Major Dundee - 1965 - Sam Peckinpah

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Munny
Barman
Messages : 13

Re: Major Dundee - 1965 - Sam Peckinpah

Messagepar Munny » 08 mai 2012 11:42

Je trouve l'analyse de Jim intéressante. Maintenant, il faut aussi voir que les montages de Peckinpah étaient souvent massacrés par les producteurs ou les studios afin de les rendre plus "grand spectacle". A voir de quel version il s'agit.
Pourtant, s'il est clair que je ne pense pas que ce soit le meilleur de Peckinpah, je trouve que la relation Dundee/Tyreen fort intéressante et plutôt profonde par rapport à d'autres aspects du film. Elle tient d'ailleurs, pour moi, tout le film et est une réelle source d'intérêt. Je pense qu'on peut quand même retirer ça. Même si je ne suis pas fan de cette oeuvre, je la considère plus que comme un divertissement simple.
Néanmoins, si je n'irais pas jusqu'à faire un parallèle avec Selander, il est vrai que le film est un peu fourre-tout et mêle des choses un peu abracadabrantes qui ne sont là que pour donner du mouvement, on est bien d'accord.
Are you gonna pull those pistols or whistle Dixie?

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4547
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Major Dundee - 1965 - Sam Peckinpah

Messagepar Yosemite » 08 mai 2012 12:18

Effectivement, aborder ce western sous l'angle d'un simple divertissement (sans que ce terme ai quoique ce soit de péjoratif nous sommes bien d'accord Jim) est original et me semble très juste.
Car en effet, pour faire écho aux deux précédents messages, l'ensemble est un peu atone et on sent bien que la mise est sur le duo Dundee-Tyreen. Alors forcément, beaucoup de choses à côté en deviennent plus accessoires et l'impression d'ensemble en pâti je trouve.
Toutefois, même si le rapport entre ces deux hommes constitue sans doute le point le plus profond du film, je reste avec une non-impression finale. Personnellement, je n'en suis pas ému. Son souvenir m'échappe rapidement, il y a une évanescence qui me laisse à penser que Sam Peckinpah, même sur ce point là, est passé à côté de quelque chose.
Un loupé pour dire les choses comme je les ressens.
Personnellement, j'aurais aimé que soit plus approfondi le personnage de Chariba, il est magnifiquement mis en exergue lors du générique de début, (j'ai aimé n'est ce pas :wink: !), il agit avec une cruauté qui, en l'état reste purement gratuite et, à mon goût, peu satisfaisante. Lorsque je dis "en l'état", je fais allusion à l'absence de prolongement dans le scénario. Le choix de sa mort ne fait qu'abonder dans ce sens d'ailleurs.

Ici comme ailleurs, c'est un peu ce que je reproche à SamPé dans le fond. Il faut ouvrir des voies, des lignes d'exploration, mettre la poignée dans le coin dirais-je, pour finalement ne pas finir tout ce qui a été entrepris. C'est cela je crois qui me laisse toujours perplexe avec ce réalisateur.
Une impression de dispersion peut-être pour résumer la mienne (impression).
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4547
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Major Dundee - 1965 - Sam Peckinpah

Messagepar Yosemite » 11 mai 2012 15:07

Un article intéressant, mais en anglais, qui se base sur un rapprochement avec Moby Dick (rapprochement suscité par R.-G. Armstrong (le révérend Dahlstrom). Il est évoqué un film à la structure "loosey-goosey"... disons décousue voire en vrac...

http://www.thehighhat.com/Nitrate/002/major_dundee.html

Il est vrai que l’obsession du poursuivant Dundee n’est pas sans évoquer celle du capitaine Achab, et la métaphore du Bien luttant contre le Mal dans les deux films a quelque chose de similaire également (Dundee / Achab pour le Bien et Charriba / le cachalot pour le Mal). Similitude également dans la variabilité du rapport Bien/Mal puisque dans les deux cas Achab comme Dundee s’avèrent être deux personnages ignobles.
Ceci cherche à mettre à mal une perception simpliste du Bien qui chercherait à s’ériger en justicier au travers de sa quête et donc, davantage que de « justice » il convient de parler de « vengeance ».
Car dans le fond, l’image aurait pu être toute autre, un Dundee rassembleur, qui propose une alliance à des prisonniers moyennant plus de clémence à leur égard… nous en sommes loin.
Tant mieux sans-doute d’ailleurs, car le manichéisme Bien/Mal aurait sans-doute plané sur une histoire portée par autant de belles intentions.

Hélas, il est dommage quand même qu’en proposant un Dundee infect, l’histoire ne crée pas pour autant une ambiguïté sur ce personnage. En effet, à aucun moment je (« je » en tant que spectateur) n’ai senti un quelconque ralliement de ma part au personnage de Dundee et à aucun moment non plus je n’ai épousé la cause de Charriba ni ne lui ai pardonné son crime initial et incendiaire.
Alors, certes le simplisme Bien/Mal est évité mais j’ai eu la sensation de tomber dans un autre Mal/Mal.

Peut-être aussi le personnage du Capitaine Benjamin Tyreen est-il trop valeureux (Il est courageux, il est loyal, il est honnête, il est respecté par ses hommes, il est galant homme… :num10 ).
Ainsi présenté, il a je crois tendance à recréer un manichéisme et le fait de l’avoir déplacé ne change rien car si on le rajoute aux deux précédents le trio ainsi formé n’en est pas plus riche en matière psychologique.

C'est pour cela, je pense, que je reste pour ma part sans impression forte à l'issue de ce film.
Yo.

Avatar du membre
ROY ROGERS
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 489
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: Major Dundee - 1965 - Sam Peckinpah

Messagepar ROY ROGERS » 14 mai 2012 14:43

bjr tout le monde et bienvenu aux "nouveaux",

Pour ce film, il y a bcp de choses,.... un grand réalisateur, de grands acteurs (il est certain que Moïse et Ben-hur ont marqué C. HESTON) une psychologie très intéressante, une très belle femme, il y a tout.... et pourtant on reste sur sa faim (ou fin) quelqu'un le dit plus haut de pas très abouti, pour moi celà n'est pas fluide comme "coup de feu dans la sierra" et la version longue n'apporte rien. Quelle longueur sa remise en question, son abandon, pas très vraisemblable pour moi. Toutefois j'aime revoir ce western, pour justement, Charleston :lol: et Senta, mais quand le mélo s'emmêle....... :sm80:
dit "ROBERT"

persepolis
Sioux à l'oeil de Linx
Sioux à l'oeil de Linx
Messages : 520
Contact :

Re: Major Dundee - 1965 - Sam Peckinpah

Messagepar persepolis » 10 juil. 2016 11:53

Mon opinion rejoint les précédentes.Que de longueurs dans le film, pourtant il y avait de nombreux bons acteurs et situations pas assez exploitées. Tout se passe dans les dernières minutes et on reste sur sa faim. Le traitement de l'armée française est simpliste.


Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités