Sept hommes restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6605
Localisation : Albuquerque
Contact :

Sept hommes restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar Cole Armin » 01 févr. 2012 19:12

Attention, les SPOILER sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.
Pour ceux qui n'auraient pas vu le film, merci de vous référer à ce topic : http://www.westernmovies.fr/forum/viewtopic.php?t=2837

Que le débat commence !
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Eager Beaver
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 129

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar Eager Beaver » 02 févr. 2012 16:23

Bonjour à tous,
Par manque de temps en ce moment, je me limite à ce rapide passage. Au fait, à quoi correspondent tous les titres français de ce film? Pour ma part je ne connaissais que 7 hommes à abattre. J'ai découvert ici le 7 hommes restent à tuer, qui est dans l'esprit plus fidèle au titre anglais, et les sept damnés. Est ce lié à différentes sorties à des époques différentes? Aux marchés canadien, belge ou suisse?

Avatar du membre
chip
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6329

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar chip » 02 févr. 2012 17:54

Comme il a été dit et redit ( voir : critiques et illustrations des westerns visionnés ), le film est sorti en France( je l'ai vu en 1957 ) sous le titre :" 7 hommes restent à tuer ", mais la critique française s'est évertuée à le baptiser " 7 hommes à abattre", je n'ai jamais su pourquoi. Même Patrick Brion , lors d'une rencontre aux " cinglés du cinéma" nous affirmait ( j'étais avec Abilene) le contraire. Il y a sur westernmovies des reproductions de l'affiche française qui prouve mes dires, j'ai aussi une photo d'exploitation française, que j'ai dû mettre sur le site. L' édition dvd française a suivi la critique.

Avatar du membre
Nathan Brittles
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 126
Localisation : Somewhere along the trail...

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar Nathan Brittles » 02 févr. 2012 18:02

//////////////////////////
Modifié en dernier par Nathan Brittles le 01 avr. 2012 23:50, modifié 1 fois.

Avatar du membre
ROY ROGERS
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 489
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar ROY ROGERS » 06 févr. 2012 13:16

bjr

vu l'an dernier, dvd en vo seulement, mais heureusement sous titré,( biscott my niveau d'anglais) Western que j'ai longtemps cherché, because Randy et l'ami Lee. Mais les années passant, si R.SCOTT est tjrs resté un "great", Marvin, par son cabotinage me plait moins, et il n'y a pas que dans ce film ! mais bon je l'aime bien quand même et à la fin il n'a que ce qu'il mérite. Au fait très beau duel mis en scène !
dit "ROBERT"

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4687
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar yves 120 » 06 févr. 2012 14:26

Sept homme restent à tuer est pour , André Bazin , un " sur western " au même titre que Le train sifflera 3 fois et L ' homme des vallée perdues .

Perso , le meilleur western de Boetticher et de Randy avec Comanche station .

Randolph Scott et Gail Russell , sont inoubliable dans la séquence de la rivière :wink:

Pour en revenir à André Bazin il disait que Sept hommes restent à tuer , était le meilleur et le plus beau western , depuis des lustres . :?:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3575
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 06 févr. 2012 16:23

BONJOUR!

Cela fait un petit moment que je n'ai plus participé aux débats...Je vais essayer de m'y remettre ici...
Alors...Concernant les divers titres...Moi aussi je le conaissais comme 7 HOMMES A ABATTRE mais visiblement ce fut renommé RESTENT A TUER à cause d'un autre Randolph SCOOT,10 HOMMES A ABATTRE avec Richard BOONE en méchant...Evitons la confusion d'autant que ce n'est pas un Boetticher dans le second cas...

J'avoue avoir été perplexe parfois avec le duo Budd-Randy,j'avais du mal à suivre et il m'en manque encore un(LA CHEVAUCHEE DE LA VENGEANCE)...Mais j'apprécie ces films qui me semblent comme une suite de films avec le même héros(sauf DECISION AT SUNDOWN,Scott ne retrouvant pas son costume violet)...

Un bon film que j'aime revoir,ne serait-ce que pour revoir mon anglais avec amusement et pour Lee MARVIN...Il faudrait cependant que je le revois pour être plus constructif dans ma critique...
Image

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4517
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar Yosemite » 12 févr. 2012 14:20

Seven men from now, parmi les meilleurs westerns de Boetticher, et parmi les meilleurs westerns tout court (même s'il y en a d'autres de ce réalisateur que je lui préfèrerais encore).
Un travail de concision magnifique comme toujours chez lui.
Une intrigue, simple, respectée comme fil conducteur tout au long du film, peu de "surcouches" et c'est ce que j'aime beaucoup chez Boetticher ("Boettiker" comme dit B. Tavernier).
Boetticher, fait du western comme on plante un arbre : un tronc quelques branches et, selon la saison, des feuilles.
Il y a d'ailleurs plusieurs occurrences d'arbres dans son cycle avec Scott : celui qui brûle, celui qui sert de gibet,... Pour filer un peu plus la métaphore, on ne peut pas dire que les westerns de Boetticher soient des "road movies". Même quand les personnages sont en quête, ils ne voyagent pas beaucoup pour autant. Ces cadrages en sont l'illustration : ici nous sommes ; ici se déroule l'action ; ici nous demeurerons.
Le Movie Flat des Alabama Hills est approprié, instruit, il devient une scène de théâtre. Il n'est pas magnifié, tout est filmé avec sobriété, et c'est un des aspects que j'aime le plus dans ce film (et chez Boetticher en général). Il n'y a rien d'inaccessible au spectateur. Nous sommes sur scène, conviés, à deux pas des acteurs.
Les acteurs justement : R. Scott est superbe dans sa froideur et sa réserve, W. Reed, en mari effacé et plein de doutes, a bien compris ce qu'on lui demandait, L. Marvin est "extra" :num1 . Et vas-y que je te fasse tournicoter mon revolver, et vas-y que je te montre combien j'ai un regard méchant... Une direction d'acteurs exceptionnelle en fait. Tu parles qu'il va nous l'impressionner le Randolph :? .
Un mot tout spécial pour la magnifique épouse, G. Russel. Actrice au triste destin qui était déjà, à 32 ans et lors de ce tournage, malade de ce qui la tuera. Elle est inoubliable. Difficile de dissocier ce qui émerge d'elle d'entre l'actrice et la femme, ce sublime regard, cette sensibilité, cette diction...
Elle porte une grande partie du scénario en fait. Nous rappelant tout au long du film, que le début de l'intrigue est une histoire d'épouse perdue, celle de Ben Stride (Randolph Scott).
C'est toute la grandeur et la sobriété des films de Boetticher qui se détermine ici.

Boetticher en fait, c'est toujours pareil. Mais chaque fois exprimé différemment.
Du Brassens pourrait-on dire :num1 .
Du pur western selon moi.
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 12 févr. 2012 21:29, modifié 1 fois.

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4687
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar yves 120 » 12 févr. 2012 14:30

Yosemite a écrit :Seven men from now, parmi les meilleurs westerns de Boetticher, et parmi les meilleurs westerns tout court (même s'il y en a d'autres de ce réalisateur que je lui préfèrerais encore).
Un travail de concision magnifique comme toujours chez lui.
Une intrigue, simple, respectée comme fil conducteur tout au long du film, peu de "surcouches" et c'est ce que j'aime beaucoup chez Boetticher ("Boettiker" comme dit B. Tavernier).
Boetticher, fait du western comme on plante un arbre : un tronc quelques branches et, selon la saison, des feuilles.
Il y a d'ailleurs plusieurs occurrences d'arbres dans son cycle avec Scott : celui qui brûle, celui qui sert de gibet,... Pour filer un peu plus la métaphore, on ne peut pas dire que les westerns de Boetticher soient des "road movies". Même quand les personnages sont en quête, ils ne voyagent pas beaucoup pour autant. Ces cadrages en sont l'illustration : ici nous sommes ; ici se déroule l'action ; ici nous demeurerons.
Le Movie Flat des Alabama Hills est approprié, instruit, il devient une scène de théâtre. Il n'est pas magnifié, tout est filmé avec sobriété, et c'est un des aspects que j'aime le plus dans ce film (et chez Boetticher en général). Il n'y a rien d'inaccessible au spectateur. Nous sommes sur scène, conviés, à deux pas des acteurs.
Les acteurs justement : R. Scott est superbe dans sa froideur et sa réserve, W. Reed, en mari effacé et plein de doutes, a bien compris ce qu'on lui demandait, L. Marvin est "extra" :num1 . Et vas-y que je te fasse tournicoter mon pistolet, et vas-y que je te montre combien j'ai un regard méchant... Une direction d'acteurs exceptionnelle en fait. Tu parles qu'il va nous l'impressionner le Randolph :? .
Un mot tout spécial pour la magnifique épouse, G. Russel. Actrice au triste destin qui était déjà, à 32 ans et lors de ce tournage, malade de ce qui la tuera. Elle est inoubliable. Difficile de dissocier ce qui émerge d'elle d'entre l'actrice et la femme, ce sublime regard, cette sensibilité, cette diction...
Elle porte une grande partie du scénario en fait. Nous rappelant tout au long du film, que le début de l'intrigue est une histoire d'épouse perdue, celle de Ben Stride (Randolph Scott).
C'est toute la grandeur et la sobriété des films de Boetticher qui se détermine ici.

Boetticher en fait, c'est toujours pareil. Mais chaque fois exprimé différemment.
Du Brassens pourrait-on dire :num1 .
Du pur western selon moi.
Yo.

:applaudis_6: je sais faut pas le faire , faut expliquer le film et dire ce que l 'on ressent , ( j 'en ai parlé plus haut déja)mais là c 'est vraiment bien dit :D et puis Gail Russell : magnifique
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar musselshell » 12 févr. 2012 19:25

On convoque souvent la géométrie ou l'épure quand on discute le western à la Boetticher. Et tout spécialement ceux du trio formé avec Burt Kennedy et Randolph Scott.
Et c'est vrai que c'est net et sans fioritures.
Mais la densité ne passe pas à la trappe. Ainsi qu'une vision à la fois réaliste, désabusée, pragmatique, qui à son tour n'exclut ni le drame (sur lequel on ne s'appesantit pas), ni l'absurde, dont Boetticher est particulièrement friand...cette absurde qui fait que le méchant ne l'est jamais complètement, que le héros jusqu'au boutiste suscite parfois moins l'ampathie que les plus fragiles, truands ou non, plus humains...
Marvin sait changer d'avis...il possède un système de valeurs, qui est ce qu'il est.
Scott a une mission, ce qui n'est pas la même chose.
Dans Comanche Station, Boetticher mène la logique de l'avènement absurde au bout (le mari est aveugle...et toutes les constructions machistes s'écroulent).
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4517
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar Yosemite » 12 févr. 2012 21:27

Pas dans ce film, mais dans le fameux Tall T, une illustration de cet absurde dont parle Musseshell.
Allez savoir pourquoi il aura fallu qu'un caillou se fourre dans la botte de R.Scott ?
Une scène somme toute inutile de prime abord et qui, une fois montée, s'inscrit idéalement dans l'histoire sans qu'on ne sache trop ni comment ni pourquoi.

Image

The Tall T est à peine postérieur à Seven men from now. A peine, c'est à dire un an. Il est stupéfiant de constater que les ingrédients de Boetticher forment corps, grandissent, murissent au rythme d'une saison seulement.
Le cadrage, toujours impeccable, réserve le champ de l'expression chez ce réalisateur. Un champ de signifiants toujours maitrisé et qui laisse une impression de magistralité.
Pas de héros. Pas de morale non plus. Enfin, en écrivant "pas de morale" je pense que Boetticher s'inscrit non pas dans l'immoralité mais dans l'amoralité. je veux dire en cela, qu'il ne propose aucun jugement relatif à la morale. La sobriété de sa réalisation, ne cherche pas à illustrer une déviance vis à vis de la morale, mais à s'en échapper au contraire.
Cadrage contraint, direction impeccable, sobriété et répétition des décors et lieux, un assemblage rigoriste qui situe filmiquement ces films en deçà de la morale et, en fait, plus largement, hors d'atteinte de celle-ci.
Bon, j'aime bien Botticher, vous l'aurez compris... :num1 .
Un régal de le voir, un régal de parler de ses films.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4517
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar Yosemite » 12 févr. 2012 21:32

Alabama Hills sur la photo, et, en arrière plan, la Sierra Nevada.
L'âme du western est partout chez Boetticher. :sm76:
Yo.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3575
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 12 févr. 2012 22:55

Il est vrai que Boetticher réussit à miser sur les décors comme élément essentiel...Superbes remarques et images...
Image

Avatar du membre
ROY ROGERS
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 489
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: Sept homme restent à tuer - Seven men from now - 1956 - Budd Boetticher

Messagepar ROY ROGERS » 25 févr. 2012 11:08

bjr, très heureux de vs retrouver sur cette rubrique,

dommage elle n'a pas bcp avancé, mais quantité ne veut pas dire qualité. Comme tous les fous de westerns que ns sommes, Boetticher on ne peut l'ignorer ! Il fait partie de ces réalisateurs dont les films ns ont marqués. Ce type de discussions, agrémenté d'infos, je suis preneur, merci les gars ! :sm80: :num10
dit "ROBERT"




Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité