Texas Rising - 2015

Le forum réservé au petit écran
MARCHAND
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4027

Re: Nouvelle série Western " Texas Rising "

Messagepar MARCHAND » 12 janv. 2018 12:02



Une "mini-série" en 5 épisodes d'une heure 30 racontant l'histoire de la République du Texas depuis Alamo jusqu'à la création de cet État rapidement rattaché aux États-Unis, qui ont téléguidé la révolte des colons américains installés dans cette province du Mexique. Cet évènement sera à l'origine de la création des Texas Rangers, une sorte de milice policière au service de l’État, évoquée dans le récit.

Reconstitution soignée dans un récit un peu décousu et longuet, romancé de la réalité, beaucoup de violences dans un western guerrier et une bonne distribution dans cette série passée aux USA sur la chaine de tv History. Tourné à Durango au Mexique, on y revient...
Errare humanum est...

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2931

Re: Texas Rising - 2015

Messagepar Loco » 11 avr. 2020 12:18



Passé le premier visionnage, j'ai revu la série en version 10x42 minutes, je l'ai trouvée plus digeste dans cette version - mais je suis sans doute de parti pris, c'était pour la traduire. :wink:

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1572

Re: Texas Rising - 2015

Messagepar HART » 12 avr. 2020 11:42

Oui , après avoir revu la série , j'ai vraiment tendance à la réévaluer.
Les défauts ( surtout une approche parfois lourde et même pontifiante ) sont toujours là , mais l'ambiguïté de certains " héros " en particulier et des texans en général peut être décelée ( même si il faut bien chercher …).
Donc moins manichéen à la seconde lecture qu' à la première.
Evidemment , nous sommes très loin du propos blasphématoire de la BD de Dobbs ( "Alamo" parue il y a quelques années chez Soleil en deux volumes) , où on voyait Houston, par pure ambition mûrement planifiée , sacrifier sciemment les défenseurs et programmer l'exécution des autres leaders de la résistance texane.
Mais cette série vaut certainement le détour.

Avatar du membre
Loco
Marshall
Marshall
Messages : 2931

Re: Texas Rising - 2015

Messagepar Loco » 12 avr. 2020 17:00

La première vision au moment de la diffusion sur History aux Etats-Unis m'avait déçu, sans doute parce que j'en attendais beaucoup plus.
Le parallèle fait avec Hatfields & McCoys donnait à espérer quelque chose de différent, et comme souvent dans ces cas-là, il me faut une deuxième vision pour effacer le fait de ne pas avoir découvert à la première ce que je m'étais imaginé.

Le découpage en 10 épisodes de 45 minutes, qui n'apporte pourtant aucune scène supplémentaire, dynamise l'ensemble, donnant à chaque épisode, ce fut en tout cas mon impression, un rythme et une unité propres, ce qui n'était pas forcément le cas de chaque opus de 90 minutes. Et à la seconde vision - enfin, je devrais dire deuxième, je pense qu'il y en aura bien une troisième - je savais à quoi m'en tenir sur les petites entorses à l'histoire, la plus saisissante étant cette date du 7 mars 1836 au début du premier épisode. Santa Anna a fait brûler les corps dès l'après-midi du 6 mars (le fort est tombé à 6 h 30) pour pouvoir repartir au plus vite aux trousses de l'armée de Houston. Je cite ce point qui avait fait grincer beaucoup de dents à l'époque.

Le reste est plus affaire de vision et d'interprétation des personnages.

Totalement de parti pris quand il s'agit de Bill Paxton, j'admettrai juste qu'il en fait des tonnes dans le côté dubitatif jusqu'à l'égarement et alcoolisé jusqu'à l'abrutissement de Sam Houston. J'avais trouvé cela un peu surprenant de la part d'un Texan, qui plus est élevé par un père, John Paxton, passionné et passionnant quant à l'histoire de son Etat. Mais comme dans toute représentation de Houston, tout passe, puisqu'on sait qu'il finira par accepter la reddition de Santa Anna au pied de son arbre.

J'avais trouvé son antagoniste, ledit Santa Anna, pas moins caricatural sous les traits d'Olivier Martinez. Non qu'il soit mauvais en soi, mais je ne le trouve pas convaincant. J'avais dit à l'époque, et je le pense encore, mais il faudrait se hâter, car le temps passe, que Javier Bardem aurait fait un très bon Santa Anna, à mon avis.

Sur les personnages secondaires, je m'étais vraiment régalé, en revanche.

Parmi les Rangers, Le Deaf Smith campé par Jeffrey Dean Morgan était une superbe exploitation du personnage comme jamais avant à l'écran (campé auparanvant par Anthony Quinn dans Los Amigos et Chubby Johnson dans Attaque à l'aube). C'est un des personnages les plus attachants de la série, et historiquement, il représente vraiment ce qu'étaient les Texians, un véritable trait d'union entre la culture anglo et la culture mexicaine.
Big Foot Wallace était aussi un personnage intéressant, parce qu'historique et future figure des Rangers (il y est d'ailleurs fait référence, de façon amusante, dans la série The Son, autre ode à la gloire du Lone Star State.)
Les officiers de Houston et leurs dissensions étaient aussi montrés de façon inédite, c'était assez intéressant de voir l'aspect politique divisé derrière cette résistance texane qu'on nous présente toujours comme si monolithique. Crispin Glover, Jeff Fahey et Raul Mendez (très bon Juan Seguin) donnaient bien vie à cet état-major divisé.
Autre personnage historique dont on montre un peu plus la complexité (entre le héros tombé dans une embuscade de Wayne et le lâche qui s'est rendu dans le Texas adapté de Michener), James Fannin est un plus de la série.
Pour les personnages fictifs, le Blanc élevé par les Comanches joué par Brendan Fraser, totalement romanesque, lui, était un régal.
Tout comme Lorca, pour lequel se faisait sa tête de dément habituelle, et qui exploitait le fantasme du survivant de toutes les grandes batailles. Non que je critique, c'est un ressort dramatique formidable.
La famille de colons décimée par les Comanches était aussi intéressante, même si on aurait aimé la voir davantage. On lui doit deux belles séquences.

Pour l'action, rien à dire, les scènes sont efficaces, souvent totalement irréalistes, mais quand on en arrive à ce point du récit, on sait déjà de quoi il retourne : la naissance du Texas n'est qu'un contexte historique, dont on exploite les hauts faits, mais on brode beaucoup autour, souvent pour le plaisir du spectateur. On sent d'ailleurs chez les scénaristes des influences à la fois du roman Texas de James Michener et surtout de ceux de Larry McMurtry (Truett et Yancy sont clairement inspirée de Woodrow Call et Gus McRae, on croise Buffalo Hump...). Il est certain que ces influences auraient été encore plus présentes dans la seconde saison annoncée à la fin de la série lors de sa diffusion américaine, "Comanche Wars", qui n'a jamais vu le jour, du fait de l'échec relatif de celle-ci.

C'est dommage, le sujet aurait pu être passionnant, s'il avait été bien traité.


Retourner vers « Séries Télévisées »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité