L'Homme Qui Tua Liberty Valance (The Man Who Shot Liberty Valance) 1962 - John Ford

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6989
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 08 mai 2006 12:27

Jicarilla a écrit : :oops: J. L.comment as-tu fait pour intégrer tes images sur le site ?
J’ai essayé, impossible pour moi ?

Voir ce topic:
http://westernmovies.free.fr/Forums/vie ... php?t=1671
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2552

Messagepar musselshell » 08 mai 2006 12:53

Jicarilla a écrit :HELLO :hat: :hat2:

MUSSELSHELL ne tombe pas de ta chaise :!: :!: :!:

JE viens de voir enfin LQTLV pour la 3em fois et je vais pouvoir donner mon point de vue :
-La 1er fois je l’ai vu au cinéma en 1962 et j’avais 19ans, un film qui ne m’a pas marqué, passé en salle très discrètement en plein été dans un ciné de quartier. Et cela a été une grosse déception, il était en noir et blanc, et je ne peux pas le confirmer peut-être les OLD Men du forum pourraient le confirmer, je l’ai vu en plein écran . En 62 je m’attendais à voir un beau cinémascope même un petit 70 mm, pas du tout. Et là j’ai du supporter 2h de western urbain, (je n’aime pas l’urbain) et de parlote. Je suis sorti très déçu.
:cry: :cry:
-La 2e fois à la télé dans les années 80, pas plus de souvenir que cela.
-Et la 3e fois hier soir avec mon DVD que j’avais acheté le 5/mars 2002, j’ai mis 4 ans pour le voir, et je n’ai pas plus adhéré que les 2 autres fois et pire.
Un film étriqué dans un 3 pièces saloon cuisine et bureau du journal avec des grandes parlottes à n’en plus finir.
Cela m’a fait penser à une pièce de théâtre avec une rue étroite et pas de profondeur de champs,
Juste deux plans ext. un avec l’apprentissage de tir et l’autre pour l’incendie du ranch.
Grosse surprise J W. a 2 chemises différentes : une grise et une noir ; il arrive à son ranch elle est grise, lance la lampe à pétrole, elle est noir, ressort elle est grise, se retourne dans le chariot elle redevient noir, (Jean Louis le pistolet et moi la chemise !.......).
En fin pour dire que très déçu de ce petit film de JOHN FORD où on ressent un manque de moyen, et donne l’impression d’avoir voulu faire un western comédie loupé. Genre « DONOVAN’S REEF » Vu 3 fois avec bien du mal et cela restera suffisant pour moi……. :oops: :oops:
:oops: J. L.comment as-tu fait pour intégrer tes images sur le site ?
J’ai essayé, impossible pour moi ?

:cry: SO LONG JICA :wink: :wink:


Je suis tombé de ma chaise Jica :cry: ...mais bon, je ne me suis pas fait (trop) mal. :wink: ..Bon, moi, je trouve ce film sublime...comme quoi! Et tes arguments ne sont pas irrecevables (noir et blanc, théatre, beaucoup de dialogues, pas d'extérieurs...): simplement, Ford a très précisément voulu les choses comme on les voit sur l'écran...rien ne relève du ratage ou d'un manque de maîtrise...Ensuite, ça te parle ou ça ne te parle pas...
Après tout, ça manquait un peu, des gens qui n'aiment pas...il en faudrait d'autres!

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7616
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 08 mai 2006 15:46

Cole Armin a écrit :
Jicarilla a écrit : :oops: J. L.comment as-tu fait pour intégrer tes images sur le site ?
J’ai essayé, impossible pour moi ?

Voir ce topic:
http://westernmovies.free.fr/Forums/vie ... php?t=1671


HELLO COLE :lol:

Je voulais transférer un arret image du film de mon PC "lecteur windows média" je ne sais pas ou peut-ètre impossible
il faut prendre des photos de l'écran TV. :?: :?: THANK

:beer1: SO LONG
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6989
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 08 mai 2006 18:40

Jicarilla a écrit :Je voulais transférer un arret image du film de mon PC "lecteur windows média" je ne sais pas ou peut-ètre impossible
il faut prendre des photos de l'écran TV. :?: :?: THANK

:beer1: SO LONG

Tu appuies sur la touche "Impécr" ou "PrtScr". puis dans un logiciel Image comme Paint tu fais "Coller".
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2847

Messagepar Jean-Louis » 15 mai 2006 11:47

:( Je ne sais qui a eu l'idée de cette exercice, ah si je le tenais....

L'homme qui tua Liberty Valence n'a jamais, au grand jamais fait parti de mes westerns préférés,
je l'avoue.
D'ailleurs est-ce un western?
C'est le testament de John Ford qui en finit avec la légende qu'il a participé à entretenir

Pourquoi ce flash back, en noir et blanc, cette réalisation à 98% en studio si ce n'est la volonté d'être le plus proche possible
des protagonistes. C'est quasiment à une pièce de théâtre que nous assistons.

John Ford a sans aucun doute voulu épurer, dépouiller jusqu'à l'os (le nom de la ville : Shinebone, Tibias) il s'est livré à un véritable exercice de style.

L'histoire très simple est le prétexte à faire passer un maximum de messages, Carcasse et Musselshell en ont dressé le catalogue.

Mais restent un certains nombres de questions :

Le générique composé de croix de bois, un vrai chemin de croix : l'une d'elles est carrément la croix du Christ, In à la place de I.N.R.I. l'inscription qui figure sur le panneau du haut sur les crucifix.

Le couple voyageurs sans bagages, sauf un carton à chapeau que Hallie porte religieusement, jusqu'au lieu de pèlerinage : la demeure en ruine de Tom
Le carton lui sert à amener en cachette le cactus en fleur sur le cercueil de Tom.

Tous ont leur zone d'ombre et de "splendeur"

Link Appelyard se résume à un estomac et un organe reproducteur, lâche et fanfaron a d'emblée l'intelligence et la délicatesse
d'amener Hallie "en pèlerinage" exactement où elle souhaitait aller.

Peabody, journaliste, chroniqueur de cette société en devenir a bien des moments de faiblesse qu'il est obligé de noyer dans l'alcool.
Grande gueule, ne vivant que pour son métier, lorqu'il propose à Ranson Stoddard de s'installer dans son journal devant son acceptation, il réalise le risque qui en découle . Il entrevoit aussitôt le magnifique article qui pourra résulter de la mise à sac de ses locaux.
Mais c'est lui qui saura trouver les mots qui enflammeront ses concitoyens lors du vote du représentant au congrès.

Hallie, l'épouse et fidèle compagne du sénateur a en réalité toujours été amoureuse de Tom, elle avoue à Rason lors du retour que sont coeur est toujours resté à Shinbone.

Rason Stoddard le naïf du début s'est transformé en un habile politicien.
Le timoré qu'il est foncièrement trouvera le courage d'allait affronter l'arme à la main LV et surtout prendra la décision d'acceptait représenter le territoire au congrès, pour donner
un sens au sacrifice de Tom.

Tom Doniphon, véritable chevalier blanc flanqué de son écuyer Pompey. Colosse au coeur d'argile incapable de déclarer son amour à Hallie ira, ayant compris qu'il appartenait
à une période révolu, jusqu'à sacrifier son avenir pour le bien de la communauté.
C'est l'ombre de lui-même qui explique à Rason comment pour préserver à travers lui les chances du territoire d'entrer dans la civilisation et de sortir de l'âge de l'héroïsme individuel,
il s'est chargé de tuer Liberty Valance.

Liberty Valance, tout de noir vêtu, symbolise le mal. Il est le pendant démoniaque de Tom. Libre de toutes contraintes morales. Il n'est à aucun moment positif.

Nulle présence de religion dans ce film, étrange de la part de Ford!

Sauf les croix du générique, le pèlerinage qu'ont entrepris les Stoddard, le sacrifice de Tom, l'argent que Rason donne à Pompey fait penser à une quête.

A part Rason, tous sont ou deviennent alcooliques. John Ford à ce moment de sa vie semblait bien désabusé.

Il reste un film agréable à regarder, on est captivé 2 heures durant non pas par l'angoissant suspens de l'énigme policière, mais par cette galerie de personnages
tous plus justes les uns que les autres. Les scènes de John Wayne le mettent en valeur, aussi bien la qualité de son jeu que sa présence ont rarement été aussi évidentes.
:?

Carcasse
Shérif
Messages : 2504
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 15 mai 2006 12:28

Hallie, l'épouse et fidèle compagne du sénateur a en réalité toujours été amoureuse de Tom, elle avoue à Rason lors du retour que sont coeur est toujours resté à Shinbone.

Son cœur est resté à Shinbone, mais pas uniquement à cause de Tom ; sans doute regrette-telle l'époque de sa jeunesse, de ses amis, d'une certaine insouciance (dans le sens des responsabilités !)...
Hallie est un personnage fort. Elle a fait un choix (même si Tom s'est rétiré), et je ne pense pas que ce soit tant ce choix qu'elle regrette que l'instant où elle a fait ce choix !

C'est Ransom qui ressent une certaine amertume parce qu'il sait qu'elle ne lui a jamais appartenu totalement ; Qui sait si Doniphon n'eût pas fini par ressentir la même chose, si l'histoire s'était déroulée autrement et qu'elle l'eût épousé ?
Quoi qu'il se soit passé, Hallie n'aurait jamais pu être complètement satisfaite : elle était partagée, mais elle a choisi (aidée un peu par Tom, certes), et ne s'est jamais retournée. Maintenant, un peu de nostalgie ne semble pas lui faire pas de tord...

Que ces personnages, devenus importants sortent sans bagages est logique. Ils ne doivent pas rester et, au cas où il se fûssent trimbalé quelque nécessaire de voyage, leur rang les auraient fait venir par porteur.
Le carton à chapeau est plus intéressant ; ce n'est pas aux yeux de son mari qu'elle cache la fleur (il est au courant), mais aux regard des autres. C'est un secret d'initiés ; un culturem partagé.
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2847

Messagepar Jean-Louis » 15 mai 2006 13:51

Non je suis pas d'accord, Ramson constate la vérité au retour et en est
très dubitatif : regarde bien le final.

Mais en réalité Ransom et Tom ne seraient-ils pas les 2 faces d'une même personne? Ce qui expliquerait l'amour pur, que leur porte Hallie.

Il est d'ailleurs à noter que le couple Ramsom/Hallie semble vierge de toute descendance.
Ramson a voué son existence au bien de ses concitoyens.
Hallie est une vestale, vestale de l'oeuvre de son mari, vestale du souvenir de Tom.

Ce qui est important dans ce film, à mon sens c'est le côté désabusé qui s'en dégage, l'épopée est terminée...

Carcasse
Shérif
Messages : 2504
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 16 mai 2006 8:53

Jean-Louis a écrit :Non je suis pas d'accord, Ramson constate la vérité au retour et en est très dubitatif : regarde bien le final.

Je ne le crois pas. Ransom n'est jamais dupe... Mais il fait "comme si" !
Il espère toujours. Simplement, il sait que ce voyage a ravivé d'anciens souvenirs... et la légende le poursuit encore (voir la dernière phrase) !
N'oublie pas que cette légende est entre lui et elle et qu'elle les sépare ; sa confession a pour but, une expiation, un rachat aux yeux d'Hallie. Dans le train, il tente encore...

On ne sait pas s'ils ont des enfants. S'ils en avaient eu, quel âge auraient-ils ? Seraient-ils venus ; ou plutôt Ransom les aurait-il emmenés voir le dernier hommage fait à son rival ?
Et Hallie, aurait-elle souhaité qu'ils connûssent celui qui aurait pu être leur père ?
Il est également possible qu'ils n'en aient pas. La symbolique serait alors davantage que Ransom s'est totalement consacré à sa fonction et qu'Hallie l'a laissé faire...

De même, je ne pense pas que Tom et Ransom soient les deux faces d'un même homme ; à la limite, d'une même pièce ; aussi différents que pile et face. Il suffit de regarder leurs relations avec Poppy (Pompey). N'est-ce pas toi, d'ailleurs, qui m'a dit qu'il leur servait de miroir ?

Jean-Louis a écrit :Ce qui est important dans ce film, à mon sens c'est le côté désabusé qui s'en dégage, l'épopée est terminée...

Comme tous les westerns qui montrent la fin de l'époque aventureuse, d'ailleurs. La civilisation, pourtant souhaitée, arrive avec une certaine mélancolie...
Au reste, n'est-ce pas cette époque d'aventure, dans un espace de totale liberté où le destin peut basculer à tout moment, qui fait de nous des amateurs de western ?
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2847

Messagepar Jean-Louis » 16 mai 2006 10:21

N'oublie pas que cette légende est entre lui et elle et qu'elle les sépare ; sa confession a pour but, une expiation, un rachat aux yeux d'Hallie. Dans le train, il tente encore...

Sauf que Ransom se confesse aux journalistes avec l'approbation de Hallie.
Regarde bien leur échange de regard. Moi je dirais que ce secret les lie plus qu'il les sépare.

En parlant des 2 faces, je voulais effectivement évoquer le coté pile et le coté face.

Le fait qu'ils aient ou pas de descendance n'est pas neutre :
c'est la preuve qu'Hallie à vouer son existance à l'oeuvre de son mari,
j'ai l'impression que le sentiment qui la lie à Ramson est beaucoup plus proche de la tendresse que de l'amour fou.
Et surtout que Ramson fait tout ça pour le bien collectif.

Pourtant il ne dédaigne pas les avantages et passes-droit liés à son statut.

Je vais en rester là, qu'est ce que je dirais si j'avais aimé le film,
mais c'est un John Ford! :wink:

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2552

Messagepar musselshell » 16 mai 2006 16:40

Au reste, n'est-ce pas cette époque d'aventure, dans un espace de totale liberté où le destin peut basculer à tout moment, qui fait de nous des amateurs de western ?

Probablement...mais l'aventure permanente, la totale liberté, sont toujours des leurres, des illusions la plupart du temps fabriquées par le souvenir, qui magnifie: l'enfance-innocence, la jeunesse ouvrent les espaces et les perspectives (au sens propre, en plus, dans le western) vécus comme autant de pertes l'âge venant...pourtant rien ne dit que les choses étaient vécues ainsi à l'âge en question...Thème à jamais banal et éternel, au coeur de toute expérience humaine. Le western , mythe d'une enfance collective, mythe d'une société en devenir où l'innocence et la liberté sont vécus sur le mode d'une anarchie à vaincre ou sur celui d'un paradis éphémère (ou les deux, en même temps, qui plus est brouillés par les cartes du temps), ce western là , c’est surtout celui de John Ford : on est soi dans la jubilation des commencements ,même si ça ne se fait pas sans douleur (Drums along the Mohaw, Wagonmaster), soi dans le décryptage, la lucidité, ce qui n’exclut en aucun cas la puissance poétique, les plus grands poètes, contrairement aux idées reçues, étant souvent malades de lucidité (My Darling Clementine, She Wore a Yellow Ribbon, Fort Apache, Cheyenne Autumn…). TMWSLV condense tout et fait probablement plus le tour de ce qu’il y a de plus profond dans la portée du genre que n’importe quel autre film (ce qui ne veut pas dire que ça en fait le meilleur !), parce qu’en plus, il croise des personnages, des destins individuels, qui savent échapper à ce qu’il y a d’inévitablement caricatural dans le pur archétype.

Bon dieu, il a fallu que j'en remette une couche. Je promets pénitence (bien qu'agnostique invétéré...si ça peut exister):je vais regarder un Trinita...ça détend, un film qui se fout pas mal de tout ça.

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7616
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 16 mai 2006 17:46

musselshell a écrit :
Au reste, n'est-ce pas cette époque d'aventure, dans un espace de totale liberté où le destin peut basculer à tout moment, qui fait de nous des amateurs de western ?


Bon dieu, il a fallu que j'en remette une couche. Je promets pénitence (bien qu'agnostique invétéré...si ça peut exister):je vais regarder un Trinita...ça détend, un film qui se fout pas mal de tout ça.


:applaudis_6: :applaudis_6: Continués vous m'interressez my friends
un beau débat des 3 mousquetaires de l'ouest. :applaudis_6: :applaudis_6:
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
mortimer
Chasseur de primes
Messages : 765

Messagepar mortimer » 17 mai 2006 12:19

musselshell a écrit :

Bon dieu, il a fallu que j'en remette une couche. Je promets pénitence


c'est un peu le problème de ce topic "western disséqués" c'est une belle idée car on peut parler à fond des films que l'on aime mais il y a tout de même un problème : ceux qui ont du temps de libre (retraités ou qui ne bossent pas) postent tellement de messages sur ces films que quand on arrive sur le sujet tout ou presque à pratiquement été dit :?

cela étant vu la qualité de vos commentaires :applaudis_6:

vous êtes excusés
:beer1:
-"you ain't never gonna get me back to town alive, boy"
-"Then I'll get you there dead...boy."

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2847

Messagepar Jean-Louis » 17 mai 2006 12:40

:D Mortimer, tu n'as pas tort, mais qu'elle est la solution ?

Donner un handicap à ceux qui ont le plus de loisirs ?

Supprimer cette rubrique ? :roll:

Perso je pense que 1 mois c'est trop long, surtout si on annonce à l'avance le film suivant.

Au vue de cette expérience (il reste encore 2 semaines) que l'ensemble des "forumeurs" donnent leur avis.

Carcasse
Shérif
Messages : 2504
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 17 mai 2006 13:08

Un mois trop long ?
Je ne crois pas. Justement parce qui ont davantage de temps peuvent le voir rapidement seront favorisés, comme ceux qui avaient déjà vu le film, d'ailleurs.
Personnellement, je travaille (chez moi, certes, mais croyez-moi, je travaille !) et MusselShell aussi (enfin, je crois, il est prof ! :mrgreen: ).
Par contre, je n'ai pas eu besoin de revoir le film quand le sujet a commencé, j'ai fait ça de mémoire et c'est vrai que ça fait gagner pas mal de temps !

Plus le temps sera court et moins ceux qui ne connaissent pas le sujet et qui ne disposent pas de libertés seront pénalisés !

Pour répondre enfin à Mortimer, j'ajouterai que nous sommes restés sept jours sans rien proposer...
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2552

Messagepar musselshell » 17 mai 2006 14:32

ceux qui ont du temps de libre (retraités ou qui ne bossent pas) postent tellement de messages sur ces films que quand on arrive sur le sujet tout ou presque à pratiquement été dit



Putain je bosse moua!!

Personnellement, je travaille (chez moi, certes, mais croyez-moi, je travaille !) et MusselShell aussi (enfin, je crois, il est prof ! ).


Voilà, c'est bien dit (merci pour le :arrow: :mrgreen: il est vrai que la fatigue de l'enseignant est particulière, au point où certains se suicident, soit d'un coup,soit, comme moi...à ptit feu...)

Ceci dit, un mois, c'est pas de trop! pour les raisons judicieusement exposées par Carcasse (comme d'habitude :mrgreen: ) et parce que LES IDEES PEUVENT VENIR AVEC LE TEMPS (et que certains films le méritent, voire l'exigent...)
Eves-vous d'accord avec Monsieur le Professeur? :beer1:



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité