Le déserteur de Fort Alamo (The Man from the Alamo) 1953 - Budd Boetticher

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 06 oct. 2006 21:17

Sartana a écrit :Bon, j'ai écrit cette critique dans la semaine et j'avoue avoir la flemme de supprimer dedans ce qui a déjà été dit dans le topic (notamment sur Guy Williams). Je m'en excuse d'avance. Voilà ce que ça donnait :

Le déserteur de Fort Alamo c’est un avant tout l’histoire d’un homme qui par un concours malheureux de circonstances et de circonstances malheureuses se retrouve haït de toute une population. Toute ? Non, car un gamin mexicain et une jeune femme croient en la version des faits de l’accusé et vont le soutenir.

Glenn Ford est crédible (comme souvent ;)) dans son rôle de rejeté et de paria malgré lui, tout comme l’acteur qui joue le gamin (en VO du moins, comme l’a déjà souligné Mortimer :p) ou le lieutenant du convoi.
À noter que Guy Williams (futur Zorro pour la série culte produite par Disney) joue très rapidement le rôle du sergent « qui ne fait qu’obéir aux ordres ».

Le film a bénéficié d’un budget conséquent, on le devine aux scènes pyrotechniques liées au siège d’Alamo assez impressionnantes pour un western, rappelons-le, de 1959.

Bien sûr, le héros déchu retrouvera son honneur en vengeant sa femme et son fils mais surtout en sauvant un convoi d’une mort certaine. De plus, le film se termine sur un Glenn Ford ragaillardi partant rejoindre l’armée de Sam Houston. « Brave petit », pense-t-on alors un rien moqueur… Mais ça passe ! On accepte sans rechigner cette fin prévisible à partir du moment où l’on a su que Glenn Ford quittait l’armée. On pardonne car on a passé un bon moment grâce à un petit film bien ficellé et bien filmé.

Bon, j’avoue, c’est pas une critique qui dissèquette mais bon, le film ne peut pas trop prêter à interprétation et à des envolées lyriques (enfin presque) comme on a pu le faire sur d’autres westerns. Je livre donc ce que j’en ai retenu.


Les scènes du sièges ne sont pas si pyrotechniques que ça...Le film date de 53 et de toutes façons, Boetticher, indépendament du fait qu'on ne lui en donnait alors pas les moyens, ne s'interessait pas spécialement à la fresque ou au spectaculaire, comme il l'a toujours montré par la suite, même avec des budgets plus conséquents. Le reproche que je fais au film est lié à l'affection que j'éprouve pour les films ultérieurs du cinéaste: bon petit film de série (formulary western), mais rien de ce qui fait la patte Boetticher, qui aime resserrer l'action entre quelques protagonistes, en mélangeant si adroitement les aléas du hasard et de l'absurde avec des portraits bien sentis...De ce point de vue, dans 3h 10 pour Yuma, Glenn Ford est plus proche d'un personnage Boetticherien que dans ce film ci...
toutes proportions gardées évidemment, puisqu'il est surtout "davesien". :mrgreen:
Bon Dieu, je suis en forme moi...

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 06 oct. 2006 21:37

musselshell a écrit :Le film date de 53 et de toutes façons, Boetticher, indépendament du fait qu'on ne lui en donnait alors pas les moyens, ne s'interessait pas spécialement à la fresque ou au spectaculaire, comme il l'a toujours montré par la suite, même avec des budgets plus conséquents. Le reproche que je fais au film est lié à l'affection que j'éprouve pour les films ultérieurs du cinéaste: bon petit film de série (formulary western), mais rien de ce qui fait la patte Boetticher, qui aime resserrer l'action entre quelques protagonistes, en mélangeant si adroitement les aléas du hasard et de l'absurde avec des portraits bien sentis...

J'ai pas encore assez de connaissances en westerns américains pour pouvoir en dire autant que toi musselshell :roll: , mais j'espère que ça viendra. Je suis plein de bonne volonté...
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Messagepar musselshell » 06 oct. 2006 21:59

Sartana a écrit :
musselshell a écrit :Le film date de 53 et de toutes façons, Boetticher, indépendament du fait qu'on ne lui en donnait alors pas les moyens, ne s'interessait pas spécialement à la fresque ou au spectaculaire, comme il l'a toujours montré par la suite, même avec des budgets plus conséquents. Le reproche que je fais au film est lié à l'affection que j'éprouve pour les films ultérieurs du cinéaste: bon petit film de série (formulary western), mais rien de ce qui fait la patte Boetticher, qui aime resserrer l'action entre quelques protagonistes, en mélangeant si adroitement les aléas du hasard et de l'absurde avec des portraits bien sentis...

J'ai pas encore assez de connaissances en westerns américains pour pouvoir en dire autant que toi musselshell :roll: , mais j'espère que ça viendra. Je suis plein de bonne volonté...


Quant à moi, il faudra que je bosse pour faire la moitié de ce que tu écris par ailleurs :beer1:

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 06 oct. 2006 22:01

musselshell a écrit :Quant à moi, il faudra que je bosse pour faire la moitié de ce que tu écris par ailleurs :beer1:

Merci :beer1:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Daniel
Westerner
Westerner
Messages : 2117

Les armes utilisées pour le film : Le déserteur de fort Alamo

Messagepar Daniel » 14 oct. 2006 21:22

:gun: Bonjour à tous les cowboys !

J'ai regardé dernièrement le film Le déserteur de fort Alamo... Il y a une grosse erreur dans ce long-métrage. Les armes à feu des cow-boys sont trop moderne pour l'époque... La bataille du fort Alamo n'a durée que 13 jours soit du 23 février au 6 mars 1836.

Le film de Budd Boetticher The Man Form Alamo est excellent et la performance de Glenn Ford est superbe.

Samuel Colt est né le 19 juillet 1814 et mort le 10 janvier 1862. Il fut l'inventeur du pistolet à barillet et mieux connu sous le nom de REVOLVER (extrait du mot revolution) en 1835, dont il enregistra le brevet d'invention le 25 février 1836. Soit deux jours après le début du siège du fort Alamo.

Les premiers revolvers Colt "Paterson" sont fabriqués en 1836. C'est un calibre .36 (pouce) à cinq coups. Il est vendu à la marine du Texas, jeune république qui vient de proclamer son indépendance, et à ses Rangers engagés contre les Mexicains et les Indiens.

Remarqué ce tout premier revolver... il n'y avait pas de gachette.


Image

Avatar du membre
Personne
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10373
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 14 oct. 2006 23:37

Il y avait quelque chose qui ne collait pas avec les armes, voir même le look de Glenn Ford avec l'époque d'Alamo. Tu confirmes mes craintes. cool
Image

Jean-Louis
Westerner
Westerner
Messages : 2824

Re: Les armes utilisées pour le film : Le déserteur de fort Alamo

Messagepar Jean-Louis » 15 oct. 2006 9:24

Daniel a écrit ::gun: Bonjour à tous les cowboys !

J'ai regardé dernièrement le film Le déserteur de fort Alamo... Il y a une grosse erreur dans ce long-métrage. Les armes à feu des cow-boys sont trop moderne pour l'époque... La bataille du fort Alamo n'a durée que 13 jours soit du 23 février au 6 mars 1836.

Le film de Budd Boetticher The Man Form Alamo est excellent et la performance de Glenn Ford est superbe.

Samuel Colt est né le 19 juillet 1814 et mort le 10 janvier 1862. Il fut l'inventeur du pistolet à barillet et mieux connu sous le nom de REVOLVER (extrait du mot revolution) en 1835, dont il enregistra le brevet d'invention le 25 février 1836. Soit deux jours après le début du siège du fort Alamo.



Les premiers revolvers Colt "Paterson" sont fabriqués en 1836. C'est un calibre .36 (pouce) à cinq coups. Il est vendu à la marine du Texas, jeune république qui vient de proclamer son indépendance, et à ses Rangers engagés contre les Mexicains et les Indiens.

Remarqué ce tout premier revolver... il n'y avait pas de gachette.


Si il y avait une gachette, plutôt une détente qui était escamotable, elle ne
sortait que lorsque le chien était armé. :gun:Image

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 15 oct. 2006 9:36

Effectivement, Daniel, je m'étais fait la réflexion en regardant le film, et j'ai oublié de le signaler ! Oubli que tu as très bien comblé ! :beer1:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Gibi13
Barman
Messages : 13

Messagepar Gibi13 » 15 oct. 2006 10:47

Bonjour à tous,
En fait d'anachronismes, la plupart des westerns dont l'action est censée se dérouler avant 1873 en contiennent.
En effet dans la majorité de ces films les acteurs brandissent des revolvers colt "peacemaker" alors que les premiers exemplaires de ce modèle ne sont sortis des chaines de fabrication qu'en 1873 !!!
Image



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité