western fantastique et uchronique

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 08 nov. 2006 14:29

Bon, on commence par quelques mises au point pour que tout soit clair.

L’uchronie, qu’est-ce que c’est ?
Réponse : un sous-genre de la science-fiction, regroupant les récits qui se demandent : « Que se serait-il passé si l’Histoire n’avait pas suivi le cours que nous lui connaissons ? » En d’autres termes, que se serait-il passé si le nez de Cléopâtre avait été plus long…
Pour en savoir plus, un livre : L’Histoire revisitée, d’Eric Henriet (éd. Encrage, on préférera la 2e édition, munie d’un index) et un site, « La Porte des mondes », géré par Pedro Mota
http://www.noosfere.com/heberg/mota
qui mériterait quand même une mise à jour…
Pour les lecteurs anglophones, la meilleure traduction de ce terme serait « alternate history », et je vous souhaite bien du courage si vous vous plongez là-dedans. Précisons quand même le spécialiste n° 1 du genre « histoire parallèle des Etats-Unis » est le prolifique Harry Turtledove, totalement inconnu en France.

Wayne Barrow, qui est-ce ?
Un gag. Un auteur américain bidon, qui dissimule deux brillants jeunes écrivains français de SF, Johan Heliot et Xavier Mauméjean. Vu la thématique de leur livre, ils ont eu l’idée d’inventer un alter ego fictif pour titiller l’imagination des journalistes, et ça marche. Soupir. Si on n’y prend pas garde, bientôt c’est un Américain qui décrochera le prix Goncourt ;-)

L’uchronie relève-t-elle de la seule SF ?
Pas seulement. Pourquoi ne pas l’épicer d’une pincée de fantastique ? Dans son roman Anno Dracula, l’Anglais Kim Newman imagine que le Dracula de Bram Stoker ne rencontre aucune difficulté pour conquérir l’Angleterre et nous détaille les conséquences de cette déviation de l’Histoire.
Ici, c’est un peu la même chose qui se passe.

« Wayne Barrow » postule l’existence d’une espèce de vampires, les « Broucolaques », originaires d’Europe centrale, qui débarquent en Amérique en 1691 afin d’y conquérir un territoire. Pas grand-chose à voir avec les vampires traditionnels : ils forment une espèce parallèle à la nôtre, sans interpénétration possible, des prédateurs pour lesquels l’homme se réduit à une proie… du moins au début.

Ces « Broucolaques », ou « Brookes », comme finissent par les appeler les Américains, peuvent supporter la lumière du jour, à condition de prendre des précautions, et ils sont vulnérables à l’argent. Or, le territoire américain regorge de gisements d’argent ; nos « Brookes » décident donc de s’assurer un quasi monopole…

Que raconte le livre ?
L’histoire des USA, déviée par la présence de ce nouveau facteur. Le livre se présente sous la forme d’une suite de récits, qui s’attachent à un point bien précis de l’histoire américaine.
Quelques exemples :
— « 1692 : Le Jour de jugement » : le passage de Cotton Mather à Salem, pour le fameux procès des sorcières ;
— « 1851 : La Part d’ombre » : la carrière du pistoléro Tuxedo Moon, chasseur de Brookes, et de son imprésario Mark Twain, qui finira dans la débandade ;
— « 1878 : Kid Caesar » : la carrière de William Bonney, alias Billy le Kid, qui finira en fidèle serviteur du gouverneur Lew Wallace, auteur de Ben-Hur ;
— « 1881 : Un type honnête » : l’amitié entre Doc Holiday et un Brooke qu’il a guéri d’une rage de dents…

Bref, une histoire parallèle de l’Ouest, avec en fil rouge la grande entreprise des Brookes, à savoir la longue errance du Convoi, où ils entassent leurs prises d’argent en attendant d’avoir acquis la puissance suffisante pour fonder leur Etat.

A porter au crédit de ce livre : une grande intelligence du récit, avec une bonne mise en valeur des enjeux économiques de l’Histoire (dans l’univers imaginé par « Wayne Barrow », pas de guerre de Sécession, mais une « question brooke ») ; des personnages bien campés ; des clins d’œil savoureux (je vous laisse le plaisir de les débusquer) ; quelques morceaux de bravoure impressionnants (le destin de la veuve Winchester). Bilan : un livre fort jouissif.

Ce qui fait le charme de l’uchronie, c’est la connivence entre auteur et lecteur, connivence découlant d’un savoir partagé. J’espère qu’un fin connaisseur de l’Histoire de l’Ouest nous donnera son avis — c’est là un sujet que je maîtrise mal, alors peut-être ai-je été bluffé.

Des défauts ? Je n’en vois que deux :
— une écriture parfois un peu rapide, mais ce n’est pas rédhibitoire ;
— le placement du dernier récit, « 1906 : Silver City » — à mon sens, il aurait mieux valu le découper en scènes et placer celles-ci en interludes entre les différents épisodes, afin de respecter l’ordre chronologique et de mieux faire sentir la progression de l’intrigue.

Mais bon, je pinaille.

Breccio a dit : allez-y voir de plus près, surtout si vous êtes incollable sur l’Histoire de l’Ouest.

B.

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 31 déc. 2006 15:38

Dans la série "bilan de fin d'année", l'éditrice de cet ouvrage (Audrey Petit, éditions Mnémos) le qualifie de vrai succès commercial.
Voir :
http://www.cafardcosmique.com/Bilan-200 ... s-2007-les
Sur la même page, une autre éditrice (Bénédicte Lombardo, Fleuve Noir) annonce la sortie d'une uchronie où l'on voit les Zoulous conquérir l'Angleterre victorienne (Zoulou Kingdom, par Christophe Lambert -- simple homonyme de l'acteur, je vous rassure).
B

regis
Chanteuse de saloon
Messages : 99
Localisation : 80

Messagepar regis » 02 janv. 2007 11:15

le meme lambert avait deja produit un e rejouissante uchronie sue le 6 juin 1944
intitulé " la breche" et une autre plus "western" " souviens toi d'alamo"
old man

Avatar du membre
cyberpunk
Cavalier masqué
Messages : 163

Re: western fantastique et uchronique

Messagepar cyberpunk » 23 juil. 2009 17:01

je suis en train de le lire, j'adore !!! :D par contre "le train du diable" j'ai arreter j'ai vraiment pas accrocher avec tous ces métamorphoses

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2945
Localisation : Gone

Re: western fantastique et uchronique

Messagepar Breccio » 23 juil. 2009 18:39

cyberpunk a écrit :je suis en train de le lire, j'adore !!! :D par contre "le train du diable" j'ai arreter j'ai vraiment pas accrocher avec tous ces métamorphoses


Tiens, puisqu'on parle d'uchronie.

MODE PUB EHONTEE ON

Vient de paraître, aux éditions du Bélial', Le Bouclier du temps, par Poul Anderson, quatrième et dernier volet du cycle de "La Patrouille du temps", traduit et préfacé par votre serviteur, avec une postface érudite de Xavier Mauméjean (une moitié de Wayne Barrow).

Pour mémoire, les trois autres volumes du cycle (également disponibles au Bélial') sont :
1. La Patrouille du temps (les quatre récits fondateurs, publiés en France dans les années 50, plus une nouvelle datant des années 70).
2. Le Patrouilleur du temps (deux courts romans et une nouvelle datant des années 80).
3. La Rançon du temps (deux courts romans datant des années 80 et 90).

Il est conseillé de les lire dans cet ordre et de finir par Le Bouclier du temps.

Le Bélial' m'avait demandé de préfacer le tome 1, dont la traduction était déjà faite, et c'est alors que je leur ai dit qu'il existait d'autres volumes inédits. Du coup, je les ai traduits et j'en suis vraiment très fier.
Bon, pas de western là-dedans (enfin, dans un épisode de La Patrouille du temps, Manse Everard et son équipier tentent d'empêcher les Mongols de conquérir l'Amérique avant la date prévue, et, dans Le Bouclier du temps, on a la vision de deux Amériques parallèles...), mais c'est du tout bon.

FIN DE LA PUB EHONTEE

B
"Tra i due litiganti, il terzo gode." --Proverbe italien


Retourner vers « Livres »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités