New Mexico - The Deadly companions - 1961 - Sam Peckinpah

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8404
Localisation : oregon

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar lasso » 12 mars 2012 18:09

moi j'apprécie ce film plus que beaucoup d'entre les membres


ImageImage


Image
Image


Image

jesse james
Squaw
Messages : 353

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar jesse james » 09 avr. 2012 10:24

Pas inintéressant ce "deadly companions" en fait, ce d'autant que j'apprécie assez Brian KEITH.
Les deux points qui à mes yeux paraissent sujets à critique sont la lenteur (voulue) relative à laquelle se déroule l'histoire d'une part et surtout la piètre qualité de la partition musicale "ponctuée" de nombreux blancs assez désagréables à l'oreille ainsi que le doublage, dont les voix chuintantes en VF de certains protagonistes, sont assez déplaisantes.
.... quand les hommes de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent!

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3491
Localisation : OK Corral

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar Winchester73 » 13 avr. 2012 10:48

Le livre (un autre Yellowleg?):

Image
Image

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8404
Localisation : oregon

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar lasso » 14 avr. 2012 14:51

jesse james a écrit :Pas inintéressant ce "deadly companions" en fait, ce d'autant que j'apprécie assez Brian KEITH.
Les deux points qui à mes yeux paraissent sujets à critique sont la lenteur (voulue) relative à laquelle se déroule l'histoire d'une part et surtout la piètre qualité de la partition musicale "ponctuée" de nombreux blancs assez désagréables à l'oreille ainsi que le doublage, dont les voix chuintantes en VF de certains protagonistes, sont assez déplaisantes.


effectivement la langue française va mal avec les Western, les liseurs de texte semblent faire les doublages sans passion et sans qu'ils réalisent ce qu'ils disent.
(pour la plupart - il existe des exceptions)
Miaux vaut la VO et lire les sous-titres s'il y en a. :sm41:

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4023
Localisation : Moulins (Allier)

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar Abilène » 01 juil. 2012 21:48

Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4023
Localisation : Moulins (Allier)

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar Abilène » 22 sept. 2013 19:29

Image
Image

Avatar du membre
lafayette
Sorcier
Sorcier
Messages : 6906
Localisation : Landais expatrié 91

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar lafayette » 06 nov. 2013 15:13

Je suis au début du film, apparemment de Bach 2007, et j'ai une très belle version avec de belles couleurs, donc je suppose que certains ont du tomber sur un dvd défectueux vu les critiques plus haut.
Le ton du film en VF me plaît, le saloon transformé en lieu de culte est bien vu par ex et le chapeau de Maureen O'Hara et sa beauté illuminent ce début de film, et je trouve Brian Keith bien présent, ses compagons sont un peu lourds, mais ca ne volait pas haut à l'époque.

Edit : Le film n'est pas trop mal, même si certaines situations sont mal venues dont l'apache qui se fait tuer à cause d'un éclair venu d'on ne sait où, au début à l'entrée de la ville du trio, le vieux parle très fort du braquage, puis dans le saloon-lieu de culte, le pistolero en noir demande à peine arrivé quand ouvre la banque. Bravo la discrétion!.
Il faudra m'expliquer pourquoi l'enterrement de la charette et des roues, si c'est pour tirer un brancard laissant autant de traces.


Image

Après New Mexico, j'ai regardé Comanche tourné à Durango, Old Mexico, et là, il y avait ce qu'il fallait d'indiens! :)
Ariadna Gil et John Wayne icongc1


Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5086
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar Yosemite » 30 mai 2014 21:31

Le générique de début est joli. Aucun doute, Peckinpah sait faire de jolis génériques de début.

Des enfants qui s'amusent dans un mélange de joie et de cruauté, la joie, un peu trop composée ici, dans cette scène de rue...
Image

... et la cruauté dans les insultes lancées au "fils de la rouquine", belle et courageuse prostituée :
Image
Préfiguration de l'intro de "The Wild bunch" ?

A part ça ? Et bien si à partir d'une bonne idée d'histoire vous avez envie de faire un mauvais film c'est très simple : vous en confiez la mise en scène à Peckinpah... :sm57:
Bon, j'exagère, j'exagère... tous ses films ne sont pas aussi mauvais que celui-ci, mais quand même là on touche le fond. J'arrive à l'heure de visionnage et ce sera tout pour moi, pas possible d'aller plus loin.
Je glisse un autre DVD dans mon lecteur dès la fin de ce petit billet.
Yo.

Avatar du membre
Longway
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7371

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar Longway » 25 févr. 2015 18:54

Fiche Télé 7Jours.
Diffusion: Mardi 10 Juillet 1979 sur FR3.

Image

( Collection Pass )

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7491

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar chip » 05 oct. 2018 7:52

Ressorti sous le titre TRIGGER HAPPY avec une affiche identique à l'affiche pantalon française de " Fusillade à Tucson ", bizarre bizarre...

MARCHAND
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4001

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar MARCHAND » 05 oct. 2018 11:20

Image
Errare humanum est...

Avatar du membre
lafayette
Sorcier
Sorcier
Messages : 6906
Localisation : Landais expatrié 91

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar lafayette » 05 oct. 2018 23:17

J’aime bien le look de cette affiche mais Trigger Happy ça fait bizarre effectivement.
Ariadna Gil et John Wayne icongc1

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1898
Contact :

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar Moonfleet » 15 mai 2019 10:58

Image



New Mexico (The Deadly Companions - 1961) de Sam Peckinpah
CAROUSEL PRODUCTIONS


Avec Maureen O'Hara, Brian Keith, Steve Cochran, Chill Wills, Strother Martin
Scénario : Albert Sidney Fleischamnn d'après son roman
Musique : Marlin Skiles
Photographie : William H. Clothier (Pathecolor 2.35)
Un film produit par Charles B. Fitzsimons pour la Carousel Productions



Sortie USA : 06 juin 1961


Un ex-soldat de l’Union surnommé Yellowleg (Brian Keith) sauve la vie de Turk (Chill Wills) sur le point d’être lynché pour avoir triché aux cartes. Mais, si Yellowleg a risqué sa peau pour Turk, c’est pour mieux le tuer ensuite de ses propres mains ; en effet, il a reconnu en lui le Confédéré qu’il poursuit depuis maintenant cinq ans, celui qui durant la Guerre de Sécession l’avait laissé pour mort à moitié scalpé. Alors en état d’ivresse, Turk ne se souvient pas de Yellowleg. Avec une idée derrière la tête, Yellowleg propose à Turk et à son associé Billy (Steve Cochran) d’aller cambrioler la banque d’une ville voisine. Au moment de passer à l’attaque, les trois hommes sont pris dans une fusillade provoquée par une bande déjà en train de piller l’établissement bancaire. Au cours de cette échauffourée, Yellowleg tue accidentellement le jeune fils de Kit Tilden (Maureen O’Hara), une prostituée. Rongé par le remords, il propose à cette dernière de l'accompagner jusqu'au cimetière où repose son mari afin que son fils soit enterré à ses côtés, en territoire Apache. Malgré le refus de Kit qui veut y aller seul, les trois hommes la suivent jusqu'au moment où elle est obligée d'accepter leur aide, la traversée du territoire indien s’avérant vraiment trop dangereuse...


Image


Rares sont les grands cinéastes qui ont eu la chance d’un John Huston de pouvoir débuter par un film maitrisé de bout en bout. On peut même dire qu’ils n’ont pas tous nécessairement entamé leur carrière cinématographique et fait leurs premières armes dans le long métrage avec de bons films ; Sam Peckinpah en est malheureusement un exemple éclatant, si tant qu’il soit très cohérent d’accoler cet adjectif à cet état de fait. Un ratage quasi-total qui, hormis quelques éléments récurrents, ne préfigure en rien la suite de son parcours ; pas plus tard que l’année suivante le réalisateur va même accoucher d’un des plus bel opus du western avec Coups de feu dans la Sierra (Ride the High Country), après que Budd Boetticher se soit retiré malgré lui du projet suite à des problèmes qu’il eut avec la justice au Mexique et qui conduisirent à son arrestation. Mais nous n’en sommes pas encore là et quoiqu'il en soit Sam Peckinpah avait déjà prouvé les années précédentes posséder du talent, parvenant à se faire un nom et une très bonne réputation en tant que réalisateur de série télévisée westernienne, genre alors très en vogue sur le petit écran inondé à cette époque de chevauchées et fusillades en tout genres. Il sera même à l’origine de The Westerner, série de 13 épisodes dont chacun possède la durée d’un long métrage et dont le protagoniste principal était déjà interprété par Brian Keith. Peckinpah père était d’ailleurs très fier de son fils, estimant que la vie quotidienne des hommes de l’Ouest avait été parfaitement retranscrite dans cette série plus réaliste que la moyenne. Content de sa collaboration avec Peckinpah, Brian Keith propose son nom aux producteurs de son prochain long métrage, un western écrit par Albert Sidney Fleischmann d’après son propre roman, The Deadly Companions. Difficile de trouver un financement conséquent au vu du sujet, le convoyage d’un cercueil contenant un enfant : en conséquence, le budget sera donc revu à la baisse.


Image


Outre les producteurs, les autres participants au projet n’eurent guère plus de chance puisque le tournage se déroula assez mal, Charles B. Fitzsimons s’avérant beaucoup trop présent sur le plateau au goût de Peckinpah, imposant ses visions de l’œuvre à un cinéaste qui ne le supportait pas. Fitzsimons était le frère de Maureen O’Hara et New Mexico était le film destiné à relancer la carrière de l’actrice fordienne qui commençait dangereusement à s’essouffler. L’actrice et le réalisateur s’entendirent très mal et Sam Peckinpah renia son film pour en avoir perdu tout le contrôle, ne pas du tout avoir apprécié la tournure que prit le scénario et se l’être fait imposer ainsi que son interprète féminine principale. "Je n'ai rien pu mettre de personnel dans ce premier film : les thèmes (disons rapidement que c'est une histoire de vengeance tout ce qu'il y a de plus banale) et l'intrigue me sont étrangers". Et au vu du résultat, on ne peut que lui donner raison. Le scénario est effectivement très mal construit et parfois illisible faute de lignes directrices rigoureuses : on ne comprend jamais vraiment les motivations, les intentions ou les comportements des différents protagonistes, étant même parfois perdus quant à certains rebondissements absurdes et face à une intrigue pourtant à priori très simple ; on se demande à plusieurs reprises pourquoi tel personnage se trouve là, est parti ou revenu ; ce qui dénote un flagrant manque de fluidité dans l’écriture. Le film est dans le même temps assez déséquilibré par le fait que, pour sauver les meubles, Peckinpah semble malgré tout avoir essayé d’insuffler un semblant de style à une intrigue qui ne lui plaisait guère : on ne peut pas dire que ce soit une réussite et je pense sincèrement que le film aurait été légèrement meilleur si Peckinpah s’était en l’occurrence contenté de filmer le scénario d'une manière très classique voire basique, d'être en sorte un 'Yes Man' sur ce projet. Car si par exemple il s’avérait que ce soit lui qui ait choisi le compositeur Marlin Skiles (pourtant auteur d’un beau score pour Fort Osage de Lesley Selander par exemple) afin que son western ait un air plus moderne, c’est complètement raté. Rarement une ‘partition’ aura été aussi à côté de la plaque, comme si le compositeur, à l’aide d’un harmonium et d’une guitare sèche, avait improvisé sa musique sans même savoir de quoi il en retournait niveau intrigue. Le résultat est bien plus ridicule que moderniste, en tout cas très fortement agaçant voire, à la longue, insupportable !


Image


La mise en scène de Peckinpah n’est guère plus enthousiasmante, peu aidée il faut bien le dire par un montage calamiteux, véritable festival de faux raccords. Nous ne trouvons dans ce film que très peu d’action ; il ne s'agit évidemment pas d'un défaut mais le contraire aurait peut-être pu nous démontrer le savoir-faire du futur auteur de La Horde Sauvage (The Wild Bunch). A la place, une succession de fausses pistes artificielles et de situations ennuyeuses au possible faute à un scénario trop décousu, rempli d’incongruités et de trous béants rendant le tout parfois totalement obscur. Sur le papier, les situations et relations décrites étaient pourtant du genre à partir desquelles Budd Boetticher aurait facilement pu nous livrer un chef-d’œuvre tellement les caractères et les rapports entre les différents protagonistes semblaient pouvoir posséder de nombreux éléments captivants. Au final, il n’en reste plus grand-chose d’intéressant ni de crédible : une femme qui tombe amoureuse du meurtrier de son fils ? Trois hors-la-loi qui se détestent cordialement mais qui continuent à vaquer ensemble ? Aucun des personnages n’est attachant faute aussi à des motivations trop floues ; et du coup aucun des acteurs ne se révèle convaincant, pas plus un Brian Keith sans charisme qu’une Maureen O’Hara semblant ne pas savoir sur quel pied danser, n’appréciant guère ni son rôle ni le film en son ensemble (mais qui malgré tout aura également accepté de chanter sur les génériques de début et de fin), pas plus un pénible Steve Cochran qu’un Chill Wills très peu inquiétant.


Image


Et pourtant, malgré un faible budget, le premier quart d’heure laissait augurer un bon western avec notamment quelques détails assez cocasses comme la messe se déroulant à l’intérieur du bistrot, le barman voilant ses tableaux représentant des femmes nues avant chaque office, ou encore ces brusques accès de violence tel la mort inattendue de l’enfant. L’idée amorale du rêve de grandeur de Turk, imaginant vouloir créer sa propre ‘République dictatoriale’ à l’aide de l’argent qu’il déroberait et en utilisant les indiens comme esclave, était assez culottée mais sans suite. Les westerns de Boetticher se contentaient eux aussi de bien plus se concentrer sur les digressions que sur l’action ; mais il disposait pour se faire de scénarios extrêmement rigoureux. Ce qui n’est absolument pas le cas ici ; le film se délite ainsi très vite, devenant mou et languissant sans plus rien qui ne vienne nous sortir de la torpeur dans laquelle nous sommes tombés. Même le grotesque de certaines séquences ne nous choque plus : je citerais par exemple celle où Brian Keith se rend paisiblement en plein camp d'indiens belliqueux, de nuit, sans jamais être inquiété et sans réveiller personne, pas même le moindre cheval !!! On a beau également sentir se manifester une pointe de mélancolie, la description de héros meurtris et blessés par la vie, la critique de l’hypocrisie religieuse, contempler beaucoup de soleils couchants, etc., autant d’éléments qui annoncent les films de Peckinpah à venir, à moins d’être un fervent admirateur du réalisateur au point d’être complétiste, on se désintéressera rapidement de ce brouillon pas du tout maitrisé, de ce petit western mal ficelé et peu crédible où l'on chercherait en vain les plus belles caractéristiques des futurs films du grand cinéaste.


Image


Pas grand-chose à sauver de ce triste naufrage regorgeant de fausses bonnes idées, si ce n’est la cinégénie du visage de Maureen O’Hara qui illumine le film à plusieurs reprises, ou encore la très belle photographie de William H. Clothier utilisant avec un certain talent les paysages naturels de l’Arizona. Et si nous faisions comme le réalisateur qui aimait à dire que Ride the High Country marquait ses véritables débuts au cinéma ?!

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5164
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: New Mexico - The Deadly Companions - Sam Peckinpah - 1961

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 16 mai 2019 21:02

Ah ce tout premier film de Sam PECKINPAH... Je ne vais pas rentrer encore une fois dans une longue digression faite de souvenirs personnels... J'ai trouvé ce film en dvd BACH FILMS en brocante à Boissy Saint-Léger il y a bien des années... COUPS DE FEU DANS LA SIERRA m'a marqué pendant longtemps car il fut un des tout premiers de ma collection, LA HORDE SAUVAGE aussi... Chacun des films de Sam me surprenait et je n'en étais que plus curieux de voir ce qui marque sa première réalisation ciné...

L'intro en ombre avec la chanson interprétée par Maureen O'HARA me surprit ainsi que la première scène: retrouver Chill WILLS en méchant déjà la corde au cou pour tricherie... :shock: Comédien découvert dans le ALAMO du Duke et revu dans LE DESERTEUR DE FORT ALAMO en méchant me surprit... Brian KEITH en infirme avide de vengeance...

Mais malgré tout je suis forcé de reconnaître que, si je ne ressentis pas de suite l'émotion connue avec COUPS DE FEU DANS LA SIERRA, ce film ne me laissa pas insensible... Le fait que cet enfant soit tué accidentellement montrait bien le style à venir de Peckinpah (certains critiques disaient que cela annonçait un peu APPORTEZ-MOI LA TÊTE D'ALFREDO GARCIA )...

Même si j'ai trouvé un peu improbable l'idylle à venir entre Maureen et Brian KEITH je n'ai nullement été déçu et il y a aussi la belle trouvaille de l'Apache qui les traque et cette confrontation nocturne...
Seuls éléments qui me génèrent un peu... Les décors d'OLD TUCSON jadis utilisés pour RIO BRAVO et 10 HOMMES A ABATTRE (l'église lors de la confrontation finale avec Chill WILLS) et Chill WILLS épargné qui part dans ses délires "je vous prends dans mon armée pour combattre les Indiens, avec des beaux uniformes... Et la casquette... C'est important la casquette...".
Mais encore aujourd'hui quand je le revois je l'apprécie... RIP SAM...
Modifié en dernier par COWBOY PAT-EL ZORRO le 18 mai 2019 9:48, modifié 5 fois.
Image


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités