Dans un si beau pays ( The Big Sky 3 ) de A.B. Guthrie

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Re: Dans un si beau pays ( The Big Sky 3 ) de A.B. Guthrie

Messagepar musselshell » 10 janv. 2016 17:47

Vas-y, tu vas pas être déçu...
Content de vous trouver des lectures intéressantes [WHITE SMILING FACE]
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
yves 120
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5738
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Dans un si beau pays ( The Big Sky 3 ) de A.B. Guthrie

Messagepar yves 120 » 10 janv. 2016 18:11

musselshell a écrit :Vas-y, tu vas pas être déçu...
Content de vous trouver des lectures intéressantes [WHITE SMILING FACE]

Content de les lire :wink:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Loco
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1776

Re: Dans un si beau pays ( The Big Sky 3 ) de A.B. Guthrie

Messagepar Loco » 09 sept. 2019 10:40

Image


La trilogie "The Big Sky" d'A.B. Guthrie
(Quoique parle de trilogie Dick Summers serait plus approprié)


J'ai terminé hier le dernier opus, "Dans un si beau pays" et j'en reste un peu sonné, comme à la fin du premier, La Captive aux Yeux Clairs. Pour le deuxième, "La Route de l'Ouest", je m'y suis repris à deux fois, du mal avec les premiers chapitres, mais les 50 premières pages passées, la narration se fait si lyrique, le style de Guthrie devient tellement sublime, que j'ai vite oublié mes réticences du début.


Deux choses m'ont frappé à la lecture de "La Captive aux Yeux Clairs", d'une part, sa noirceur, dans la deuxième partie, d'une incroyable modernité pour la fin des années 40 - le roman est sorti en 1947 - et d'autre part, le talent du scénariste Dudley Nichols dans l'adaptation qu'il en a fait pour Howard Hawks. Chaque choix, et certains sont audacieux, comme ne s'intéresser qu'à la première partie, en changer radicalement la fin, refondre certains personnages en un seul, chacun de ces choix contribue à la perfection du film. Le film de Hawks est magnifique, mais résolument optimiste, le roman est tout l'inverse : les ténèbres dans lesquels s'enfonce Boone Caudill obscurcissent ce "grand ciel", cette nature des années 1830 encore vierge et majestueuse à laquelle Guthrie rend hommage à chaque page. Mais sur la page comme à l'écran, on peut s'autoriser à parler de chef-d'oeuvre.


Dans "La Route de l'Ouest", écrit seulement deux ans plus tard, on retrouve le même personnage central, Dick Summers (absent de l'adaptation de Nichols, qui avait choisi de le fondre avec le truculent mais éphémère personnage de l'oncle Zeb Calloway, qu'on voit à peine dans le roman, mais qu'Arthur Hunnicutt interprète magistralement dans le film - il n'aurait pu jouer Summers, censé être beaucoup plus jeune). Summers (joué par Robert Mitchum dans l'adaptation de 1967 réalisée par A.V. McLaglen, un excellent choix) est à la fois drôle et sage, en plus d'être un guide infaillible. Cliché ? Non, car ce qu'il a vécu dans et depuis "La Captive..." l'explique, et surtout, parce que Guthrie livre un des meilleurs récits de convoi vers l'Ouest (ici, l'Oregon, en 1845) qu'on puisse trouver, d'un stupéfiant réalisme, raconté de main de maître à travers chacun des personnages, et qui plus est, avec beaucoup de distance par rapport aux péripéties obligées de ce type de récit : par exemple, l'inévitable attaque des Indiens sur les chariots rangés en cercle se révèle n'être que le rêve d'un adolescent. Une fois encore, Guthrie nous plonge au coeur de l'immense et grandiose nature américaine, dans un texte ô combien plus épique que le film qui en a été tiré (un honnête western, sans plus).


Après "La Route de l'Ouest", impossible de ne pas enchaîner avec "Dans un si beau pays", qui démarre dès la fin du précédent opus, Summers quittant le convoi pour retrouver les montagnes de sa jeunesse, aux pieds des Grands Tetons, rejoint par un de ses compagnons de voyage, le savoureux Higgins, au physique ingrat et au coeur d'or. Ensemble, ils vont vivre la fin de l'Ouest libre, celui des trappeurs vivant en harmonie avec le milieu et les Indiens, malgré des heurts parfois violents - la période 1845-1870. Réapparaissent dans le livre Caudill, plus sombre que jamais, et surtout Teal Eye, que Summers va épouser, Caudill l'ayant abandonnée avec leur fils après avoir commis un geste irréparable. Durant 25 ans, Summers va connaître une vie heureuse, tout en sachant que les jours de plénitude sont comptés. Il n'est pas anodin que Guthrie ait écrit ce roman plus de trois décennies après les deux précédents, à l'âge de 80 ans. La fin apparaît pour lui inévitable, tout comme elle le devient pour le lecteur lorsque Summers accepte de vivre avec les Blackfeet du chef Heavy Runner au milieu des années 1860. Pas anodin non plus que Summers soit, comme Guthrie (né en 1901) un enfant du siècle (Summers dit avoir 70 ans à la fin du livre, en 1871).
Dans les dernières pages, la petite et la grande histoire s'enfoncent dans les ténèbres pour un voyage sans retour, laissant le lecteur suspendu sur un sentiment d'horreur muette.


Je ne saurais trop recommander la lecture de cette trilogie, qui mériterait une nouvelle adaptation à l'écran et pourrait donner lieu à une magnifique série d'une dizaine d'épisodes. Cela dit, cela serait sans doute redondant, car "Into The West", produit par Steven Spielberg au début des années 2000, reprend l'esprit des livres de Guthrie, en particulier dans les épisodes "Wheel to the Stars", "Manifest Destiny" et "Casualties of War". Ce n'est d'ailleurs pas par hasard qu'un des guides du convoi du second épisode se nomme... Alfred Bertram Guthrie.
Soyons fous et soyons dignes ;
Soyons nous et soyons libres !


Movie Soundtrack Suites

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1306

Re: Dans un si beau pays ( The Big Sky 3 ) de A.B. Guthrie

Messagepar HART » 09 sept. 2019 19:06

Belle approche de la trilogie de Guthrie , Loco.
J'entamerais bien des maintenant une discussion avec vous sur le sujet , mais étant encore en vacances dans une contrée oubliée et loin de la civilisation , je ne peux correspondre qu'avec la tablette et ça me rend fou de taper longtemps la dessus.
Mais moi aussi, je ne me suis jamais remis des dernières lignes de Dans un si beau pays , a un tel point qu'il m'est encore difficile de les relire aujourd'hui .
Nous sommes tellement loin des films , et c'est tant mieux .
Si vous êtes d'accord , nous remettrons le couvert dans quelques semaines , peut-être que l'ami limpy se joindra à la fête, je sais que c'est une de ses œuvres de chevet .

Avatar du membre
Loco
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1776

Re: Dans un si beau pays ( The Big Sky 3 ) de A.B. Guthrie

Messagepar Loco » 10 sept. 2019 9:51

Dans quelques semaines, ce sera parfait, Hart, il y a tant de choses à dire encore sur ces trois ouvrages foisonnants et si forts.

J'ai pressenti la fin un peu avant, connaissant l'événement historique, mais je n'ai pas percuté tout de suite à l'évocation du nom de Heavy Runner.

L'écriture de Guthrie m'évoque beaucoup celle de Bernard Clavel chez nous, on y retrouve la même poésie, le même amour de la nature, le même talent pour amener la tragédie de manière discrète et inéluctable...

Mais nous en parlerons à votre retour, profitez bien de vos vacances, au plaisir de vous lire, comme toujours.
J'espère en effet que Limpy rompra ses vœux pour se joindre à nous, et qu'Yves et Musselshell seront aussi de la partie. :D
Soyons fous et soyons dignes ;
Soyons nous et soyons libres !


Movie Soundtrack Suites


Retourner vers « Livres »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité