Page 5 sur 8

Posté : 26 mai 2006 23:19
par Carcasse
musselshell a écrit :C'est pas que je n'ai plus rien à dire, c'est que J'EN FAIS L'EFFORT...:

C'est vrai ; en réfléchissant un poil, nous aurions sans doute aisément trouvé à en rajouter...
De la même manière, nous sommes restés quelques semaines sous silence, malheureusement, sans rien voir venir... Simplement, j'ai eu la nette impression que nous, les participants, ne voulions pas voir ce sujet tourner en "cours magistral" !

Or, nul ne s'en est mélé. J'ai eu, on instant la tentation de proférer une "énaurme" bêtise afin de voir si quelqu'un réagissait, mais je me suis retenu...

Pour ce film, c'est cuit, foutu, grillé... Il reste à espérer que le sujet suivant attirera autant d'admirateurs que de détracteurs, sinon le principe même de ce sous-forum partira rejoindre ses ancêtres dans les limbes de l'intemporel...

Posté : 26 mai 2006 23:26
par Carcasse
PS : Un modérateur ne modère que le dit et parfois le dire...
Quand il s'agit d'un non-dit (et par voie de conséquense d'un non-dire), que peut-il modérer ?
Un simple syllogisme pourrait montrer, qu'en l'occurence, il s'agit d'un non-modérateur... :(


:mrgreen: Décidément, les charrettes sont de plus en plus dures...:mrgreen:

Posté : 26 mai 2006 23:36
par musselshell
malheureusement, sans rien voir venir... Simplement, j'ai eu la nette impression que nous, les participants, ne voulions pas voir ce sujet tourner en "cours magistral"

Exact, mais ne regrettons rien, toutes proportions gardées, des choses ont été dites sur un film qui le méritait, ne serait-ce que pour ça, il n'y a rien à regretter, si ce n'est le petit nombre de participants...
Ca ne m'empêchera pas de gloser sur the Westerner, parler de ce que j'aime, c'est plus que rendre un hommage (qui n'a sûrement pas besoin de moi)...c'est repartir à la quête de sensations parfois un peu oubliées...on peut passer son temps plus mal encore...

Posté : 27 mai 2006 7:58
par Personne
C'est vrai que je suis un peu déçu par le peu d'intervenant sur ce nouveau lieu de discussion. J'aurai aimé que nos nouveaux amis italophile nous donnent leurs avis sur ce film.
L'essentiel à quand même été dit et de fort jolie manière. C'est pourquoi je n'aimerai pas fermer cette discussion. Je ne sais si il faut garder le sujet dans 'westerns disséqués' ou le mettre dans 'critiquez les westerns'?
Ou le laisser comme ça?

En tous cas The Westerner arrive à grand pas et j'espère qu'il déchainera aussi les passions. :D

Posté : 27 mai 2006 8:43
par Jicarilla
Personne a écrit :C'est vrai que je suis un peu déçu par le peu d'intervenant sur ce nouveau lieu de discussion. J'aurai aimé que nos nouveaux amis italophile nous donnent leurs avis sur ce film.
L'essentiel à quand même été dit et de fort jolie manière. C'est pourquoi je n'aimerai pas fermer cette discussion. Je ne sais si il faut garder le sujet dans 'westerns disséqués' ou le mettre dans 'critiquez les westerns'?
Ou le laisser comme ça?

En tous cas The Westerner arrive à grand pas et j'espère qu'il déchainera aussi les passions. :D


HELLO WESTERNERS :cry: :cry:

Il est vrai, qu’il y a pas plus de westerners pour faire un petit topic.
Dire peut-être que vous l’avez ou pas, ou vous l’avez vu ou pas .Et pourtant il y a pas mal de westerners qui ont la plume facile.
Moi-même j’ai réussi à introduire un topo à ma manière et pourtant j’ai la plume très difficile.
DOMMAGE :!: ......
:cry: :cry: SO LONG :cry: :cry: JICA :cry: :cry:

Posté : 27 mai 2006 8:57
par Jicarilla
Image


:char: THE END :char:

Posté : 21 juil. 2006 15:08
par mortimer
Carcasse a écrit :C'est vrai ; en réfléchissant un poil, nous aurions sans doute aisément trouvé à en rajouter


Carcasse a écrit :
Malheureusement, en ce qui concerne "l'Homme qui tua Liberty Valance", nous fûmes assez peu à nous livrer à son analyse



j'arrive :mrgreen:

j'ai lu un message de personne disant que l'on pouvait éditer des posts sur westerns disséqués même après la date officielle de clôture des débats je le fais donc d'autant plus aisément que :
-je n'avais pas eu à l'époque le temps de participer (honte à moi :oops: )
-cela me permet aussi de vous donner mon avis de spaghettophile comme vous l'avez fait avec brio pour le dernier face à face :D

Je ne vais pas m'étendre sur le fait que j'aime, pardon que j'adore Ford et tout particulièrement ce film et puisque beaucoup de choses ont déjà été dites je vais surtout selon l'expression en usage ici "rebondir" sur vos excellentes remarques, en rajoutant quelques impression que j'ai eu sur le film.

Tout d'abord jean-louis se demande:

jean-louis a écrit :D'ailleurs est-ce un western?


et plus loin il souligne le flash back la présence du noir et blanc et la réalisation à 98% en studio, toutes choses (sans parler du rôle des médias) qui moi aussi me donnent souvent le sentiment de me sentir davantage dans un polar que dans un western ou du moins d'en retrouver certains indices. :?:

En fait le film a ceci de vraiment remarquable au fond qu'il m'apparaît comme l'un des premiers western qui modifie l'image habituelle de ce genre de films (et effectivement le fait de montrer par exemple par deux fois la fusillade est en soi révélateur du changement de technique narrative que Ford opére pour le genre. Que quelqu'un m'arrête si je me trompe mais je ne pense pas avoir vu auparavant d'autre western faire de la sorte) :?:

Quelqu'un faisait aussi remarquer au début que Stewart avait un rôle plus fort que Wayne, Musselshell précise que Stewart joue surtout plus de scènes ce qui est tout à fait exact et par la suite vous remarquez tous combien en fait le film tourne finalement autour de John Wayne. Pour ma part je vous rejoint et je considère d'ailleurs que ce film permet à Wayne
de nous donner sa plus mémorable prestation d'acteur. Avis qui n'engage bien sûr que son auteur mais son rôle me touche bien plus que celui pourtant mémorable qu'il tient dans la prisonnière du désert.


Autre chose qui marque mon esprit c'est le fait que personne ne sort finalement grandi de cette histoire ce qui au final est assez différent de ce qui se faisait autrefois dans les précédents westerns (même s'il est vrai que cette fois on pourra cependant trouver quelques exemples qui nous montrent d'autres westerns tels Vera Cruz ayant eux aussi au final une fin somme toute assez noire, tiens voilà que de nouveau on replonge dans l'atmosphère du polar :wink: )

Enfin Jean Louis constate que Lee Marvin porte ces armes à l'envers ce qui constitue pour lui un léger handicap au moment du duel puisqu'il est obligé de tourner son bras (et il nous en fait la brillante démonstration à l'aide de captures d'images). Cependant j'ai souvenir que terence hill dans mon nom est personne fait référence au fait que les pistoleros qui portent ainsi leur arme sont génèralement les plus dangereux. Est-ce exact ou bien s'agit-il un peu comme la prise de raquette de ping pong des asiatiaques (désolé mais les seules balles que j'ai l'habitude d'entendre siffler sont les balles de ping pong :mrgreen: ) une simple technique différente. Je me pose d'autant plus la question que chacun sait que dans la vraie vie Lee Marvin était précisément connu pour avoir une rapidité et une adresse diabolique avec les armes (il porte d'ailleurs dans chacun de ces films son arme de cette façon, je viens par exemple de le revoir dernièrement dans le relai de l'or maudit, film dans lequel il était pourtant au début de sa carrière).

:gun:

Posté : 21 juil. 2006 16:16
par musselshell
Mortimer a écrit
Pour ma part je vous rejoint et je considère d'ailleurs que ce film permet à Wayne
de nous donner sa plus mémorable prestation d'acteur. Avis qui n'engage bien sûr que son auteur mais son rôle me touche bien plus que celui pourtant mémorable qu'il tient dans la prisonnière du désert.


Je ne sais pas si vous avez lu le (remarquable) petit bouquin de Luc Moullet: La politique des acteurs, sorti en 1993. Il met en avant le faitque certains comédiens obéissent, parfois tout au long de leur carrière, à une gestuelle, un travail corporel, des obsessions thématiques...qui peuvent finir par constituer une oeuvre, au même titre que celle d'un metteur en scène. Gary Cooper, James Stewart, Gary Grant et John Wayne sont l'objet du livre. Wayne est selon l'auteur travaillé par la décrépitude, la perte, le vieillissement, le renoncement...C'est très vrai dans son travail avec Ford, c'est vrai aussi dans Red River, El Dorado et Rio Lobo....Tôt, Wayne joue des personnages plus vieux que lui (She Wore..., Red River), éclopés (Wings of Eagle), détruits de l'intérieur (the Searchers)... Tom Doniphon, c'est la quintessence absolue de ce Wayne là.

Posté : 21 juil. 2006 16:22
par mortimer
musselshell a écrit :

Je ne sais pas si vous avez lu le (remarquable) petit bouquin de Luc Moullet: La politique des acteurs, sorti en 1993. ... Tom Doniphon, c'est la quintessence absolue de ce Wayne là.


hum.... tu essayes de redonner l'avantage à Ford en nombre de page :lol:

non blague à part (quoique le marseillais est blagueur de nature :D ) oui je l'ai ce livre et je partage en effet cette analyse.
:beer1:

Posté : 21 juil. 2006 16:55
par musselshell
Mortimer a écrit:
hum.... tu essayes de redonner l'avantage à Ford en nombre de page

Chuis pas gamin à ce point là :mrgreen:

Posté : 22 mai 2007 18:47
par Jacques Tourneur
Pour moi, c'est le plus grand western. Comment passer de la barbarie (incarnée par Valence) à la société civilie pacifiée ? Comme d'habitude chez Ford, on assiste à la fois au déroulement d'une légende qui glorifie un héros, mais aussi à la naissance d'une communauté. L'école et la politique apparaissent en cours de route pour tenter de contredire progressivement la loi du plus fort. Et comme d'habitude chez Ford, il y a un sacrifice (Wayne aime Vera Miles, mais "laisse la place" à Stewart et le sauve dans le duel), un sacrifice qui apporte avec lui son lot de valeurs presque surhumaines, et qui transforment Wayne en légende malgré lui. Le sacrifice me touche toujours chez Ford, car il n'est jamais provoqué de manière arbitraire, mais apparaît toujours comme une conséquence quasi logique du déroulement de l'histoire, réalisé à l'insu du héros, ce qui le rend vraiment noble. Un film magistral, esthétiquement parfait, bref, un chef d'oeuvre. :wink:

Posté : 22 mai 2007 19:24
par Personne
Bienvenue Jacques Tourneur! :D Une petite fusion de ton 1er et pertinent post! :wink:

Posté : 22 mai 2007 19:54
par musselshell
cool Très pertinent, en effet.
Je précise cela car:
1) c'est vrai :num1
2) je clos ce post, systématiquement, sur TMWSLV.
:wink:

Posté : 22 mai 2007 19:57
par Carcasse
Je suis d'accord aussi. :P

Posté : 22 mai 2007 19:59
par musselshell
Carcasse a écrit :Je suis d'accord aussi. :P


Ouh là...un bout de temps que tu m'avais pas cherché, toi... cool