Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Daniel
Westerner
Westerner
Messages : 2117

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar Daniel » 14 déc. 2008 15:03

Un western à la sauce Greenpeace :mrgreen:

tomapache
Barman
Messages : 17
Localisation : seine et marne

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar tomapache » 14 déc. 2008 15:05

Daniel a écrit :Un western à la sauce Greenpeace :mrgreen:



oui c'est un peu ca :mrgreen:

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar Vin » 29 déc. 2008 21:07

153 messages, deux années de commentaires (je viens de tous les lire), ceci laisse à penser que ce film n'a pas laissé grand-monde indifférent.

On est en décembre, et la neige est tombée, et va sans doute revenir.

Là-haut, dans la montagne, un type habillé avec des peaux continue une quête éternelle.

Nous, on ne peut qu'imaginer que dans une autre vie, nous serions des Jeremiah, loin des villes, des fumées, des voitures, des blaireaux (ceux à deux pattes), imaginer que les Flatheads et les Crows soient toujours des princes...

Mais ceci nous conduirait à être aussi loin de nos PC, et loin d'Hollywood, ersatz puissant parfois.
:sm32:
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar musselshell » 13 mai 2009 10:43

Regard bleu contre regard bleu.
Robert Redford a une petite page d'avance sur Franco Nero.

:idea:


Je le trouve vachement bien, ce film...Inisfree, L, Tepepa, Sartana, vous en pensez quoi, les gars? :sm32:
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re:

Messagepar tepepa » 13 mai 2009 11:12

tepepa a écrit :Oui, par exemple, personne n'a expliqué pourquoi il traverse le cimetière indien une deuxième fois alors qu'il avait fait tout un caca nerveux quand les militaires voulaient le traverser la première fois. Même s'il se dit dans sa tête "le mal est fait!", c'est une drôle d'attitude...


Alors quoi, pourquoi il le retraverse ce foutu cimetière? Est ce un débat intérieur sur le respect des croyances et cultures des autres, à savoir que le respect d'une coutume ne vaut que si l'on y croit soi-même? A partir du moment où le mal est fait, JJ révèle sa vraie nature de blanc, et montre qu'il restera toujours un blanc, un intrus capable de se fondre dans les lieux pour survivre, mais qui reste blanc dans le fond de son âme.

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar Vin » 13 mai 2009 11:33

Il le retraverse car celà n'a plus la moindre importance, pas seulement pour lui "le blanc" mais surtout pour les autres, "les rouges", car qu'il le franchisse de nouveau ou pas, il avait enjambé ce Rubicon.
Image

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar tepepa » 13 mai 2009 11:42

Des jeunes profanent un cimetière un soir de cuite. Est ce que ce sera sans importance qu'ils le refassent le lendemain sous prétexte que le mal est déjà fait? Non, les indiens verront bien qu'il y a des traces dans les deux sens, et donc que le lieu sacré a été violé deux fois! Ils seront doublement en colère.
Cette affaire montre qu'au fond de lui-même J.J. n'en n'a rien à péter des croyances des indiens et qu'il reste un fumier de blanc "civilisé" au fond de son âme.

Avatar du membre
scorpio99
Navajo
Navajo
Messages : 659
Localisation : A l'Ouest !

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar scorpio99 » 13 mai 2009 11:48

mes excuses ceci est un ancien message effacé qui n'avait pas sa place ici ^^

par contre je dis juste que j'aime beaucoup les westerns se déroulant dans la neige ... autant italien qu'américain d'ailleurs.
je reste donc sur mon grand silence sur ce topic consacré à Jérémiah Johnson :mrgreen:
Modifié en dernier par scorpio99 le 13 mai 2009 12:20, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Westerner
Westerner
Messages : 2680
Localisation : Aquaverde

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar Pike BISHOP » 13 mai 2009 11:50

Je comprends mal comment vous êtes passés de "DJANGO" à JEREMIAH ?
Comme celui-là, je le connais, je peux en parler...
Les réflexions de TEPEPA, sur la nature profonde de blanc de J.J sont assez justes, même s'il se veut
un être humain, créature de Dieu, vivant dans l'environnement crée par Dieu et non par les hommes (même si c'est inavoué)
et que les événements aient chassé le racisme en lui, si racisme il y avait,( plutôt misanthrope ou agoraphobe...)
Il aime sa "sauvage" plus bigotte que lui qui se réfèrerait plutôt à un Dieu Universel..En ce sens, même s'il les respecte (car danger)
les coutumes des Crows doivent lui sembler aussi bigotteries.
Pourquoi traverse-t'il le cimetière une seconde fois ?
Pourquoi irait-il faire un détour par une autre passe qui lui prendrait 1 ou 2 jours de plus pour rentrer chez lui ?
Le mal est fait, on peut supposer aussi, qu'il veut vérifier si les crows se sont aperçu du sacrilège, ou pour vérifier que rien
n'a été vraiment profané..
Effectivement, ILS sont venus et cela amène un ressort dramatique à sa cavalcade vers son foyer dévasté...
La vengeance des Crows parait assez démesurée, sans cette séquence retour elle paraîtrait incompréhensible et d'une sauvage
cruauté assez intolérable...La violence amène la violence.. Pas plus acceptable chez les uns que chez l'autre...
L'attitude finale du vieux "Griffe d'Ours" plus critique que compatissant, est peut-être la représentation d'une sagesse supérieure
vers laquelle JJ et "RED SHIRT" tendront à la fin.
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
Vin
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5271
Localisation : Paris

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar Vin » 13 mai 2009 11:59


Tepepa.
C'est ton opinion.
Juste pour le fun : quand un jeune profane un cimetière, dans notre société un poil civilisée, on le punit pour ne pas qu'il réitère.
Là, dans J.J., le propos n'est pas le même.
J.J. devra être tué, du point de vue indien, parce qu'il a insulté les ancêtres.
Qu'il le fasse une fois ou dix fois ne change rien à l'affaire, et il le sait.
Quant à savoir, pour reprendre ton expression, si c'est un "fumier de blanc civilisé", je te laisse ton jugement.


> Scorpio: bien sûr que le cinéma est avant tout un divertissement.
Dans le cadre des westerns au coin du feu, on ne peut pas juste se contenter de dire que l'on aime ou pas.
Par exemple, avec Tepepa, on papote sur cette seconde intrusion; il a son avis, j'ai le mien, et on en discute. L'important n'est pas d'imposer son point de vue, mais de pouvoir s'ouvrir les neurones de par l'opinion des autres.
Mais où je suis entièrement d'accord avec toi, c'est que celà ressort avant tout de la dialectique, car fondamentalement un film plait ou pas, pour telles ou telles raisons.
Et pour ma part, si je peux mieux comprendre certaines choses après avoir lu les autres forumeurs, il est bien rare que celà me fasse aimer un film que je trouve nul, ou vice-versa.
:wink:

:lol: :lol: :lol:
A chaque fois que j'envoie mon post, il y a un forumeur qui a écrit un message!
Salut Pike
:wink:
Je suis d'accord avec toi, J.J. est bien plus misanthrope que raciste, et dans cet épisode du film, je pense qu'il est tout à fait fataliste.
Quant à savoir pourquoi on passe de Django à J.J., c'est la faute à Musselshell m'sieur, y fait qu'à rien de mettre le souk !
:sm32:
Image

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar tepepa » 13 mai 2009 12:06

Vin a écrit :
Quant à savoir, pour reprendre ton expression, si c'est un "fumier de blanc civilisé", je te laisse ton jugement.

Je ne porte pas de jugement moral sur un personnage de fiction. Je veux plus dire par là que peut-être que Pollack opère ici une critique de la bonne/mauvaise conscience occidentale née dans les années 70. On dit respecter les autres, on veut prôner la paix, mais au fond de nous-même, on est toujours les mêmes.

Vin a écrit :Quant à savoir pourquoi on passe de Django à J.J., c'est la faute à Musselshell m'sieur, y fait qu'à rien de mettre le souk ! :sm32:

Il va finir par l'avoir son goudron et ses plumes, il avait déjà fait le coup pour EPQDDP :lol:

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6435

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar chip » 13 mai 2009 12:58

" Fumier de blanc civilisé" J.J. ? un avis sans nuance qui me donne envie de dire , vive les fumiers de blancs civilisés.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar musselshell » 13 mai 2009 13:12

La retraversée du cimetière Crow est logique à tous points de vue...que ce soit celui de la vraisemblance du comportement du personnage ou celui de l'efficacité narrative. Et symbolique. La profanation a eu lieu, en groupe, contre la volonté de Johnson. Sa retraversée en solitaire de changera plus rien. Et il veut rentrer chez lui...plus que jamais au milieu de la scène, quand il pressent l'inéluctable. Quelque chose des Crows lui parle lors de cette retraversée...car il est seul. Les voix ne s'entendent pas à plusieurs...Au moment où il arrive à la cabane, la vengeance, la "punition" a eu lieu...La première traversée a été la bonne. Et JJ le savait déjà.
Je trouve bizarre cette expression de "fumier de blanc civilisé"...Jeremiah Johnson n'est pas Soldier Blue. Si tout film est caricature, il y a une question d'échelle...Celui là, et c'est remarquable pour un western, travaille tant cette notion d'altérité que même les Blancs échappent au portrait trop archétypal...Ceci dit, oui, JJ demeure un Blanc civilisé. A son corps défendant. Même et surtout s'il pensait pouvoir échapper au statut. C'est d'ailleurs tout le film, l' impossibilité de se fuir soi, de se vouloir en dehors de l'Histoire...
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Inisfree
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 131
Localisation : Cannes
Contact :

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar Inisfree » 13 mai 2009 13:25

C'est pas facile à suivre tout ça. Pour répondre à la question de Musselshell, comme il faudrait me remettre dans le bain de ce film pour en parler, je m'auto-cite, à l'occasion de la mort de Pollack :

"...un des plus beaux westerns jamais fait, poème quasi muet au coeur d'une nature grandiose, raconté comme une ballade folk avec un Robert Redford magique. Le genre de film qui vous donne l'envie d'aller crapahuter dans les montagnes en hiver pour goûter le silence des cîmes et le vent dans les sapins."

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: Jeremiah Johnson - Sydney Pollack - 1972

Messagepar tepepa » 13 mai 2009 13:37

Je ne suis pas d'accord avec le fait que retraverser ne changera plus rien. Même s'il sait que la punition est la mort, il y a toujours la peur, l'espoir vain que la première fois est passé inaperçue, ou qu'il pourra se racheter en faisant le détour la seconde fois, ou l'espoir d'une mort douce etc, qui fait que personne ne se risquerait à violer deux fois de suite un cimetière Crow quand on était près à faire un détour de deux jours la première fois. Mais Musselshell avance la seule raison plausible: le pressentiment que quelque chose de personnel et dramatique est arrivé, d'où la nécessité d'aller vite.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité