L'Homme aux colts d'or - Warlock - 1958 - Edward Dmytryk

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 23 mai 2007 7:32

Pour ma part l'homosexualité me semble plus évidente. Et si vous cherchez un peu de nombreux sites le pensent aussi, mais ce n'est pas une raison... Il est normal qu'il y ait des doutes puisque si il y a homosexualité, elle est caché voir latente. Donc non évidente. Il faudrait lire le roman...
Une anecdote amusante. Dans le film de John Huston, La lettre du Kremlin (1969), le personnage homosexuel se nomme... Warlock !

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7163

Warlock(1959)

Messagepar chip » 23 mai 2007 11:19

Dans une interview de 1995 pour "les inrockuptibles" un journaliste déclare à Richard Widmark:
Vous êtes pourtant habitué aux rôles de pédé:Tommy Udo dans "le carrefour de la mort" n'est entouré que d' hommes ,Stiles dans "la dernière rafale" est un ganster qui ne cache pas son attirance pour un jeune boxeur et, dans "le jardin du diable...
réponse de R.W :
mais j' en sais rien du tout(rires)...Vous avez un problème ,ou quoi?
Où allez- vous donc chercher ça ?
Je serais plutôt de l' avis de Widmark ,les critiques de cinéma ont une fâcheuse tendance à déceler des choses qui ne sont pas, comme de voir de l' homosexualité où il n'y a qu'amitié, virile, certes, mais amitié.
En ce qui concerne WARLOCK que j'ai dû voir une dizaine de fois,je n'ai pas vu d'homosexualité entre Blaisdell et Morgan,juste une profonde amitié,ça existe...
Pour un autre western "the law and Jake Wade" où nos trop fûtés critiques ont cru voir aussi des sous-entendus R.W. déclare dans la même interview:
Croyez-le ou non,ni Robert ni moi n'avions compris de quoi il retournait. Ce n'est qu'en assistant à la première que nous avons compris qu'il se passait quelque chose d'étrange...
Dans ce film aussi je n'ai pas vu de relation "coupable", juste comme le dit J.Sturges, un type qui se retrouve abandonné par son meilleur ami, un
type seul, sans attache, qui a perdu sa raison d'être...
Mais l'amitié n'est-elle pas une forme d'amour?

Avatar du membre
Vixare
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1561
Localisation : Valenciennes
Contact :

Messagepar Vixare » 23 mai 2007 11:30

Mais l'amitié n'est-elle pas une forme d'amour?
Tout à fait Chîp, seulement il est vrai que dans Warlock on a une amitié assez spéciale, ce n'est pas le duo de choc comme on a pu le voir par exemple dans Winshester 73 ou Les mystères de l'ouest, là psychologie et le rapport entre les 2 personnages est beaucoup plus approfondie et le comportement de Morgan différent de celui du compagnon traditionnel, seulement je ne crois pas qu'il y ai assez d'éléments pour parler d'homosexualité, j'ai revu tous les posts da la discussion et je suis loin d'en être convaincu.
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 23 mai 2007 12:29

Vixare a écrit :ce n'est pas le duo de choc comme on a pu le voir par exemple dans Winshester 73 ou Les mystères de l'ouest,
Si tu parles de la série, regarde la à nouveau, c'est un hymne à l'homosexualité...

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 23 mai 2007 12:42

Allez juste pour alimenter le débat :wink:

Source : E-illico.com : actualité Gay
Ah, l’ouest, les mâles, les cowboys… Fantasme quand tu nous tiens… Car l’ouest américain n’est guère fréquentable pour les homos que nous sommes. Pourtant, le désir pédé est tapi en creux dans ce monde purement masculin, et nombre de westerns en portent la trace. C’est en général très allusif, presque indécelable et pourtant, il suffit de gratter un peu pour en trouver. Ainsi, les très étranges relations entre le vieux Pat Garrett et le jeune et joli Billy the Kid dans "Le banni" de Howard Hughes (1941), où les dialogues sont remplis d’allusions à double sens. Ainsi encore "La rivière rouge" (Howard Hawks, 1948), sûrement l’exemple le plus fameux de ce courant homo souterrain, célèbre pour ce dialogue entre Montgomery Clift et John Ireland : "Montre moi le tien ?… Ah oui, il est gros. Plus gros que le mien." "Ah bon ? Je peux prendre le tien ? Oui, il est maniable ? Comment tu le tiens ?" De quoi parle-t-on ici ? D’un revolver bien sûr puisqu’on est dans l’ouest sauvage, mais peut-être aussi d’un autre objet du désir puisque les deux hommes discutent ainsi en se matant obstinément la ceinture…

Et puis il y a encore "Arrêt d’autobus" (Joshua Logan, 1956) où il faut toute la sensualité de Marilyn Monroe pour détourner l’apprenti cowboy Don Murray de son attachement pour son mentor. Et puis "L’homme aux colts d’or" (Edward Dmytryck, 1958) où Anthony Quinn vit avec Henry Fonda et occupe ses soirées solitaires à décorer l’appartement avec des jolis rideaux et des draps de soie… On pourrait multiplier les exemple jusqu’à arriver à l’amitié quasi érotique existant entre Woody Harrelson et Billy Crudup dans l’intrigant "The hi-lo country" (Stephen Frears, 1998). Pour autant, le seul western à vraiment oser l’homosexualité est un film expérimental signé Andy Warhol, "Lonesome cowboys" (1968), film queer assez hilarant, hanté par la beauté toute masculine d’un gang de cowboys narcissiques qui se trimballent nus et se déclarent leur amour après avoir violé une femme…


Source : Humanité.fr
« L’Homme aux colts d’or » nous entraîne à Warlock, petite ville minière aux mains de la pègre. Un justicier est appelé pour faire triompher la loi et l’ordre. Mais ses méthodes ne vont pas tarder à soulever l’opprobre. Sur fond d’homosexualité latente (le tueur et son garde du corps), le film soulève la question de la légitimité de toute action, de la fin et des moyens.


Source : DVDclassik
Et l’on en vient à ce qui fait en grande partie la réputation de L’Homme aux colts d’or : la relation homosexuelle supposée entre Morgan et Blaisdell. A certains égards, on peut se contenter de voir cette relation comme une amitié virile exacerbée, souvent vue dans le genre western. Toutefois, difficile de ne pas voir une homosexualité latente si ce n’est exacerbée, entre Blaisdell et Morgan. Morgan prend bien soin d’écarter toutes les menaces contre Clay : les tueurs, et surtout les ... femmes ! Lorsque Blaisdell montre son amour pour Jessie Malowe, la caméra s’attarde sur la jalousie, voire la souffrance de Morgan. Morgan arrange tout pour que Clay apparaisse comme une légende vivante. Lorsque le ‘couple’ s’installe dans la chambre qui lui est réservée, Morgan choisit les rideaux ou la décoration de la pièce comme le ferait ...une jeune épouse !! SPOILER : Morgan ira jusqu’au crime passionnel pendant que Blaisdell partira de Warlock en veuf inconsolable, sans un regard pour sa douce Jessie.

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7163

Messagepar chip » 23 mai 2007 13:04

Les homos auraient- ils l'esprit plus tordu que les hétéros? Ils voient de l'homosexualité partout,çà rassure...

Avatar du membre
Vixare
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1561
Localisation : Valenciennes
Contact :

Messagepar Vixare » 23 mai 2007 13:04

fa a écrit : Si tu parles de la série, regarde la à nouveau, c'est un hymne à l'homosexualité...


Alors ça, j'y crois pas un instant ! Je regarde la série depuis que je suis tout petit, encore tu m'aurais parlé de la série Xéna La guerrière où les 2 personnages principaux sont en permanence à 2, se regardent, des pttis trucs et n'ont jamais de relations avec les hommes, là d'accord. Mais dans les mystères de l'ouest, James West est un vrai charmeur, les mecs il s'en contrebalançe sauf pour éliminer ceux qui se présentent sur sa route. Mais l'un comme l'autre sont bel et bien attirés par les femmes ( un épisode m'a marqué celui où à la fin ils se remémorrent toutes leurs conquêtes d'un air réveur ), il n'y a aucun sous-entendu entre les 2, juste une trés grande amitié comme on peut avoir avec un ami de longue date qui nous connait trés bien !


Pour revenir à Warlock, j'ai l'impression que depuis Brockeback moutain ( ou truc du genre ), les critiques se plaisent de plus en plus à dépeindre le western comme un genre d'homos, mais faut arrêter les conneries, c'est pas un film qui fait tout balancer, depuis ce jour là on a 1001 interprétations sur 1001 westerns où on a une certaine homosexualité alors que la plupart du temps moi je ne vois rien personnellement. Les critiques dévient de plus en plus, peut-être que bientôt, deux mecs ayant une grande amitié depuis 10-15 ans, se connaissant presque par coeur se verront automatiquement affublé d'une étiquette homosexuelle ... là on part vraiment dans le délire le plus profond ! Et puis les analyses style Freud avec les rideaux ... une femme qui porte une arme dans un western ça voudrait automatiquement dire qu'elle a des penchants homosexuels ? :roll:

En suivant cette logique je dirais à nos participants : attention les gars, surveillez votre calendrier si vous avez un ami proche : il ne vous reste plus que Xannées-10ou15 avant qu'on vous colle l'étiquette d'homosexuel :roll: :lol: ( je crois qu'il faut arrêter les délires :lol: )
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 23 mai 2007 13:37

Calmez vous tous et recentrons: il ne s'agit pas de voir des homosexuels partout! Mais reconnaissons néammoins que certains films jouent avec la thématique, via des double-sens, des allusions, des situations...Il est difficile de ne pas admettre que Hawks, par exemple, a souvent joué avec ça, dans la Rivière Rouge, c'est net (il ne confie pas le rôle de Matt à Monty Clift au hasard) dans le dialogue auquel Fa fait allusion...dans ses comédies avec Gary Grant (I was a Male War Bride), c'est on ne peut plus net: tout le scénario s'amuse en fait avec les stratégies d'évitement du héros à l'égard des femmes. Alors bien sûr, ni Clift ni Grant ne jouent le rôle d'un homosexuel stricto sensu, mais Hawks joue avec les codes... Dans the Big Sky, Boone Caudill reste avec Teal Eye pour ne pas perdre l'estime de Jim Deakins, c'est Hawks lui même qui le dit...mais il n'en dit pas plus. Et il ne s'agit pas de le lui faire dire! Mais que la première raison pour laquelle Caudill reste chez les Pieds Noirs ne soit pas l'amour se voit, et est confirmée par le réalisateur lui même...Dans Warlock, Dmytryk veut peindre quelque chose de trouble, il ne DIT PAS ni ne montre l'homosexualité latente des deux protagonistes, dont on peut légitimement penser qu'ils ne le sont pas, homosexuels...mais le trouble, à tout le moins le questionnement sont là...probablement pas par hasard!

Avatar du membre
Vixare
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1561
Localisation : Valenciennes
Contact :

Messagepar Vixare » 23 mai 2007 14:03

musselshell a écrit :Dans Warlock, Dmytryk veut peindre quelque chose de trouble, il ne DIT PAS ni ne montre l'homosexualité latente des deux protagonistes, dont on peut légitimement penser qu'ils ne le sont pas, homosexuels...mais le trouble, à tout le moins le questionnement sont là...probablement pas par hasard!


Je suis d'accord avec toi Muselshell, il y a un petit trouble, certes mais franchement on y croit pas, maintenant pourquoi Dmytrik a fait cela ? Si déjà les acteurs ne l'ont pas vu (d'accord c'était pas en vogue à l'époque), pourquoi avoi remis ces petits éléments ? Pour qu'on l'interprète comme une relation homosexuelle ? Non, On est d'accord mais je pense que c'est simplement pour évoquer qu'une relation trés forte était possible entre 2 hommes sans justement qu'elle ne déborde sur le terrain de l'homosexualité, et pour moi c'est toute la différence entre les interprétations.
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7163

Messagepar chip » 23 mai 2007 17:34

D'accord avec Vixare , arrêtons les conneries,encore quelques-unes :
que dire de Laurel et Hardy, Starsky et Hutch et pour respecter la parité les drôles de dames,Cagney et Lacey.
Ah! j' oubliais " attaque au cheyenne club" on voit Stewart et Fonda dans le même lit.Delire.

Avatar du membre
Lone Star
Calamity Jane
Messages : 519
Localisation : Dans le désert

Messagepar Lone Star » 23 mai 2007 17:39

musselshell a écrit :Exact...j'ai cherché sur le net à gauche et à droite: on trouve Blaisdell ou Blaisedell un peu partout...Carcasse a raison: il faut le zone 2 anglais ou le zone 1.
Pourvu que ce ne soit pas Bretzel! :num1

Je viens de recevoir le zone 1, c'est bien "Blaisedell" dans les sous-titres.
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 23 mai 2007 19:00

Chip a écrit:

Ah! j' oubliais " attaque au cheyenne club" on voit Stewart et Fonda dans le même lit. Delire

Ca a dû leur rappeler des souvenirs! (attention attention...je ne dis pas que...mais ces deux là ont quasimment vécu ensemble à NY pendant un ptit bout de temps!
Rappel: le 2 juin (je crois), ça fera 10 ans que Jimmy s'en allait (et Big Bob!)...

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 23 mai 2007 19:02

Lone Star a écrit :
musselshell a écrit :Exact...j'ai cherché sur le net à gauche et à droite: on trouve Blaisdell ou Blaisedell un peu partout...Carcasse a raison: il faut le zone 2 anglais ou le zone 1.
Pourvu que ce ne soit pas Bretzel! :num1

Je viens de recevoir le zone 1, c'est bien "Blaisedell" dans les sous-titres.


Comment il fait, ce Carcasse, pour avoir toujours raison? :wink:

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 23 mai 2007 20:26

Vixare a écrit :
fa a écrit : Si tu parles de la série, regarde la à nouveau, c'est un hymne à l'homosexualité...


Alors ça, j'y crois pas un instant ! Je regarde la série depuis que je suis tout petit, encore tu m'aurais parlé de la série Xéna La guerrière où les 2 personnages principaux sont en permanence à 2, se regardent, des pttis trucs et n'ont jamais de relations avec les hommes, là d'accord. Mais dans les mystères de l'ouest, James West est un vrai charmeur, les mecs il s'en contrebalançe sauf pour éliminer ceux qui se présentent sur sa route. Mais l'un comme l'autre sont bel et bien attirés par les femmes ( un épisode m'a marqué celui où à la fin ils se remémorrent toutes leurs conquêtes d'un air réveur ), il n'y a aucun sous-entendu entre les 2, juste une trés grande amitié comme on peut avoir avec un ami de longue date qui nous connait trés bien !

Désolé pour ce HS que je poursuis... Mais que dire de héros, certes Machos (et donc comme la plupart des machos, méprisant des femmes), dont l'un s'habille constamment en cuir moulant et l'autre est un travesti notoire. Deux hommes qui partagent le même wagon -lol- dont l'un est souvent torse nu à l'écran et frappe une femme au générique ? D'autant que la série a été créé par Michael Garrisson, qui a toujours affirmé haut et fort son homosexualité. Il a d'ailleurs lui même avoué que cette série avait été pour lui un moyen de militer pour les droits des homosexuels.

Pour revenir à Warlock, j'ai l'impression que depuis Brockeback moutain ( ou truc du genre ), les critiques se plaisent de plus en plus à dépeindre le western comme un genre d'homos
Il faut en vérité remettre les choses dans leur contexte Warlock date d'une époque où il était mal vu aux USA de défendre ou d'afficher ouvertement une homosexualité. Il fallait donc "enrober" les choses, les dissimuler... Rien à voir avec l'époque actuel qui permet à un film comme Brockeback d'exister...
Et l'article de l'Huma que je site date de 1995... Bien avant Brockeback donc. :wink: [/quote]

Avatar du membre
mortimer
Chasseur de primes
Messages : 768

Messagepar mortimer » 23 mai 2007 20:48

fa a écrit :
Vixare a écrit :
fa a écrit : Si tu parles de la série, regarde la à nouveau, c'est un hymne à l'homosexualité...


Alors ça, j'y crois pas un instant ! Je regarde la série depuis que je suis tout petit, encore tu m'aurais parlé de la série Xéna La guerrière où les 2 personnages principaux sont en permanence à 2, se regardent, des pttis trucs et n'ont jamais de relations avec les hommes, là d'accord. Mais dans les mystères de l'ouest, James West est un vrai charmeur, les mecs il s'en contrebalançe sauf pour éliminer ceux qui se présentent sur sa route. Mais l'un comme l'autre sont bel et bien attirés par les femmes ( un épisode m'a marqué celui où à la fin ils se remémorrent toutes leurs conquêtes d'un air réveur ), il n'y a aucun sous-entendu entre les 2, juste une trés grande amitié comme on peut avoir avec un ami de longue date qui nous connait trés bien !

Désolé pour ce HS que je poursuis... Mais que dire de héros, certes Machos (et donc comme la plupart des machos, méprisant des femmes), dont l'un s'habille constamment en cuir moulant et l'autre est un travesti notoire. Deux hommes qui partagent le même wagon -lol- dont l'un est souvent torse nu à l'écran et frappe une femme au générique ? D'autant que la série a été créé par Michael Garrisson, qui a toujours affirmé haut et fort son homosexualité. Il a d'ailleurs lui même avoué que cette série avait été pour lui un moyen de militer pour les droits des homosexuels.



en même temps il est souvent torse nu l'ami robert conrad je crois surtout qu'il est fier de ses muscles :wink:

mais c'est clair que sur certaines photos il aurait pas dû en faire autant :mrgreen:

Image



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité