Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Le forum réservé au petit écran
Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6833
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lafayette » 30 août 2013 14:47

Bien dit Yo et le "pan par pan" ne manque pas d'humour! :applaudis_6:
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6833
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lafayette » 27 sept. 2013 12:05

Jean-Louis a écrit :J'ai beaucoup aimé Comanche Moon.

Autres choses, les indiens sont plutôt réussis sauf ces lances qui me gènent beaucoup, la couleurs des plumes rouge fluo et les hampes recouvertes de perlages mécaniques ! Après en avoir discuté avec Jica et étude des passages où elles apparaissent en plus gros plan, je reviens sur mon affirmation la hampe de la lance n'est pas gainée de perlages mais est peinte ! Autant (n'en apporte pas le vent) pour moi ! Et surtout le bouclier de Buffalo Hump pourtant parfait dans sa conception, là aussi quel idée d'avoir choisi ce dessin trop parfaitement géométrique et cette couleur jaune fluo, quel dommage !
C'est d'autant plus idiot cet emploi de couleurs très vives pour le bouclier que les teintures des chemises de guerre donnent
bien le type de pigments naturels utilisés à cette époque. Il semblerait que pour les lances le rouge flamboyant soit en fait
des plumes. Si ce sont des plumes de perroquets, pas étonnant qu'ils leur facent la gueule ! :wink:

Comme je revois en ce moment Comanche Moon à la suite de Lonesome Dove Les Jeunes Années, je relis ce sujet et tombant sur ce commentaire de Jean-Louis qui passe et repasse de temps en temps ici, j'en profite cordialement pour préciser que pour être plus précis dans ses précisions, il aurait dû écrire "Au temps... pour moi!" :lol:
Quant aux plumes de perroquets, ils ont peut-être utilisé celles de celui qui a été bouffé dans Les Jeunes Années...
Ah! Non! Elles étaient vertes et jaunes... Restons précis! :wink: :beer1:
------
Morale de cette histoire des Jeunes Années : les branleurs urbains de nos jours, qui font le coup de feu pour égayer leur fade vie, ont remplacé les branleurs itinérants de l'époque! :sm80:
Modifié en dernier par lafayette le 29 sept. 2013 21:24, modifié 1 fois.
Pour moi la vie va commencer...

Jean-Louis
Westerner
Westerner
Messages : 2831

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar Jean-Louis » 27 sept. 2013 17:13

lafayette2 a écrit :
Jean-Louis a écrit :J'ai beaucoup aimé Comanche Moon.

Autres choses, les indiens sont plutôt réussis sauf ces lances qui me gènent beaucoup, la couleurs des plumes rouge fluo et les hampes recouvertes de perlages mécaniques ! Après en avoir discuté avec Jica et étude des passages où elles apparaissent en plus gros plan, je reviens sur mon affirmation la hampe de la lance n'est pas gainée de perlages mais est peinte ! Autant (n'en apporte pas le vent) pour moi ! Et surtout le bouclier de Buffalo Hump pourtant parfait dans sa conception, là aussi quel idée d'avoir choisi ce dessin trop parfaitement géométrique et cette couleur jaune fluo, quel dommage !
C'est d'autant plus idiot cet emploi de couleurs très vives pour le bouclier que les teintures des chemises de guerre donnent
bien le type de pigments naturels utilisés à cette époque. Il semblerait que pour les lances le rouge flamboyant soit en fait
des plumes. Si ce sont des plumes de perroquets, pas étonnant qu'ils leur facent la gueule ! :wink:

Comme je revois en ce moment Comanche Moon à la suite de Lonesome Dove Les Jeunes Années, je relis ce sujet et tombant sur ce commentaire de Jean-Louis qui passe et repasse de temps en temps ici, j'en profite cordialement pour préciser que pour être plus précis dans ses précisions, il aurait dû écrire "Au temps... pour moi!" :lol:
Quant aux plumes de perroquets, ils ont peut-être utilisé celles de celui qui a été bouffé dans Les Jeunes Années...
Ah! Non! Elles étaient vertes et jaunes... Restons précis! :wink: :beer1:

Morale de cette histoire : les branleurs urbains de nos jours, qui font le coup de feu pour égayer leur fade vie, ont remplacé les branleurs itinérants de l'époque! :sm80:


Lafayette2 me voilà !

http://www.langue-fr.net/spip.php?article14

icongc1 .
Oui je reste couvert

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6833
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lafayette » 27 sept. 2013 21:14

1. Il était temps de faire sortir le renard du bois! ;)
Bonsoir Jean-Louis!!! :lol:

2. Il est bien sûr de noble attitude de laisser à la gens soldatesque et ses défenseurs, un langage plus trivial ;)
Autant au temps me va, au temps autant ira bien aussi! ;)


PS / Mon histoire de morale correspondait aux personnages du film sans allusion à quiconque du site ni à propos de mon sourire grammatical... Je viens de me rendre compte de la confusion possible.
Au temps pour moi! ;)

Et Steve Zahn était bien choisi en ce sens!
Pour moi la vie va commencer...

Jean-Louis
Westerner
Westerner
Messages : 2831

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar Jean-Louis » 28 sept. 2013 9:11

lafayette2 a écrit :1. Il était temps de faire sortir le renard du bois! ;)
Bonsoir Jean-Louis!!! :lol:

PS / Mon histoire de morale correspondait aux personnages du film sans allusion à quiconque du site ni à propos de mon sourire grammatical... Je viens de me rendre compte de la confusion possible.
Au temps pour moi! ;)


C'est trop tentant :

T'en fait pas, il n'y avait dans mon esprit aucune place pour la moindre ambigüité. :wink:

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6833
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lafayette » 29 sept. 2013 0:19

Il paraît que tu te postes en haut de ton pigeonnier pour surveiller ton ranch sudiste et que tu en fais tout un cinéma! :)

[ Posté depuis mon mobile ] Image
Modifié en dernier par lafayette le 29 sept. 2013 0:22, modifié 1 fois.
Pour moi la vie va commencer...

lerebelle
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 8116
Localisation : Nice et St Laurent du Var, Alpes Maritimes
Contact :

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lerebelle » 29 sept. 2013 0:21

Et il peut te décocher une fleche. R :wink:

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6833
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lafayette » 29 sept. 2013 12:36

:D Entre "flèches", ce n'est pas problème...
Et puis entre l'Aveyron et la région parisienne, c'est un peu loin pour son arc... :sm80:
Pour moi la vie va commencer...

lerebelle
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 8116
Localisation : Nice et St Laurent du Var, Alpes Maritimes
Contact :

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lerebelle » 29 sept. 2013 13:05

lafayette2 a écrit ::D Entre "flèches", ce n'est pas problème...



Pfffffffff je ne puis lutter. R :wink:

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6833
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lafayette » 29 sept. 2013 21:32

Que dis-tu? Alors que ta bagnole doit affoler les compteurs et dépasser les flèches!

Comanche Moon et les LoneSome Dove ont fait l'objet de discutailles,à Argenteuil, tout le monde étant finalement ok sur le meilleur avec Duvall.

[ Posté depuis mon mobile ] Image
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6833
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar lafayette » 04 oct. 2013 15:39

Petit clin d'oeil notamment à Jean-Louis qui a apprécié Comanche Moon, à Yosemite aussi.
A Argenteuil, je n'avais pas encore vu Lonesome Dove de Duvall ni les suivants.
Je regrette pour les inconditionnels de dire que le meilleur globalement de la série est La loi des justes qui est un aboutissement de l'histoire des héros.
Le Crépuscule avec en particulier son acharnement de jambe coupée manquant d'imagination, et sa morbidité outrancière, est de trop, même avec d'excellents acteurs et actrices dont la mère du tueur fou qui crève l'écran.
Les préquels dont Comanche Moon sont un beau retour sur le passé de nos héros en devenir et l'ensemble est une oeuvre majeure avec globalement des choix successifs d'acteurs excellents.
Je crois que John Wayne et surtout Henry Fonda comme Spoon auraient moins cadré dans les personnages respectifs, James Stewart ça aurait pu...
A posteriori c'est sans doute bien que la Saga ait pris du retard de réalisation. Je reste toutefois en désacord avec Jean-Louis sur Steve Zahn dont l'humour et le comportement préfigurent bien ceux de Gus-Duvall devenu plus mature.

Pour en revenir à Lonesome Dove en tant qu'histoire, La Loi des Justes permet de la magnifier avec plus d'humanité, avec un John Voigt qui prend bien la suite de Tommy Lee Jones-Call en lui ouvrant le coeur, mais aussi avec l'ensemble des personnages, dont les acteurs indiens, mexicains et noirs, mieux traités que dans le précédent. Certains ont été largement sous-employés comme Chris Cooper et Danny Glover entre autres, qu'il est malheureux de surtout voir au moment de sa mort. Chris Cooper (dont la voix de doublage dans le premier ne m'allait pas) a eu plus de développement dans la Loi des Justes. Et en fait, je n'ai commencé à accrocher à Lonesome Dove qu'avec l'intro de l'histoire parallèle de Chris Cooper.
Lonesome Dove souffre en effet de débuter par un vol des chevaux mexicains qui vicie le comportement ultérieur de nos héros, mal placés pour faire la chasse par la suite aux voleurs de leurs chevaux, et de les pendre, jusqu'à prendre leur ami Spoon (bien mal embringué il est vrai avec un horrible tueur mais qui menaçait sa propre vie).
Pour les films du genre avec l'immense Robert Duvall, Open Range et Broken Trail sont à mon sens des films globalement plus aboutis, malgré le grand jeu de l'acteur dans Lonesome Dove.
Dans Lonesome Dove il y a quelque chose que je n'ai pas apprécié, il y a eu une grande trouvaille qui était la petite fille aux mains d'un vieux, avec son grand chapeau troué, sa chasse aux grenouilles et ses lancers de cailloux, la rencontre avec l'adjoint et le fils de Chris Cooper. Pourquoi les massacrer ainsi :?:
Ce n'était pas indispensable à l'histoire. Ok je n'aime pas quand on touche aux enfants, le brûlage atroce d'un enfant dans Le Crépuscule n'est pas passé non plus, mais heureusement les autres enfants menacés y ont été épargnés. Dans la Loi des Justes aussi.
Même si on sait que la réalité de la vie dépasse souvent largement la fiction.

Quand même (zut!), Duvall-Gus a manqué par la suite! Même si son esprit reste toujours présent dans La Loi des Justes, autre point de cette suite qui m'a enthousiasmé avec des acteurs de 24H chrono, dont l'acteur Président US menacé par des tueurs qui devient ici un Cherokee Noir tueur excellemment joué, et un Newt qui prend de l'ampleur dans sa droiture, face à un immense Oliver Reed dans un rôle de puissant éleveur que les barbelés ont rendu tortueux.
Aussi dans une suite aussi tumultueuse, on apprécie le plus de calme et de respiration de Comanche Moon...
Finalement, sans les Français, il n'y aurait pas eu de Lonesome Dove... ;)
Difficile de disjoindre les divers éléments de la Saga.
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
Arizona Kid
Séminole
Séminole
Messages : 1033
Localisation : Marseille, France

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar Arizona Kid » 10 sept. 2018 12:42

Après avoir visionné les laborieuses Jeunes Années de Gus McCrae et Woodrow F. Call, j'ai enchaîné ce week-end sur Comanche Moon, deuxième chapitre -dans l'ordre chronologique de l'histoire- de la saga Lonesome Dove, une mini-série en trois parties réalisée par Simon Wincer, déjà à l'oeuvre vingt ans plus tôt sur le téléfilm original du tandem Robert Duvall / Tommy Lee Jones.
A l'instar de son prédécesseur, Comanche Moon recèle d'indéniables qualités, mais aussi, hélas, certains défauts dont l'histoire aurait pu se passer.

Tout d'abord, nous voici enfin en présence de jeunes Gus et Woodrow dignes de ce nom: exit les fades minets David Arquette et Jonny Lee Miller, place à Steve Zahn et Karl Urban, qui offrent à leurs personnages l'alchimie qui faisait
si cruellement défaut au précédent tandem.
On observera notamment les efforts de Karl Urban, dans le rôle de Woodrow, pour imiter le débit de voix saccadé de Tommy Lee Jones, auquel il emprunte également le regard sombre par en-dessous.
Quant au personnage de Gus, si Steve Zahn est à des lieues d'égaler le fantastique Robert Duvall, sa performance
souvent volubile et farfelue demeure toujours plus estimable que celle du calamiteux et timoré David Arquette.

Côté féminin, la jolie Linda Cardellini (évadée de Scooby-Doo et d'Urgences) reprend le rôle de Clara Forsythe, jadis tenu par Jennifer Garner dans Les Jeunes Années, et livre une interprétation plus sobre et moins nunuche, ce dont on ne peut que se réjouir.
L'autre femme remarquable de Comanche Moon est sans nul doute Maggie (Elizabeth Banks, vue dans les Spider-Man
de Sam Raimi), cette prostituée repentie d'une grande dignité, qui désespère de jamais conquérir le coeur racorni de Woodrow Call, lequel refuse de reconnaître l'enfant qu'il a eu avec elle.

Pendant ce temps, chez les Indiens, l'habitué Wes Studi (ex-Geronimo de Walter Hill) succède quant à lui à Eric Schweig dans le rôle du chef Comanche Buffalo Hump.
Dans cette version, le personnage, autrefois sournois et belliqueux, a vieilli et voit son autorité contestée par son jeune et arrogant neveu Blue Duck (Adam Beach) , qui n'hésitera pas à régler son complexe d'OEdipe en transperçant de sa lance cet encombrant tonton.

Venons-en enfin au cas de Val Kilmer, dont le personnage de l'excentrique Capitaine Irish Scull constitue pour moi la principale pierre d'achoppement de Comanche Moon.
Val Kilmer, ex-Batman de son Etat, que des maquilleurs vindicatifs ont transformé en rejeton improbable de José Bové et de Gérard Depardieu période Cyrano, avant d'en faire le sosie grotesque d'Albert Einstein -bien que Kilmer, dans les bonus, prétende que le personnage est plus ou moins inspiré de Mark Twain.
De fait, son Irish Scull cristallise à lui seul toutes les longueurs et les scènes inutiles qui alourdissent les épisodes 1 et 2 de Comanche Moon: ainsi, les séquences nous le montrant prisonnier dans la fosse aux crotales et devenant chaque jour un peu plus maboul, auraient gagné à être moins nombreuses; de même que les " exploits " de sa femme infidèle et nymphomane (Rachel Griffiths) auraient pu sans problème finir dans le chutier de la salle de montage.

Il faut alors attendre l'épisode 3 pour être enfin débarrassé de ces horripilants fantoches et voir l'intrigue se resserrer sur les personnages principaux: Gus, Woodrow, Clara et Maggie.
Dégraissée de ses lourdeurs et maladresses, l'histoire nous permet à présent de s'attacher à ces quatre personnages remarquablement bien écrits, aux émotions parfois contradictoires, qui se cherchent tout en ayant peur de se trouver.

Au niveau de la mise en scène proprement dite, Simon Wincer, en bon technicien, vise avant tout l'efficacité, bien que de jolies compositions d'images surgissent au détours de quelques plans (le pique-nique de Gus et Clara, la discussion
de poivrots entre Call et McCrae atttablés devant la fenêtre).
Mais Comanche Moon sacrifie malheureusement à certains tics visuels bien d'aujourd'hui: la caméra tournant lentement autour des personnages quand ils discutent, des plans trop rapprochés, des mouvements de grue un peu gratuits et tape-à-l'oeil, histoire de faire " épique "...
Et, comme souvent dans les westerns actuels, des costumes " d'époque " bien trop fashion et sophistiqués, qui ont l'air de sortir de l'atelier d'un Versace du Far-West, nous faisant regretter la simplicité des costumes des films des années 50.
Même les chapeaux des cow-boys ne sont plus de vrais stetsons, mais plus souvent des melons ou de larges feutres bien éloignés des canons des vrais westerns traditionnels.

Vous l'aurez compris, je ne partage guère l'opinion dithyrambique de notre ami Jean-Louis au sujet de Comanche Moon, mais si les deux premières parties m'ont parfois semblé bien ennuyeuses, la troisième et dernière rectifie heureusement le tir, achevant de faire de cette mini-série un fort honnête divertissement... A consommer à dose homéopathique, sous peine de bâiller aux corneilles.
Conseil pratique: zappez les épisodes 1 et 2 et regardez directement le troisième :mrgreen:
Modifié en dernier par Arizona Kid le 10 sept. 2018 19:15, modifié 12 fois.
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Compte Supprimé 9E
Marshall
Marshall
Messages : 248

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar Compte Supprimé 9E » 10 sept. 2018 13:14

Message supprimé.
Modifié en dernier par Compte Supprimé 9E le 16 sept. 2018 19:26, modifié 1 fois.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4314
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 10 sept. 2018 15:36

Super critique Kid !

Pour ma part je ne l'ai pas encore vu donc je vais essayer de tenir compte de ces défauts (le style cowboys avec vêtements clean on dirait que ça devenait de rigueur)...
Mais je verrais si j'ai l'occasion pour le regarder (pour Linda CARDELLINI je veux bien m'y risquer !!)...
LES JEUNES ANNEES m'ayant aussi déçu (je constate aussi que je ne l'ai pas dit dans le sujet consacré... Vais le faire !) je me dis que maintenant ça redorera le blason de série (attention j'aime beaucoup les autres: l'original, LA LOI DES JUSTES (Retour) et LE CREPUSCULE où on a l'impression que Woodrow à la fin (James GARNER) tente de devenir pour la fille aveugle ce qu'il n'a pas su être pour Newt... Un bon père (ou grand-père là)...
Image

Avatar du membre
Arizona Kid
Séminole
Séminole
Messages : 1033
Localisation : Marseille, France

Re: Comanche Moon - 2008 - Simon Wincer

Messagepar Arizona Kid » 10 sept. 2018 16:34

J'espère que tu pourras visionner ce téléfilm, Pat.
Comme je te l'ai dit, il y a de très bonnes scènes et d'excellents personnages, mais deux parties auraient largement suffi, ce qui aurait en outre permis d'éviter certaines longueurs et outrances -en particulier avec Val Kilmer et sa rouquine nymphomane, dont le personnage ne sert strictement à rien dans le déroulement de l'histoire...
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:



Retourner vers « Séries Télévisées »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités