Page 2 sur 4

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 26 nov. 2014 13:31
par yves 120
Vin a écrit :Et bien c'est cool, de tenter de faire quelque chose ici.
Je relis les posts de Lasso et d'Yves, et je suis assez bluffé par le fait qu'émettre une opinion qui ne semble pas correspondre à la leur conduit à se faire traiter de désaxé.
Je relève de nouveau d'ailleurs une propension à " faire parler les autres" de la part d'Yves, qui mettait le mot " con" dans le propos de Musselshell, jamais prononcé par ce dernier, et là, qui vient parler de l'Actor's Studio alors que je n'ai pas du tout évoqué cette référence.
Bon, j'ai passé l'âge de ces conneries, je vous laisse à ces non-sens, bye bye, amusez vous bien, revenir dans ces conditions n'a aucun sens.

En ce qui concerne le mot désaxé est en référence au Film que tu préfères de Marilyn les Desaxés où les Mitsfis tu as perdu ton humour où quoi ???

En ce qui concerne le propos de musselshell je me suis expliqué avec l 'interressé :cool: là par contre ce n 'est pas très beau de ta part de remettre ça sur le tapis , mais bon :roll:

Quand à tenter de faire quelque chose c 'est très bien de ta part , mais WM allait très bien malgré tout, tu l 'as dit toi même dans ton post en revenant sur WM

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 26 nov. 2014 19:37
par pak
Ben à peine une page, et déjà, ça dérape... :shock: :sm57:

Sans vouloir transformer le sujet en un débat sur les talents d'actrice de Marilyn (encore que ça fait partie du film), j'avoue moi aussi ne pas être transcendé ou ébloui par son jeu. Son statut d’icône est indiscutable, mais ce n'est pas parce que c'était une star que ça en faisait une bonne actrice. Je vais être sévère (et vais en rendre certain vénères), mais elle n'avais un registre dans lequel elle me convainc, la tendre nunuche. C'est pourquoi elle est excellent dans Chérie, je me sens rajeunir ou Certains l'aiment chaud. Et finalement, qu'a-t-elle vraiment joué d'autre ? La jolie naïve est un registre qui ne se joue qu'un temps, l'âge avançant rendant la crédibilité de l'actrice de moins en moins convaincante. Plus proche de nous, une actrice comme Meg Ryan, qui n'a guère évolué elle aussi que dans un seul registre, a finit par ne plus intéresser.

Et j'oserai un parallèle avec Brigitte Bardot parce que pour moi, les deux femmes, magnifiques au demeurant, ont pour moi des similitudes à l'écran. BB, c'était plutôt la moue boudeuse. Sortie de cela, elle ne m'a vraiment convaincu que dirigée par un réalisateur à poigne comme Henri-Georges Clouzot (La Vérité), Claude Autant-Lara (En cas de malheur) ou Louis Malle (Vie privée). Sinon, chez les autres, de Vadim à Boisrond, en passant par Christian-Jaque, Clair, Molinaro ou Deville, le registre était là encore toujours le même. Pire, confrontée à d'autres actrices, dans des machins comme Les Pétroleuses, face à Claudia Cardinale ou Viva María ! face à Jeanne Moreau (et là Louis Malle n'a pu rien faire), elle ne faisait pas le poids tellement le contraste était rude. Sa palette de jeu, elle aussi, devait ridicule l'âge avançant (elle l'a déclaré d'ailleurs elle-même à propos de son dernier film). Mais je n'ai pas l'impression que ça minait Bardot dans le sens où elle ne tenta pas de changer de registre, préférant carrément arrêter sa carrière à 39 ans.

Par contre, Il me semble que Marylin, elle, était plutôt minée par l'évolution de sa carrière, et même déprimée par celle-ci, malgré ses succès dans les années 1950. Pourtant, je la préfère à l'écran à notre BB, car elle avait tout de même un jeu supérieur à cette dernière (encore une fois, ça n'engage que moi), et le virage qu'elle amorça à la fin des années 1950 semblait la mettre sur la voie de rôles plis consistants et dramatiques, car elle sentait bien qu'approchant la quarantaine, il lui fallait démontrer plus de maturité dans ces choix de rôles. Hélas, sa mort prématurée et mystérieuse nous aura privé de la voir l'évolution de sa carrière.

Je n'ai pas encore revu Rivière sans retour pour en parler précisément. Mon souvenir est surtout celui d'un film de commande, véhicule à la gloire de Marilyn qui y pousse plusieurs fois la chansonnette, divertissant, mais loin des ambitions habituelles (et futures) de Preminger, même si formellement, c'est très flatteur à l’œil, les plans étant généralement de toute beauté (hormis ces incrustations sur le radeau, mais bon, c'était la technique de l'époque qui imposait ça). Je crois que le réalisateur n'a que faire du western, il s'en fiche en fait, et c'est d'ailleurs, comme l'ont déjà précisé certains, son unique incursion dans le genre, aussi il travaille ses plans avec l'envie de relever un challenge technique (tournage en décors naturels et en CinemaScope, procédé alors nouveau), et y injecte une sensualité que peu de westerns ont malgré les beautés qui y jouent régulièrement. Et, pour contredire ce que j'ai dit plus haut, Marilyn est très bien dans ce film, peut-être à cause de la pression de Preminger peu satisfait du jeu de l'actrice : il est de notoriété à propos de ce film que le réalisateur lança cette vacherie : "Diriger Marilyn, c’est comme diriger Lassie, il faut faire quatorze prises pour obtenir l’aboiement adéquat ! "...


(Je sens que je ne vais pas me faire que des amis... :mrgreen: )

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 26 nov. 2014 20:31
par musselshell
D'accord sur la sensualité.
Ce sont les relations entre les protagonistes qui intéressent Preminger, plus exactement la façon dont elles évoluent au gré des évènements, des doutes qui s' insinuent ou se lèvent...sans jamais que l' ensemble ne soit cinématographiquement ou dramatiquement forcé...Il y a comme un coulé d'évidence...jusqu'à la fin à laquelle la mise en scène et le jeu confèrent une espèce d' inévitabilité.
Le film, c' est aussi les rapports entre le père et son fils, le premier guidé comme par le besoin de prouver, racheter quelque chose, dont on ne saura jamais vraiment quoi au juste...Ca aussi est filé tout du long...sans démonstration lourdingue ou explication de texte.
Mitchum et le gamin sont impeccables à cet égard.
On a en fait des gens qui apprennent à aller les uns vers les autres, à dépasser la méfiance, les non-dits et même certains préjugés. Bref, il y a suffisamment de Preminger là dedans pour qu' un film dit de commande reste dans les mémoires...

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 26 nov. 2014 20:40
par yves 120
Bonsoir à tous pour éviter que ça dérape à nouveau puisque je suis " le fautif " je le ressens très bien dans vos allusions , sachez que j 'ai par MP discuté avec
cette très jolie rivière : qui se nomme musselshel :D dont voici la photo
Image

musselshel est quelqu 'un de beau de bien comme westerner :D je suis heureux d 'avoir parler avec ce monsieur :num1

Ce n 'est pas le cas de ...... j 'ai horreur de dérangé , je pense avoir toujours été bien pour ce forum et les westerner , je m ' efface , je n 'aime pas du tout
l 'hypocrisie surtout dans un forum de cowboys , ah j 'allais oublier :oops: excuser moi :cool: heureusement que chip est là :D penser ce que vous voulez mais c 'est monsieur Cinéma il sait de quoi il parle il aime le cinéma ça se voit et ça se sent et je l 'ai rencontré aux Cinglés c 'est aussi le cas pour HART rencontré au même endroit :num1 je tenais a leur rendre hommage . :beer1: et voyez vous comme c 'est étrange le cinéma ça me connait :num1 et je le connais :D :oops:

Donc , comme la rivière ça sera sans retour .

Yves

PS . que dire de plus de ce vous savez WM a eu par ailleurs des Grands du Cinéma américain des années de l 'age d 'or d ' Hollywood je veux parler de JICA et le top des top mon Ami PIKE

Ainsi pour terminer en beauté deux femmes amoureuse du cinéma LOU et Stéfanie :D deux amies aussi :num1

Et étant civilisé :num1 Un Grand Merci a Cole Armin :beer1:

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 26 nov. 2014 20:53
par musselshell
Vous allez plutôt revenir tous les deux.
Comme des grands. :sm32:

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 26 nov. 2014 21:01
par yves 120
musselshell a écrit :Vous allez plutôt revenir tous les deux.
Comme des grands. :sm32:


Non ! c 'est bon , j 'ai été content du MP :beer1: mais là ça ne le fais pas pour moi :num1 désolé

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 26 nov. 2014 22:39
par pak
On sort du sujet, mais je ne vois pas où est l'hypocrisie ni le fautif. Y a eu réaction, et mal comprenance. C'est pas bien grave tout ça. M'enfin je crois. Oui ça "dérape", mais j'aurai dû mettre des guillemets pour relever le côté anecdotique de tout ça.

Puisque c'est comme, je m'en vais aussi, non mais...


En tous cas, j'ai appris un truc aujourd'hui, que musselshel, c'était le nom d'une rivière. Et ce n'est pas une rivière sans retour.

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 27 nov. 2014 9:52
par chip
Comme criait le petit Joey en voyant s'éloigner Shane, blessé, à la fin du film : Shane, come back, je dis Yves, reviens.

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 27 nov. 2014 10:40
par chip
Cette allusion au film préféré de l'ami Yves, s'applique bien sûr à tous, REVENEZ .

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 27 nov. 2014 11:07
par Hombre
chip a écrit :Comme criait le petit Joey en voyant s'éloigner Shane, blessé, à la fin du film : Shane, come back, je dis Yves, reviens.


chip a écrit :Cette allusion au film préféré de l'ami Yves, s'applique bien sûr à tous, REVENEZ .


Oui. Une belle recommandation de Chip.

REVENEZ.

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 27 nov. 2014 20:23
par pak
Moi c'était juste pour du faux, je déconnais... :sm57:

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 27 nov. 2014 20:43
par Abilène
De vrais gamins ! :roll: Allez les 2 garnements, arrêtez de bouder et serrez vous la main, y a rien de méchant dans tout ça, on compte sur vous ! :wink:

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 28 nov. 2014 10:01
par chip
Contrairement à la rivière, on espère un RETOUR .

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 28 nov. 2014 17:10
par Sitting Bull
Y aura-t-il une résurgence :?: :?: :?:

Re: La Rivière Sans Retour - River of no Return - 1954 -Otto Preminger

Posté : 28 nov. 2014 22:32
par midou06
Allez, je me dévoue, j'appelle Yves ce week-end. Je pense que ce forum a suffisamment perdu de membres de qualité. :beer1: