L'Homme Qui Tua Liberty Valance (The Man Who Shot Liberty Valance) 1962 - John Ford

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 20 mai 2006 20:18

Nous sommes à 10 jours de la fin...On peut rajouter un mot sur Wayne et Stewart, pour dire que ces deux là entretiennent quelque chose d'éminemment particulier: ils se complètent, sont quelque part épatés l'un par l'autre, amitié probablement un peu difficile plus respect: Wayne monstre de masculinité mais aussi de subtilité, héros toujours, au cinéma, mais fidèle à son image à la ville (sa maladie), Stewart déguingandé, parachuté dans l'Ouest, ce qui au tout (tout) début fit rire tout le monde...mais Stewart aux vraies commandes d'un bombardier en 44-45... Une rencontre fascinante, et une collaboration ponctuelle qui ne l'est pas moins, artistiquement parlant (ce qui importe, bien sûr)...Le docteur Hollister, dans the Shootist, m'est toujours apparu comme un retour d'un autre Stoddard, de Stewart l'acteur, en fait, témoin à nouveau, toujours impuissant, de la fin de l'autre...fascination muette, et plus que probablement partagée... :|

Carcasse
Shérif
Messages : 2537
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 20 mai 2006 20:23

musselshell a écrit :Le docteur Hollister, dans the Shootist, m'est toujours apparu comme un retour d'un autre Stoddard, de Stewart l'acteur, en fait, témoin à nouveau, toujours impuissant, de la fin de l'autre...fascination muette, et plus que probablement partagée... :|

C'est vrai, je le ressens également ainsi.

Et j'avoue que, la première fois que, môme, j'ai vu James Stewart dans un western, j'avais pensé "Oh non, pas lui !" (je ne me souviens pas très bien de ce film d'ailleurs !).
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6952
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 20 mai 2006 20:44

musselshell a écrit :ces deux là entretiennent quelque chose d'éminemment particulier: ils se complètent, sont quelque part épatés l'un par l'autre

Oui mais en même temps, ils sont opposés au début du film. L'un est convaincu par la loi et l'autre par les armes. Mais au fil du film, Stewart se rapproche de Wayne et tente de l'imiter, sans y arriver. Après la mort de Valance, on retourne au point de départ.
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Carcasse
Shérif
Messages : 2537
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 20 mai 2006 21:17

Cole Armin a écrit :
musselshell a écrit :ces deux là entretiennent quelque chose d'éminemment particulier: ils se complètent, sont quelque part épatés l'un par l'autre

Oui mais en même temps, ils sont opposés au début du film. L'un est convaincu par la loi et l'autre par les armes. Mais au fil du film, Stewart se rapproche de Wayne et tente de l'imiter, sans y arriver. Après la mort de Valance, on retourne au point de départ.

Pas tout à fait d'accord : il sont opposés, mais c'est justement ce qui fait qu'ils sont complémentaires. James Stewart ne cherche pas vraiment à imiter Wayne, mais encore davantage à s'opposer à lui, même s'il essaie de s'entraîner au revolver (il y sera d'ailleurs ridicule, mais ça justifie le fait qu'il ose affronter LV quand il pense que tout est perdu).
On sent une grande rivalité entre eux dans ce film parce que, justement, l'un estime que l'autre est à la hauteur (d'Hallie), mais pas sur le même plan, alors que chacun doute d'être lui-même à la hauteur de l'autre (et donc de la minette).
John Wayne (pardon, Tom) finit par sortir du jeu de lui-même et laisse clairement le champ libre à Ransom ; pire il l'y incite : aurait-il osé, sinon ?

Liberty est inférieur au binôme : il n'a pas la force de Wayne (il se dégonfle facilement devant lui), ni l'intelligence ou la culture de Stewart.
C'est au reste le binôme qui le tuera. Ransom, lorsqu'il va affronter Liberty, sait qu'il n'a quasiment pas de chance de s'en tirer (au reste, à ce moment précis, le souhaite-t-il ?) : c'est une forme de sacrifice.
Et c'est à cause de ce sacrifice que Tom tue Liberty...
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 20 mai 2006 21:25

Et c'est à cause de ce sacrifice que Tom tue Liberty...


Exact, dit autrement, si Wayne n'avait pas trouvé Stewart à la hauteur, il ne se serait pas sacrifié...Hallie est au coeur de sa motivation, mais pour qu'il aille jusque là, il faut l'"histoire d'hommes"...

Carcasse
Shérif
Messages : 2537
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 20 mai 2006 21:59

Bon... Quand écrivons-nous un livre ensemble, afin de le dédicacer à Nicole G. ? :mrgreen:
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 20 mai 2006 22:19

Carcasse a écrit :Bon... Quand écrivons-nous un livre ensemble, afin de le dédicacer à Nicole G. ? :mrgreen:

Quand tu veux.

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7727
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 21 mai 2006 9:44

musselshell a écrit :
Carcasse a écrit :Bon... Quand écrivons-nous un livre ensemble, afin de le dédicacer à Nicole G. ? :mrgreen:

Quand tu veux.


:lol: :lol: Je signe pour l'approbation :lol: :lol:

LU ET APPROUVE :applaudis_6: JICA :wink:
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10368
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 21 mai 2006 12:18

Si je n'ai encore rien dis sur ce film, c'est que je n'ai pas voulu le revoir.
Peut-être par manque de temps c'est vrai, mais la première vision m'avais tellement ému, j'avais été tellement ébloui par ce film, cette histoire, ce jeu d'acteur que je préfére ne pas le revoir dans l'immédiat.
C'est un peu comme si j'avais regardé le soleil et que je m'étais brulé la rétine!
Il fait partie de ces films qui vous font découvrir la mise en scéne.
C'est à mes yeux un chef d'oeuvre, pas seulement du western, du cinéma tout court.

Alors oui je me demandais pourquoi le noir et blanc, pourquoi-ci, pourquoi-cela! J'ai eu des réponses dans le livre de Brion sur Ford(que je vous ai scanné) et dans vos posts.

Pas de note pour ce monument. :D
Image

Carcasse
Shérif
Messages : 2537
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 22 mai 2006 10:41

J'ai attendu d'avoir quasiment dit tout ce que j'avais à dire, avant d'aller jeter un œil sur la documentation relative à ce film et en particulier, ce qu'en dit Patrick Brion.
J'ai trouvé cela intéressant, même si, comme d'habitude, je ne suis pas totalement d'accord ; encore que je reconnaisse aisément qu'il eût été fort difficile de développer davantage en si peu d'espace...
Passant sur les approximations du résumé, je m'attarderai sur la dernière phrase : "Tom Doniphon est en réalité le véritable héros authentique de ce film".
Je ne peux qu'être en accord, ayant moi-même souligné l'esprit sacrificiel de Tom et l'héroïsme qui en découlait, non pas parce qu'il tire plus vite que les autres, mais bel et bien parce qu'il se retire "pour le bien des autres" (et, en particulier, celui d'Hallie).
Cela dit, il convient de ne pas omettre que lorsque Ransom va affronter Liberty, il ne sait absolument pas que Tom est prêt à intervenir et, on a un peu tendance à l'oublier, il y va bien quand même, sachant qu'il n'a aucune chance. Le côté "main droite, main gauche" n'a d'ailleurs aucune importance ; Ransom tire comme une patate. Toucher Liberty, de telle ou telle main, ne peut que relever de la chance : la ville de l'époque en est convaincue. Le vrai courage de Ransom consistait à oser affronter Valance. La légende, c'est une chose, mais elle se construit après les évènements...

Maintenant, revenons à Tom et imaginons qu'il eût descendu officiellemnt le père Liberty. Cela eût-il produit le même effet ?
J'en doute ; Tom paraissait tellement plus fort qu'un adversaire qui semblait rapetisser devant lui (C'est mon steak ! Et Liberty de ne pas sembler si sûr de lui...). Alors, c'eût peut-être été considéré comme un acte de justice, un acte libératoire, mais certainement pas comme de l'héroïsme.
Tandis que Ransom qui tue Valance, c'est le faible qui vient à bout du fort ; c'est David contre Goliath. Cela symbolise la revanche des opprimés, de tout ceux qui eu à craindre ce prédateur... C'est cela qui a fondé la ferveur et, par voie de conséquence, la légende !
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 22 mai 2006 12:00

Je viens de jeter un oeil, moi aussi, sur ce q'en dit P. Brion, dans son bouquin sur le western et dans sa bio de Ford...L'essentiel y est, aussi bien dans l'un que dans l'autre...mais bon, on est loin du travail de fourmi de Tag Gallagher ou Jim Mc Bride, qui ont bossé sur le sujet pendant des années, pour produire des analyses parfois captivantes de sensibilité et d'intelligence. Pour faire vite, l'objectif de P. Brion est de faire grand public et luxueux en même temps... (La Martinière, c'est joli, mais ça en "jette" plus que ça n'apporte vraiment...).
Son rappel de l'importance du thème musical d'Ann Rutledge (Young Mister Lincoln) est néammoins bienvenu dans un texte si court...Ce thème est lié au souvenir, à la nostalgie, voire à l'héroisme caché...dans TMWSLV, il est systématiquement associé à Tom, présent ou absent, vivant ou mort...Un homme se souvient d'une femme dans Young Mister Lincoln, une femme d'un homme dans TMWSLV...Dans les deux films, les disparus furent des "passeurs"...ils laissent la main, s'évanouissent dans les brumes du souvenir, mais sans eux, rien n'aurait été pareil...

Carcasse
Shérif
Messages : 2537
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 22 mai 2006 12:37

Film agréable "Young Mr. Lincoln" (Vers sa destinée). Un petit côté Perry Mason, comme "le Sergent noir", d'ailleurs, où le coupable est découvert pendant le procès (et devinez le nom de l'acteur qui joue ce coupable ? :D). Il est vendu en coffret avec "Je n'ai pas tué Lincoln" (The Prisoner of Shark Island) et surtout "Sur la piste des Mohawks" (Drums along the Mohawks), malheureusement en Vost seulement (je rappelle que le zone 1 de ce dernier comporte VF et Vost !).

Attention toutefois au prix du coffret ! Dans certains magasins, il peut coûter plus de 50 euros, alors qu'un de nos cowboy l'a dégotté, neuf, à 15 euros !

Mais, je m'égare ; il faut avouer que je n'ai plus grand-chose à raconter sur TMWSLV... :mrgreen:
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 22 mai 2006 13:42

Film agréable "Young Mr. Lincoln" (Vers sa destinée).


Un peu plus que ça, shériff, un peu plus que ça... :num1
Le motif musical dit Ann Rutledge (premier amour du futur Abe Lincoln), composé par Alfred Newman, apparait dans trois films, comme un leitmotiv...glissant de l'évocation d'un personnage à celui d'un état d'âme:
:arrow: Young Mister Lincoln en 39.
:arrow: TMWSLV en 62.
:arrow: Cheyenne Autumn en 64 ...quand le Secretaire à l'Interieur Carl Schurz (E. G. Robinson) médite à son bureau devant le portrait du "Grand Emancipateur"...
Il y a beaucoup de choses derriere ce thème musical... dans ce qu'emblématisait pour Ford le personnage historique qui l'avait d'abord inspiré, et qui devait donner son nom au personnage joué par W. Srode dans Sergeant Rutledge... :|

Carcasse
Shérif
Messages : 2537
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 25 mai 2006 22:18

Réveillez-vous les gars !
TMWSLV, c'est bientôt fini... Si vous avez quelque chose à dire, c'est le moment !!! :D

Après ce sera au tour de "the Westerner"....
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2557

Messagepar musselshell » 26 mai 2006 22:24

Carcasse a écrit :Réveillez-vous les gars !
TMWSLV, c'est bientôt fini... Si vous avez quelque chose à dire, c'est le moment !!! :D

Après ce sera au tour de "the Westerner"....


C'est pas que je n'ai plus rien à dire, c'est que J'EN FAIS L'EFFORT...
Je ne peux pas m'empêcher de trouver ça dommage, il y a tant à dire sur un truc pareil,et c'est la multiplicité des intervenants qui devrait faire l'intérêt de la chose.
Plutôt que des bagarres triviales, voire niaiseuses, de collectionneurs dont on peut se demander s'ils peuvent un tant soit peu discuter de ce qui les passionne... (l'objet de ce forum, non?...là je parle au modérateur!) :beer1:



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités