Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15148
Localisation : Canada
Contact :

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar metek » 28 juin 2011 22:41

Ils ont eu du fun!!




Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6513
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar yves 120 » 28 juin 2011 22:47

Superbe Metek :sm43:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24001
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 25 juil. 2011 21:14

la VHS
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5165
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 26 juil. 2011 18:12

ME REVOILA!!Pardon pour l'absence...Ah je l'adore ce western!!Errol est excellent et on passe un bon moment entre rires et émotion,bagarres fulgurantes et romance...Revu hier! :applaudis_6: Mrs FLYNN et CURTIZ!
Image

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15148
Localisation : Canada
Contact :

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar metek » 12 oct. 2012 23:51

Ann Sheridan - War Bond - Victor Jory - Guinn ' Big Boy' Williams
Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24001
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 11 nov. 2012 20:21

Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Trane
Caporal
Messages : 842
Localisation : Région Parisienne

Re:

Messagepar Trane » 21 nov. 2012 11:35

D'accord avec cette analyse :
mortimer a écrit :bien sûr on ne peut s'empécher de sourire en voyant tous ces cow-boys avec leurs petit foulard et leurs chemises à carreaux dans d'interminables plans larges sur les charriots et le bétail...on sent aussi que le muet n'est pas si loin (voir notamment la scène des enchères pour la vente du bétail ou Errol Flynn fronce exagérement les sourcils et charge son visage d'émotion comme aux plus beau temps du muet :P ). En fait c'est surtout le début qui me paraît faible dans ce film (avec en prime un message récurrent sur le capitalisme et ses vertus "des hommes de fer et des machines de fer" dont on se saurait bien passé). Mais très vite le film devient agréable mais pas inoubliable Flynn et ses amis remettent de l'ordre dans la ville (comme autrefois à Sherwood) avant d'aller dans une autre ville pour faire de même. Au passage on aura eu droit à la mort d'un pére et de son petit garçon, ce qui paradoxalement libére le film en lui donnant un souffle de violence qu'il n'avait pas jusque alors.

Au final un film à redécouvrir :D ma petite note de spectateur : 7,5/10

Avec en prime au début du film une scène trés jubilatoire : celle ou Flynn explique pourquoi il a attendu si longtemps avant de faire arrêter les méchants pour leur traffic de peaux de bisons :P je crois que dans ces moments là aucun acteur ne pouvait rivaliser avec Errol Flynn :applaudis_6:


Film très agréable qui permet de voir l'évolution technique du cinéma dans la fin des années 30 : luminosité, parlant, couleur..On y trouve beaucoup des situations qui vont être classiques dans les westerns, sauf le duel final dans la rue vidée de ses occupants..
Je l'ai revu ce matin avec plaisir et lui met la même note qu'il y a 3 ans!.
Un homme qui a réussi est un homme qui gagne plus d'argent que sa femme n'en dépense. Et une femme qui a réussi est une femme qui a trouvé un tel homme. (Lana Turner)

Avatar du membre
Longway
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7369

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar Longway » 25 sept. 2014 17:34

Fiche Télé 7Jours.
Diffusion : Dimanche 17 Juillet 1966 sur la première chaine de L'ORTF.

Image

( Collection Pass )

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3479
Localisation : OK Corral

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar Winchester73 » 20 mai 2015 11:59

Image
Image

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8380
Localisation : oregon

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar lasso » 10 oct. 2015 10:51

Mon DvD Anglais /Allemad / Espagnol proposait une Soirée Totale Cinéma WARNER NIGHT AT THE MOVIES ( comme Eddy Mitchell )

Introduction de L. Maltin
actualités
court film SONS OF LIBERTY
cartoon de 1939 : Dangerous McFoo
LE FILM
trailer du film USA

C'est un Western Flamboyant, flamboyant aussi les couleurs Technicolor. Ce que l'industrie du cinéma Western pouvait produire de mieux
pour le public avide pour le genre Western.
Belles coulisses, beaucoup de statistes et des acteurs de renoms assuraient le succès .....
On nous raconte d'une façon légère, parfois humoristique, les fondements de la ville de Dodge City, ville servant principalement de réception
et de réexpéditiondes troupeaux de boeufs, venant du Texas. Avec les boeufs, toute sorte de vermines, hors la loi, filles légères, joueurs, arrivaient.
Le désorder finit vite de s'y installer.
Il fallait bien un héros, le nommer Sheriff et faire de l'ordre dans la ville.....

à noter une des plus belles bagarres de Saloon dans l'histoire du cinéma Western :!:


ImageImage..ImageImageImage

Avatar du membre
cowboygf
Cowboy
Messages : 258
Localisation : aubrac city gun
Contact :

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar cowboygf » 06 nov. 2016 21:27

western des plus intéressant jolie filles avec du caractére, troupeau grandiose (ou je me plairait de garder sur une belle monture :lol: ) etc...
Mais le plus impressionnant c'est la bagarre au saloon (elle dure 2 minute 40 secondes :roll: ), a coté les grenouilles de bénitiers qui sont offusqué par cette "maison de débauche", on peut remarquer au passage une isolation phonique des plus élaborée! :lol: :lol:
une scéne de pendaison presqu'entiére! des lassos qui servent a demonter les saloon!
Un colosse adjoint au sheriff qui ramasse les prisonniers par la ceinture comme j'attrape un panier!
bref génial
Enfin un couple qui se forme au fur et a mesure du film
Image
note 9/10
pour moi le salut, c'est un bon cheval et une arme": skip homeier dans l'inconnu du ranch :applaudis_6:

Avatar du membre
lasbugas
Major
Messages : 12538
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar lasbugas » 25 mars 2018 20:29

Image
Image

persepolis
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1414
Contact :

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar persepolis » 29 oct. 2018 12:37

comme tout le monde, western plaisant et très dynamique . Parmi les moments forts , il y a une belle bagarre et la mort d'un jeune garçon. Le méchant est crédible. Errol Flynn est beaucoup plus grand que Ann Sheridan. Pour ne pas être gêné par cette différence de taille , il l' embrasse à cheval en se penchant vers elle puis quand elle est sur une marche d'un escalier. Malin.

Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1898
Contact :

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar Moonfleet » 07 mai 2019 15:07

Image



Les Conquérants (Dodge City, 1939) de Michael Curtiz
WARNER


Sortie USA : 01 avril 1939

Et encore un western qui débute juste après l'année 1865, soit une fois la Guerre de Sécession terminée. On remarque jusqu'à présent que la plupart des westerns de série A ont choisi cette frontière temporelle pour entamer leurs intrigues avec à chaque fois une explication en fin de générique du pourquoi de la sauvagerie et de la confusion qui régnaient alors, la raison des rancœurs bien ancrées chez les gens du Sud, la description des actes répréhensibles des politiciens et carpetbaggers spoliant les vaincus et du début de la ruée vers l'Ouest... On constate donc qu'au cinéma à la fin des années 30, l'épopée westernienne débute encore la plupart du temps dans le dernier tiers du 18ème siècle.


Image

1939, année faste entre toutes ! Après la 20th Century Fox (Zancuk) et la United Artists (Walter Wanger), c'est donc au tour de la Warner de sortir son western de prestige. Mais, alors que les deux précédents faisaient mûrir le genre, les ambitions du studio des frères Warner furent de délivrer une sorte de Super série B. Au vu de ce cahier des charges, on peut affirmer que c’est gagné et c’est en partie grâce au réalisateur qui nous offre un superbe livre d’images. En effet, Michael Curtiz s’avère excessivement généreux ; l'énorme budget qui lui a été alloué, il le fait exploser sur l'écran devant nos yeux écarquillés et notre âme d'enfant qui en redemande. Pour reprendre une expression à la mode, le cinéaste a joué la transparence ; l'argent qu'il a dépensé, on le voit à étalé à chaque seconde que ce soit au niveau des décors fastueux, des costumes éclatants ou encore lors des séquences spectaculaires qui se suivent presque sans discontinuer. C’est d’ailleurs pour cette raison que pour beaucoup de jeunes spectateurs (dont je fais partie), ce fut un des films à l’origine de leur passion pour le cinéma.


Image

Un western pétillant, turbulent et haut en couleurs (et quel éclat dans ce Technicolor !) qui assume sa naïveté et ses conventions du début à la fin. Rien de bien original mais l'atmosphère d'une ville bouillonnante de l'après Guerre de Sécession assez bien restituée avec forces détails et pittoresque de bon aloi, une mise en scène énergique, un scénario sans surprises mais sacrément remuant, un Errol Flynn irrésistible et charismatique dans la peau d'un avatar de Wyatt Earp, un Bruce Cabot très à l'aise dans la peau du 'Bad Guy' et un Alan Hale (le Petit Jean des Aventures de Robin des bois) débonnaire et extrêmement sympathique en tant que faire valoir humoristique du héros...


Image

L'histoire est celle de l’évolution de Dodge City à partir du moment où la voie ferrée est arrivée jusqu’à elle. La ville connaît une forte expansion du fait d’être devenue une plaque tournante dans le commerce du bétail. En revanche, allant de pair avec ce boum démographique, la violence et le désordre s’y sont installés, les cow-boys, après leur éprouvant périple, se relâchant, ivres de boissons, de jeux et de femmes, les nuits se terminant quasiment toujours par des fusillades mortelles d’autant que la ville se trouve plus ou moins sous la coupe d’un hors la loi sans scrupules, Jeff Surrett (Bruce Cabot). D’abord réticent, Wade Hatton (Errol Flynn), baroudeur ayant participé à la construction du chemin de fer étant chargé de ravitailler les ouvriers en bisons, accepte de devenir shérif afin d’y rétablir l’ordre après qu’un enfant ait été la victime de la brutalité ambiante.


Image

Cette fresque historique tapageuse aux innombrables péripéties (le catalogue des ‘clichés westerniens’ en terme d’action est quasi exhaustif, du ‘Stampede’ à l’homérique bagarre de Saloon en passant par le duel ou la course poursuite) est caractérisée avant tout par une remarquable vigueur de la mise en scène qui nous en met littéralement plein la vue et ce dès la première séquence de la course entre la diligence et ‘le cheval de fer’ que succède un majestueux déplacement de bisons suite au passage du train ; plastiquement, la photographie de Sol Polito est un régal, nombre de plans en extérieur se révélant somptueux. La séquence de la rixe homérique déclenchée dans le Saloon après que les ex-confédérés aient provoqués les Yankees présents est tout simplement phénoménale, dynamiquement montée, parfaitement rythmée. Rarement nous avions vu une telle débauche de cascades et de carnage ; moment excessivement jouissif !


Image

On peut évidemment reprocher au film un scénario prévisible, des personnages sans épaisseurs, des protagonistes féminins sacrifiés (plus encore qu’Olivia de Havilland, d’ailleurs charmante en Cow-Girl, Ann Sheridan), des transparences inesthétiques alors que les quelques toiles peintes sont superbes, un Max Steiner en petite forme et un scénario sans nuances mais, à condition de prendre tout ça au premier degré, un film qui se suit avec un plaisir non dissimulé, un espèce de Barnum monumental à l’imagerie naïve qui nous laisse au final une impression de divertissement innocent et charmant de première qualité ! Après avoir atteint la maturité avec Stagecoach, le western retombe un peu en enfance mais nous ne nous en plaindrons pas ; les deux peuvent très bien cohabiter sur les écrans !

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2625
Localisation : Marseille, France

Re: Les Conquérants - Dodge City - 1939 - Michael Curtiz

Messagepar Arizona Kid » 30 mars 2020 18:46

Il y avait un certain temps que je n'avais plus visionné de western, du fait de ma petite période policière.
Retour à notre genre favori avec Les Conquérants, testé pour la première fois sur ce Laserdisc NTSC de 1993, après une petite réparation sur l'une de mes platines Pioneer: il s'agit de toute évidence du même master que le DVD Warner sorti en 2005, si l'on en juge par la définition un poil trop douce et la forte dominante magenta.
Toutefois, cela reste très agréable à regarder, d'autant que la copie en question est propre comme un sou neuf :cool:

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : lasso et 0 invité