Impitoyable - Unforgiven - 1992 - Clint Eastwood

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 02 août 2007 11:14

Jean Louis a écrit
leurs économies si chèrement gagnées à la sueur de leur c...


Oh! cool :num1

Avatar du membre
Vixare
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1560
Localisation : Valenciennes
Contact :

Messagepar Vixare » 02 août 2007 17:42

Musselshell, mon message faisait rapport à "l'ouverture" que tu faisais là :
Quant aux prostituées, elles se défendent comme elles peuvent ds le film, et leur manière d'être, de revendiquer (en vain), n'est absolument pas invraisemblable ds ce contexte aux alentours de 1880...
sinon on est d'accord :wink:

Peut-être à tort, je faisais part de mon étonnement que tout parte de la mise à prix de la tête des 2 cow-boys


il faut dire aussi qu'on a pas vraiment été habitué à ce genre de scénario ...
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2852

Messagepar Jean-Louis » 09 août 2007 19:56

Tuerie dans un saloon : 5 morts.

Big Wiskey, Wyoming

C'est dans la soirée d'hier, qu'un individu a fait irruption dans le Greely's Saloon.

Malgré la nombreuse assistance, Il a ouvert le feu sur le patron de l'établissement
le tuant net d'une décharge de chevrotines presque à bout portant, le brave homme n'était même pas armé !

Ensuite, l'inconnu n'a pas hésité à affronter le Sheriff Little Bill Daggett, pourtant homme d'expérience dont la solide réputation
n'est plus à faire, ne garantissait-il pas depuis des années la paix dans le Comté.

Little Bill revenait, avec ses adjoints et les membres du posse d'une chasse à l'homme, ils avaient vainement traqué les assassins de deux malheureux cowboys.

L'individu, comme insensible à ce qui pouvait lui arriver, fut le plus rapide et d'une balle mit hors de combat notre Sheriff,
ses adjoints n'écoutant que leur courage essayèrent de lui faire entendre raison.

Aussi incroyable que cela puisse paraître en 3 balles il fit mordre la poussière à 3 adjoints.

L'inconnu toujours aussi froidement, ayant récupéré une arme chargée, acheva Little Bill.

C'est en passant devant le cadavre de Ned Logan, exposé devant le saloon, menaçant les villageois
pétifrifiés de toutes les foudres de l'enfer si des funérailles correctes ne lui étaient pas faites que l'assistance
comprit que cet homme était son complice
et qu'il était venu le venger...

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6498

Messagepar Longway » 09 août 2007 23:37

Jean-Louis a écrit :Tuerie dans un saloon : 5 morts.

Big Wiskey, Wyoming

C'est dans la soirée d'hier, qu'un individu a fait irruption dans le Greely's Saloon.

Malgré la nombreuse assistance, Il a ouvert le feu sur le patron de l'établissement
le tuant net d'une décharge de chevrotines presque à bout portant, le brave homme n'était même pas armé !

Ensuite, l'inconnu n'a pas hésité à affronter le Sheriff Little Bill Daggett, pourtant homme d'expérience dont la solide réputation
n'est plus à faire, ne garantissait-il pas depuis des années la paix dans le Comté.

Little Bill revenait, avec ses adjoints et les membres du posse d'une chasse à l'homme, ils avaient vainement traqué les assassins de deux malheureux cowboys.

L'individu, comme insensible à ce qui pouvait lui arriver, fut le plus rapide et d'une balle mit hors de combat notre Sheriff,
ses adjoints n'écoutant que leur courage essayèrent de lui faire entendre raison.

Aussi incroyable que cela puisse paraître en 3 balles il fit mordre la poussière à 3 adjoints.

L'inconnu toujours aussi froidement, ayant récupéré une arme chargée, acheva Little Bill.

C'est en passant devant le cadavre de Ned Logan, exposé devant le saloon, menaçant les villageois
pétifrifiés de toutes les foudres de l'enfer si des funérailles correctes ne lui étaient pas faites que l'assistance
comprit que cet homme était son complice
et qu'il était venu le venger...


Réaction d'un habitant après avoir lu l'article.

Quelle époque nous vivons ! Le banditisme a même atteint les coins les plus reculés de nos vertes campagnes de l'ouest.
Encore une sombre histoire de vengeance! Et au bout du compte cinq citoyens assassinés dont un brave tenancier de saloon qui ne demandait qu'a gagner sa vie honnêtement, et surtout ce shérif, digne représentant de la loi, abattu froidement dans l'exercice de ses fonctions, lui qui ne faisait que son devoir qui est de protéger la population de sa cité. Le bandit, bien entendu court toujours.
C'est scandaleux ! On ne peut même plus sortir le soir boire un verre tranquillement sans être certain de revenir chez soi vivant. :roll:

bannon
Squaw
Messages : 359
Localisation : l'ouest

Messagepar bannon » 10 août 2007 15:40

:applaudis_6: :applaudis_6: :applaudis_6: :applaudis_6: :applaudis_6: je reste sans voix face a votre analyse de cet excellent film qui malgré quelques invraisemblances seulement perceptibles par les westerners que nous sommes demeure le meilleur western depuis "Danse avec les loups"

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2852

Messagepar Jean-Louis » 10 août 2007 19:29

mortimer a écrit :

personnellement j'ai toujours pensé que les oscars donné pour ce film étaient surtout là pour récompenser (tardivement :? ) eastwood pour l'ensemble de sa carrière, plus que pour récompenser ce film lui-même. J'ai peut-être tort



Mortimer, moi aussi je n'adhère pas complètement à Impitoyable.
Mais à la question de savoir si les Oscars ont été attribués plus à Eastwood qu'au film lui-même.
Le fait que L'AFI* dans l'édition de juin 2007 de son Top 100 des meilleurs films américains de tout les temps classe Impitoyable à la 98e place, seul film de Clint Eastwood classé, semble être la réponse.

*American Film Institute.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Top_100_de ... _Institute

:beer1:
c'est pas qu'il fasse chaud, mais il fait soif (ça doit être le chauffage :wink: )

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 10 août 2007 20:07

Jean-Louis a écrit :
mortimer a écrit :

personnellement j'ai toujours pensé que les oscars donné pour ce film étaient surtout là pour récompenser (tardivement :? ) eastwood pour l'ensemble de sa carrière, plus que pour récompenser ce film lui-même. J'ai peut-être tort



Mortimer, moi aussi je n'adhère pas complètement à Impitoyable.
Mais à la question de savoir si les Oscars ont été attribués plus à Eastwood qu'au film lui-même.
Le fait que L'AFI* dans l'édition de juin 2007 de son Top 100 des meilleurs films américains de tout les temps classe Impitoyable à la 98e place, seul film de Clint Eastwood classé, semble être la réponse.

*American Film Institute.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Top_100_de ... _Institute

:beer1:
c'est pas qu'il fasse chaud, mais il fait soif (ça doit être le chauffage :wink: )


Pas besoin de l'AFI, même si parfois ils ne se plantent pas (parfois: la plupart du tps, ils se réfèrent aux entrées)...Unforgiven est un chef d'oeuvre aux yeux d'un truc tout aussi con: la critique française, regardée de long en large). C'est AMHA plus signifiant.
De ttes façons, je suis arrivé à la même conclusion tt seul, comme un grand cool ...

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2852

Messagepar Jean-Louis » 11 août 2007 10:13

musselshell a écrit :C'est AMHA plus signifiant.
De ttes façons, je suis arrivé à la même conclusion tt seul, comme un grand cool ...


Merci Monsieur,

J'ai encore appris qq chose : maintenant je sais ce que signifie "AMHA",
je ne connaissais pas, c'est dire la couche* que je trimbale.

* et pourtant pas 1er âge.

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6498

Messagepar Longway » 11 août 2007 17:14

Je l'ai revu dans la semaine. Je ne me hasarderai pas à refaire des commentaires sur tout ce qui a déja été dit plus haut sous peine de tomber dans la répétition.
A l'époque de la sortie du film, ma première vision en salle m'avait laissé sur une impression mitigée. Ni vraiment impressionné, ni déçu non plus. A vrai dire je ne m'attendais pas à une résurection du western, au contraire je me doutais bien que notre ami Clint allait en quelque sorte nous planter un point d'orgue à son oeuvre et refermer une porte qui ne serait pas prête de s'ouvrir de nouveau. A cela j'avoue avoir été comblé.
Oui ! Avec cette dernière approche, le western mythique est bel et bien mort et enterré, et j'irai même plus loin, le western crépusculaire aura pris lui aussi un sacré coup de vieux.
Jusqu'à présent le héros restait le héros, même s'il n'était plus ce qu'il avait été autrefois depuis l'arrivée massive du western spaghetti, un passé trouble, des attitudes souvent antipathiques, pas toujours défenseur de la veuve et l'orphelin, en un mot un héros incertain mais qui trouvait toujours grâce auprès du public.
Mais là ! Où est le héros ?... Nulle part ! Il n'y en a point. Certe Munny est au centre de l'histoire. Comment peut il en être autrement puique Clint Eastwood est réalisateur et acteur à la fois, mais il aurait très bien pu inverser les choses et se focaliser plus activement sur le personnage de Ned, voire celui du Kid en y faisant le générique du film comme il l'a fait pour Munny ( cela aurait d'ailleurs été intérressant de découvrir comment un homme de couleur comme Ned a pu épouser une indienne ) et faire tourner l'histoire autour de l'un de ces deux là plutôt que Munny.
Après l'élimination des deux cowboys on peut imaginer un autre scénario tout à fait plausible, Munny et le Kid fait prisonniers au lieu et place de Ned, ce qui aurait été possible quand on voit qu'ils échappent de justesse au retour rapide des compagnons du deuxième cowboy abattu ( quels mauvais tireurs ils ont fait les bougres ! :shock: )
Ned se serait alors retrouvé à la place de Munny, et vu l'estime porté à son ami nul doute qu'il aurait fait demi tour et endossé le rôle du vengeur.
Ned n'étant pas Munny, le gunfight final aurait certainement pris une autre tournure, différente de celle que nous connaissons. Pensez ! Ned le repenti, le seul des trois à avoir eu du remord lors de l'assassinat ( car c'en est un ) du premier cowboy, au point de renoncer à la suite de l'exécution, se trouvant alors seul face à Little Bill et ses adjoints.
Que se serait il passé alors ? Une fin sans doute à l'opposé de celle voulut par Clint Eastwood.
Et c'est là où je veux en venir, cette fin, finalement conventionnelle au genre , rendant hommage à Sergio Leone, où Clint Eastwood se retrouve lui même, tel qu'il a été dans " PALE RIDER " ou " HIGH PLAINS DRIFTER ", renoue miraculeusement avec le western crépusculaire, effaçant ( en partie ) au passage 1h50 d'un western hors norme, qui aura été dans son traitement, différent de tout autre réalisé jusqu'à présent.
Clint Eastwood n'aura pas été totalement au bout de sa réalisation audacieuse. Une fin plus proche de celle de " THE SHOOTIST " ou " DEATH OF A GUNFIGHTER " voire de " THE WILD BUNCH " ( réalisés par Don Siegel et Sam Peckinpah, autres maitres de Clint ) aurait été l'aboutissement et la porte close définitive au genre. Il aurait dés lors enterré à jamais la clé. Il ne l'a pas fait, préfèrant la laisser sous le paillasson, et celui qui aura l'idée d'aller la chercher pour tenter d'ouvrir une porte à la serrure bloquée et rouillée aura bien du mal. :roll:

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 11 août 2007 18:34

Je suis d'accord avec toi, Longway, en ce qui concerne la fin...Même si on sait que Munny est sous l'emprise de l'alcool, qu'il n'a pas de méthodologie précise ( "j'étais saoul","j'ai eu de la chance", "j'ai toujours eu de la chance quand il s'agit de tuer des gens"...), il n'en reste pas moins qu'on assiste à une véritable résurrection du mythe eastwoodien...et c'est vrai que ça peut ne pas vraiment sembler nécessaire au vu de ce qui précède...Ceci dit, ça reste fort, fort et subtil:
comme si Eastwood disait au spectateur: vous voulez le final qui vous fera jubiler, le voilà...et il y a tout, jusqu'à la nuit, la pluie, l'orage...mais la jubilation est pour le moins étrange, tant elle porte sa dose de malaise...comme si le spectateur, et plus précisément celui amateur de western, devenait là la cible, au sens quasi propre du terme...comme si Eastwood lui démontrait une fois de plus, mais ici sciemment, qu'il ne saurait guérir de sa fascination malsaine pour la violence. Tout ça AMHA ( :wink: ) bien sûr...

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6498

Messagepar Longway » 11 août 2007 22:01

Je suis d'accord aussi, c'est fort et subtil. Mais en réalité, ce que je reproche à Clint, ce n'est pas ce final comme tu le dis " jubilatoire " et qui il faut bien le dire on attendait impatiemment depuis un bon moment. On savait logtemps à l'avance que le duel entre lui et Little Bill était inévitable.
Ce qui manque c'est ce petit geste de la part d'un des adjoints survivants au massacre, cette gachette où il faut avoir le courage d'appuyer pour détruire le mythe définitivement, car qu'on le veuille ou non, à cet instant Clint en la personne de Munny redevient ce personnage fantômatique et légendaire qui lui avait si bien réussi dans ses westerns précédents et qu'il s'est acharner à détruire tout au long de ce film.
Ce qui est surprenant c'est que l'alternative n'est même pas proposé au spectateur, avec par exemple une fin arrêt sur image de l'adjoint de Little Bill prêt à tirer sur Munny, ce qui aurait permis de laisser planer le doute sur la survivance du mythe ou pas.
Non, le pas n'est pas franchit et le héros solitaire ( the pale rider ) revient en avant, plus fort que jamais, impressionnant ses ennemis par des paroles menaçantes venues presque d'outre tombe. Il s'en va sous un orage apocalyptique, sans regarder derrière lui, et disparait dans la nuit sombre, semblable à un revenant ayant puni les simples mortels qui lui avaient fait du tort. La légende demeure et reste à briser totalement.
Qui osera le faire ?

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3068
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 11 août 2007 23:41

Longway a écrit :La légende demeure et reste à briser totalement.
Qui osera le faire ?

Il est difficile de "briser" une légende. Qui peut se le permettre ? Certainement pas ceux qui lui doivent tout. AMHA Clint ne peut pas balayer les idées reçues et le mythe du héros sans renier ce qui l'a fait tel qu'il est. L'acteur doit tout au western : comment ensuite cracher sur ce qui nous a fait ? Cela serait d'un cynisme indigne de notre Clint cool
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6498

Messagepar Longway » 12 août 2007 0:02

Je ne pense pas que briser une légende ce soit cracher sur la totalité de son oeuvre. C'est plutôt l'aboutissement, le dernier maillon de la chaine.
Toute légende, à un moment ou un autre doit être revisitée et réadaptée à l'époque que nous vivons.
Clint l'a fait pendant 115 minutes pour " Impitoyable " !
Manque les cinq dernières minutes, les plus importantes. cool

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3068
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 12 août 2007 0:31

Longway a écrit :Je ne pense pas que briser une légende ce soit cracher sur la totalité de son oeuvre. C'est plutôt l'aboutissement, le dernier maillon de la chaine.

Pas faux. Et puis "cracher, c'est un terme violent je trouve. J'aurai pu dire cela autrement.
Longway a écrit :Toute légende, à un moment ou un autre doit être revisitée et réadaptée à l'époque que nous vivons.

Là je ne suis plus d'accord. La plupart des légendes sont "légendaires" car elles sont intactes depuis toujours et qu'elles n'ont justement pas besoin d'être réadaptées pour parler aux gens.
Je comprends que certaines légendes soient adaptées ou aient besoin de l'être, bien sûr, mais les vraies légendes n'en ont pas besoin. Elles sont immuables, et se transmettent.
Le choix de ne pas en finir avec le mythe est tout simplement une volonté de ne pas poser maintenant le dernier maillon de la chaîne. Pourquoi briser une légende serait-elle un aboutissement de carrière ? John Wayne a-t-il démythifié son personnage ? A-t-il brisé sa légende pour conclure en beauté sa carrière ?...
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6498

Messagepar Longway » 12 août 2007 12:10

Je comprends que certaines légendes soient adaptées ou aient besoin de l'être, bien sûr, mais les vraies légendes n'en ont pas besoin. Elles sont immuables, et se transmettent.


J'aurais peut être du préciser ma pensée.
Toutes les légendes ne méritent pas d'être démysthifiés, bien au contraire, ce sont souvent des messages d'espoir donnant un sens à la vie. Je pense particulièrement aux légendes indiennes où se confondent nature et spiritualité et qui doivent demeurer intactes, mais aussi plus près de nous, les bonnes vieilles légendes de nos provinces françaises, qui font la force de nos anciens quand ils nous les racontent et nous émerveillent par tant de sagesse.
Non, quand je dis revisité, je m'adresse aux légendes que je qualifierai d'artificielles, fabriquées de toute pièce par des hommes sans scrupules, loin du terrain, afin d'en tirer un profit.
Pour eux accéder à la notoriété en transformant en mythe des faits divers souvent peu glorieux, était aussi important pour leur ego que la soudaine popularité du personnage hissé en héros, grâce à des écrits arrangés et défiant toute logique.
Ainsi dans le western, le mythe du héros invincible doit être revu et corrigé afin de le placer dans son contexte actuel, c'est sous cette condition que le western peut encore avoir un avenir au cinéma.
D'autre part, dans " Le Dernier des Géants " ( The Shootist ) John Wayne n'a t-il pas cassé sa légende en se présentant comme un vieil homme rongé par la maladie, désirant mourir tranquillement dans une chambre. Bien sur son passé le rattrape, mais quand on pense que lors du gunfight final il meurt d'une décharge dans le dos, il a bien démontré que le mythe du héros fabriqué par des tiers n'était pas intouchable.
A cela il a plus osé que Clint ne l'a fait dans " Impitoyable " cool



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité