La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6786
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 25 juil. 2013 13:31

Je rebondis sur L'Empire de la lune d'été, excellent ouvrage, même si parfois l'auteur abuse des répétitions.
Surtout dans des affirmations de son parti pris sur la supériorité commanche. Je suis resté au milieu du livre, il me faudra le reprendre.
La prisonnière du désert est un des westerns les plus appréciés de ma famille, le premier étant Rio Bravo.

[ Posté depuis mon mobile ] Image
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6786
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 09 oct. 2013 3:23

Munny a écrit :Rien à faire même après l'avoir vu 15 fois, je trouve de nouveaux éléments. C'est vraiment un de mes westerns favoris.
Mon fils (2 ans) s'appelle Ethan, c'est dire...

:applaudis_6: Ethan, joli prénom! C'est beau la passion Mr Munny, mais on tremble à l'idée que le gentil Ethan ait été appelé Marion! :wink:

En fait, je ne voulais pas faire ce clin d'oeil au départ mais de parler d'une édition dvd que je viens tardivement de zieuter.

Ayant déjà vu moult fois le film et attiré par des bonus, j'ai emprunté ce mardi à ma médiathèque un coffret collector Warners Bros, 2 dvd du film, dvd 1 film présenté par Patrick Wayne et avec en bonus un commentaire de Bogdanovich et un dvd 2 de bonus divers avec documentaire, making of, et les coulisses du tournage.
Le problème est que le commentaire du film par Peter Bogdanovich n'est qu'en Anglais et qu'il n'y a aucun sous-titrage ce qui n'est pas normal quand on fait une telle édition vendue mondialement. Surtout que Bogdanovtih marmonne au départ!
Ce genre de commentaire peut-être fastidieux pour certains, mais c'est au cours de ceux-ci qu'on apprend des anecdotes et des explications de tournage ou montage intéressantes, les motifs de coupe, voire des indications sur des choix d'acteurs, et plein de détails utiles ou savoureux ou surprenants. Comme dans un célèbre film spagh, le suicide d'un acteur durant le film, Leone s'inquiétant de récupérer le costume!
La jaquette est belle avec photo sur les deux côtés et son verso ne reprend pas le descriptif détaillé et illustré de l'enveloppe carton du boîtier ce qui est bien, et donne toute son utilité à la présentation.
Le film est bien restauré semble-t-il, mais je laisse les commentaires plus avisés aux spécialistes de la question.

Bon là j'arrête toute émission pour cause vacances! :sm80:
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
cowboygf
Marshall
Marshall
Messages : 263
Localisation : aubrac city gun
Contact :

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar cowboygf » 01 nov. 2016 21:15

j'ai regardé ce western cet aprés midi (j'avoue qu'il me semble l'avoir vu paravent?) bref j'ai bien aimé la preuve je l'ai regardé jusqu'a la fin!!!!
de magnifique paysage qui m'on fasciné, impressionné, bref sans voix!
un scénario mélant amour illimité (jusqu'a la mort!), réplique humouristique et bien envoyées scéne amusantes,
tout pour pas s'ennuyé, avec toutes les saisons
Bref j'ai re-apprécié the DUKE , avec différent stetson assez rigolo
j'ai decouvert JEFFREY HUNTER (inconnu pour moi)
bref 9/10
pour moi le salut, c'est un bon cheval et une arme": skip homeier dans l'inconnu du ranch :applaudis_6:

chris57950
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 192

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar chris57950 » 01 nov. 2016 22:34

un de mes 5 westerns préférés . Jeffrey Hunter est surtout connut pour son role de Jesus dans "Le roi des rois" en 1961, on le voit aussi dans "Le sergent noir" et dans "Custer l'homme de l'ouest", mort trop jeune a 42 ans seulement

Avatar du membre
cowboygf
Marshall
Marshall
Messages : 263
Localisation : aubrac city gun
Contact :

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar cowboygf » 02 nov. 2016 22:18

un de mes 5 westerns préférés . Jeffrey Hunter est surtout connut pour son role de Jesus dans "Le roi des rois" en 1961, on le voit aussi dans "Le sergent noir" et dans "Custer l'homme de l'ouest", mort trop jeune a 42 ans seulement[/quote]
pour jesus je laisse de coté (question de principe!) mais pour les deux autres je vais regarder merci! :applaudis_6:
pour moi le salut, c'est un bon cheval et une arme": skip homeier dans l'inconnu du ranch :applaudis_6:

chris57950
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 192

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar chris57950 » 03 nov. 2016 12:34

je disais pas ca pour que tu regardes ce film, c'est juste que c'est surement son plus grand role , j'aime bien les peplums aussi et je suis pas du tout religieux

Avatar du membre
cowboygf
Marshall
Marshall
Messages : 263
Localisation : aubrac city gun
Contact :

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar cowboygf » 03 nov. 2016 19:46

rassure toi cun reproche dans ma remarque au contraire je ne connaissait pas l'acteur donc je regarde ce qui le concerne!! merci encore
pour moi le salut, c'est un bon cheval et une arme": skip homeier dans l'inconnu du ranch :applaudis_6:

chris57950
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 192

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar chris57950 » 03 nov. 2016 21:23

pas de soucis, je ne l'avais absolument pas pris comme un reproche

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6786
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 06 sept. 2017 21:57

chris57950 a écrit :un de mes 5 westerns préférés . Jeffrey Hunter est surtout connut pour son role de Jesus dans "Le roi des rois" en 1961, on le voit aussi dans "Le sergent noir" et dans "Custer l'homme de l'ouest", mort trop jeune a 42 ans seulement

Mort trop jeune? S'il était mort plus tôt ça aurait fait moins de massacre! :)
Et je serais pas obligé de faire des miles jusqu'à LBH dans une douzaine de jours! :)
Pour moi la vie va commencer...

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1944

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar limpyChris » 24 mars 2018 0:07

J'avais été amené à poster sous un autre fil ("Hostiles"), le commentaire ci-dessous à propos d'Ethan (Edwards).
Hart m'annonce dans un post qu'il ne partage pas du tout mon point de vue, et qu'il va m'étriller :wink: me remettre le pied à l'étrier, et dans le droit chemin (il ne dit pas du tout ça, juste qu'il n'a pas du tout la même appréciation du personnage que moi, que nos vues divergent, et il s'apprête à me répondre) ... je suis donc venu dépoussiérer un peu ...

Voici ce que j'avais écrit ailleurs :

Je ne pense pas qu'Ethan Edwards soit un paria, par son attitude dans les années 1870, 80, vu qu'ils devaient être un sacré paquet d'anciens combattants de guerres américaines et américano-something, des fermiers ayant eu à combattre les Indiens ... etc. à partager les mêmes idées, et vu qu'il y en a encore un paquet, de red-necks, petits blancs, de nos jours, à vouloir jouer aux dominateurs, tout en croyant leur suprématie fragilisée par des wet-backs et autres ...
Un paria, Edwards ? Non, sûrement pas, à mon avis. Au saloon du coin, i' devait y en avoir des tas, de ces gars du coin, prêts à canarder tout ce qui viendrait les déranger, confits dans leur jus de tabac et leurs (in)certitudes. (Ils y sont toujours). Mais pas sûr qu'il aurait davantage aimé les red-necks non plus, d'ailleurs, Ethan Edwards. Pour moi, c'est un solitaire, déçu, paumé, aigri, frustré, engoncé dans sa pudeur de mâle qui n'a pas osé se déclarer à temps ... Mais même pas un raciste (alors que Ford disait vouloir décrire un raciste) ... Les circonstances font qu'il s'en prend aux Comanches, pour les raisons que l'on sait, qu'il sait "ce qu'ils font aux femmes blanches" (en gros, la même chose que toutes les soldatesques du monde, quelle que soit l'époque, ou chaque fois que "la foule trahit le peuple", qui tond des femmes, les traîne dans les rues, les exhibe nues ...), mais il aurait tout aussi bien traqué les 'pattes rouges', les gars du Klan ou des blanchisseurs chinois ... euh, non, pas chinois ...des poseurs de rails irlandais en goguette, qui auraient touché à Martha. I' se trouve que c'était ces cons d'Indiens, pasqu'i z'étaient dans l' coin, et p'is c'est tout.
"Et ce n'est donc pas moi non plus" qui ai amené le terme de 'raciste' pour qualifier Ethan.
Un loser, si ... comment appelez-vous un mec qui se fait souffler la femme qu'il aime par son frangin, qui se retrouve du côté qui perd une guerre, qui va mettre ses billes dans une autre et a misé sur le mauvais côté, qui se fait voler sa vengeance par un jeune gars qu'il considère comme un pied tendre ... c'est quoi ? ou alors, j'ai pas la bonne définition de loser, et y a pas de mépris envers lui en disant ça ... un peu de commisération, peut-être ...

The floor is yours, à vous, Hart, quand vous aurez le temps ...
Avec plaisir
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
HART
Police Indienne
Police Indienne
Messages : 949

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar HART » 24 mars 2018 17:35

Je réponds à l'aimable invitation de limpy sur ce topic.
J'avais projeté de poster sur la rubrique dédiée à Hostiles en essayant de faire un parallèle entre le capitaine Blocker et Ethan Edwards.
Mais finalement , cela ne changera rien.

Toutefois , je me suis abstenu de relire les 24 pages consacrées à The Searchers , par pure paresse certainement , mais également parce que la prose de Pike ou Musselshell me donne des complexes ( d'infériorité , bien sûr) et celle de Gilson des migraines ( mais là , c'est encore de ma faute , je n'ai jamais mis les pieds à l' université).
Pour ne pas lasser l'improbable lecteur , je limiterai ma comparaison entre les deux " héros " à deux aspects : leur personnalité et leur rôle social d'une part , leur racisme éventuel d'autre part.

Clairement , ces deux individus sont meurtris : deuils , échecs, violences ont été leur lot.
Blocker montre cependant une humanité presque totalement absente chez Edwards.
Le capitaine , sous une attitude un peu froide ( mais jamais martiale ) est bien un homme dévasté.Ses fêlures le minent au point de se laisser emporter par l'émotion , le chagrin , et tenter par le suicide.Il a besoin des autres , et a tissé des liens forts avec eux , même si il s'agit exclusivement de ses compagnons d'armes.
Ethan n'a besoin de personne , il semble fondamentalement antisocial.
Sans doute est-il fugitivement heureux de retrouver au début des neveux et nièces qui l'idolâtrent et une femme qui l'aime toujours.Mais ses relations avec son frère laissent déjà percer la méfiance.
Par la suite , il ne cessera de repousser ceux qui le côtoient.Son attitude moqueuse , méprisante , voire haineuse marquera ses relations sociales.
Même sa tentative de rapprochement avec Martin , affichée alors qu'il est blessé et affaibli, parait plus pragmatique qu'affectueuse.
Est-ce un loser ? Non. On n'est pas un loser parce que l'on a pas épousé la femme que l'on aime.
Non plus parce qu'on a perdu successivement deux guerres , ce qui compte c'est pourquoi on les a faites.
Le terme de loser s'appliquerait-il à ceux qui ont perdu contre les franquistes en 1939 puis contre les nazis en 1940 ?
Ce n'est pas non plus un loser parce qu'un autre que lui a tué Scar.Ethan s'en moque , ce qu'il veut c'est voir l'indien mort.
Si il y a frustration , c'est peut-être celle du spectateur qui espérait un mano à mano entre les deux hommes.
Ce Ford était un malin.
Edwards n'a pas la sensibilité de Blocker, il est certes ému en de rares moments , mais on ne devine jamais regret ou doute dans son comportement.
Si le capitaine demeure un homme prudent et réfléchi , Ethan est imprévisible et irrationnel à l'occasion.
Blocker est certainement apte à une reconstruction , Edwards , même apaisé par la fin de sa quête semble incapable de maitriser son chaos intérieur.

Ethan raciste ? Oui. Viscéralement. AVANT l'extermination de sa famille , il est quasiment révulsé par sa première vision de Martin qu'il prend pour un indien.Il veut tuer sa nièce qu'il condamne pour avoir eu des relations sexuelles avec un indien.Il souhaite affamer toute la communauté comanche afin de l'éradiquer.Pas la peine de continuer.
Blocker raciste ? Non , il déteste d'abord les indiens par l'expérience et la cruauté de la guerre , il est devenu indifférent aux malheurs de ses ennemis.
Mais il finit par risquer sa vie en combattant sa propre race pour protéger la famille indienne.

Edwards est un individu qui fascine par sa tenacité et sa détermination.Mais il est d'une noirceur exceptionnelle.
A mon sens , il n'est supportable à l'écran que pour deux raisons.
D'abord , le fameux " Let's go home Debbie ", moment sublime et bouleversant, l'un des plus beaux jamais vus dans un western.
On en oublie tout le reste , et on ne se préoccupe plus de la cohérence du revirement.
Ensuite , le choix de John Wayne pour le rôle.A l'époque du film c'est déjà une icône.Ford n'aurait pas été si loin dans le côté sombre du personnage avec un autre acteur.C'est la popularité de Wayne qui permit de montrer une telle radicalité. Et encore , la fin du film , porteuse d'espoir n'a rien à voir avec la conclusion déprimante du roman qui l'a inspiré.

Cher limpy , je n'ai ni la volonté , ni la prétention de vous faire quitter votre chemin , c'est bien plus intéressant ainsi. D'ailleurs , le mien n'est qu'ne vieille piste défoncée par les doutes et les remises en cause.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2521

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar musselshell » 24 mars 2018 17:58

Défoncée par les doutes et les remises en cause, une piste devient alors bien plus fascinante que ce qu' on imaginait sa destination!
Hart, superbe petit résumé sur ce que révèle Ethan Edwards, sa noirceur, son asocialitė radicales... et le Duke, oui, tu as raison, qui rend le portrait possible.

A Limpy maintenant.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1944

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar limpyChris » 24 mars 2018 19:22

Aah, je l'attendais avec impatience, pour ne pas dire avec gourmandise, car tout ce qui 'tourne autour' :wink: de ces "Searchers" m'intéresse.
... et je dois vous l'avouer, au risque d'en décevoir certains, un peu déçu moi-même, car je n'y ai rien trouvé qui soit pour moi irrecevable à entendre ... Souvent d'accord avec ce que vous dites, même ... et pas par flagornerie, complaisance -j'ai déjà prouvé que quand je ne suis pas d'accord, je le fais savoir-, ni par paresse -quoique, s'il fallait choisir une excuse à mon approbation, c'est sans doute celle-ci qui serait la plus plausible.
Je comprends maintenant que vous ayez/aviez pensé à 'laisser' votre développement sur le fil "Hostiles", vu la comparaison entre les deux personnages ; si vous le permettez, j'en ferai un copié-collé que je mettrai également sur/sous (?) ce fil.

En ce qui concerne le fait de voir Ethan comme un 'loser', j'y mettais, pour ma part, le seul sens littéral du verbe 'lose', perdre. Pas le côté un peu moqueur ou méprisant que lui prête notre société de 'winners'. Pour moi, donc, dans mon acception personnelle du terme
Le terme de loser s'appliquerait-il à ceux qui ont perdu contre les franquistes en 1939 puis contre les nazis en 1940 ?
la réponse serait, en 1939 et 1940, factuellement, oui. Mais dans l'idéalisme, la fortitude ... etc., Dieu merci, non, bien sûr.

Il me semble que je ne faisais pas de parallèle entre Edwards et Blocker, mais m'étais contenté, concernant "Hostiles", dans un premier temps de relever des détails de "clins d'oeil" à plusieurs films de Ford, et ce, non pas pour les aficionados et posteurs réguliers de ce forum, mais pour ceux (et celles) qui n'auraient vu qu'un ou deux films de Ford, une seule fois, histoire de les amener à en voir plus, ou les revoir ... Des fois que nous aurions de jeunes lecteurs ...
Puis un petit truc sur le fait que j'y vois plus un film empathique avec les revenants de guerres actuelles à travers le prisme d'un western -Donald, i' doit aimer les westerns, non ?-, puis un peu sur les Indiens (je ne peux pas passer à côté et ai coupé ce que j'avais écrit sur mon ordi, au début, en revenant d'être allé voir "Hostiles", car les uns avaient déjà parlé des Comanches en 1892, et chip des Apaches dans la Sierra Madre jusque dans les années 1930, et du livre de Jim Fergus), et il me restait à parler d'un autre 'détail' (dont on verra s'il apparaît dans les posts à venir sur "Hostiles"), et sur les personnages de Blocker et Metz. Vous avez dit sur Blocker 'tout' ce que je voulais en dire -en mieux, car plus clair et avec les mots adéquats-, y compris les différences avec Ethan, bien que je n'aurais peut-être pas fait le parallèle ...

Ethan n'a-t-il besoin de personne, (son vieux pote de la guerre de Sécession, Harley Davidson, ayant crevé dans la montée de Bull Run -Oups, sorry ... je peux pas m'en empêcher), ... ou les morts, trahisons l'ont-elles rendu ainsi ?
Excusez-moi ... la culture de la bienveillance ... toujours essayer de voir, trouver des raisons à un comportement asocial ou autre, pardonner ... on ne se refait pas. Même si, parfois, c'est dur. Très dur. Et parfois, j'y arrive pas.
Mais là, c'est un film, y a Monument Valley, le vieux borgne humaniste, les Navajos, le révérend Clayton et Mose Harper, Qualen, et J. Hunter, que, personnellement, je trouve bon dans ce film, contrairement à beaucoup qui le trouvent terne, ici, comme ailleurs, et le 'Duke' ... alors c'est plus facile.
Plus jeune, je voyais effectivement Ethan comme un raciste (le regard de dégoût, le massacre des bisons pour affamer les Indiens ... tout ce que vous citez), et puis, petit à petit, je vois un être humain avec des fêlures. Comme on dit 'dans le Midi' : il me fait peine.

Je n'espérais pas un 'mano à mano' (mais avec le 'pueblo mexicano, on marche bien la mano en la mano', non ? M..., j'ai encore craqué :num2 ), même petit, j'en avais déjà vu dans trop de westerns, et avais été ... j'allais écrire 'charmé' ... surpris, plus tard 'agréablement surpris' par le fait que la confrontation fasse 'pchitt' ...

Ce Ford était un malin.
Edwards n'a pas la sensibilité de Blocker, il est certes ému en de rares moments , mais on ne devine jamais regret ou doute dans son comportement.
Si le capitaine demeure un homme prudent et réfléchi , Ethan est imprévisible et irrationnel à l'occasion.
Blocker est certainement apte à une reconstruction , Edwards , même apaisé par la fin de sa quête semble incapable de maitriser son chaos intérieur.

Pfff, entièrement d'accord... :sad:

Avec le reste aussi, d'ailleurs, bon, sauf sur le côté raciste, où je suis, finalement, plus 'indulgent' que vous, et vous me fournissez deux raisons
D'abord , le fameux " Let's go home Debbie "
Ensuite , le choix de John Wayne pour le rôle.
, qui font que, peut-être, je ne le vois pas ainsi (mais j'ai quelques autres raisons) ... et on ne peut guère m'accuser de racisme ou d'être tolérant ou perméable à ces idées. On sait, dans les westerns, où vont mes sympathies ... Même si je n'aurais pas voulu croiser le chemin des Comanches ...
Parler avec les gens, voir où le bât blesse, essayer de trouver les origines ...

Il n'y a pas, d'après moi, un fossé infranchissable entre vos arguments et ce que je pense ... Je pourrai continuer à dormir tranquille, et à revoir ce film ... Ouf !
Merci d'avoir pris le temps de développer. Toujours un plaisir de vous lire.
Alors, we are not so far apart sur Ethan et "The Searchers". Quant à Blocker, c'est pile-poil ça ... Je n'ai plus besoin d'essayer d'écrire cette dernière partie de mes interventions à ce sujet.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1944

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar limpyChris » 24 mars 2018 19:39

Et si un jour nous nous rencontrons, je vous autorise même à me payer un verre.
:wink:
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2521

Re: La Prisonnière du désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar musselshell » 24 mars 2018 19:55

Ce qui me plait bien ici, c' est que tant Hostiles que Blocker réveillent ce film de 1956 avec un protagoniste nommé Edwards.
Vous pourrez même finir d'accord sur tout, y compris ( et là c' est moi qui aimerait bien) sur le mystère, l' opacité, l ' insaisissable...
The Searchers est aussi un film sur le temps, qui dure, passe...et reste le plus fort...car on y comprend rien...ou trop tard, ce qui est pareil.

Envoyé de mon GT-N7100 en utilisant Tapatalk
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité