La Chevauchée Fantastique - Stagecoach - 1939 - John Ford

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
lerebelle
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 8116
Localisation : Nice et St Laurent du Var, Alpes Maritimes
Contact :

Re: La Chevauchée Fantastique - Stagecoach - 1939 - John Ford

Messagepar lerebelle » 07 avr. 2010 6:25

Ou la la quel belles phrases,cher maitre n en jeté plus ,je bois vos paroles,et quel érudition musicale et Fordienne chers amis.René :D :beer1:

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2460

Re: La Chevauchée Fantastique - Stagecoach - 1939 - John Ford

Messagepar musselshell » 07 avr. 2010 7:28

C'est vrai que les parallèles sont aussi des raccourcis, des approximations, que c'est toujours un peu rapide et facile...mais ...à plusieurs niveaux, les comparaisons sont tentantes, tant dans ce qu'on éprouve que dans ce qu'on regarde de près:
Ford refuse souvent l'esbrouffe, camoufle sa science derrière la fluidité du discours, privilégie l'histoire, les hommes plutôt que la démonstration formelle. Ce qui ne veut pas dire qu'il en soit incapable (voir toute la période dite expressioniste, avec des films comme the Informer...)...mais il est au sommet quand sa maîtrise est telle qu'il n'en reste que les effets...comme dans the Last Hurrah, How Green was my Valley, Grapes of Wrath ou...Stagecoach!
Ford se répète, il aime à revenir sur les choses, sur les lieux...mais les retours offrent toujours un autre décor...car tout a changé entre temps, tout change toujours. Et souvent, à la fin, on renonce, on s'éloigne, on disparait...Le temps aura coulé comme de l'eau ou du sable...Voir Young Mister Lincoln et la rivière, Tom Doniphon qui quitte le tribunal dans les volutes de sa fumée....George Peppard qui dit adieu à son frère en le laissant près de deux tombes, dont une pour le symbole...Eloignement, toujours. Le Voyage d'Hiver, la Belle Meunière...les dernières sonates de Schubert ont çà aussi...la répétition qui n'en est pas, puisque ce n'est plus pareil...et qu'on s'en va.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
laurent
Buckaroo
Messages : 4167

Re: La Chevauchée Fantastique - Stagecoach - 1939 - John Ford

Messagepar laurent » 11 avr. 2010 15:34

tepepa a écrit :En fait c'est le problème des contemporains d'une époque qui ont souvent une vision tronquée des évènements tout en ayant été des témoins de première source. Par exemple dans son autobiographie, Hart affirme que les Sioux n'aimaient pas le poisson, mais peut-être que l'historien réfute totalement cette affirmation qui sait ? :lol:


Pour Tepepa :wink: :

Image
ImageImageImage
ken Maynard "the fiddling buckaroo"

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10831
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: La Chevauchée Fantastique - Stagecoach - 1939 - John Ford

Messagepar lasbugas » 03 sept. 2010 21:11

La John Wayne collection en DVD et ses supers bonus.


DVD COLLECTOR

Fiche technique
4/3
Master restauré
Anglais mono et 5.1 Dolby Digital
Français mono et 5.1 Dolby Digital
Sous-titres français
DVD PAL – Zone 2

Image

Image

Image

Image

Les entretiens de John Ford sont intéressants, toujours égal à lui-même.

Un livret est présent, mais il relate que le contenu du DVD.
Image

Avatar du membre
As de Pique
Apache
Messages : 37
Localisation : Paris
Contact :

Re: La Chevauchée Fantastique - Stagecoach - 1939 - John Ford

Messagepar As de Pique » 23 avr. 2013 10:51

http://ace0fspades.eklablog.com

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4547
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Chevauchée Fantastique - Stagecoach - 1939 - John Ford

Messagepar Yosemite » 16 mai 2013 0:01

Pour faire écho à ce que je viens de poster au rayons des duels et sur le décorum qui entoure certaines scènes, une capture qui fixe l'instant du duel. Les lampadaires cernent la place et renforcent le côté arène ; et une arène, on est en droit de penser qu'un des protagoniste n'en sortira pas vivant :
Image

Juste après le duel, la caméra propose un plan fixe sur Dallas (Claire Trevor), elle est rongée d'angoisse dans l'attente de l'issue de ce duel.
Image

Toutefois, l'éclairage et la composition du décor sont très différentes de la scène qui précède. La vraie lumière est au-delà, dans une perspective de maison, de foyers qui baignent dans une douce clarté. La lumière est ici intérieure et Dallas semble en être la gardienne
Image

Ringo Kid (John Wayne) entre dans le cadre côté droit, il se dirige donc vers la gauche. Symboliquement, ce n’est pas figure d’avenir même si la ruelle hasardeuse entre les maisons semble lui indiquer une issue possible.
Toute la symbolique de son devenir est là : il revient d’une combat improbable contre trois tueurs, une femme l’espère, une femme avec qui il souhaite faire sa vie, mais, ce qui l’attend à cet instant n’est ni plus ni moins que la prison.
Image
Une entrée gauche cadre et dirigée vers la diagonale droite aurait dévoilé (trahi même) une fin bien plus optimiste que celle que je viens de citer. L'entrée par la droite entretient donc jusqu'au bout, le doute quant à l'avenir immédiat des deux personnages...

Par ailleurs, ce plan de fin est porté par un travelling avant (la caméra suit J. Wayne lorsqu’il avance vers C. Trevor au point qu'on a l'impression qu'elle le pousse vers elle) qui contient les germes du somptueux plan séquence d’introduction de « The searchers ».
Yo.



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités