plus faire autrement) et le fermier qui cherche à préserver sa famille. Entre ces 2 personnages dissemblables, une alliance temporaire va naître...

Du coup, on a l'impression d'assister à 2 films différents en même temps, l'un avec une violence à l'italienne, l'autre qui essaye de faire penser au film original. Mais les motivations du personnage du fermier ne deviennent plus cernables, vu le monde où il évolue, où les shérifs et les représentants de l'ordre établi ne valent pas mieux que les bandits qu'ils traquent. De plus, le système économique (le chemin de fer) cherche à éliminer le fermier. On ne voit donc pas pourquoi ce dernier cherche à défendre le côté de l'ordre et de la loi, sauf par motivation absurde et suicidaire, pour sauver sa famille.

Dans un film comme "La Horde Sauvage", la violence se justifie, car on assiste au chant du cygne d'une bande de hors-la-loi (et/ou mercenaires) qui n'ont plus leur place dans leur époque.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2554

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar musselshell » 21 mai 2008 20:23

Darksatin a écrit :Dans la nouvelle version, il y a tout un tas de scènes rajoutées, ou dont la violence est amplifiée. Le personnage de Charlie Prince est trop caricatural, et donc non crédible. Tout cela n'est pas justifié par rapport au scénario d'origine, sauf par volonté de faire plus commercial...

L'intérêt du film devrait être l'affrontement psychologique entre le hors la loi, qui en a assez de sa vie de tueries et de braquages (mais qui ne peut plus faire autrement) et le fermier qui cherche à préserver sa famille. Entre ces 2 personnages dissemblables, une alliance temporaire va naître...

Du coup, on a l'impression d'assister à 2 films différents en même temps, l'un avec une violence à l'italienne, l'autre qui essaye de faire penser au film original. Mais les motivations du personnage du fermier ne deviennent plus cernables, vu le monde où il évolue, où les shérifs et les représentants de l'ordre établi ne valent pas mieux que les bandits qu'ils traquent. De plus, le système économique (le chemin de fer) cherche à éliminer le fermier. On ne voit donc pas pourquoi ce dernier cherche à défendre le côté de l'ordre et de la loi, sauf par motivation absurde et suicidaire, pour sauver sa famille.

Dans un film comme "La Horde Sauvage", la violence se justifie, car on assiste au chant du cygne d'une bande de hors-la-loi (et/ou mercenaires) qui n'ont plus leur place dans leur époque.


Tout cela est vrai...mais c'est justement ce qui différentie les années 50 des années 2007/2008. La société est corrompue, ou plus exactement, n'agit pas en fonction d'une éthique fédérative, mais de l'intérêt, ou plus prosaïquement de l'instinct de survie, ou les deux...Les héros sont rares, quasi seuls, vont au bout de quelque chose, même si çà devient absurde. Mangold part de ce constat là. D'ailleurs, le fermier n'est même pas un héros, c'est un type qui va au bout, quasi suicidairement...Ce qui fait un autre film. Qui se tient, et se tient en tant que variation tout à fait viable autour de Leonard ou de Daves...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2682
Localisation : Aquaverde

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Pike BISHOP » 21 mai 2008 21:37

A coté de l'habillement "boum-boum" qui est plus le reflet d'un cinéma actuel que le fond du film..
Il y a la grosse différence d'un DAN EVANS épais, travailleur, malchanceux, au bord du gouffre aussi.Mais
intact, physiquement fort, et pas dans le doute sur ses valeurs..le VAN HEFLIN
de la version DAVES, aussi endetté soit-il, garde l'appui et le respect, voire l'admiration de ses gosses
et l'amour de son épouse, aussi épuisée soit-elle aussi...
Entre celui là et le DAN EVANS de MANGOLD, il est passé le viet-nam et deux guerres en Irak, toutes mal
ressenties par l'américain moyen... Le EVANS de MANGOLD a une épouse trop jolie, pour sa situation de
quasi misère...Après l'incendie de sa grange, il n'a plus d'autres ressources que de céder devant le chemin de fer...
Il est en train de perdre l'estime de ses gosses.. Si il n'a pas déjà perdu celui de l'ainé, ado qui se rebelle
devant les ordres de son père... Sa situation de mutilé, héros de guerre (usurpée, on le saura plus tard)
n'est plus valorisante auprès de sa famille... En acceptant la prime pour convoyer WADE.. Il sauve
momentanément ce foyer, même si cela va contre ses convictions d'opposition au chemin de fer..
En même temps, s'il réussit, il redevient LE héros pour ses fils et sa femme.. Et surtout, il veut se
prouver à lui-même qu'il n'est pas un raté et un lâche...
En tout cela, il réussit parfaitement, et sa dernière satisfaction est de retrouver son fils, fier de ce qu'il
a accompli..."YOU DO IT, PA !" Ce fils qui tombait dans l'attraction malsaine de WADE...
Par contre, je cerne moins WADE... Peut-être est-ce dû au jeu de CROWE.. Ambigu il est, ambigu il reste...
Je ne crois guère qu'il veuille changer de vie..Peut-être cherche-t-il l'occasion de quitter cette bande qui
lui pèse.. La façon dont il traîne avec la barmaid...La facilité avec laquelle il se laisse prendre ?
Jusqu'à son expression finale.. tristesse sur le sort d'EVANS et dernier sourire malin... Ambigu !
If they move, kill'em !!

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2851

Re: 3H10 pour Yuma - 3:10 to Yuma - 2007 - James Mangold

Messagepar Jean-Louis » 22 mai 2008 8:42

Pike BISHOP a écrit :A coté de l'habillement "boum-boum" qui est plus le reflet d'un cinéma actuel que le fond du film..
Il y a la grosse différence d'un DAN EVANS épais, travailleur, malchanceux, au bord du gouffre aussi.Mais
intact, physiquement fort, et pas dans le doute sur ses valeurs..le VAN HEFLIN
de la version DAVES, aussi endetté soit-il, garde l'appui et le respect, voire l'admiration de ses gosses
et l'amour de son épouse, aussi épuisée soit-elle aussi...
Entre celui là et le DAN EVANS de MANGOLD, il est passé le viet-nam et deux guerres en Irak, toutes mal
ressenties par l'américain moyen... Le EVANS de MANGOLD a une épouse trop jolie, pour sa situation de
quasi misère...Après l'incendie de sa grange, il n'a plus d'autres ressources que de céder devant le chemin de fer...
Il est en train de perdre l'estime de ses gosses.. Si il n'a pas déjà perdu celui de l'ainé, ado qui se rebelle
devant les ordres de son père... Sa situation de mutilé, héros de guerre (usurpée, on le saura plus tard)
n'est plus valorisante auprès de sa famille... En acceptant la prime pour convoyer WADE.. Il sauve
momentanément ce foyer, même si cela va contre ses convictions d'opposition au chemin de fer..
En même temps, s'il réussit, il redevient LE héros pour ses fils et sa femme.. Et surtout, il veut se
prouver à lui-même qu'il n'est pas un raté et un lâche...
En tout cela, il réussit parfaitement, et sa dernière satisfaction est de retrouver son fils, fier de ce qu'il
a accompli..."YOU DO IT, PA !" Ce fils qui tombait dans l'attraction malsaine de WADE...
Par contre, je cerne moins WADE... Peut-être est-ce dû au jeu de CROWE.. Ambigu il est, ambigu il reste...
Je ne crois guère qu'il veuille changer de vie..Peut-être cherche-t-il l'occasion de quitter cette bande qui
lui pèse.. La façon dont il traîne avec la barmaid...La facilité avec laquelle il se laisse prendre ?
Jusqu'à son expression finale.. tristesse sur le sort d'EVANS et dernier sourire malin... Ambigu !


:applaudis_6: Pike

Entièrement d'accord, comme le dirait Musselshell, Mangold brasse loin, plus loin que ne le faisait Daves.
Chez Mangold le monde est plus complexe, il n'y a plus de vérités absolues.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité