... Et pour quelques dollars de plus - (Per qualche dollaro in più) - 1965 - Sergio Leone

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Jean-Louis
Westerner
Westerner
Messages : 2824

Messagepar Jean-Louis » 25 sept. 2007 16:50

:D Sartana effectivement l'origine de ce colt avec ses inclusions de serpents à sonnette remonte à
Rawhide exactement de l'épisode 2 de la 1ère saison : Incident at Alabaster plain, diffusé aux USA en janvier 1959, sur Canal + dans ses toutes premières années et sur une chaîne de Canalsatellite il y a 5/6 ans :
Rowdy Yates (Clint Eastwood) récupère ce colt à la mort du mauvais garçon de l'épisode : Ward Mastic (Peter Mark Richman)

J'ai 4 épisodes sur DVD R, issus de cassettes VHS et justement j'ai cet épisode. C'est comme ça que j'ai pu trouver cette explication :

Image

Image

Image

A bien y regarder ce n'est pas le même, du moins les plaquettes sont différentes et le serpent semble plus détaillé dans sa gravure.

Avatar du membre
mortimer
Comanche
Comanche
Messages : 768

Messagepar mortimer » 25 sept. 2007 17:49

Inisfree a écrit : Disons que je fais aussi la disctinction entre le héros et le personnage central.


une distiction qui en effet me permet de mieux comprendre ton point de vue :wink:. Mais je ne sais pas si malgré tout on peut faire du manchot le personnage central. Il n'a pas plus de scènes que les autres personnages et l'histoire gravite vraiment autour de mortimer, en fait vu qu'Eastwood est au centre de la trilogie on à donc tendance à le considérer comme le personnage principal. Cela étant vu que l'on ne lui donne jamais le même surnom (l'étranger, le manchot, blondin) et que certains détails ne collent pas (les dates par exemple) on peut se demander s'il s'agit du même personnage dans les trois film ? Auquel cas il apparaît alors que ce n'est qu'un personnage de plus dans la trilogie.

Vixare a écrit :Lee Van Cleef est plus proche du héros US classique, c'est certainement pour cela que les amateurs de westerns Américains préfèrent ce western-ci dans la filmographie spaghetti, c'est quelque part la croisée des genres et des personnages.


tu comprends pourquoi alors que je ne regarde plus de western spaghetti, celui-ci reste toujours cher à mon coeur. Je connais aussi bon nombre d'amateurs de western U.S (dont certains très célébres sur ce forum et sur l'autre) qui ont le film chez eux à côté des grands classiques U.S...chut, chut :oops: je ne donnerai pas de nom ! :P

Jean-Louis a écrit ::? Musselshell il faut que l'on cesse de participer, Et pour quelques dollars de plus va dépasser en nombre de réponses Jeremiah Johnson :mrgreen:


Trop tard c’est fait ! mon plan diabolique (j'ai fait plus fort que l’indien :horse: à fonctionné !) HA HA HA HA (je fais bien le rire de l'indien non ? :P )

Sartana a écrit :Fais-tu bien la différence entre ce que tu ressens en voyant la scène, et ce que tu analyses a posterieuri ?


oui docteur ! :mrgreen:



Sinon entre deux bétises une idée m'est venue (qui à dit encore ? :num8 )

bon je vous la livre, vous en faites ce que vous en voulez :num13

:arrow: Pensez-vous que Leone à été prisonnier du succès de son premier western : pour une poignée de dollars ?

Hawks nous a souvent resservi le même plat avec un bonheur inégal et j’avoue que j’ai tendance (malgré les différences qu’il y à entre les films) à considérer que Leone à fait un peu la même chose avec sa trilogie des dollars. Au fond en 1966 quand Eastwood s’en va c’est un peu le reproche qu’il fait à Leone (en plus de son ego de vedette qu’il considère comme froissé par la présence d’autres acteurs sans cesse plus nombreux autour de lui). Ironie du sort il s’en va d’ailleurs au moment justement où Leone passe véritablement à autre chose (non sans mal d’ailleurs) avec Il était une fois dans l’ouest !
Modifié en dernier par mortimer le 25 sept. 2007 20:06, modifié 1 fois.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 25 sept. 2007 18:43

La trilogie du dollar semble obéir à quelque chose d'un peu flou...mais néammoins bien perceptible: une progression vers la densification dramatique, d'une part (les têtes d'affiche sont de plus en plus à égalité, on tente de "psychologiser" les archétypes, de les faire sortir de quelque part...à l'exclusion d'Eastwood, en l'occurence un Lucky Luke "hard") et d'autre part vers la contextualisation (jusqu'à la guerre civile ds le troisième), l'inscription effective dans le contexte de l'Ouest américain...Mais l'ensemble reste néammoins à l'intérieur de la même formule...qui semble effectivement s'épuiser avec LBLBELT...Dans le film suivant, on passe radicalement à autre chose. Leone s'adresse au temps, avec tout ce que ça suppose...on n'est plus dans le ludique. Est-ce que ses deuxième et troisième westerns sont issus d'un moule dû au succès du premier, possible...mais j'irai alors jusqu'à dire que c'est moins répétitif (le mot est trop fort, puisqu'il s'agit de "variations"...notamment en fonction de l'âge...), que Hawks de Rio Bravo à Rio Lobo. Plus prosaîquement, on sent aussi qu'il y a plus de moyens entre le premier et le troisième. Chez Hawks, c'est presque vrai aussi (l'attaque du train dans Rio Lobo), presque, car HH n'a jamais manqué de moyens. Chez Leone, c'est flagrant...D'où ensuite la prétention artistique, haussée à leur hauteur...

Avatar du membre
Jicarilla
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 7709
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 25 sept. 2007 18:53

Mortimer a écrit:
tu comprends pourquoi alors que je ne regarde plus de western spaghetti, celui-ci reste toujours cher à mon coeur. Je connais aussi bon nombre d'amateurs de western U.S (dont certains très célébres sur ce forum et sur l'autre) qui ont le film chez eux à côté des grands classiques U.S...chut, chut Embarassé je ne donnerai pas de nom ! Moqueurtu


:applaudis_6: :applaudis_6: MOI MOI MOI :lol: :lol: aucune honte à ça amigo j'ai les 2 PUPDD et EPQDDP en ZONE 1 depuis 1998 date de parution au USA et aussi BBELT :cry: :cry: pas revu depuis :oops:
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Jean-Louis
Westerner
Westerner
Messages : 2824

Messagepar Jean-Louis » 25 sept. 2007 19:10

:D AMHA, Leone avec EPQDDP certes fait un second film dans la droite ligne de PUPDD, un peu comme Monet peint et repeint la cathédrale de Rouen.

Mais ce qui me souffle c'est comment en très peu de mois il étoffe sont propos, je suis ahuri (je sais, c'est facile :roll: ) de voir que PUPDD sort en décembre 1964, le temps que le succès soit au RdV, d'écrire le scénario, de le retravailler, de le peaufiner de trouver l'acteur qui va jouer Mortimer, je me demande même si il ne l'a pas retoucher pour mieux utiliser la personnalité de Lee van Cleef, faire les repérages en Espagne, construire les décors de El Paso.
Premiers coups de manivelle mi-avril, 2 mois 1/2 de tournage, musique, montage et servi tout chaud le 18 décembre 65.

Mais je crois qu'il faut juger EPQDDP en tant que tel et ne pas s'appuyer sur les films suivants, il progresse de film en film, mais je trouve qu'il perd au fur et à mesure la fraîcheur qu'il y a dans ce bijou.

Ce n'est que mon avis

Avatar du membre
Inisfree
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 131
Localisation : Cannes
Contact :

Messagepar Inisfree » 26 sept. 2007 8:41

Sur le personnage d'Eastwood, je pense comme je l'ai écris au début, que Léone a créé un mythe d'entrée et qu'il a cherché à la fois à l'exploiter car le succès du premier film lui a donné de plus en plus de moyens, tout en essayant de s'en dégager parce qu'il cherchait, en tant que cinéaste, autre chose, plus dans la lignée des grands westerns qu'il admirait.
J'aime bien la comparaison avec Monet, avec un peintre, parce que avec le premier film, il copie un classique et avec le second, il met au point son propre style qu'il affine avec les oeuvres suivantes.
Alors "l'homme sans nom" s'est construit rapidement et je pense que Léone a cherché ensuite à rendre cohérentes les trois variations sur le personnage. mais quand il fait PUPDD je ne pense pas qu'il a cela en tête.

Pour répondre à Mortimer, je pense que Léone a bien joué en se dégageant de suite du succès du premier film. Ses cinq westerns sont très différents les uns des autres et c'est pour cela que mon préféré, c'est le dernier que j'ai vu
:P
Le succès, ça lui a permit de prendre rapidement les acteurs qu'il voulait. Il raconte par exemple qu'il avait pensé à Fonda de suite, mais qu'il ne pouvait pas se le payer en 1964.

Pour revenir un peu sur la question de la violence, je dirais que quand on est enfant, on peut réagir fortement à des choses inattendues. Enfant, rien ne m'a impressionné comme la flèche dans le cou de Julia Adams dans Les affameurs de Mann. Le passage à tabac de EPQDDP est impressionnant mais beaucoup moins que ceux chez Corbucci, Castellari ou Questi. d'ailleurs les deux héros (deux cette fois :D ) n'en gardent guère les traces au petit matin, ce qui est pour le moins étonnant de la part d'un maniaque du détail comme Léone.

Avatar du membre
mortimer
Comanche
Comanche
Messages : 768

Messagepar mortimer » 28 sept. 2007 21:57

quelqu'un (si possible une personne n'ayant pas encore parlé du film) peut nous donner son avis avant que l'on clôture ce topic historique cool

dépêchez vous les gars si vous voulez entrer dans l'histoire de western disséqués c'est maintenant ou jamais ! :lol:

Avatar du membre
Arch_Stanton
Apache
Messages : 25

Re:

Messagepar Arch_Stanton » 29 mai 2008 18:18

Sartana a écrit :
tepepa a écrit :Peut-être que si Leone avait en plus montré et développé les tourments de Mortimer, le film eut il été encore plus fort.

Intéressant, de remarquer que Mortimer n'a pas de flash... cool
Personnellement, je pense que ses tourments sont plus profonds que les simples visions, que peut avoir l'Indien... C'est sans cesse qu'il pense à sa soeur, et pas de temps en temps, lorsqu'il a cinq minutes à passer dans le vague.
Cela dit, les montrer en plus de ceux d'El Indio aurait peut-être fait trop lourd (bien que je suis d'accord avec toi, les 2 points de vue sur le drame auraient été intéressant à montrer). Mais quand les placer ? Dans le film tel qu'il est actuellement, c'est impossible, il faudrait rajouter des scènes. De plus, Leone aurait montré Van Cleef pleurant sur la tombe de sa soeur ou sur son cadavre ?... Finalement cela aurait allourdi le film.

A moins qu'il ai tourné cela à la manière de l'Indien, ou en superposant le visage de Mortimer avec des visions de sa soeur, riant ou dansant avec son fiancée sur fond d'un nouveau morceau de Morricone. Mais cela aurait allongé le film pour finalement pas grand chose, sauf montrer un Mortimer aimant, ce qui n'a pas grand intérêt.

On dirait les conseils d'un producteur à un jeune réalisateur ce que je dis-là, et je me fais un peu l'avocat du diable, mais je ne pense pas que cela aurait été important à montrer.


Bonjour, je me permet une petite remarque concernant l'absence de flash-back chez Douglas Mortimer! Il me semble que l'idée de base, c'était qu'on ne devait pas savoir que le colonel recherchait l'Indien pour des raisons autres que "financières", bref, c'était un chasseur de prime faisait que son métier...
La chute, c'était lors du duel, quand on voyait Le manchot tenir à la main une la même montre que celle de l'Indien, qu'on comprend qu'il l'avait piqué au colonel!
J'ai vu ce film pour la première fois dans les années 80, et je ne l'ai revu qu'une quinzaine d'années plus tard, du coup, je suis resté sur cette première impression...

Avatar du membre
Arch_Stanton
Apache
Messages : 25

Re: ... Et pour quelques dollars de plus - (Per qualche dollaro in più) - 1965 - Sergio Leone

Messagepar Arch_Stanton » 29 mai 2008 18:20

J'avais aussi une demande: j'ai lu quelque part que Lee Van Cleef et Clint Eastwood s'étaient retrouvé avant ce film dans un épisode de Rawhide, quelqu'un en a-t-il une idée?

Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10373
Localisation : Lone Pine, CA

Re: ... Et pour quelques dollars de plus - (Per qualche dollaro in più) - 1965 - Sergio Leone

Messagepar Personne » 29 mai 2008 18:27

Arch_Stanton a écrit :J'avais aussi une demande: j'ai lu quelque part que Lee Van Cleef et Clint Eastwood s'étaient retrouvé avant ce film dans un épisode de Rawhide, quelqu'un en a-t-il une idée?


Et tu as parfaitement raison!

2 épisodes visiblement en 1964 :
(Season 7, Episode 2) - titre de l'épisode : The enormous fist
http://www.imdb.com/title/tt0683151/

(Season 7, Episode 3) - titre de l'épisode : Piney
http://www.imdb.com/title/tt0683135/
Image

Avatar du membre
Arch_Stanton
Apache
Messages : 25

Re: ... Et pour quelques dollars de plus - (Per qualche dollaro in più) - 1965 - Sergio Leone

Messagepar Arch_Stanton » 31 mai 2008 11:07

Mais vous êtes excellents sur ce site! Chapeau (Stetson de préférence!) :wink:



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités