... Et pour quelques dollars de plus - (Per qualche dollaro in più) - 1965 - Sergio Leone

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10373
Localisation : Lone Pine, CA

... Et pour quelques dollars de plus - (Per qualche dollaro in più) - 1965 - Sergio Leone

Messagepar Personne » 01 sept. 2007 0:18

Avec :

L'homme sans nom ...........Clint Eastwood
El Indio ............................Gian Maria Volonte
Wild................................. Klaus Kinski
Colonel Douglas Mortimer... Lee Van Cleef
Mary................................. Mara Krupp
Groce ...............................Luigi Pistilli
Le vieux prophète.............. Joseph Egger
Luke................................. Benito Stefanelli

Le colonel Douglas Mortimer collabore avec un chasseur de primes surnommé L'"Etranger". Tous les deux souhaitent capturer Indio, un tueur fou, qui sème la terreur autour de lui. Ce dernier et ses hommes sont sur le point de piller la banque d'El Paso.

Attention, les SPOILER sont Autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.
Que le débat commence!

Vous pouvez également poster vos documents ici:
http://westernmovies.free.fr/Forums/vie ... php?t=5209
Image

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Messagepar tepepa » 01 sept. 2007 10:29

Pour commencer, je ne me casse pas la tête, je vous réchauffe un article de mon blog cool
Les petites choses dans ...Et pour quelques dollars de plus.

L’inconnu qui se fait descendre
Quand on regardait les westerns en famille à la Dernière Séance sur FR3, on jouait au jeu du « premier qui voit un cheval », car un nombre incalculable de westerns hollywoodiens débutent avec le héros, qui apparaît, au loin, sur son cheval, en sifflotant. Et c’est ainsi que débute Et Pour Quelques Dollars de Plus, mais notre héros se fait abattre immédiatement d’un coup de winchester. Leone commence donc son deuxième film par un coup de théâtre, par une petite surprise qui prend agréablement le spectateur à revers. On ne saura rien de plus sur le pauvre malheureux, il est là pour illustrer les lignes qui suivent sur le prix de la mort, pour servir d’introduction au métier de chasseur de prime : des types qui tirent leurs proies de loin et sans crier gare. A ce sujet, Sir Christopher Frayling indique que le tireur est probablement Clint Eastwood (un cigare qui s’allume…) qui descend un bandit. Pourquoi pas, rien n’interdit de le penser, mais pour moi, ce n’est pas le cas. En ce qui me concerne, il s’agit d’un chasseur de prime lambda, qui descend lâchement un petit desperado. Le personnage du Manchot ne me paraît pas du genre à tirer de loin, et dans les scènes qui suivent on le voit au contraire qui serre ses proies de près en prenant des risques. Si ce chasseur de prime initial devait vraiment être l’un des deux protagonistes principaux, ce serait plutôt le Colonel Mortimer, qui a appris à vivre vieux en tirant de loin, même si on voit dans la suite de l’histoire qu’il est loin d’être un lâche… Mais à la distance ou cette première victime est abattue, il est impossible au tireur d’être sûr d’avoir la bonne personne dans sa ligne de mire et ni le Manchot, ni le colonel Mortimer ne prendrait le risque de tuer un innocent.

Le pas très beau Galloway
Sergio Leone est connu pour filmer des trognes, et si on ne devait en retenir qu’une, ce serait celle du bandit Galloway. Les tics, les dents, le regard, un seul visage permettent de rendre inoubliable une scène déjà inoubliable. L’acteur a été identifié récemment sur le spaghetti web board, il s’agit de Jose Terrón, que l’on retrouve également dans Django et très très brièvement dans Le Bon la Brute et le Truand (c’est Shorty qui se fait pendre).

Le Manchot qui fait tout de la main gauche
La scène d’introduction de Clint Eastwood le montre attachant son cheval de la main gauche, jouant aux cartes de la main gauche, se battant uniquement de la main gauche, au point qu’on pourrait croire qu’il est vraiment manchot. Mais quand il faut tirer, il le fait de la main droite qui est cachée sous son poncho. Ce n’est pas vraiment un petit détail, vu que c’est assez primordial pour comprendre pourquoi le personnage de Clint Eastwood se fait appeler « le Manchot », mais c’est néanmoins un aspect que j’ai remarqué très tard, après avoir vu le film de nombreuses fois pendant l’adolescence. C’est curieux de voir que lorsqu’on est attaché à un film, on est souvent incapable de le revoir avec l’esprit frais : les détails que l’on comprend mal, on continue à les comprendre mal, même si l’on a acquis une plus grande maturité. Mon conseil : si vous aimez vraiment un film, aménagez vous de temps en temps des périodes d’abstinence de 5 ou 10 ans sans le voir, vous y gagnerez beaucoup.

La gaine en cuir
Le manchot porte à la main droite une espèce de gaine en cuir dont l’utilité est non élucidée (une meilleure préhension du revolver ? une protection contre la poudre brûlée, un stabilisateur qui encaisse les vibrations ?). Il faut surtout y voir un détail vestimentaire technique et/ou ornemental de plus qui forge l’univers du western italien.

La moitié de la barbe rasée
Dans les westerns, le barbier n’a généralement pas le temps de finir ce qu’il a commencé. Quand on voit un gars chez le barbier, il est à chaque fois dérangé par un gunfight ou une pendaison ou une bagarre qui le fait sortir séance tenante de la boutique, sans que cela ne soit visible sur le visage glabre du personnage. Sergio Leone prend à nouveau le contre-pied de cette petite tradition, le type qui sort du barbier en catastrophe se retrouve avec une bonne moitié de bonne grosse barbe sur le visage. Et ça recoupe sans doute une réalité historique : dans l’Ouest, quand on allait chez le barbier, c’était pas juste pour trois poils qui se battent en duel sur le menton.

Un peu de violence inutile
Il était une fois dans l’Ouest est souvent le plus apprécié des westerns de Sergio Leone, parce qu’il n’y a pas de violence inutile. Comme si Leone, par rapport à un film comme Et pour quelques dollars de plus, avait enfin cessé de jouer aux cowboys pour réaliser un vrai film d’adultes. Mais c’est oublier deux choses : primo, dans Il était une fois dans l’Ouest la violence est bien là, inutile ou pas, seulement elle est assez souvent hors champ (le meurtre de l’enfant, le massacre dans le train…). Deuxio, il n’y a pas de violence inutile dans Et Pour quelques dollars de plus. Prenons pour exemple la scène d’évasion de l’Indien, dont le caractère psychopathe pourrait déjà servir de prétexte pour toute violence inutile : les sentinelles poignardées sont « utiles », parce qu’il serait trop risqué d’essayer de les assommer, de les ligoter etc... Le meurtre du charpentier est « utile » parce qu’il pourrait compromettre le plan d’attaque de banque de l’Indien, et celui-ci n’a pas le temps d’acheter son silence, il est en pleine évasion. Les gardes qui se font tous tour à tour abattre sont « utiles » parce qu’ils sont menaçants, ils ne sont pas abattus de sang froid, enfin, le massacre de la direction par l’Indien est « utile » car on est dans le cadre de la vengeance. Beaucoup de morts certes pour une évasion par rapport à un western classique, mais pas de vraie violence inutile comme on en verra beaucoup par la suite, par exemple dans les Sabata où le body count est proprement affolant. Tous les morts dans Et pour quelques dollars de plus sont scénaristiquement justifiés. Comment ça ma démonstration est bancale et de toute façon on s’en fout, ce qui compte c’est que le film soit bon ?

Le petit charpentier
Il va et vient dans sa cage, il s’inquiète, fait les cents pas, pendant que l’Indien dort. Il est touchant ce pauvre charpentier, très touchant. L’Indien est calme curieusement, peut-être parce qu’en prison il n’a pas sa came. Le comportement de l’Indien ira progressivement du calme froid et calculateur au délire destructeur final. Les scènes n’ont bien sûr pas été tournées dans l’ordre narratif, mais on peut y voir la victoire progressive de Gian Maria Volonte sur Sergio Leone qui avait bien du mal à maîtriser le jeu outrancier de l’acteur. Au début, Leone parvient à maintenir l’acteur dans un jeu assez sobre et clinique, puis à la fin, épuisé, il lâche prise, et Volonte part en roue libre…

Une affiche clouée à coup de revolver
Le préposé aux affiches cloue les affiches « Wanted » de l’Indien avec la crosse de son revolver. C’est classique, c’est simple, et malgré l’éclatement des codes du western, Sergio Leone en respecte les règles de base les plus simples : on n’utilise jamais de marteau dans l’ouest, toujours la crosse de son revolver, au risque d’en affaiblir les propriétés balistiques. Imparable.

Leone tue sa propre fille
L’Indien se venge et tue la femme et la fille de celui qui l’a trahi (violence inutile ?). La petite fille est la propre fille du réalisateur. Il faut avoir du cran et être vraiment « entier » dans son travail pour faire une chose pareille : tuer sa propre fille d’un an et demi à l’écran. Il faut être totalement vide de superstition soi-même et complètement imperméable aux mauvais œil familial et au qu’en dira-t-on pour commettre un infanticide, même fictif. Sir Chistopher Frayling insiste beaucoup dans son commentaire audio sur les aspects comiques du film, alors que curieusement mon appréciation personnelle de Et pour quelques dollars de plus est absolument exempte de toute distanciation ironique par le biais de l’humour. Les westerns de Leone sont pour moi des tragédies à prendre au premier degré le plus pur, loin de toute volonté parodique. Mais le fait que le réalisateur fasse tuer sa propre fille va dans le sens de Frayling : la violence chez Leone, n’est vraiment pas à prendre au sérieux.

Les tueurs dans l’église
L’Indien entame le petit rituel de la montre pour abattre le traître. Chacun des tueurs est filmé successivement dans une pose qui lui est propre : accoudé, debout, assis de travers, une jambe relevée, une winchester sur la cuisse, le regard intense. Le même genre de plan est réitéré lorsque l’Indien expose sa parabole du petit meuble en bois. Sergio Leone ne se contente pas de les filmer dans l’expectative, il prend des instantanés de leur vie, de leur gestuelle, de leur façon d’être, sans verser dans le portrait simple et sans saveur. Aujourd’hui, toutes les rocks stars sont photographiées dans ce genre de poses, ténébreuses, cool et intenses à la fois. L’origine de ce style est à chercher chez Sergio Leone. Si Si !

Les liens du traître
Pendant le duel entre l’Indien et son traître, on trouve un gros plan sur la corde qui lui maintenait les mains liées dans le dos et qui vient d’être tranchée. C’est pas une simple ficelle, elle est toute tordue parce qu’on sent qu’il a essayé de s’en défaire, il y a des bouts de filasse qui dépassent… et c’est chouette. C’est pas le plus gros budget de l’histoire du cinéma, mais on y voit plus de choses réelles que dans Superman returns. Une corde arrachée en numérique, c’est beaucoup moins beau.

Eastwood regarde ses affiches sur son lit
Que font les chasseurs de primes quand ils ont fini leur journée de boulot ? Ils se reposent sur leur lit en consultant leur collection d’affiches qu’ils connaissent déjà par cœur, ils refont des comptes qu’il connaissent déjà par cœur, ils rêvent de grands coups et de rafler la mise avant les autres. Un peu comme un philatéliste qui contemple sa collection et rêves des timbres qu’il aimerait obtenir en parcourant son Yvert et Tellier. Eastwood dans sa première séquence, est filmé comme un robot, mais avec cette scène sur son lit, il devient soudainement humain, il devient un petit collectionneur avec ses petites manies.

L’Indien habillé en Peone
Après son évasion, l’Indien reste assez longtemps habillé en pauvre peon, avec ses guêtres écrues. Sa tenue sans fioritures n’entame en rien son statut de chef, respecté des siens. Et pour quelques dollars de plus est un peu la revanche des pays pauvres et du Tiers Monde sur 60 ans de western hollywoodien, on y voit enfin des mexicains tirer bien et juste et avoir des rôles de premier plan, on y voit des pueblos vides et asséchés par le soleil, on y voit la misère au quotidien. On peut rétorquer que c’est un peu léger pour classer Et pour quelques dollars de plus comme un film social. Mais rien n’interdit, au delà du plaisir de l’action pure et des rebondissements scénaristiques, d’apprécier ce genre de détails à leur juste valeur. Sans toutefois tomber dans l’excès inverse, comme certains qui voient dans Zombie un film social avant tout, en oubliant que l’argumentaire « primal » du film est quand même de voir des humains se faire étriper par des presqu’humains.


Les archives : les frères Morton tués par un chasseur de prime
Le colonel Mortimer parcourt les archives du journal local pour trouver l’identité du Manchot. Il y parvient et tombe sur cet article : « Les frères Morton tués par un chasseur de primes ». Un article frustrant parce qu’on voit la scène en photo, mais on ne la voit pas au cours du film. Et on aimerait bien. Une petite scène de gunfight de plus, encore une petite preuve de l’extraordinaire habileté aux armes du manchot. Leone nous met l’eau à la bouche en évoquant le passé riche en fureur et en coups de feu de ses personnages, et ça c’est passionnant. Remarquons que le colonel Mortimer – le vieux – consulte la presse, moyen d’information moderne à l’époque, alors que le Manchot – le jeune – préfère se renseigner à l’ancienne, en demandant aux vieux briscards qui connaissent tout le monde. Comme si dans Spy Games on avait vu Redford utiliser un portable GPS WAN ionique triphasé (je sais je suis pas crédible quand je cause technique…) et Brad Pitt un pigeon voyageur.

Le train qui casse tout dans la baraque
Une scène reprise par ailleurs dans Les Blues Brothers mais qui me fait à chaque fois poser la même question : avec tous les trains qui passent, est ce que ça vaut le coup de remettre à chaque fois la baraque en ordre, vu que chaque train qui passe fout toutes les bouteilles et babioles des étagères par terre. La réponse est simple, au temps de l’ouest, il devait y avoir un train par jour, pas plus, donc on peut imaginer que le vieux fou prenne le temps de remettre tout en ordre à chaque fois (en plus il est fou). Dans Blues Brothers les trains sont très fréquents, ça ne tient pas debout ! Et oui, c’est bien beau de pomper, mais il faut le faire bien…


Le manchot et le colonel Mortimer se reniflent comme deux chiens andalous
Avant de s’abîmer leur bottes et leurs chapeaux, le Manchot et le colonel Mortimer se tournent autour comme deux chiens qui se jaugent. On dit souvent de Leone qu’il filmait ses westerns comme on les joue dans les cours de récré quand on est petit. Les protagonistes accomplissent leurs actes dignes, machos et violents, mais au fond, ce sont des gamins qui jouent. Sergio Leone rajoute ici une thématique « animale », les deux opposants se flairent, ils jouent, mais ils jouent avec leur instinct.
Sinon, la référence à Bunuel, c’est juste pour faire joli, mais si quelqu’un remarque ou connaît un lien entre Un chien Andalou et Et pour quelques dollars de plus, exprimez vous !!

Niño couvre l’Indien
L’Indien s’endort sur son joint et Mario Brega couvre Gian Maria Volonte avec sa vareuse. C’est aussi lui qui lui allume ses joints, il le pouponne et veille sur lui. L’Indien est un psychopathe qui n’a jamais fini de grandir, il a besoin d’un substitut de mère pour être opérationnel dans la vie de tous les jours. Par contre pour faire le psychopathe, il se débrouille très bien tout seul. Concernant les joints, les commentaires audio et autres critiques font tout un foin de cet aspect du film qui pour ma part ne m’a jamais paru primordial, ni même spécialement visible. Les cigarettes de L’Indien pourraient tout aussi bien être des cigarettes normales, roulées, sans herbe qui fait planer dedans. Les scènes de dépendance peuvent également être prises à rebours : l’Indien a des spasmes nerveux, des tics de psychopathe, et il a besoin du tabac pour se calmer. A mon avis, c’est une vision des choses qui se tient, d’ailleurs, c’est celle que j’avais quand j’ai découvert le film et que je n’avais même pas l’âge de savoir ce que c’est qu’un joint…

L’évasion à la dynamite
Le Manchot fait évader un membre du gang de l’Indien à la dynamite. Pas de préparation, pas de plan, pas de concertation avec l’intéressé, qui a tout juste le temps de se planquer derrière son matelas. Mais la surprise est vite passée, l’homme se ressaisit immédiatement, saute illico de la fenêtre éventrée, et court à toutes jambes vers le Manchot. Ceci rejoint l’image de Tuco sautant en croupe derrière Blondin : pas de blabla, pas de finasseries inutiles, tous ces hommes sont des professionnels qui ont l’habitude de s’évader sans poser de questions.

Le Manchot casse un œuf de la main gauche
Casser un œuf d’une main, j’ai déjà beaucoup de mal, alors de la main gauche, j’ose même pas essayer. Eastwood a dû salement s’entraîner pour réussir à faire ça, d’où un gaspillage en œuf assez conséquent. De plus, tout ne semble pas parfait, j’ai l’impression qu’Eastwood laisse tomber des bouts de coquilles dans le plat. La preuve, c’est qu’il ne mange pas l’omelette une fois celle-ci cuite. Mais ce qui est important, c’est de voir le héros se faire cuire un œuf dans un western. Ça n’arrive pas tous les jours !
Au fait, juste avant ça, le Manchot tue trois ou quatre hommes de l’Indien pendant la pause café. C’est quand qu’il touche les primes de ceux là ? Il les laisse moisir au soleil et vient les récupérer après ? Il les a flanqué dans une grotte ? Il a eu le temps de passer chez un shérif quelconque pour toucher la prime avant de faire croire à l’attaque de la banque ?

Agua Caliente
Ce nom de pueblo mexicain est vraiment savoureux. « Eau chaude » n’est vraiment pas un village accueillant, et son nom ajoute une consonance hispanique mystérieuse et inquiétante. Superbe !
La route qui mène à Agua Caliente est bordée d'Agaves, dont une certaine sous-espèce permet de faire la tequila. Les grandes tiges que l'on observe au dessus des feuilles signalent la floraison de la plante qui n'a lieu qu'une seule fois en fin de vie de l'espèce (la plante se reproduit et meurt). Bizarre que toutes ces agaves fleurissent en même temps non? On s'en fout? Ha OK!

Eastwood a déjà sa carrière en tête
Eastwood joue un rôle de chasseur de primes, un genre de crapules dégoûtante qui vit aux marges de la légalité (voir La Horde Sauvage ou Adios California). Sergio Leone en fait des héros somme toute assez positifs. Lorsque qu’Eastwood entre dans Agua Caliente, il nous prive d’un petit duel avec les trois mexicanos. Au lieu de leur tirer dessus, il fait tomber quelques pommes. C’est dommage pour le spectateur de onze ans qui aurait bien voulu voir quelques morts de plus, mais c’est d’autant mieux pour le spectateur exigeant que Leone prend un malin plaisir à surprendre dans le bon sens. Eastwood est donc un « bon » chasseur de primes, qui prend soin de ne pas tuer de gens inutilement, et c’est toujours ça de pris pour sa carrière future, où il reprendra souvent des rôles d’hommes « aux limites » (Dirty Harry, Josey Wales), violents, mais justes.
Eastwood descend donc quelques pommes, mais pendant une seconde on se demande presque s’il ne va pas plutôt descendre le gamin qui essaye de cueillir les pommes. Les trois mexicanos, en toute logique devraient aussi se poser la question, et profiter du moment où Eastwood est de profil pour dégainer et l’abattre avant qu’il ne tue un enfant de leur village. Alors pourquoi ne le font ils pas ? Parce que de là où ils sont placés ils ne voient pas l’enfant, il y a me semble-t-il un mur dans l’axe, ils sont donc justes dans l’expectative de ce que Eastwood va faire. Oui mais alors s’ils ne voient pas l’enfant, ils ne voient pas les pommes, donc la démonstration de force d’Eastwood ne sert à rien ! Et combien de fois peut on couper un cheveu en quatre à propos d’une scène me direz vous ? Est-ce que chercher la petite bête à ce point ne gâche pas la force initiale ressentie à la première vision il y a vingt ans ? La réponse est non, mais en même temps vous avez raison : la scène est simplement magnifique.

Deux coups sur la porte
L’Indien ferme à clé la porte du débarras où il a placé le coffre. Pour être sûr de son coup, il frappe deux coups de poings dans la porte, histoire de vérifier qu’elle est vraiment fermée. Ça ne sert à rien, mais n’importe qui ferait ça, sachant qu’il y a un tas de dollars derrière la porte. L’Indien a encore quelques petits réflexes humains en réserve.

La mélancolie de la montre
L’Indien envoie ses hommes se faire éliminer par les deux chasseurs de primes. En attendant, il passe son ennui en maltraitant un cafard au son de la petite musique de sa montre (il a le cafard en somme). Cette scène est l’image même de la mélancolie. La tête posée sur son bras, la petite musique triste, les pensées voguant vers quelques souvenirs traumatisants, Gian Maria Volonte représente toute la détresse des écorchés vifs qui sont blessés à l’intérieur. On voit à nouveau le joint, que Leone et ses scénaristes avaient ajouté pour donner une explication au jeu exacerbé de l’acteur, qui venait du théâtre. Curieusement, ce jeu expansif de Volonte n’est pas toujours au rendez vous. Si dans Quien Sabe l’acteur cabotine effectivement à outrance, il est beaucoup plus sobre dans Le Dernier face à face, et dans ses films politiques ultérieurs, ainsi que dans Chronique d’une mort annoncée. Que s’est il passé dans la tête de l’acteur ? Leone s’était il trompé sur son compte ? Si vous savez, exprimez vous !

Le duel à la montre
Rien que l’idée du duel à la montre est magnifique. Mais je ne résiste pas à reproduire ici un autre découpage de cheveu en quatre lu sur le Spaghetti Web Board ou sur le Leone Web Board. La mécanique de la montre utilise un système de ressors. La mélodie ne s’arrête donc pas toujours sur la même note. La musique ralentit petit à petit avant de s’arrêter tout à fait. Alors comment savoir quand la musique s’arrête vraiment ? Il peut très bien y avoir une pause d’une seconde entre l’avant dernière note et la dernière, ce qui fait que l’un des deux opposants pourrait se tromper et croire que la musique s’arrête, alors qu’en fait il reste une note. Putain, la honte si Lee Van Cleef dégaine alors que la musique est pas finie, bouuu le mauvais joueur ! Mais alors quelle solution apporter ? Un des membres du board suggère d’attendre un temps raisonnablement long après la dernière note, avant de dégainer. Du genre « après la dernière note, on compte jusqu’à dix pour être sûr que c’est la dernière note, et on dégaine ». Pourquoi pas, mais on peut alors ne plus utiliser la montre du tout. Et puis « on compte jusqu’à dix et on dégaine, ou on dégaine au moment où on dit « dix » » ??? Il y a de quoi empêcher de dormir tout honnête homme qui sait se poser les questions vraiment existentielles de la vie !
D’autre part, on aura tous noté qu’au petit jeu de la montre, l’Indien est vachement avantagé sur ses adversaires, parce qu’il connaît sa montre par cœur, et il sait grosso modo quand la musique va s’arrêter. Jusqu’au jour où il rencontre le Colonel Mortimer qui connaît aussi sa montre par cœur…

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 01 sept. 2007 11:42

Des petites remarques courtes et en vracs sur ton topo, histoire de, car c'est très bien vu, tout ça :

tepepa a écrit :La gaine en cuir
Il faut surtout y voir un détail vestimentaire technique et/ou ornemental de plus qui forge l’univers du western italien.

Je pense que du point de vue pratique cela avait une utilité (en plus de donner une spécificité à son porteur), cela servait lorsque le pistolero « ventilait », c’est-à-dire restait appuyé sur la gâchette, et levait le chien jusqu’à vidage complet du barillet. Le cuir permettait de ne pas ramasser
Sa main après avoir fait un tel exercice :D.

tepepa a écrit :Et pour quelques dollars de plus est un peu la revanche des pays pauvres et du Tiers Monde sur 60 ans de western hollywoodien, on y voit enfin des mexicains tirer bien et juste et avoir des rôles de premier plan, on y voit des pueblos vides et asséchés par le soleil, on y voit la misère au quotidien.

Certains westerns US avec Gilbert Roland montrent déjà un mexicain fin tireur, et souvent, il n’a pas le plus mauvais rôle ;) De plus, la misère filmée par Leone était plus celle réelle de l’Espagne à cette époque que celle du Mexique. Un film tel que Vera Cruz (1954) montre déjà la pauvreté du Mexique, de même la Vengeance aux deux visages (1961).

tepepa a écrit :Remarquons que le colonel Mortimer – le vieux – consulte la presse, moyen d’information moderne à l’époque, alors que le Manchot – le jeune – préfère se renseigner à l’ancienne, en demandant aux vieux briscards qui connaissent tout le monde.

Parce que le jeune pense faire bien en faisant « comme ceux qui ont de l’expérience , et le vieux se met au goût du jour pour rester à la pointe. Intéressante opposition cool

tepepa a écrit :tous ces hommes sont des professionnels qui ont l’habitude de s’évader sans poser de questions.

Ils sont surtout habitués à suivre celui qui a une arme et un cheval :lol:

tepepa a écrit :Eastwood reprendra souvent des rôles d’hommes « aux limites » (Dirty Harry, Josey Wales), violents, mais justes.

Oui, mais pas toujours loyaux (je pense surtout à Harry Callahan), alors pour le personnage bon, on fait mieux…

tepepa a écrit :Que s’est il passé dans la tête de l’acteur ? Leone s’était il trompé sur son compte ? Si vous savez, exprimez vous !

Vu la carrière de Volonte avant Leone (un seul rôle en tête d’affiche), je pense que le réalisateur l’a avant tout choisi pour sa gueule, et pas pour son jeu.
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Messagepar tepepa » 01 sept. 2007 16:06

Sartana a écrit :Je pense que du point de vue pratique cela avait une utilité (en plus de donner une spécificité à son porteur), cela servait lorsque le pistolero « ventilait », c’est-à-dire restait appuyé sur la gâchette, et levait le chien jusqu’à vidage complet du barillet. Le cuir permettait de ne pas ramasser
Sa main après avoir fait un tel exercice :D.


Ah oui en effet, c'est plausible :D

Sartana a écrit :Certains westerns US avec Gilbert Roland montrent déjà un mexicain fin tireur, et souvent, il n’a pas le plus mauvais rôle ;) De plus, la misère filmée par Leone était plus celle réelle de l’Espagne à cette époque que celle du Mexique. Un film tel que Vera Cruz (1954) montre déjà la pauvreté du Mexique, de même la Vengeance aux deux visages (1961).

OK, accepté! cool


Sartana a écrit :
tepepa a écrit :Eastwood reprendra souvent des rôles d’hommes « aux limites » (Dirty Harry, Josey Wales), violents, mais justes.

Oui, mais pas toujours loyaux (je pense surtout à Harry Callahan), alors pour le personnage bon, on fait mieux….

Harry Callahan n'est pas loyal? Il est déloyal avec sa hiérarchie, mais ça reste un type bon. Je ne crois pas avoir jamais vu un Clint Eastwood où il interprète un vrai salaud!

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 01 sept. 2007 16:42

tepepa a écrit :Harry Callahan n'est pas loyal? Il est déloyal avec sa hiérarchie, mais ça reste un type bon. Je ne crois pas avoir jamais vu un Clint Eastwood où il interprète un vrai salaud!

Et dans Impitoyable, alors ?... cool
Mais j'ai souvenir de l'inspecteur Harry tuant de sang froid des salauds désarmés... Pas très loyal, même sur des salauds ;)
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Daniel
Westerner
Westerner
Messages : 2117

Messagepar Daniel » 01 sept. 2007 17:17

Je crois mon ami Sartana que l'on s'éloigne du western avec l'inspecteur Harry... :gun:

Mais j'aimerais juste ouvrir et refermer aussitôt cette parenthèse en te disant que le personnage d'Harry Callahan n'est pas un tueur de sang-froid, il ne tue jamais un salopard désarmé ! Toutefois, il aime jouer au chat et à la souris avec eux... Il provoque le salaud par une phrase, l'invitant à utiliser son arme... "I know what you're thinking. "Did he fire six shots or only five?" Well, to tell you the truth, in all this excitement I kind of lost track myself. But being as this is a .44 Magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you've got to ask yourself a question: Do I feel lucky? Well, do ya, punk?" ou "Go ahead, make my day!". Bref, il donne toujours la chance à son adversaire de se défendre avant de l'envoyer définitivement en enfer ! :twisted:

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 01 sept. 2007 20:44

Tepepa a écrit

Mon conseil : si vous aimez vraiment un film, aménagez vous de temps en temps des périodes d’abstinence de 5 ou 10 ans sans le voir, vous y gagnerez beaucoup.


Il y a intérêt à en tomber amoureux jeune, sinon...le risque de mourir con devient de + en + prégnant... :num1
De ttes façons, on meurt con... :cry:

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 01 sept. 2007 20:46

musselshell a écrit :Il y a intérêt à en tomber amoureux jeune, sinon...le risque de mourir con devient de + en + prégnant... :num1
De ttes façons, on meurt con... :cry:

N'a pas l'air joyeux, le musselshell...
Ca va ? :oops:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 01 sept. 2007 20:51

Le turbin, Sartana, le turbin... cool

Avatar du membre
Vixare
Séminole
Séminole
Messages : 1561
Localisation : Valenciennes
Contact :

Messagepar Vixare » 02 sept. 2007 18:30

musselshell a écrit :Le turbin, Sartana, le turbin... cool


Et dire que je veux devenir un de tes collègues ... :lol:

Bon pour le film, comme d'habitude, je vous lis au départ et dans la semaine je reprogramme une séance pour participer au débat :wink:
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 02 sept. 2007 18:50

Vixare a écrit
Et dire que je veux devenir un de tes collègues ...


Bon, là, j'admets que je ne fais pas avancer le débat, mais vois tu, Vixare, tu m'es sympathique, alors je te dis: fais gaffe. cool
Pour le film, je vous laisse disserter, je ne le trouve pas mauvais (tres loin de là), mais entre mon humeur pas à ça et les compétences tepepiennes, sartanesques, vixariennes...se logent de bonnes raisons pour que je me contente de vous lire. :( :num1

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 03 sept. 2007 17:32

Et pour quelques dollars de plus nous présente un far-west peu réjouissant, voire, en extrâpôlant, effrayant.
Comment :


1/
Ce film est très orienté anarchie, non pas l'idéologie de l'anarchie, mais nie toute ou presque représentation de l'autorité. El Paso apparait comme une ville où sorti de la banque et du saloon, rien n'a d'intérêt : en effet, aucun bureau du shérif (on ne voit d'ailleurs pas le shérif) ne vient protéger les citoyens : on a l'impression que la banque (et par là même le banquier) dirige et conduit la ville.
Sans la banque, El Paso n'est plus qu'un trou...

2/ Les bandits s'infiltrent partout : El Indio parvient à surprendre Maria dans le lit de son amant en pleine nuit sans que personne ne l'entende venir. Ajoutez à cela que la prison et sa garnison (seules représentations crédibles de la justice, dans le film) peuvent être anéanties en une nuit par 5 à 6 hors-la-loi.

3/ Une fois tombés entre les mains des bandits ne croyez pas vous en sortir : ils vont vous utiliser, puis vous passer à tabac, jusqu'à ce qu'ils décident de vous tuer...

4/
Les banques les plus sûres et les mieux gardées ne leur font pas peur, ils parviennent à les piller...

5/ Ces mêmes bandits échappent aux autorités et aux poursuites.

6/ N'espérez pas leur échapper grâces aux lieux de cultes ! Ils peuvent parfois décider d'en faire leur repaire...

Voici quelques exemples qui démontrent bien que pour Leone, le far-west n'est pas une époque où l'on est tranquille chez soi, et où l'on peut faire confiance à son voisin : tout est construit dans ce film pour que les héros (pourtant pas tout rose non plus) soient le seul échappatoire et la seule protection que peuvent espérer les honnêtes gens...

Vous avez dit pessimmisme ?...
:lol:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Inisfree
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 131
Localisation : Cannes
Contact :

Messagepar Inisfree » 03 sept. 2007 23:28

J'aime beaucoup les textes de Tepepa sur « les petites choses dans... ». il capte vraiment l'essence du travail de Léone, et ce que l'on retient des films, cette somme de détails qui les rends remarquables. Léone, je ne sais pas à quoi cela tient, mais chaque fois que je vois l'un de ses westerns (à l'exception du premier trop dépendant du film de Kurosawa pour moi), je pense que c'est son meilleur film. Ici, j'écris donc que Et pour quelques dollars de plus... est son meilleur film. Pour débattre un peu, on pourrait dire que ce film est son premier et seul véritable western à l'italienne. Le premier de la série cherche son style, expérimente de nouvelles formes en s'appuyant sur des façons de faire qui ne viennent pas d'Amérique (les cadrages, le montage, la musique, le ton...), sur des souvenirs de cinéphile, mais tout n'est pas forcément aboutit.
Et pour quelques dollars de plus... est complètement son film et tous les éléments sont repris et peaufinés. Il y a deux véritables personnages (Mortimer et Indio) avec une histoire et quelque chose derrière, et puis un véritable mythe (Le manchot) cette fois bien en place, Eastwood est visiblement complètement à l'aise avec le poncho et le reste. La musique de Morricone a aussi progressé, elle est déjà plus spéciale, originale, intégrée à l'action (la montre, les "indicatifs" des personnages...). Ce film, c'est une sorte de quintessence du western italien avec les décors (l'utilisation quasi surréaliste des extérieurs espagnols, le canyon pelé canonique), les tronches par dizaines, toutes inoubliables, les piliers : Brega, Kinski, Pistilli, Egger... plus encore que dans le précédent. Il y a les répliques qui tuent, le scénario tordu, le plaisir du jeu, toutes les scènes clefs (attaque de banque, duel, défis...), bref tout ce sur quoi repose une majorité de films de ce genre. Et Léone y imprime son style, son jeu sur le temps (le film est déjà plus long que la moyenne), les flashs-backs structurants, le jeu sur les cadres, sur la profondeur de champ, l'humour... Bref, tout, il y a tout dans Et pour quelques dollars de plus...
Dans le film suivant, déjà, Léone va passer à autre chose, laisser éclater son ambition, faire entrer l'Histoire dans ses histoires, conquérir le monde, laisser en arrière les simples jeux de gamins qui se marchent sur les bottes. Mais ceci est une autre histoire.

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Messagepar tepepa » 07 sept. 2007 12:11

Je suis assez d'accord avec vous deux! Leone construit un Ouest où tout est possible dans la mesure où une individualité forte est souvent plus puissante que toute forme d'autorité en place. C'est à la fois jouissif si l'on s'identifie au héros invincible, tranquille et calme; et perturbant si l'on s'identifie au gros mexicain qui se fait jeter, au vigile qui se fait descendre pendant qu'il mange son sandwich, au type qui voit sa famille massacrée, bref, aux gens plus proches de notre réalité quotidienne. En cela, l'anarchie libertaire de Leone n'est vraiment pas recommandable. Plus tard dans le western italien, on retrouvera la même anarchie, mais avec une atténuation totale de l'horreur de la violence, le meurtre devenant un jeu sans conséquence. Ainsi dans Mon nom est Personne, l'anarchie règne, mais elle devient source de joie et de bonheur.

Je suis aussi d'accord pour dire que Et pour quelques dollars de plus, en terme d'action, de narration, de budget et de réussite formelle est l'étalon presque parfait du western italien. Pour une poignée de dollars, malgré sa très grande réussite, était un essai, le bon la brute et le truand est déja plus qu'un simple western italien. Il manque peut-être à Et pour quelques dollars de plus une espèce de désinvolture et de bonne humeur propre au genre pour qu'on le dépose au pavillon de Breteuil à Sèvres, désinvolture que l'on peut trouver par exemple dans La mort était au rendez vous.

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 07 sept. 2007 12:42

tepepa a écrit :Je suis aussi d'accord pour dire que Et pour quelques dollars de plus, en terme d'action, de narration, de budget et de réussite formelle est l'étalon presque parfait du western italien. Pour une poignée de dollars, malgré sa très grande réussite, était un essai, le bon la brute et le truand est déja plus qu'un simple western italien. Il manque peut-être à Et pour quelques dollars de plus une espèce de désinvolture et de bonne humeur propre au genre pour qu'on le dépose au pavillon de Breteuil à Sèvres, désinvolture que l'on peut trouver par exemple dans La mort était au rendez vous.

Désinvolture certes, mais poussée à l'extrême dès 1969, où l'on commence à ressentir que la désinvolture peut produire le meilleur (Sabata) comme le pire (La chevauchée vers l'ouest).
Pour revenir à EPQDDP, on a un peu de désinvolture dans la mesure où Eastwood refuse de tirer sur 3 mexicains appeurés et préfère faire tomber des pommes, mais c'est vrai il y en a très peu. Et est-ce un manque, la désinvolture ? Leone, lorsqu'il a fait ce film, n'avait sans doute aucune envie de faire de son film quelque chose de désinvolte. Ce sont ses continuateurs (si l'on peut dire) qui ont fait de ceci une marque de fabrique et ont poussé à outrances cette désinvolture que l'on retrouve (et subit) dans nombres de westerns "comiques", ersatz de Trinita, ce qui a ainsi poussé le genre dans le gouffre de la saturation...

La désinvolture doit être cadrée (tu cites à raison La mort était au rendez-vous, de même on peut aussi parler de Je vais, je tire et je reviens) et distillée intelligement dans un scénario, et ne doit pas constituer la structure d'un film. Ce que n'ont pas compris les italiens. Les espagnols un peu plus...

Mais qu'aurait donner EPQDDP avec un esprit non pas parodique mais ne serait-ce que désinvolte ? Aurait-on eu un film si fort ? J'en doute... :(
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité