RTL, C'est à lire : "Incident à Twenty-Mile", de Trevanian

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2852

RTL, C'est à lire : "Incident à Twenty-Mile", de Trevanian

Messagepar Jean-Louis » 22 oct. 2011 15:23

Dans sa rubrique "C'est à lire" de ce Week End RTL recommande chaudement :

""Incident à Twenty-Mile", de Trevanian

Image

Tout arrive, même qu'un roman western soit mis en avant !

http://www.rtl.fr/actualites/culture-lo ... 7728526311

:sm80: (je n'arrive plus à mettre mon smiley habituel de signature :shock: )

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Re: RTL, C'est à lire : "Incident à Twenty-Mile", de Trevanian

Messagepar musselshell » 22 oct. 2011 17:05

C'est le seul "western" de Trevanian, écrivain américain quelque peu misanthrope, qui a vécu les 30 dernières années de sa vie dans les Pyrénées espagnoles, superbement escagassé par la fascination que pouvait exercer son propre pays...

Une citation:

" Ce ne sont pas les Américains qui m’irritent, c'est l’américanisme : une maladie de la société postindustrielle qui contaminera à leur tour chacune des nations les plus développées, et qui est appelée « américaine » uniquement parce que votre pays [les États-Unis] montre les symptômes les plus avancées de cette maladie, de même que l’on parle de grippe espagnole ou d’encéphalite japonaise du type B. Les symptômes en sont le manque de respect du travail, l’atrophie des ressources internes, et un besoin constant de stimulation extérieure, suivis par le délabrement spirituel et la narcose de la moralité. Vous pouvez reconnaître la victime à ses efforts permanents pour rester en contact avec elle-même, pour se persuader que son ramollissement spirituel est une intéressante anomalie psychologique, et pour transformer sa fuite devant les responsabilités en une affirmation que la vie est constamment offerte à de nouvelles expériences. Dans les dernières phases, le patient est amené à se limiter à l’activité la plus triviale de l’homme : le divertissement."

Incident à Twenty Miles date de 1998. C'est à la fois glauque, lumineux, cynique et profondément humain.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.


Retourner vers « Livres »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités