Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
pouêt
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1269
Localisation : Bétaille (Lot)

Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar pouêt » 25 avr. 2006 18:51

Nous voilà donc une poignée à considérer IL ETAIT UNE FOIS DANS L'OUEST comme notre western favori :
- Sentenza
- Akpstyl
- Tepeta
- John Mallory
- Breccio
- Musselshell (?)
- Personne (?)
(à corriger/compléter si je me trompe...)

Je serais curieux de savoir combien de forumers l'ont mis en 1ère place de leur classement western... Jean-Louis, tu as moyen de nous le dire stp ?

Je suis bien content de partager ma ILETAITUNEFOISDANSLOUESTOPHILIE avec vous ! :wink:
Les westerns ? Ya pas d'âge pour en manger !

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 25 avr. 2006 19:14

Ouh là...j'ai dit que le film était un chef d'oeuvre ...je n'ai pas dit que c'était mon western favori! Ai-je un western favori? Difficile à dire...Si je devais en regarder un avant de partir (ce qui n'a déjà plus de sens avec un mec comme moi, je penserais sûrement à autre chose!), ce serait peut-être Jeremiah Johnson, la quintessence de mes propres rêveries, conjuguée à la démonstration de leur vacuité absolue...Quand on finit par élire tel chef d'oeuvre plutôt que tel autre, ça a toujours à voir avec l'enfance...toujours, on s'en rend compte un jour...
Dans une thématique plus proche du film de Leone, je l'ai dit...plutôt Unforgiven, pas parce que c'est américain, parce que ça "creuse" encore un peu plus...et avec une mise en scène qui se voit moins...
Autre chose, je suis passionné de musique, peut-être avant tout autre chose (et même ça, j'en sais après tout rien!)...il était une fois...m'a "aussi" déglingué pour ça...

Avatar du membre
pouêt
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1269
Localisation : Bétaille (Lot)

Messagepar pouêt » 25 avr. 2006 19:20

Merci du rectificatif Musselshell !
donc :
- Sentenza
- Akpstyl
- Tepeta
- John Mallory
- Breccio
- Personne (???)

Ce qui fait 5 ou 6.
Y en a-t-il d'autres ?
Link peut-être ?
Les westerns ? Ya pas d'âge pour en manger !

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2975
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 25 avr. 2006 20:54

Je partage le sentiment de Musselshell. Il était une fois dans l'Ouest est pour moi un monument. Est-ce mon western favori ? No sé.
Dans le registre du western italien, celui pour lequel j'ai le plus d'affection est Mon nom est Personne.
Là aussi (thème récurrent...), l'histoire d'un monde qui s'achève, d'un relais qui se passe. Ce thème doit me plaire, vu que le seul film récent qui ait trouvé grâce à mes yeux est la trilogie du Seigneur des anneaux par Peter Jackson.
Serais-je fasciné par le morbide ? Va falloir que je me revoie La Mort à Venise, tiens ;-)

B.

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10269
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 25 avr. 2006 21:03

En ce moment, c'est un Leone c'est sûr, mais j'hésites entre le bon, ... l'ouest, voir même la révolution. :lol:
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 25 avr. 2006 21:14

Mort à Venise est un de mes films favoris (c'est pas forcément drôle, un film favori...), c'est un bon roman (pas le chef d'oeuvre de Thomas Mann), une composition insondable de Benjamin Britten (Britten n'aimait pas le film de Visconti ), et un des plus grands films de l'histoire du cinéma...bon signe, des références de ce type, quand on parle de western, bon signe pour le western, pour les bonnes raisons qui font que certains (rares) y trouvent encore aujourd'hui leur compte... :num1

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 29 avr. 2006 22:21

C'est de loin mon film préféré. Un vrai monument du Cinéma. Intelligence, maitrise, technique, art, et de la part de Leon c'est probablement le film où il est le plus inventif et innovent, tant dans la technique que dans le language ciné.

Je l'aimais déjà beaucoups avant, mais lorsque j'ai eut l'occasion de travailler dessus en école de ciné, décriptant quelques scènes majeures, la bande son, et dissertant sur quelques effets de leone... Il est devenu évident pour moi que rarement dans toute l'histoire du cinéma un réalisateur avait autant réussi la parfaite osmose entre la technique de son temps et son art.

Avatar du membre
pantera
Barman
Messages : 81
Localisation : valley of fire

Messagepar pantera » 28 mai 2006 21:10

pouêt a écrit :Merci du rectificatif Musselshell !
donc :
- Sentenza
- Akpstyl
- Tepeta
- John Mallory
- Breccio
- Personne (???)

Ce qui fait 5 ou 6.
Y en a-t-il d'autres ?
Link peut-être ?


Je corrige :

- Sentenza
- Akpstyl
- Tepeta
- John Mallory
- Breccio
- Personne
- pantera

:lol: :horse:

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 28 mai 2006 22:47

Je corrige :

Sentenza
- Akpstyl
- Tepeta
- John Mallory
- Breccio
- Personne
- pantera
- Fa

:lol: :horse:

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3068
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 28 mai 2006 23:07

Bah... et moi alors ??
- Sentenza
- Akpstyl
- Tepepa
- John Mallory
- Breccio
- Personne
- pantera
- fa
- sartana

Darksatin

Messagepar Darksatin » 26 nov. 2006 13:23

On sait que Al Muloch (un des 3 tueurs au début du film) s'est suicidé pendant le tournage. J'ai bien l'impression que toutes les scènes de la gare n'avaient pas encore été tournées. En effet, pendant la scène du duel proprement dit, on ne voit le personnage incarné par Al Muloch que de dos ou de loin. Il a certainement été remplacé par une doublure avec la même "dégaine". Qu'en pensez-vous ?

tietie007
Cavalier masqué
Messages : 166
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Il était une fois dans l'Ouest - C'era una volta il West - 1968 - Sergio Leone

Messagepar tietie007 » 28 janv. 2007 15:13

Leone revisite la légende de l'Ouest. Après sa trilogie des dollars, où il avait cassé le code narratif du western hollywoodien, déjà entamé par Peckinpah, il va nous donner une nouvelle symphonie dans ce film qui est une oeuvre d'art totale. Le réalisateur italien avait déjà pris le contre-pied du western classique qui s'appuyait sur un univers manichéen où les bons et les méchants étaient clairement identifiés et sur des thématiques récurrentes comme la loi, la famille, le travail. Certes, des réalisateurs comme Delmer Daves, dans la Dernière Caravane, comme Ford, dans la Prisonnière du désert, Aldrich dans Bronco Apache, et bien sûr la lance brisée de Dmytrik, avaient déjà remis en cause la thématique du western classique mais sans s'en démarquer formellement.
Chez le cinéaste italien, la forme prime presque le fond ! Les silences, les bruits, ce tempo narratif très "pianissimo", certains parleront de dilatation du temps, ces gros plans qui subliment les regards et résument les hommes dans leur portrait (Leone réintroduit le portrait dans ce film,un Titien des temps modernes !) ou leur regard (Leone avait paraît-il, embauché Henry Fonda pour son regard bleu-azur.) se déploient dans la fabuleuse scène d'exposition inaugurale sans aucun dialogue qui dure plusieurs minutes, dans un temps suspendu et un univers sonore d'un hiératisme total! Pour moi, une des plus belles scènes d'exposition de l'histoire du cinéma ! On peut voir, d'ailleurs, dans le duel inaugural, une sorte de clin d'oeil de Leone au western classique. 2 des outlaws sont joués par Woody Strode, le Sergent Noir, et par Jack Elam un de ses seconds rôles qui a traîné sa face de bouledogue dans nombre de westerns de la grande époque. Le cinéaste italien dans cette scène inaugurale tue un peu le père ...
Tout le film est basé sur le temps, la mémoire ici, et la vengeance. Thèmes très léoniens, puisqu'on les retrouvera dans les deux autres "Il était une fois ...". L'énigmatique Harmonica, le silencieux Charles Bronson se résume au son mélancolique de son instrument, l'Harmonica et à ces flash-back, souvenir douloureux d'une tragédie familiale ! Bronson incarne ici l'antithèse du personnage léonien, mu, la plupart du temps, par l'intérêt et la cupidité. Claudia Cardinale décide de se marier pour assurer ses vieux jours, Henry Fonda est mu uniquement par l'attrait de l'argent, et de la puissance, qui s'incarnent magnifiquement dans Morton, joué par Gabriele Ferzetti.
La puissance évocatrice de Leone se joue sur un triple plan :
- les mouvements de caméra, avec des plans séquences superbes qui figent l'Ouest américain dans son immensité immaculé. Le maître italien a révolutionné la grammaire cinématographique du western, pour moi, il est d'un niveau d'un Welles !
- un thème musical lyrique, concocté par maître Morricone, mélancolique et épique qui charpente l'histoire, et projette le film dans une 4eme dimension, celle du temps perdu ! Je trouve Leone très proustien dans son rapport au temps ! Curieusement, la musique dans les westerns classiques n'a pas de statut propre. Souvent issu du répertoire du folklore américain, elle n'est là, souvent, que pour clore l'histoire. Pour le cinéaste italien, le thème musical est un élément à part entière d'un film et joue un rôle fondamental dans la narration.
- le duel Fonda/Bronson.
Le maître italien a eu une intuition géniale en embauchant le grand Henry Fonda dans un rôle à contre-emploi. Tout le mauvais génie de Franck se réduit à la scène de l'attaque de la ferme où le regard de l'enfant et du tueur se croisent, laissant deviner l'issue fatale de cette rencontre. L'acteur américain avouera, plus tard, que si le film n'avait pas connu le succès attendu, aux USA, c'est que le public américain ne pouvait se résoudre à voir Henry le "gentleman" en tueur d'enfant ! Leone avait besoin de ce regard bleu-azur ! (D'ailleurs lorsque Fonda est arrivé sur le lieu de tournage, il avait des lentilles qui obscurcissait son regard, Leone lui fit vite lever !). Cette scène là va rompre définitivement les amarres avec le western classique.
L'objet de la future vengeance est magnifiquement joué par Bronson, au visage buriné, les yeux mi-clôs, silencieux et énigmatique qui possède un singulier pouvoir d'ubiquité, et dont la présence se signale par le thème musical lancinant d'un Harmonica. Trouvaille géniale de Leone, qui associe un personnage à une musique (procédé qu'il avait déjà utilisé dans la trilogie des dollars, avec la boîte à musique.), renforçant la dimension evanescente d'un Bronson hiératique !
Claudia Cardinale (à noter que le parcours jusqu'à sa nouvelle demeure se fait parmi les majestueux paysages de Monument Valley, clin d'oeil à John Ford.) en péripatéticienne repentie, joue merveilleusement bien cette veuve solitaire, malmenée par les histoires sordides des hommes. Son alter-ego masuclin est joué par Jason Robards, le Cheyenne, bandit au grand coeur si différent de la beauté vénéneuse d'un Fonda ou de la solitude splendide d'un Bronson. Franck est rongé par le désir de puissance, l'Harmonica par sa quête de vengeance. Seuls Claudia et le Cheyenne ont l'humanité des gens simples. Le personnage de Morton est la version, plus civilisée et capitalistique, de Franck. Morton qui dirige par l'argent, qui pense que tout s'achète et que les valeurs humaines valent peu par rapport au billet vert, sera victime du désir de pouvoir de son garde du corps. On se prend même, dans sa dernière confrontation avec Fonda, à avoir pitié de lui !
La fresque léonienne va se résoudre dans un duel final, quintessence du western, affrontement singulier où les vertus guerrières priment sur la loi. Sublimé par les gros plans, les regards, Leone n'a pas son pareil pour filmer ce genre de scènes (Rappelons-nous le duel final dans Le Bon, la Brute, et le Truand.).
La scène finale, qui voit Claudia Cardinale apporter de l'eau aux ouvriers du chemin de fer, termine ce grand western sur une note d'optimisme. Derrière la tragédie de la vengeance, la vie reprend ses droits.
Merci, Maître !

Avatar du membre
Darksatin
Chanteuse de saloon
Messages : 91
Localisation : Paris 11°
Contact :

Messagepar Darksatin » 30 janv. 2007 19:11

Je me rajoute à la liste !

tietie007
Cavalier masqué
Messages : 166
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Messagepar tietie007 » 26 avr. 2007 15:57

J'avais oublié de donner une note à ce film ...

10 sur 10

Pour moi un des dix meilleurs films de l'histoire du cinéma et le meilleur western !

Image

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 766

Messagepar Fredge » 26 avr. 2007 21:38

Rajoutez-moi d'urgence. C'est le meilleur d'entre tous!!!

Fredge



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités